Archives: 1976-1992

Seb

4/5

Bon, je mets quatre étoiles parce que c’est Genesis, mais bon, je vous préviens je vais être sévère avec ce disque, parce que je suis fan et que je m’en donne le droit ! Évidemment il y a les excellentes faces b, évidemment il y a les versions live inédites, évidemment il y a un excellent work in progress de Mama, et ça, seul suffit à faire les quatre étoiles, mais franchement, où sont passées les versions live de Eleventh Earl of Mar, Tonight Tonight Tonight version longue, Keep it Dark, pourtant enchainé en concert avec It’s Gonna Get Better, présent sur le disque, ou encore In that Quiet Earth ? Que signifie cet horrible fade out à la fin de Man on the corner ? N’aurait il pas été mieux de mettre Who Dunnit? qui suivait ce morceau normalement ? Où sont passés Me and Virgil et Match of the Day, toutes deux faces b ? Était ce bien nécessaire de les sacrifier au nom des remix de Invisible touch, Tonight Tonight Tonight et Land of confusion, très dispensables ? Bref, bien qu’excellent, cet objet, destiné aux fans, laisse un goût amer d’inachevé et de peu mieux faire… Enfin, quand on est fan on peut bien faire son chieur chiant et exigeant non ?

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « I Can’t Dance » single, 1991.


Well there’s a place where two worlds collide
The pile of stone against the pull of the tide
You can stay with your feet on the ground
Or step into the water, leave the dry behind

On the shoreline
Meet me on the shoreline
Where you can only swim if you try

Well, if there’s somewhere on the other side
It might be better, it might be as bad
Someday soon you’ll have to make a move
Cos you can’t stay forever, ah just waiting

On the shoreline (on the shoreline)
Meet me on the shoreline (on the shoreline)

Take me over, lead me through

Well can you take me there, to the other side
Where everything is new, uncertain and strange
Don’t ever let me go till we’re there
I don’t know what it is I’m looking for
And until it’s found I won’t be sure…

Well, there are squares in the game of life
When you can keep on moving or turn aside
Yes, there are times when you have to decide
To put your feet in the water, or stay

On the shoreline (on the shoreline)
Meet me on the shoreline (on the shoreline)
Where you can only swim if you try
I’ll be there – oh
On the shoreline (on the shoreline)
I’ll be there on the shoreline (on the shoreline)
Where you can only swim if you try
I’ll be there
I’ll be there – oh
Yes, I’ll be there
I’ll be there…

(Banks/Collins/Rutherford)

1991. Released as B-side of « Jesus He Knows Me » single, 1992.


In life there are those decisions
Which direction you should take
It’s only later that you realize
All those simple mistakes you make
I don’t like being alone
Don’t wanna be by myself
But since you’ve gone that’s all I can think oF
I can’t think of nothing else

Oh, I said I’m sorry, soon I give it up
You know I’m sorry, soon I give it up
You know I’m sorry, soon I give it up
Cos my heart’s on fire
My heart’s on fire

Woh can you take me there
Oh, come back and take me there
Cos I need to be with you
Be there with you

Yes there is no denying
Our love is not untrue
I know I’ve lied so many times before
But deep down there’s only you
I need you here by my side
Together our love could grow
But first you have to believe that I want you
More than you’ll ever know

Woh, I said I’m sorry and I give it up (give it up)
You know I’m sorry, soon I give it up (give it up)
You know I’m sorry, soon I give it up (give it up)
Cos my heart’s on fire
My heart’s on fire

Woh can you take me there
Oh, come back and take me there
Cos I need to be with you
Be there with you

(give it up, give it up, give it up…)

With it we take our chances
What will be will be
But I don’t care what the people may think
Just as long as you’re here with me
Don’t like being alone
Don’t wanna be by myself
And since you’ve gone, well that’s all I can think of
I can’t think of nothing else

Woh, I said I’m sorry and I give it up (give it up)
You know I’m sorry soon I give it up (give it up)
You know I’m sorry soon I give it up
Cos my heart’s on fire
My heart’s on fire

Woh can you take me there
Oh, come back and take me there
Cos I need to be with you
Be there with you
You, be there with you

Hearts on fire
Hearts on fire
Hearts on fire
My heart’s on fire
Hearts on fire, hearts on fire…

(Banks/Collins/Rutherford)


What was it you said to me
Back in the days when things looked fine
’bout how we would be together
Until we left the earth behind
Oh, it’s funny how things can change
Cos there was a time I thought I’d be the one
Who’d leave and start again
But now I’d stay forever

Ooh my hopes are as the leaves upon the water
Just sunk in the night
And though I know you couldn’t care, you oughtta
Ah, the end of a life
Or maybe when you’re older, and you’re thinking back
You might recall
Now did I act carefully, did I do right?
Or were we meant to be, all of our lives
In love and harmony, all of our lives?

