We Can’t Dance

Seb

4/5

Après cinq ans d’absence et du succès solo à la pelle pour Phil, un peu moins pour Mike et pas du tout pour Tony, Genesis revient avec We Can’t Dance, premier disque de Genesis écrit pour être sur un CD, c’est à dire au format 70 minutes. Padgham n’est plus là et ça s’entend. C’est un véritable bonheur après Invisible touch. On trouve de tout sur ce disque du très bon et du mauvais, du long et du court, du sérieux et du drôle… Trois ou quatre morceaux se détachent quand même : No son of mine, Driving the last spike, Dreaming while you sleep et Fading Light : Superbes. Le format 70 minutes est inhabituel pour Genesis, et à la première écoute on a l’impression qu’il y a beaucoup de remplissage. Avec plus de recul, on se dit que le disque aurait été meilleur à être plus concis en adoptant un format vinyle autour de 45 minutes… Ce disque a généré énormément de tubes comme I can’t dance, Jesus he knows me ou Hold on my heart, et même si cela peut sembler éloigné de ce que Genesis a fait auparavant, certains morceaux n’ont rien envier à ceux des premiers temps. Se passer de ce disque sous prétexte qu’il y a du Genesis pop dessus serait se passer de très bonne musique.

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Well the key to my survival
was never in much doubt
the question was how I could keep sane
trying to find a way out

Things were never easy for me
peace of mind was hard to fin
and I needed a place where I could hide
somewhere I could call mine

I didn’t think much about it
til it started happening all the time
soon I was living with the fear everyday
of what might happen that night

I couldn’t stand to hear the
crying of my mother
and I remember when
i swore that, that would be the
Last they’d see of me
And I never went home again

they say that time is a healer
and now my wounds are not the same
I rang the bell with my heart in my mouth
I had to hear what he’d say

He sat me down to talk to me
he looked me straight in the eyes

he said:

You’re no son, you’re no son of mine
You’re no son, you’re no son of mine
You walked out, you left us behind
and you’re no son, no son of mine

oh, his words how they hurt me, I’ll never forget it
and as the time, it went by, I lived to regret it

You’re no son, you’re no son of mine
but where should I go,
and what should I do
you’re no son, you’re no son of mine
but I came here for help, oh I came here for you

Well the years they passed so slowly
I thought about him everyday
what would I do, if we passed on the street
would I keep running away

in and out of hiding places
soon I’d have to face the facts
we’d have to sit down and talk it over
and that would mean going back

they say that time is a healer
and now my wounds are not the same
I rang that bell with my heart in my mouth
I had to hear what he’d say

He sat me down to talk to me
he looked me straight in the eyes

he said:

You’re no son, you’re no son of mine
You’re no son, you’re no son of mine
When you walked out, you left us behind
and you’re no son, you’re no son of mine

oh, his words how they hurt me, I’ll never forget it
and as the time, it went by, I lived to regret it

You’re no son, you’re no son of mine
But where should I go and what should I do
You’re no son, you’re no son of mine
But I came here for help, oh I was looking for you
You’re no son, you’re no son of mine – oh
You’re no son – ha yeah, ha yeah, ha yeah, ha yeah
You’re no son, you’re no son of mine

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


You see the face on the TV screen
coming at you every Sunday
see that face on the billboard
that man is me

On the cover of the magazine
there’s no question why I’m smiling
you buy a piece of paradise
you buy a piece of me

I’ll get you everything you wanted
I’ll get you everything you need
don’t need to believe in hereafter
just believe in me

Cos Jesus he knows me
and he knows I’m right
I’ve been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I’m right
and he’s been telling me
everything is alright

I believe in the family
with my ever loving wife beside me
but she don’t know about my girlfriend
or the man I met last night

Do you believe in God
cos that’s what I’m selling
and if you wanna get to heaven
I’ll see you right

You won’t even have to leave your house
or get outta your chair
you don’t even have to touch that dial
cos I’m everywhere

And Jesus he knows me
and he knows I’m right
I’ve been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I’m right
well he’s been telling me
everything’s gonna be alright

Won’t find me practising what I’m preaching
won’t find me making no sacrifice
but I can get you a pocketful of miracles
if you promise to be good, try to be nice
God will take good care of you
just do as I say, don’t do as I do

I’m counting my blessings,
I’ve found true happiness
cos I’m getting richer, day by day
you can find me in the phone book,
just call my toll free number
you can do it anyway you want
just do it right away

There’ll be no doubt in your mind
you’ll believe everything I’m saying
if you wanna get closer to him
get on your knees and start paying

Cos Jesus he knows me
and he knows I’m right
I’ve been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I’m right
well he’s been telling me
everything’s gonna be alright, alright

Heal……Heal……Heal
And everything’s gonna be alright
Now I believe that the Lord came to me
He said « Give me 18 million dollars by the weekend »
So that I may build that theme park for the Lord
So that I may put gasoline into all of my limousines
For the Lord, would I lie to you?

