Wind And Wuthering

Seb

5/5

Moins d’un an après Trick, Genesis se retrouve en studio pour sortir quelques mois après ce disque qui reste évidement un des plus beau, mais surtout le plus british de tous. Le disque commence avec Eleventh Earl of Mar, et une superbe intro, le morceau est assez rythmé, mais une partie lente est intégrée au milieu et c’est du plus bel effet. Ensuite vient One for the Vine, un des morceaux préféré des fans en général et joué en concert pendant très longtemps, tout comme Afterglow qui termine l’album, ces deux morceaux sont des compositions Banksiennes. Puis tour à tour on croise une des premières balades de Mike Rutherford (Your own special way), un instrumental cosigné Phillou qui fait plus Brand X que Genesis ou encore le texte le plus britannique de Genesis (Blood on the Rooftops). Cependant, même si le disque est tres bon, tout n’est pas rose dans l’univers de Genesis, Steve Hackett décide de quitter le groupe après la tournée qui suit, et avec lui, Genesis perd définitivement quelque chose et quelqu’un de grand… Même si tout le monde n’est pas d’accord sur le quelque chose (au choix : le talent, l’inspiration, le son etc…) tout le monde est d’accord sur le quelqu’un. Juste après ce disque sort un tour petit EP de trois titres : Spot the Pigeon, contenant la dernière participation studio de Steve à Genesis : le magnifique Inside and Out, qui donne son nom à ce site d’ailleurs. Les deux autres chansons sont plus oubliables et sont cosignées du trio qui va constituer alors Genesis…

Tracklist

(Banks/Hackett/Rutherford)


The sun had been up for a couple of hours,
Covered the ground with a layer of gold.
Spirits were high and the raining had stopped,
The larder was low, But boy that wasn’t all.
Eleventh Earl of Mar
Couldn’t get them very far.
Daddy! Oh Daddy, You Promised.

Out on the road in the direction of Perth,
Backwards and forwards in a circle they went.
Found a city half open and ready to greet,
The conquering heroes, with blisters on their feet.
Eleventh Earl of Mar
Somehow got them all this far.
Daddy! You Promised, You Promised.

See the Stewart all dressed up
He’s got eyes in the back of his head.
Who came in a cockleshell boat
That could only just float,
Couldn’t even lift a sword.
Dressed too fine and smelling of wine.

Daddy you’ve got to go!
Here comes the bishop all dressed up
He’s gonna bless you if you’re ready to pay.
One wave of his funny old stick,
There’s a band of light across your eyes.

Waited a week still they hadn’t appeared,
That glorious timing that everyone feared.
So they’re riding along on the crest of a wave,
They’re headed for London, And that will be their grave.
Eleventh Earl of Mar
Well he couldn’t get them down that far
Daddy! I’m waiting, I’m waiting

Time to go to bed now
Never seems too keen
To be a guest now
In a house of dreams

Flying from a hillside
Beckoning the trees
A sailboat’s awning
Mimicking the breeze

I’m fighting gravity falling
My Daddy won’t let them get me
A voice screams seems to be calling
The face turns features are burning.

Daddy, you’ve got to go!
See the fifteen going by,
Tell the Lairds and the Lords
They’re running backwards today,
And once again you stand alone.

Bury your memories bury your friends,
Leave it alone for a year or two.
Till the stories go hazy and the legends come true,
Then do it again. Some Things never end.
Eleventh Earl of Mar
Won’t be going very far.
You Promised, You Promised, You Promised.
DADDY!

(Banks)


Fifty thousand men were sent to do the will of one.
His claim was phrased quite simply, though he never voiced it loud,
I am he, the chosen one.

In his name they could slaughter, for his name they could die.
Though many there were believed in him, still more were sure he lied,
But they’ll fight the battle on.

Then one whose faith had died
Fled back up the mountainside,
But before the top was made,
A misplaced footfall made him stray
From the path prepared for him.
Off of the mountain,
On to a wilderness of ice.

This unexpected vision made them stand and shake with fear,
But nothing was his fright compared with those who saw him appear.
Terror filled their minds with awe.

Simple were the folk who lived
Upon this frozen wave.
So not surprising was their thought,
This is he, God’s chosen one,
Who’s come to save us from
All our oppressors.
We shall be kings on this world.

Follow me!
I’ll play the game you want me,
Until I find a way back home.

Follow me!
I give you strength inside you,
Courage to win your battles –

No, no, no, this can’t go on,
This will be all that I fled from.
Let me rest for a while.

He walked into a valley,
All alone.
There he talked with water, and then with the vine.