So now, take my hand
Come, hold me closely
As near as you can
Believing all that we could be
And all that we have been
And all that we are

Everyday seems summertime
The river flow with wine
Ooh when you were here with me
I wish we’d stayed that way forever

Oh my hopes are as the leaves upon the water
Just sunk in the night
And though I know you couldn’t care, you oughtta
Ah, the end of a life
Or maybe when you’re older, and you’re thinking back
Well you might recall
Now did I act carefully, did I do right?
Or were we meant to be, all of our lives
In love and harmony, all of our lives?

So now, take my hand
Come, hold me closely
As near as you can
Believing all that we could be
And all that we have been
And all that we are

Oh my hopes were as the leaves upon the water
Ah, sunk in the night
And though I know you couldn’t care, you oughtta
Oh, the end of a life
And maybe when you’re older, and you’re thinking back
Oh, you might recall
Now did I act carefully, did I do right?
Or were we meant to be, all of our lives
In love and harmony, all of our lives?

So now, take my hand
Come, hold me closely
As near as you can
Believing all that we could be
And all that we have been
And all that we are

(Banks/Collins/Rutherford)


Paperlate paperlate
Paperlate paperlate

Paperlate, oh I’m sorry but there is no one on the line
Paperlate, oh I’m sorry but rest easy no news is good news

Ooh it’s too easy to live like clockwork
Tick tock watching the world go by
Any change would take too long
So dry your eyes
Ooh it’s too easy to live in a cold sweat
Just sitting dripping in pools below
You can wipe your face
Kill the pain
But the fever won’t go, no no

Paperlate
Pull it together now
Put your feet back on the ground
Paperlate
Ooh don’t worry now
You’re not alone
Look around you
Paperlate
Ooh I’m sorry but there’s no one on the line
Paperlate
Ooh I’m sorry but rest easy no news is good news

Ooh it’s too easy to compute your future
Taking no risks and playing too safe
Any change would take too long
So dry your eyes
Ooh it’s too easy to talk about rocking the boat
Making changes and changing track
But you’d better not lock that door
Cos you’ll be coming back

Ah you’re breathing faster
Silence the only sound
There’s no need to be nice on the way up
Cos you’re not coming down

Paperlate paperlate
Paperlate paperlate
Paperlate paperlate
Paperlate paperlate

Paperlate
Ooh I’m sorry but there’s no one on the line
Paperlate
Oh I’m sorry but rest easy no news is good news…

(Banks)


The girl from all those songs
Who made everything feel right
She came in like an angel, into your lonely life
And filling your world with light
Oh, and everybody told you « you’re oh so lucky »

Curtains part revealing a country scene
Clothed in green and brown
Evidence of autumn
And recent rain
On a winding lane, a byway
Walking on that road is a certain girl
In all the world the one
Guaranteed to move you and turn your head
When all’s been said and done

The girl from all those songs
Who made everything feel right
She came in like an angel, into your lonely life
And filling your world with light
Oh, and everybody told you « you’re oh so lucky »

The night is clear but cool
Ooh maybe dawn is breaking as you turn to find her gone
Then you see the note
Ooh you cannot believe it
And you think you’ll go insane…

But that was many years ago
And though the pain is dim
A something still remains
Though you hardly can recall
Her face or form
Her memory lingers on
Ooh she made everything feel right
She came in like an angel (in like an angel),
Into your lonely life (into your life)
And filling your world with light
Oh and everybody told you « you’re oh so lucky »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released as B-side of « In Too Deep » single and « Land Of Confusion » CD single, 1986.

(Instrumental)

(Banks/Collins/Rutherford)

1986. Released as B-side of single « Throwing It All Away », 1987.


Ooh yeah
You know I never wanted to be closer
And I’ll still be here until it’s over
No, no I never wanted to be closer
But you’ll be back, I could’ve told you

Well I always knew
Yes I could see it coming
Your ambitious streak
You always want things beyond your reach
Well now you’ve got what you wanted
And you’re free to be the things
You always said you’d be
You’re up there looking down
Tell me what do you see – oh

Cos you know
You know I never wanted to be closer
And I’ll still be here until it’s over
No, no I never wanted to be closer
Yeah, but you’ll be back, I could’ve told you

Well it seems to me
That you’ve got to fight for yourself
In this world we live in
It’s dog-eat-dog and never give in
Why worry when you’re holding the aces
Don’t throw it away cos you know
I’d rather be you than me
Up there looking down
Tell me what do you see – oh

hey hey yeah

Ooh yeah
You know I never wanted to be closer (never wanted)
And I’ll still be here ’til it’s over
No, no I never wanted to be closer (never wanted)
Ooh but you’ll be back, I could’ve told you

It’s been a long time coming
But at last we seem to be moving on, straight ahead
We’re finally getting something done
Time flies and ‘fore you know it
You’ll be getting closer to where
You always knew you’d be
Up there looking down
Tell me what do you see – oh

Cos you know
No, no I never wanted to be closer (never wanted)
I’ll still be here until it’s over
No, you know I never wanted to be closer (never wanted)
Yeah but you’ll be back, I could’ve told you

hey hey yeah…

(Banks/Collins/Rutherford)
(instrumental)