Jesus he knows me
Jesus he knows me, you know…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

In the early 1800’s, large groups of mainly unskilled labourers built England’s Railways. The cost in human terms alone was very high…


Leaving my family behind me
not knowing what lay ahead
waving goodbye, as I left them in tears
remembering all we’d said

I looked to the sky, I offered my prayers
I asked Him for guidance and strength
but the simple beliefs of a simple man
lay in His hands, and on my head

I gave everything that they wanted
but still they wanted more
we sweat and we toiled
good men lost their lives
I don’t think they knew what for

I sold them my heart
I sold them my soul
I gave everything I had
ah but they couldn’t break my spirit
my dignity fought back,
fightback
can you hear me
can you see
Don’t you hear me
don’t you see

We worked in gangs for all we were worth
the young boys pulling the wagons
we were digging the tunnel, shifting the earth
it was then that it happened.

No-one knew how the cracks appeared
but as it fell they all disappeared
stone fell like rain

Can you hear me,
Can you see
Don’t you hear me
Can you breathe

The smoke cleared, the dust it settled
No one knew how many had died
all around there were broken men
they’d said it was safe, they’d lied
you could hear the cries, you could smell the fear
but good fortune that day was mine
and it occurred to me the heart of a good man
it seems is hard to find.

Can you hear me,
can you see
Don’t you hear me
don’t you see

We worked, how we worked like
the devil for our pay
through the wind, through the snow,
and through the rain

Blasting and cutting through Gods country like a knife
sweat stinging my eyes, there has to be a better life

Ah but I can hear my childrens’ cry
I can see the tears in their eyes
memories of those I’ve left behind
still ringing in my ears
Will I ever go back again
Will I ever see her face again
I’ll never forget that night
As they waved goodbye to their fathers

We came from the North,
and we came from the South
with picks and with spades
and a new kind of order
showing no fear of what lies up ahead
They’ll never see the likes of us again

Driving the last spike,
lifting and laying the track
with blistering hands,
the sun burning your back

Oh but I can hear my childrens’ cry
I can see the tears in their eyes
memories of those I’ve left behind
still ringing in my ears
Well I’ll always remember that night,
As they waved goodbye to their fathers

We followed the rail, we slept under the stars
digging in darkness, and living with danger
showing no fear of what lies up ahead
they’ll never see the likes of us again

can you hear me
can you see
Don’t you hear me
don’t you see

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Hot sun beating down
burning my feet just walking around.

Hot sun making me sweat
‘Gators getting close, hasn’t got me yet

I can’t dance, I can’t talk.
Only thing about me is the way I walk.
I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling everything.

Blue jeans sitting on the beach,
her dog’s talking to me, but she’s out of reach.

She’s got a body under that shirt,
but all she wants to do is rub my face in the dirt.

Cos, I can’t dance, I can’t talk.
Only thing about me is the way I walk.
I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling.

Oh and checking everything is in place,
you never know who’s looking on.

Young punk spilling beer on my shoes,
fat guy’s talking to me trying to steal my blues.

Thick smoke, see her smiling through.
I never thought so much could happen just shooting pool.

But I can’t dance, I can’t talk.
The only thing about me is the way that I walk.
I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling

Oh and checking everything is in place
You never know who’s looking on
A perfect body with a perfect face – uh-huh.

No, I can’t dance, I can’t talk.
The only thing about me is the way I walk.
No, I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling everything.

But I can walk.
No I can’t dance.
No no no I can’t dance
No I said I can’t sing.
But I can walk.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


There is never a time to say
cos it seems to me we’ve lost our way
so we carry on, down the road
and we live our lives haunted by
all the things we say and do
keep on missing, when I’m alone with you

No there’s never a time to change
you don’t get a chance to re-arrange
it’s a long long long way to go
just to find out something, we both know
can’t you see what’s going on
it’s so sad, that a love so strong, has gone

All I know is what is true
All I ask is for you
To just look around and see

You live your life locked in a dream
Where nothing is real, and not what it seems
We can’t go on another day
Just being afraid to say

It’s a long long way to fall
When we both thought we had it all
Well you know it’s the time to say
cos we’re all played out, we’ve lost our way
oh, I hoped that you would be
oh so understanding
and by now you’d see, but oh no
so sad, oh so sad, that’s the way that it goes
I know, I’m gonna tell you right now

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


In and out of darkness, in and out of sleep
trying to keep my hands upon the wheel.
Never saw the corner in the driving rain.
I never saw her step into the street.