They leave me no choice.
I must lead them to glory or most likely to death.

They travelled cross the plateau of ice, up to its edge.
Then they crossed a mountain range and saw the final plain.
Still he urged the people on.

Then, on a distant slope,
He observed one without hope
Flee back up the mountainside.
He thought he recognised him by his walk,
And by the way he fell,
And by the way he
Stood up, and vanished into air.

(Rutherford)


Go far enough and you will reach,
A place where the sea runs underneath.
We’ll see our shadow, high in the sky,
Dying away in the night.

I’ve sailed the world for seven years,
And left all I love behind in tears.
Oh, won’t you come here, wherever you are,
I’ve been all alone long enough.

You, you have your own special way,
Of holding my hand keep it way ‘bove the water,
Don’t ever let go – Oh no, no, no.

You, you have your own special way,
Of turning the world so it’s facing
The way that I’m going. Don’t ever
Don’t ever stop.

Whose seen the wind not you or I,
But when the ship moves she’s passing by.
Between you and me I really don’t think,
She knows where she’s going at all.

You, you have your own special way,
Of carrying me twice round the world
Never closer to home than the day,
The day I started.

You, you have your own special way,
Hold onto my hand keep it way ‘bove the water,
Don’t ever let go no, no, no.

What mean the dreams night after night.
The man in the moon’s a blinding light.
Won’t you come out whoever you are,
You’ve followed me quiet long enough.

You, you have your own special way,
Of holding my hand, Don’t ever let go.
You, you have your own special way,
Of turning the world so it’s facing
The way that I’m going, Don’t ever,
Don’t ever leave me.

(Collins/Banks)

(Instrumental)

(Banks)


Loving Couple:

I can’t see you but I know you’re there.
Got to get beside you cos it’s really cold out here.
Come up close to me you’ll soon be warm.
Hold me tightly like we’re sheltering from a storm.


Mouse:

Think I might go out for a stroll
Into the night, and out of this hole.
Maybe find me a meal.
Walking along this new shag pile
Presents a problem all the while.
Nearly the door.

Suddenly he bumps into wood, the door is closed.
A voice from the bed, he’ll be exposed.
Which way to run, must make for the hole,
The light’s been turned on, he’s blind as a mole in coal.

Now I can see they’re coming at me,
They’ve blocked off my door, I haven’t a chance in hell.


Couple:

Come on baby let the poor thing go.
I’m not sleeping with that thing around here, no.
Alright then, I’ll fetch a box from below,
Guard him carefully, they’re very quick you know.


Mouse:

The door’s been opened, my chance to escape.
Must run out quick, better sorry than late.
I’m out on the stairs.
They won’t catch me now, I’ve the run of the house now.
I’ll make it downstairs and into the breadbin.
That would be nice.

Suddenly he bumps into fur, that’s very unwise,
A cat is much quicker than men and their eyes.
The chase that ensues can have only one end,
Unless outside help steps in for our friend in need.

But now the cat comes in for the kill,
His paw is raised, soon blood will spill, yes it will.


Cat:

Hard luck mouse, this is the end of your road.
The signpost says inside me, let me bear your heavy load.

But it’s not to be, that final pounce
Knocks a jar upon his head, and lays him out.

But it’s all in a mouse’s night
To take on all those who would fight.


Cat’s Story:

There I was with my back to the wall,
Then comes this monster mouse, he’s ten feet tall,
With teeth and claws to match.
It only took one blow.

(Hackett/Collins)


Dark and grey, an English film, the Wednesday Play
We always watch the Queen on Christmas Day
Won’t you stay?

Though your eyes see shipwrecked sailors you’re still dry
The outlook’s fine though Wales might have some rain
Saved again.

Let’s skip the news boy (I’ll make some tea)
The Arabs and the Jews boy (too much for me)
They get me confused boy (puts me off to sleep)
And the thing I hate – Oh Lord!
Is staying up late, to watch some debate, on some nation’s fate.

Hypnotised by Batman, Tarzan, still surprised!
You’ve won the West in time to be our guest
Name your prize!

Drop of wine, a glass of beer dear what’s the time?
The grime on the Tyne is mine all mine all mine
Five past nine.

Blood on the rooftops – Venice in the Spring
Streets of San Francisco – a word from Peking
The trouble was started – by a young Errol Flynn
Better in my day – Oh Lord!
For when we got bored, we’d have a world war, happy but poor

So let’s skip the news boy (I’ll go make that tea)
Blood on the rooftops (too much for me)
When old Mother Goose stops – they’re out for 23
Then the rain at Lords stopped play
Seems Helen of Troy has found a new face again.

(Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Hackett/Rutherford/Banks/Collins)

(Instrumental)

(Banks)


Like the dust that settles all around me,
I must find a new home.
The ways and holes that used to give me shelter,
Are all as one to me now.
But I, I would search everywhere
Just to hear your call,
And walk upon stranger roads than this one
In a world I used to know before.
I miss you more.

Than the sun reflecting off my pillow,
Bringing the warmth of new life.
And the sounds that echoed all around me,
I caught a glimpse of in the night.
But now, now I’ve lost everything,
I give to you my soul.
The meaning of all that I believed before
Escapes me in this world of none, no thing, no one.

And I would search everywhere
Just to hear your call,
And walk upon stranger roads than this one
In a world I used to know before.
For now I’ve lost everything,
I give to you my soul.
The meaning of all that I believed before
Escapes me in this world of none,
I miss you more.

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Hackett/Rutherford)

Le soleil s’était levé depuis quelques heures
Il recouvrait le sol d’une couche d’or
Les esprits étaient joyeux et la pluie s’était arrêtée
Les vivres étaient faibles, mais bon sang mon garçon ce n’était pas tout
Le onzième conte de Mar
Ne pouvait pas les emmener aussi loin
Papa, Oh Papa tu as promis

Sur la route en direction de Perth,
En avant et en arrière ils tournaient en rond
Ils trouvèrent une cité à moitié ouverte et prête à accueillir
Les héros victorieux avec des ampoules aux pieds
Le onzième comte de Mar
D’une manière ou d’une autre les a emmenés aussi loin
Papa, tu as promis, tu as promis

Regarde Stewart tout habillé
Il a des yeux derrière la tête
Qui est venu dans une coquille de noix
Pouvant à peine flotter
Il pouvait à peine soulever une épée
Trop bien habillé et sentant le vin

Papa tu dois partir !
Voilà l’évêque tout habillé
Il va te bénir si tu es prêt à payer
Un geste avec son vieux bâton étrange
Et tu auras un cercle de lumière autour des yeux

Ils ont attendu une semaine et il n’était toujours pas apparu,
Ce glorieux moment que tout le monde craignait.
Alors ils chevauchent sur la crête d’une vague
Ils mettent le cap sur Londres, et ce sera leur tombe
Le onzième comte de Mar
Eh bien, il n’a pas pu les emmener aussi loin
Papa, j’attends, j’attends

C’est l’heure de se coucher maintenant
On ne semble jamais avoir hâte
D’être invité maintenant
Dans une maison de rêves

Volant du flanc d’une colline
Faisant signe aux arbres
Le taud d’un voilier
Imitant la brise

Je combats la pesanteur en tombant
Mon papa ne les laissera pas m’avoir
Une voix crie semblant appeler
Le visage se retourne, les traits sont en flammes.

Papa tu dois partir !
Regarde les quinze qui passent,
Dis-le aux propriétaires et aux seigneurs
Ils battent en retraite aujourd’hui
Et une fois de plus tu restes seul

Enterre tes souvenirs, enterre tes amis
Laisse tout ça en paix pendant un an ou deux
Jusqu’à ce que les histoires deviennent floues et que la légende devienne vraie,
Ensuite recommence. Certaines choses ne finissent jamais
Le onzième comte de Mar
N’ira pas très loin
Tu as promis, Tu as promis, Tu as promis
Papa !

(Banks)

Cinquante milles hommes furent envoyés pour réaliser la volonté d’un seul.
Sa demande était exprimée assez simplement, bien qu’il ne l’eut jamais prononcée à voix haute
Je suis lui, l’élu.

En son nom ils pouvaient massacrer, en son nom ils pouvaient mourir
Bien que beaucoup croient en lui, un plus grand nombre était sûr qu’il mentait
Mais ils allaient continuer de se battre.

Un jour, un dont la foi avait disparu
S’enfuit sur le versant de la montagne
Mais avant qu’il n’atteigne le sommet
Un pas mal placé le fit dévier
Du chemin qui l’attendait
Hors de la montage
Jusque dans un désert de glace

Cette vision inattendue le fit se lever et trembler de peur
Mais sa frayeur n’était rien comparée à celle de ceux qui l’avaient vu apparaître.
La terreur rempli leur esprit de respect

Simple était le peuple qui vivait
Sur cette vague gelée.
Alors peu surprenantes furent leurs pensées
C’est lui, l’élu de Dieu
Qui est venu pour nous sauver
De nos oppresseurs
Nous serons les rois de ce monde

Suivez moi !
Je jouerai le jeu que vous voulez que je joue
Jusqu’à ce que je trouve un chemin pour rentrer chez moi

Suivez moi !
Je vous donnerai la force
Et le courage de gagner vos batailles

Non non non ! Cela ne peut continuer
Ceci ressemblera à tout ce que j’ai fuit
Laissez-moi me reposer un moment

Il marcha jusqu’à une vallée,
Seul
Là, il parla à l’eau puis à la vigne.