(Banks/Collins/Hackett/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


INSIDE

Brother Seems they’re letting him out next year
He’s behaving himself, I hear
Governor Conway says it will be fine
Just as long as he can tow the line

It’s the same old story
But it says here « Mum you’re not to worry »
‘Cos some you lose and some you lose

At this party, he was on his own
All he did was say he’d take her home
But it seems they didn’t go straight there
‘cos on the porch, she told him,
« put your hand here »

Yes it’s that same old story
They told her mum she’s not to worry

Police « If what she says is so,
we’ll never let him go! »

Him « Never a word could be heard
Not even the sound of a bird
Singing it over again, telling a different story
Never the same as before
See the summer going out by the door »
Brother And now that you’ve paid for those lies
Get another disguise

« It’s twenty years now since our Kid came free
Oh I remember August ’53
But it wasn’t quite like they said
With that behind you, you can’t plan ahead
Yes it’s the same old story
They say you’re free, but don’t worry
What they said’s not so
They’ll never let you go! »

Him « Never a word could be heard
Not even the sound of a bird
Singing it over again, telling a different story
Never the same as before
See the summer going out by the door »
Brother And now that you’ve paid for those lies
Get another disguise

OUT

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « Land Of Confusion » single, 1986.


You are terrified by the smallest sound
Because you live your life in such a sheltered world
As do those who surround you
Well I have seen you stung by poisonous flies
And you suffer much too much from their bites
There you sit in your comfort watching other people get caught by the
storm

Many a thing that used to be a secret
Has become so talked about
Not worth a second thought
There’s different kinds of secrets now
Times change, it’s not enough to say
It seemed a good idea a hundred years ago
You think it’s not your problem
It really doesn’t matter at all

Every stone that’s thrown must fall to the ground
But you don’t give a thought to where they might come down
You are feeding the fire over which you’ll be roasted

Anywhere that they don’t speak the same
In any place that they don’t think the same
You think it’s not your problem
No no

You think it’s not your problem
It really doesn’t matter at all
Oh…

Maybe it’s not your fate to be a leader of men
But you just leave it all to someone else and complain
You could be so much stronger, but it really doesn’t matter any longer
Cos you’re feeding the fire over which you’ll be roasted
Cos you’re feeding the fire over which you’ll be roasted

11 : I Can’t Dance (12″)

(Banks/Collins/Rutherford)

(instrumental)

13 : Illegal Alien (live)

14 : Dreaming While You Sleep (live)

15 : It’s Gonna Get Better (live)

16 : Deep In The Motherlode (live)

17 : Ripples (live)

18 : The Brazilian (live)

19 : Your Own Special Way (live)

20 : Burning Rope (live)

21 : Entangled (live)

22 : Duke’s Travels (live)

23 : Invisible Touch (12″)

24 : Land Of Confusion (12″)

25 : Tonight Tonight Tonight (12″)

26 : No Reply At All (live)

27 : Man On The Corner (live)

28 : The Lady Lies (live)

(Rutherford)


I see your smiling face, by the open door
There’s the morning light
Shining in your hair, and in your eyes

And just a little way behind that smile of yours
I see another one, oh so far away
If only for one second, I could hold you close to me
When the Master calls for me again
There’s nothing I can say, or I can do

Goodbye, my love
Time has come to say farewell
I hear the call again
Goodbye to the world
I’ve sheltered for so long
Oh there’s so much my love, that I can never say

And in a little while, in a little while
There’s nothing left to see

As the years go by and I have not returned
And the night has come, falling all around
Ooh if you count the stars you’ll know
How many have gone out
And when the Master calls for me again
There’s nothing that I can say
Or I can do

Stand in the sun
Shut your eyes and feel the world
It’s changing every day
Goodbye my love
Each day will seem so long
Ooh there’s so much I feel, that I can never say

I can’t see you
I can’t feel you anymore
I’ve just a memory of that open door

(Banks)

Released as B-side of « Many Too Many » single, 1978.


When they went to bed that night no-one would have believed
That in the morning light would not be there
The dark hung heavy on the air like the grip of a jealous man
No place was there known to have been spared
Then panic took control of minds as fear hit everyone
The day the light went out of the daytime sky

Artificial light could hardly penetrate the gloom
Nothing out of reach could be observed
Looting, pillage, murder, rape became the rule of that day
Who hit him no one knew or whom he hit
Cars were caught in pileups and the planes could never land
The day the light went out of the daytime sky

« Now I can rest here after my journey
Now I can feed here before I continue »

Some there were who’s heads were clear who sought, tried to find
The nature of this deadly foe, the dark
It seemed the sun was still somewhere though hidden from their sight
By something, though amorphous, yet alive
And so they looked for ways to rid themselves of the parasite
The day the light went out of the daytime sky

« Now I can rest here after my journey
Now I can feed here before I continue »

They tried in many fruitless ways to see the noonday sun
By blasting with their missiles through the dark
But soon a kind of sleepy state came over everyone
Till nothing seemed to stir or even breathe
And when the darkness chose to disappear not many had survived
Then came a shadow – another had arrived
And again the light went out the daytime sky

(Collins/Rutherford)

Released as B-side of « Many Too Many » single, 1978.