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep
memories to keep
dreaming while you sleep

I can never understand what went thru my mind
I didn’t stop to see what I had done.
Had to keep on driving deep into the night
the miles between would somehow put it right

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep
memories to keep
dreaming while you sleep

All my life you lie silently there
All my life in a world so unfair
All my life and only I’ll know why
and it will live inside of me,
I will never be free all my life,
trapped in her memory all my life
Till the day that you open your eyes,
please open your eyes

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep

Heard it on the radio, saw it on TV,
but could I take my secret to the grave.
If I had another chance, would I do the same.
Would I still deny that it was me.

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep
Dreaming while you sleep,
Are you dreaming while you sleep?

All my life I’ll be haunted by
all my life just one moment in time
all my life until the day I die
and it will live inside of me
Oh I will never be free all my life
trapped in her memory all my life
Till the day that you open your eyes

All of my life – you lie silently there
All my life – in a world so unfair
All my life – and only I know why
And it will live inside of me
I will never be free all my life
Trapped in her memory – all my life
Till the day that you open your eyes.

All of my life.
Just one moment of time, all my life.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Mothers crying in the street
Children dying at their feet, tell me why, ooh tell me why
People starving everywhere
There’s too much food but there’s none to spare,
Tell me why, oh tell me why

Can you see that shaft of sunlight
can you see it in my eyes
I can feel the fire that’s burning
anger and hope so deep
so deep within my heart but before my eyes
for some it’s too late
cos it seems there’s no-one listening

People sleeping in the streets
no roof above, no food to eat, tell me why, oh tell me why
see the questions in their eyes
listen to their children’s cries,
Tell me why, please tell me why

If there’s a God, is he watching
can he give a ray of hope
so much pain and so much sorrow
tell me what does he see
when he looks at you
when he looks at me
what would he say
cos it seems there’s no-one listening

Who would think it still could happen
even in this time and place
politicians, they may save themselves
ah but they won’t save their face
so hope against hope it’s not too late

You say there’s nothing you can do
is there one rule for them and one for you,
tell me why, just tell my why

Listen can you see that shaft of sunlight
can you see it in my eyes
I can feel the fire that’s burning
anger and hope so deep
so deep within my heart but before my eyes
for some it’s too late
and it seems there’s no-one listening

Hurry for me, hurry for me
Hurry for me, hurry for me, they cry, they cry…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)


I’m feeling so confused today
they’ve gone and changed the rules again
cos in my life I’m trying hard
to do it all so I can remain
healthy and sane

I’ll live forever, always one more tomorrow
living forever, always one more tomorrow

I heard it on the radio
too much of what they said wasn’t so
and now we’ve got to do those things
that they thought before were so wrong
to be healthy and strong

and live forever, always one more tomorrow
living forever, always one more tomorrow

I know we don’t need you
I know we don’t believe you
you don’t really have the answers
you think you know better
you think it really matters
you just want to rule over everybody’s lives

I think I’ll change my life today
gone are the times of taking care
and I really don’t need a reason why
all I need is all in a day
survive in a way

or just till tomorrow, there’s always one more tomorrow
living forever, do you really want to live forever

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Hold on my heart
just hold on to that feeling
we both know we’ve been here before
we both know what can happen

Hold on my heart
cos I’m looking over your shoulder
ooh please don’t rush in this time
don’t show her how you feel

Hold on my heart
throw me a lifeline
I’ll keep a place for you
somewhere deep inside

So hold on my heart
please tell her to be patient
cos there has never been a time
that I wanted something more

If I can recall this feeling
and I know there’s a chance
oh I will be there
yes I will be there
be there for you
whenever you want me to
whenever you call oh I will be there
Yes I will be there

Hold on my heart
don’t let her see you crying
no matter where I go
she’ll always be with me

So hold on my heart
just hold on to that feeling
we both know we’ve been here before
we both know what can happen
So hold on my heart…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


If you take the tears from crying eyes
will the hurt just disappear
put a weapon in the hands of a frightened man
will he show no fear
so we stand and we watch as the city lights go out one by one
Mother Nature sits on the other side with a loaded gun

Why is there blue sky
why is there red sky,
now’s the time to ask the reason,
should the blue sky, meet the red sky
should the rules have to change at all
we all know whatever they say, time is on our side
Ooh this world has been here before just going round and round

We all agree as far as we can see
It’s just the way of the world,
that’s how it’s meant to be
There’s right and there’s wrong
There’s weak – oh and there’s strong
It’s just the way of the world
and that’s how it’s meant to be

Take the motion from a spinning wheel and watch it stop
Take the danger out of a naked flame and what have you got
If you take the anger out of a broken heart, you feel no pain
Could you swear if you had that second chance you wouldn’t do it again.