Ils ne me laissent pas le choix
Je dois les mener à la gloire ou plus probablement à la mort

Ils traversèrent le plateau de glace, jusqu’à sa limite
Puis ils traversèrent une chaîne de montagnes et virent la plaine finale.
Immobile, il exhorta les gens

Puis, au loin, sur une pente
Il remarqua un homme sans espoir
S’enfuyant par la montagne
Il pensa le reconnaître à sa façon de marcher
À sa façon de tomber
À sa façon de se relever et de se volatiliser.

(Rutherford)

Va assez loin et tu atteindras
Un endroit où la mer coule sous la terre
Nous verrons nos ombre, haut dans le ciel
Disparaître dans la nuit

J’ai fait le tour du monde en bateau durant 7 ans
Et laissé tout ceux que j’aimais derrière en pleurs
Oh, ne veux-tu pas venir, où que tu sois
J’ai été seul assez longtemps

Toi, tu as ta manière bien à toi
De tenir ma main et de la maintenir au dessus des flots
Ne la lâche jamais – oh non non non

Toi, tu as ta manière bien à toi
De tourner le monde de sorte qu’il fasse face
Au chemin que je parcours. Jamais
N’arrête jamais.

Qui a vu le vent ni toi ni moi
Mais quand le bateau avance, il se détourne
Entre toi et moi, je ne pense vraiment pas
Qu’il sache du tout où il va

Toi, tu as ta manière bien à toi,
De me faire faire deux fois le tour de la terre
Jamais plus proche de la maison que le jour
Le jour où je suis parti.

Toi, tu as ta manière bien à toi,
Tiens-moi la main, maintiens-la au dessus des flots
Ne la laisse jamais, non non non

Que signifient les rêves, nuit après nuit
L’homme dans la lune est une lumière aveuglante
Ne vas tu pas sortir, qui que tu sois
Tu m’as suivi bien assez longtemps

Toi, tu as ta manière bien à toi
De me tenir la main, ne la laisse jamais partir
Toi, tu as ta manière bien à toi
De tourner le monde de sorte qu’il fasse face
Au chemin que j’emprunte, jamais,
Ne me laisse jamais.

(Collins/Banks)

(Instrumental)

(Banks)

Couple heureux :

Je ne peux te voir, mais je sais que tu es là
Je dois me mettre à côté de toi car il fait vraiment froid ici
Vient, plus près de moi, tu seras bientôt réchauffé
Serre-moi contre toi comme pour nous protéger d’une tempête


Souris :

Je pense que je devrais sortir faire un petit tour
Dans la nuit et hors de ce trou
Peut être trouver un repas
Marcher le long de ce tapis à longues mèches
Présente une difficulté tout le long
Près de la porte

Soudain, elle se cogne contre le bois, la porte est fermée
Une voix venant du lit, il va être exposé
Dans quelle direction aller, elle doit atteindre le trou
La lumière est allumée, il est aveugle comme une taupe dans du charbon

Maintenant je les vois venir vers moi
Ils ont bloqué ma porte, je n’ai pas une chance en enfer


Couple :

Vient bébé, laisse la pauvre chose aller
Je ne dors pas avec cette chose par ici non
D’accord, je vais chercher une boite en bas
Surveille-là attentivement, elles sont très rapides tu sais.


La souris :

La porte est ouverte, c’est ma chance de m’échapper
Je dois sortir vite, mieux vaut tard que jamais
Je suis dans les escaliers
Ils ne vont pas m’attraper maintenant, j’ai l’avantage de la maison maintenant
Je vais atteindre le bas des escaliers et entrer dans la corbeille à pain
Ca serait bien.

Soudain, elle bute dans de la fourrure, c’est très imprudent
Un chat est plus rapide qu’un homme et ses yeux
La poursuite qui s’ensuit ne peut avoir qu’une fin
À moins qu’une aide extérieur n’intervienne en faveur de notre amie dans le besoin.

Mais maintenant le chat vient pour tuer,
Sa patte est levée, bientôt le sang va se répandre, oui, il va.