She packed her bags and dressed
Long before the sunrise
No one knew
She told them many times
About how she would teach them
And now it’s time
Standing quietly by the door
Her face is numb with fear
She stops and then goes on
« Leave forever – it’s now or never »

Quickly walking down the street
It’s cold and grey, dawn’s breaking
She don’t mind (she don’t mind)
Why she feels so grown up now
Her life is just beginning
She don’t know (she don’t know)
She’s standing in the pouring rain
Her make-up’s running down
She wonders now she’s here
« Where will I go? Who do I know? »

Now, now she’s not quite so sure
I may be wrong but home seems so much more friendly now
And they might worry but she doesn’t want them to
Cos causing pain, that’s not the thing that she set out to do

So she’s back in bed before
Anyone can miss her
She feels good (she feels good)
Knowing the chance was there
Deciding not to take it
That’s her choice (that’s her choice)
She’s still awake, her mum comes in
« Me and dad, we’ve had a chat
And we’re sorry for the things we said
Please forgive us – you wouldn’t leave us? »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


Who put fifty tons of shit on the Foreign Office roof?
Who suffers from nine known diseases?
Who gets up in the morning when the sun comes up
And makes their beds, paper clips, bus tickets
All around their heads?
Who congregate around Trafalgar Square
Taking pot shots at the tourists?
Oh you’ve got to watch out
When you wander round the square in the morning
Cos they’re everywhere, they’re everywhere

Here we have an honest man
A civil servant to boot
He lived high up in the Ministry
And when he wished to make a point
He knew just what to do
His window ledges were all covered in grease
« I want them out of here »

He said to me, « I want them gone »
Because you see – Oh don’t you see
None of us are getting any younger
You’ve got to follow your nose
And if it tells you that you’ve got to go
Well that’s because, they’re everywhere,
They’re everywhere

So we called in those men, those horrible men
We set them to work on the rooftops
You see their van is very plain
And I know they’re too ashamed
To wear their by appointment badges anymore
Sometimes they use vaseline, sometimes they use the pill
I’ve often seen them with a gun
But as the years go by, old habits seem to die
And nowadays they knockatize them all
Oh you’ve got to watch out
As you wander round the square in the morning
Oh they’re everywhere, they’re everywhere

(Banks/Collins/Hackett/Rutherford)

Released as B-side of singles « Ripples », 1976 and « Your Own Special Way », 1977.


Stepping out the back way
Hoping nobody sees
Feeling can be easy
Think how I feel

What will you say?
What will you do?
Why can’t you see?
It’s yourself I love

Don’t you know I’d like some answers
You could give me a call
I hardly know the reason
And I really feel no good at all

Where will you go?
Where will you be?
Where can I try?
It’s yourself I love

34 : Mama (Work In Progress)

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « I Can’t Dance » single, 1991.


Eh bien, il existe un endroit où deux mondes entrent en collision
Le tas de pierres contre la force de la marée
Et tu peux rester les pieds sur terre
Ou aller dans l’eau, laisser le sec derrière

Sur le rivage
Rencontre-moi sur le rivage
Où tu peux seulement nager si tu essayes

Eh bien, s’il y a quelque part de l’autre côté
C’est peut-être mieux, c’est peut-être aussi mauvais
Un jour, bientôt, tu devras partir
Car tu ne peux pas rester éternellement, ah simplement à attendre

Sur le rivage (Sur le rivage)
Rencontre-moi sur le rivage (Sur le rivage)

Emporte-moi, fais-moi traverser

Eh bien, peux-tu m’emmener là-bas, de l’autre côté
Là où tout est nouveau, incertain et étrange
Ne me laisse pas partir tant que nous n’y sommes pas
Je ne sais pas ce que je cherche
Et tant que je ne le trouve pas, je n’en serai pas sûr.

Eh bien, il y a des carrés dans le jeu de la vie
Quand tu peux continuer de t’écarter ou de détourner
Oui, parfois quand tu dois décider
De mettre les pieds dans l’eau, ou de rester

Sur le rivage (Sur le rivage)
Recontre-moi sur le rivage (Sur le rivage)
Où tu peux simplement nager si tu essaies
Je serai là, oh
Sur le rivage (Sur le rivage)
Je serai là sur le rivage (Sur le rivage)
Où tu peux simplement nager si tu essaies
Je serai là
je serai là, oh
Oui, je serai là
Je serai là
Je serai là

(Banks/Collins/Rutherford)