Why is there blue sky
why is there red sky,
now’s the time to ask the reason,
should the blue sky, meet the red sky
should the rules have to change at all
we all know whatever they say, time is on our side
This world has been here before just going round and round

We all agree as far as we can see
It’s just the way of the world,
and that’s how it’s meant to be
There’s right and there’s wrong
There’s weak – oh and there’s strong
It’s just the way of the world
and that’s how it’s meant to be

We all agree as far as we can see
It’s just the way of the world,
and that’s how it’s meant to be
There’s right and there’s wrong
There’s weak – oh and there’s strong
Cos it’s just the way of the world
and that’s how it’s meant to be…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


It seems in a moment, your whole world can shatter
like morning dreams they just disappear
like dust in your hand falling to the floor
how can life ever be the same

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since you’ve been gone

It’s all too easy to take so much for granted
oh but it’s so hard to find the words to say
like a castle in the sand the water takes away
but how can life ever be the same

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since I’ve lost you

oh now you’ll never see
oh you’ll never know
all the things I planned for you
things for you and me

Held your hand so tightly
that I couldn’t let it go
Now how can life ever be the same

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since you’ve been gone

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since I’ve lost you

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since you’ve been gone

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)


Another time it might have been so different
oh if only we could do it all again
but now it’s just another fading memory
out of focus, though the outline still remains

Far away, away, fading distant lights
leaving us all behind, lost in a changing world
and you know that these are the days of our lives
remember

Like the story that we wish was never ending
We know sometime we must reach the final page
still we carry on just pretending
that there’ll always be one more day to go

Far away, away, fading distant lights
leaving us all behind, lost in a changing world
and you know that these are the days of our lives
so remember…

Another chance hello, another goodbye
and so many things we’ll never see again
days of life that seemed so unimportant
they seem to matter but to count much later on

Far away, away, fading distant lights
leaving us all behind, lost in a changing world
and you know that these are the days of our lives
remember

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Eh bien, la clé de ma survie
N’avait jamais été remise en question
La question était de savoir comment je pourrais rester sensé
En essayant de trouver une issue

Les choses n’ont jamais été faciles pour moi
La tranquillité d’esprit était dure à trouver
Et j’avais besoin d’un endroit où me cacher
Un endroit que je pourrais considérer à moi

Je n’y avais pas vraiment pensé
Jusqu’à que ça commence à se produire tout le temps
Rapidement, j’ai vécu avec la crainte tous les jours
De ce qui pourrait arriver la nuit

Je ne supportais pas d’entendre ma mère pleurer
Et je me rappelle quand
J’ai juré que ce serait la dernière fois qu’ils me verraient
Je n’ai jamais remis les pieds à la maison

On dit que le temps guérit les plaies
Maintenant mes blessures ne sont pas les mêmes
J’ai agité la sonnette, le cœur dans la bouche
Je devais entendre ce qu’il voulait dire

Il m’a fait m’asseoir pour me parler
Il m’a regardé droit dans les yeux

Il m’a dit :

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu es parti, tu nous as laissé
Et tu n’es pas, tu n’es pas mon fils

Oh, ses mots, comme ils m’ont fait mal, je ne les oublierai jamais
Et comme le temps, c’est passé, j’ai vécu pour le regretter

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais où devrais-je aller, et que devrais-je faire
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais je suis venu ici pour demander de l’aide, oh je suis venu ici pour toi

Hé bien les années passaient lentement
Je pensais à lui tous les jours
Que devrais-je faire, si nous nous croisions dans la rue
Devrais-je continuer à fuir

Toujours dans des endroits cachés
Je devrais bientôt faire face aux faits
Il faudrait qu’on s’assoie et qu’on en parle des heures
Cela voudrait dire qu’il reviendrait

On dit que le temps guérit les plaies
Maintenant mes blessures ne sont pas les mêmes
J’ai agité la sonnette, le cœur dans la bouche
Je devais entendre ce qu’il voulait dire