Chat :

Pas de chance, souris, c’est la fin de ta route
Quelque chose en moi me dit que tu dois me laisser porter ta lourde charge

Mais ça ne sera pas, l’assaut final
Casse une jarre sur sa tête et le couche par terre.

Mais c’est tout dans la nuit d’une souris
D’accepter le défi de tout ceux qui veulent se battre


L’histoire du chat :

J’étais appuyé contre le mur
Et voilà cette souris monstrueuse, elle mesure dix pieds
Avec des dents et des griffes pour s’opposer
Ca n’a duré que l’instant d’un souffle

(Banks)

Sombre et gris, un film anglais, la pièce du Mercredi
Nous regardons toujours la reine le jour de Noël
Ne vas-tu pas rester ?

Bien que tes yeux voient des marins échoués, tu es encore à sec
L’horizon est clair, bien que le pays de Galles puisse avoir de la pluie
Encore sauvé.

Zappons le garçon des infos (Je vais faire du thé)
Les garçons arabes et juif (trop pour moi)
Ils me désorientent mon garçon (ça m’empêche de dormir)
Et la chose dont j’ai horreur ! Oh Seigneur !
C’est de se coucher tard pour regarder des débats sur le destin de quelque nation

Hypnotisé par Batman, Tarzan, toujours surpris
Tu as gagné l’ouest en temps voulu pour être notre invité
Nomme ton prix !

Une goutte de vin, un verre de bière, cheri quelle heure est t’il ?
La vase sur la Tyne est mienne, toute mienne, toute mienne
Neuf heure cinq.

Du sang sur les toits – Venise au printemps
Les rues de San Francisco – Un mot de Pekin
Les problèmes ont commencé – à cause d’un jeune Errol Flynn
C’était mieux de mon temps – Oh Seigneur !
Car quand nous nous ennuyions, nous avions une guerre mondiale, heureux mais pauvres

Alors zappons le garçon des infos (je vais faire ce thé)
Du sang sur les toits (trop pour moi)
Quand la vieille mère l’oie s’arrête, ils n’ont marqué que 23 points
Puis la pluie au stade « Lords » arrête le jeu
Ils semble qu’Hélène de Troie ait trouvé un nouveau visage à nouveau

(Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Hackett/Rutherford/Banks/Collins)

(Instrumental)

(Banks)

Comme la poussière qui s’accumule autour de moi
Je dois trouver un nouveau chez moi
Les chemins et les trous qui me servaient d’abri
Sont tous les mêmes pour moi maintenant
Mais moi, je chercherais partout
Pour entendre ton appel
Et je marcherais sur des routes plus étranges que celle là
Dans un monde que je connaissais avant
Tu me manques encore plus.

Que le soleil se reflétant sur mon oreiller
Amenant la chaleur d’une vie nouvelle
Et les sons qui résonnaient autour de moi
J’en ai eu un aperçu dans la nuit
Mais maintenant, maintenant que j’ai tout perdu
Je te donne mon âme.
La signification de tout ce en quoi je croyais auparavant
M’échappe dans ce monde de solitude, de rien, de personne

Et je chercherais partout
Juste pour entendre ton appel
Et je marcherais sur des routes plus étranges que celle là
Dans un monde que je connaissais avant
Car maintenant que j’ai tout perdu
Je te donne mon âme
La signification de tout ce en quoi je croyais auparavant
M’échappe dans ce monde de solitude
Tu me manques encore plus.

Infos générales

Phil Collins – Chant, Batterie, Cymbales, Percussions.
Steve Hackett – Guitares électriques, Nylon Classique et 12 cordes, Kalimba, Harpe automatique.
Mike Rutherford – Basses, 4, 6 et 8 Cordes. Guitares Électriques et 12 cordes acoutisques, Pedales basses.
Tony Banks – Steinway Grand Piano. ARP 2600 et Pro-Soloist Synthetiseurs. Orgue Hammond, Mellotron, Roland String Synthesiser, Fender Rhodes Piano, etc.

Enregistré au Relight Studios, Hilvarenbeek, Hollande.
Co-Produit par David Hentschel et Genesis.
Ingénieur du son : David Hentschel
Assistant : Pierre Geoffroy Chateau
Remixé au Trident Studios, London.
Assistant : Nick « Cod » Bradford
« Tape Operators » : John, Geoff, Neil and Steve

Sorti en Janvier 1977

Singles :

Fevrier 77 – Your own special way/It’s yourself (UK)
Fevrier 77 – Your own special way/…In that quiet earth (USA)