1991. Released as B-side of « Jesus He Knows Me » single, 1992.


Dans la vie il y a ces décisions
Quelle direction on devrait prendre
Ce n’est que plus tard qu’on réalise
Toutes ces erreurs bêtes qu’on fait
Je n’aime pas être seul
Je ne veux pas être tout seul
Mais depuis que tu es partie, c’est tout ce à quoi je peux penser
Je ne peux penser à rien d’autre

Oh, j’ai dit que je suis désolé, j’abandonne vite
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite
Car mon cœur est enflammé
Mon cœur est enflammé

Oh peux-tu m’emmener là
Oh, reviens et emmène-moi là
Car j’ai besoin d’être avec toi
D’être là avec toi

Oui, c’est indéniable
Notre amour n’est pas faux
Je sais que j’ai menti tant de fois auparavant
Mais au fond il n’y a que toi
J’ai besoin de toi ici à mes côtés
Ensemble notre amour pourrait grandir
mais d’abord tu dois croire que je te veux
Plus que tu ne le sauras jamais

Oh, j’ai dit que je suis désolé, et j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite (abandonne)
Car mon cœur est enflammé
Mon cœur est enflammé

Oh peux-tu m’emmener là
Oh, reviens et emmène-moi là
Car j’ai besoin d’être avec toi
D’être là avec toi

(laisse tomber, laisse tomber, laisse tomber…)

Avec ça, nous prenons notre chance
Ce qui doit arriver, arrivera
Mais je me moque de ce que les gens peuvent penser
Tant que tu es là avec moi
Je n’aime pas être seul
Je ne veux pas être tout seul
Et depuis que tu es partie, bien c’est tout ce à quoi je peux penser
Je ne peux penser à rien d’autre

Oh, j’ai dit que je suis désolé, et j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite
Car mon cœur est enflammé
Mon cœur est enflammé

Oh peux-tu m’emmener là
Oh, reviens et emmène-moi là
Car j’ai besoin d’être avec toi
Être là avec toi
Toi, être là avec toi

Cœurs enflammés
Cœurs enflammés
Cœurs enflammés
Mon cœur est enflammé
Cœurs enflammés, cœurs enflammés…

(Banks/Collins/Rutherford)


Qu’est ce que c’était, ce que tu me disais
À cette époque où tout allait bien
À propos de de notre vie ensemble
Jusqu’à que nous abandonnions la terre
Oh, c’est drôle comme les choses peuvent changer
Car il fut une époque où je pensais que je serais celui
Qui partirais et recommencerais
Mais maintenant je resterais pour toujours

Oh mes espoirs sont commes les feuilles sur de l’eau
Simplement noyés dans la nuit
Et bien que je sache que tu t’en moquerais, tu ne devrais pas
Ah, la fin d’une vie
Ou peut-être quand tu seras plus vieux, et que tu repenses
Tu te rappeleras peut-être
Maintenant est-ce que j’ai agi prudemment, est-ce que j’ai bien fait?
Ou étions-nous faits l’un pour l’autre, toute notre vie
Dans l’amour et l’armonie, toutes notre vie?

Alors maintenant, prends ma main
Viens, serre-moi fort
Aussi près que tu le peux
Croyant tout ce que nous pourrions être
Et tout ce que nous avons été
Et tout ce que nous sommes

Chaque jour ressemble à l’été
La rivière coule avec du vin
Oh quand tu étais ici avec moi
Si seulement nous étions restés ainsi pour toujours

Oh mes espoirs sont commes les feuilles sur de l’eau
Simplement noyés dans la nuit
Et bien que je sache que tu t’en moquerais, tu ne devrais pas
Ah, la fin d’une vie
Ou peut-être quand tu seras plus vieux, et que tu repenses
Tu te rappeleras peut-être
Maintenant est-ce que j’ai agi prudemment, est-ce que j’ai bien fait?
Ou étions-nous faits l’un pour l’autre, toute notre vie
Dans l’amour et l’armonie, toutes notre vie?

Alors maintenant, prends ma main
Viens, serre-moi fort
Aussi près que tu le peux
Croyant tout ce que nous pourrions être
Et tout ce que nous avons été
Et tout ce que nous sommes

Oh mes espoirs sont commes les feuilles sur de l’eau
Simplement noyés dans la nuit
Et bien que je sache que tu t’en moquerais, tu ne devrais pas
Ah, la fin d’une vie
Ou peut-être quand tu seras plus vieux, et que tu repenses
Tu te rappeleras peut-être
Maintenant est-ce que j’ai agi prudemment, est-ce que j’ai bien fait?
Ou étions-nous faits l’un pour l’autre, toute notre vie
Dans l’amour et l’armonie, toutes notre vie?

Alors maintenant, prends ma main
Viens, serre-moi fort
Aussi près que tu le peux
Croyant tout ce que nous pourrions être
Et tout ce que nous avons été
Et tout ce que nous sommes

(Banks/Collins/Rutherford)


Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition

Dernière édition, oh je suis désolé mais il n’y a personne en ligne
Dernière édition, oh je suis désolé mais reste tranquille, « pas de nouvelles bonnes nouvelles »

Oh c’est trop facile de vivre comme une horlge
Tic toc; observant le monde passer
N’importe quel changement prendrait trop de temps
Alors essuie tes yeux
Oh c’est trop facile de vivre avec des sueurs froides
En restant assis, dégoulinant dans les flaques en-dessous
Tu peux t’essuyer le visage
Tuer la douleur
Mais la fièvre ne partira pas, non non

Dernière édition
Reprends-toi maintenant
Remets tes pieds sur terre
Dernière édition
Ooh ne t’inquiète pas maintenant
Tu n’es pas seul
Regarde autour de toi
Dernière édition, oh je suis désolé mais il n’y a personne en ligne
Dernière édition, oh je suis désolé mais reste tranquille, « pas de nouvelles bonnes nouvelles »

Oh c’est trop facile de programmer ton futur
En ne prenant aucun risque et jouant trop la sécurité
N’importe quel changement prendrait trop de temps
Alors essuie tes yeux
Oh c’est trop facile de faire des vagues
En faisant des changements et en changeant de voie
Mais tu ferais mieux de ne pas fermer cette porte
Car tu reviendras

Ah tu respires plus vite
Le silence, le seul son
Il n’y a pas besoin d’être gentil au sommet
Car tu ne vas pas redescendre

Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition

Dernière édition, oh je suis désolé mais il n’y a personne en ligne
Dernière édition, oh je suis désolé mais reste tranquille, « pas de nouvelles bonnes nouvelles »…

(Banks)


La fille de toutes ces chansons
Qui a fait que tout allait bien
Elle est entrée comme un ange, dans ta vie solitaire
Et a rempli ton monde de lumière
Oh, et tout le monde te disait « tu es si chanceux »

Les rideaux séparés révèlent une scène de campagne
Revêtue de vert et marron
Le signe de l’automne
Et la pluie récente
Sur un chemin sinueux, écarté
Marchant sur cette route, on voit une certaine jeune fille
Dans tout le monde, la seule
Qui garantit de te remuer et de te faire tourner la tête
Au bout du compte

La fille de toutes ces chansons
Qui a fait que tout allait bien
Elle est entrée comme un ange, dans ta vie solitaire
Et a rempli ton monde de lumière
Oh, et tout le monde te disait « tu es si chanceux »

La nuit est claire mais fraîche
Oh peut-être que l’aube se dissipe lorsque tu te retournes pour découvrir qu’elle est partie
Puis tu vois la note
Oh tu ne peux pas le croire
Et tu penses que tu vas devenir fou

Mais c’était il y a des années
Et bien que la douleur aie diminué
Quelque chose demeure
Bien que tu puisses à peine te rappeler
de son visage ou de sa silhouette
Son souvenir persiste
Oh elle a fait que tout allait bien
Elle est entrée comme un ange (comme un ange),
Dans ta vie solitaire (dans ta vie solitaire)
Et a rempli ton monde de lumière
Oh et tout le monde te disait « Tu es si chanceux »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released as B-side of « In Too Deep » single and « Land Of Confusion » CD single, 1986.

(Instrumental)

(Banks/Collins/Rutherford)

1986. Released as B-side of single « Throwing It All Away », 1987.


Oh ouais
Tu sais je n’ai jamais voulu être plus proche
Et je resterai toujours ici jusqu’à ce que ce soit fini
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche
Mais tu reviendras j’aurais pu te dire

Eh bien j’ai toujours su
Oui je la voyais venir
Ta tendance ambitieuse
Tu veux toujours des choses qui ne sont pas à ta portée
Eh bien maintenant tu as ce que tu voulais
Et tu es libre d’être tout
Ce que tu as toujours dit que tu serais
Tu es là-haut regardant en bas
Dis-moi ce que tu vois, oh

Car tu sais
Tu sais je n’ai jamais voulu être plus proche
Et je resterai toujours ici jusqu’à la fin
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche
Ouais, mais tu reviendras, j’aurais pu te dire

Eh bien il me semble
Que tu dois te battre pour toi
Dans ce monde où nous vivons
Les loups se mangent entre eux et il ne faut jamais céder
Pourquoi s’inquiéter quand tu as les atouts en main
Ne le gaspille pas car tu sais
Je préfèrerais mieux être toi que moi
Là-haut regardant en bas
Dis-moi ce que tu vois, oh

Hé hé ouais

Oh ouais
Tu sais je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Et je resterai toujours ici jusqu’à ce que ce soit fini
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Ouais, mais tu reviendras, j’aurais pu te dire

Ca a été long à venir
Mais enfin on dirait que nous avançons, droit devant
Nous sommes enfin en train de faire activer les choses
Le temps passe vite et avant que tu le saches
Tu te raprocheras d’où
Tu as toujours su que tu serais
Là-haut regardant en bas
Dis-moi ce que tu vois, oh

Car tu sais
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Et je resterai toujours ici jusqu’à ce que ce soit fini
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Ouais, mais tu reviendras, j’aurais pu te dire

hé hé ouais…

(Banks/Collins/Rutherford)
(instrumental)

(Banks/Collins/Hackett/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


À L’INTERIEUR

Le frère: il semble qu’ils vont le laisser sortir l’année prochaine
Il se comporte bien, j’ai entendu
Le gouverneur Conway dit que ça va aller
Tant qu’il peut rester en ligne

C’est toujours la même histoire
Mais ça dit ici « Maman tu n’as pas à t’inquiéter »
Car tu en perds certains et tu en perds certains

À cette soirée, il était seul
Tout ce qu’il a fait était, dit-il, de la ramener chez elle
Mais il semble qu’ils n’y sont pas allés directement
Car dans le porche, elle lui a dit,
« Met ta main là »

Oui c’est toujours cette vieille histoire
Ils ont dit à leur mère qu’elle n’a pas à s’inquiéter

Police: « si ce qu’elle dit est vrai,
Nous n’allons jamais le laisser partir! »

Lui: « Jamais un mot n’aurait pu être entendu
Pas même le son d’un oiseau
Chantant encore et encore, racontant une histoire différente
Jamais la même qu’auparavant
Regarde l’été sortir par la porte »
Le frère: et maintenant que tu a payé pour ces mensonges
Prends un autre déguisement

« ça fait 20 ans maintenant que notre fils a été libéré
Oh je me souviens Août 1953
Mais ce n’était pas vraiment comme ils ont dit
Avec ça derrière toi, tu ne peux pas faire de projets
Oui c’est toujours la même histoire
Ils disent que tu es libre mais ne t’inquiète pas
Ce qu’ils ont dit n’était pas vrai
Ils ne te laisseront jamais partir! »

Lui: « Jamais un mot n’aurait pu être entendu
Pas même le son d’un oiseau
Chantant encore et encore, racontant une histoire différente
Jamais la même qu’auparavant
Regarde l’été sortir par la porte »
Le frère: et maintenant que tu a payé pour ces mensonges
Prends un autre déguisement

DEHORS

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « Land Of Confusion » single, 1986.


Tu es terrifié par le moindre bruit
Parce que tu vis ta vie dans un monde tellement protégé
Comme tous ceux qui t’entourent
Hé bien je t’ai vu te faire piquer par des mouches vénimeuses
Et tu souffres beaucoup trop de leurs morsures
Là tu t’asseoies dans ton confort observant les autres gens pris dans la tempête

De nombreuses choses qui, avant, étaient secrètes
Sont devenues de grands sujets de conversation
Qui ne valent pas la peine d’hésiter
Il y a plusieurs sortes de secrets maintenant
Les temps changent, ce n’est pas suffisant de dire
Que ça semblait être une bonne idée il y a 100 ans
Tu penses que ce n’est pas ton problème
ça n’a vraiment pas du tout d’importance

Toute pierre lancée doit tomber par terre
Mais tu ne songes pas à l’endroit où elles pourraient atterrir
Tu alimentes le feu sur lequel tu seras grillé

Quel que soit l’endroit où ils ne parlent pas pareil
Dans n’importe quel endroit où ils ne pensent pas pareil
Tu penses que ce n’est pas ton problème – non non

Tu penses que ce n’est pas ton problème
Que ça n’a vraiment pas du tout d’importance – oh

Peut-être que ce n’est pas ton destin, d’être un meneur d’hommes
Mais tu laisses tout à quelqu’un d’autre et te plains
Tu pourrais être tellement plus fort, mais ça n’a vraiment plus d’importance à présent
Car tu nourris le feu sur lequel tu seras grillé
Car tu nourris le feu sur lequel tu seras grillé

Je vois ton visage souriant, par la porte ouverte
Il y a la lumière du jour
Brillant dans tes cheveux, et dans tes yeux

Et juste derrière ce sourire qui est le tiens
J’en vois un autre, si loin d’ici
Si seulement pour une seconde, je pouvais te serrer dans mes bras
Quand le Maître m’appellera à nouveau
Il n’y a rien que je puisse dire, ni que je puisse faire

Au revoir, mon amour
Le temps est venu de dire adieu
J’entends l’appel encore
Au revoir au monde
J’ai crié si longtemps
Il y a tant de choses, mon amour, que je ne puisse jamais dire

Et dans quelques temps, dans un peu de temps
Il n’y aura plus rien à voir

Alors que les années passent et je ne suis pas revenu
Et la nuit est venue, tombant tout autour
Si tu comptes les étoiles tu sauras
Combien se sont éteintes
Et quand le Maître m’appellera à nouveau
Il n’y a rien que je puisse dire, ou que je puisse faire

Reste au soleil
Ferme les yeux et ressens le monde
Il change chaque jour
Au revoir mon amour
Chaque jour semblera si long
Il y a tant de choses que je ressens, que je ne puisse jamais dire

Je ne peux pas te voir
Je ne peux plus te sentir
J’ai juste le souvenir de cette porte ouverte

Quand ils sont allés au lit cette nuit-là personne n’aurait cru
Que le matin, la lumière ne serait pas là
L’obscurité planait lourdement dans l’air comme la prise d’un homme jaloux
Aucun endroit n’était connu pour avoir été épargné
Puis la panique prit le contrôle des esprits au moment où la peur frappait tout le monde
Le jour où la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

La lumière artificielle pouvait à peine pénétrer l’obscurité
Rien hors d’atteinte ne pouvait être observé
Les saccages, les pillages, les meurtres, les viols devinrent la règle ce jour-là
Qui le frappait, personne n’a su ou qui a t-il frappé
Des voitures été prises dans des carambolages et les avions ne pouvait jamais atterrir
Le jour où la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

« Maintenant je peux me reposer ici après mon voyage
Maintenant je peux manger ici avant de continuer »

Certains avaient l’esprit clair, et ont cherché, essayé de trouver
La nature de cet ennemi mortel, le noir
Il semblait que le soleil était encore quelque part, bien que caché à leurs yeux
Par quelque chose d’amorphe, mais bien vivant
Et alors ils cherchaient des solutions pour se débarrasser du parasite
Le jour où la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

« Maintenant je peux me reposer ici après mon voyage
Maintenant je peux manger ici avant de continuer »

Ils ont essayé de nombreuses choses en vain pour voir le soleil de midi
En explosant leurs missiles à travers le noir
Mais vite une sorte de torpeur s’empara de tout le monde
Jusqu’à ce que rien ne semble bouger ou même respirer
Et quand les ténèbres ont choisi de disparaître, peu avaient survécu
Puis vint une ombre – une autre était arrivée
Et encore une fois la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

Elle a fait ses valises et s’est habillée
Bien avant le levé du jour
Personne ne savait
Elle leur avait dit plusieurs fois
Comment elle les montrerait
Et maintenant c’est le moment
Restant silencieusement à côté de la porte
Son visage est engourdi par la peur
Elle s’arrête, et puis continue
« Pars pour toujours – C’est maintenant ou jamais »

Descendant rapidement la rue
Il fait froid et gris, l’aube pointe
Elle se moque de savoir (elle se moque de savoir)
Pourquoi elle se sent maintenant si adulte
Sa vie ne fait que commencer
Elle ne sait pas (elle ne sait pas)
Elle reste sous la pluie battante
Son maquillage coule
Elle se demande pourquoi elle est là maintenant
« Où irai-je? Qui est-ce je connais? »

Maintenant, maintenant elle n’est plus vraiment sûre
Je peux avoir tort mais la maison lui semble beaucoup plus accueillante maintenant
Et ils pourraient s’inquiéter mais elle ne le veut pas
Car faire de la peine, ce n’est pas ce qu’elle cherche à faire

Alors elle est de retour dans son lit avant
Que quelqu’un ne s’en rende compte
Elle se sent bien (elle se sent bien)
Sachant que l’opportunité était là
Décidant de ne pas la prendre
C’est son choix (c’est son choix)
Elle est toujours éveillée, sa maman entre
« Moi et papa, nous avons eu une petite conversation
Et nous sommes désolé pour les choses que nous avons dites
S’il te plaît pardonne-nous – tu ne vas pas nous quitter? »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


Who put fifty tons of shit on the Foreign Office roof?
Who suffers from nine known diseases?
Who gets up in the morning when the sun comes up
And makes their beds, paper clips, bus tickets
All around their heads?
Who congregate around Trafalgar Square
Taking pot shots at the tourists?
Oh you’ve got to watch out
When you wander round the square in the morning
Cos they’re everywhere, they’re everywhere

Here we have an honest man
A civil servant to boot
He lived high up in the Ministry
And when he wished to make a point
He knew just what to do
His window ledges were all covered in grease
« I want them out of here »

He said to me, « I want them gone »
Because you see – Oh don’t you see
None of us are getting any younger
You’ve got to follow your nose
And if it tells you that you’ve got to go
Well that’s because, they’re everywhere,
They’re everywhere

So we called in those men, those horrible men
We set them to work on the rooftops
You see their van is very plain
And I know they’re too ashamed
To wear their by appointment badges anymore
Sometimes they use vaseline, sometimes they use the pill
I’ve often seen them with a gun
But as the years go by, old habits seem to die
And nowadays they knockatize them all
Oh you’ve got to watch out
As you wander round the square in the morning
Oh they’re everywhere, they’re everywhere

Sortant de l’arrière
En espérant que personne ne voit
Sentir peut être facile
Pense à la façon dont je me sens

Que diras-tu?
Que feras-tu?
Pourquoi ne vois-tu pas?
C’est toi que j’aime

Ne sais-tu pas que j’aimerais quelques réponses
Tu pourrais m’appeler
Je connais à peine la raison
Et je ne me sens vraiment pas bien du tout

Où iras-tu?
Où seras-tu?
Où puis-je essayer?
C’est toi que j’aime

Infos générales

Sorti en Novembre 2000