Il m’a fait m’asseoir pour me parler
Et il m’a regardé droit dans les yeux

Il m’a dit :

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu es parti, tu nous as laissé
Et tu n’es pas, tu n’es pas mon fils

Oh, ses mots, comme ils m’ont fait mal, je ne les oublierai jamais
Et comme le temps, c’est passé, j’ai vécu pour le regretter

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais où devrais-je aller et que devrais-je faire
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais je suis venu ici pour demander de l’aide, oh je te cherchais
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu n’es pas – ah ouais, ah ouais, ah ouais, ah ouais, ah ouais
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Oh oh, oh oh, oh oh
Oh oh, oh oh, oh oh, oh oh
Tu n’es pas mon fils – oh oh
Oh oh, pas mon fils
Oh oh, tu n’es pas, pas mon fils
Oh oh, oh oh, oh oh, oh oh…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

As-tu vu le visage sur l’écran de la télé
Venant à toi chaque dimanche
As-tu vu le visage sur le panneau d’affichage
Cet homme c’est moi

Sur la couverture du magazine
On ne se demande pas pourquoi je souris
Tu achètes une partie du paradis
Tu achètes une partie de moi

Je te procurerai tout ce que tu voulais
Je te procurerai tout ce dont tu as besoin
Pas besoin de croire en l’au-delà
Crois simplement en moi

Car Jésus il me connaît et il sait que j’ai raison
J’ai parlé à Jésus toute ma vie
Oh oui il me connaît et il sait que j’ai raison
Et il m’a dit que tout va bien

Je crois en la famille
Avec ma femme chérie à mes côtés
Mais elle n’est pas au courant pour ma petite amie
Ni de l’homme que j’ai rencontré la nuit dernière

Crois-tu en Dieu
Car c’est ce que je vends
Et si tu veux aller au paradis
Je te verrais bientôt

Tu n’auras même pas à quitter ta maison
Ou de bouger de ta chaise
Tu n’as même pas à toucher ce téléphone
Car je suis partout

Car Jésus il me connaît et il sait que j’ai raison
J’ai parlé à Jésus toute ma vie
Oh oui il me connaît et il sait que j’ai raison
Et il m’a dit que tout va aller bien

Tu ne me trouveras pas en train de pratiquer ce que je prêche
Tu ne me trouveras pas à ne pas faire de sacrifice
Mais je peux t’obtenir un paquet de miracles
Si tu promets d’être bon, essaye d’être gentil
Dieu prendra soin de toi
Fais ce que je dis, pas ce que je fais

Je compte mes bénédictions, j’ai trouvé le vrai bonheur
Car je m’enrichie, jour après jour
Tu peux me trouver dans l’annuaire,
Appelle simplement mon numéro vert
Tu peux le faire de la façon que tu veux
Fais le simplement sur le champs

Il n’y aura pas de doute dans ta pensée
Tu croiras à tout ce que je dis
Si tu veux t’approcher de lui
Mets-toi sur tes genoux et commence à payer

Car Jésus il me connaît et il sait que j’ai raison
J’ai parlé à Jésus toute ma vie
Oh oui il me connaît et il sait que j’ai raison
Et il m’a dit que tout va aller bien

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Au début du 19ème siècle, des grands groupes principalement composés de travailleurs non qualifiés ont construit les chemins de fer anglais. Le prix à payer en vies humaines fut très haut…


Laissant ma famille derrière moi
Ne sachant pas ce qui m’attend
Leur disant au revoir, alors que je les laissais en larmes
Me souvenant de tout ce que nous nous dîmes

J’ai regardé vers le ciel, j’ai offert mes prières
J’ai demandé force et assistance
Mais les simples croyances d’un homme simple
Réside dans Ses mains, et sur ma tête

Je leur ai donné tout ce qu’ils voulaient
Mais ils voulaient toujours plus
Nous avons sué et peiné de bons hommes ont perdu la vies
Je ne pense pas qu’ils aient jamais su pourquoi

Je leur ai vendu mon cœur
Je leur ai vendu mon âme
Je leur ai donné tout ce que j’avais
Mais ils n’ont pas pu casser mon esprit
Ma dignité les a combattues,
Les combats
Peux-tu m’entendre
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Ne vois-tu pas

Nous travaillions en groupes selon nos qualifications
Les jeunes garçons tiraient les chariots
Nous creusions les tunnels, retournant la terre
Et c’est alors que ça s’est produit.

Personne n’a su comment les fissures sont apparues
Mais pendant l’éboulement ils ont tous disparu
La roche est tombée comme la pluie.

Peux-tu m’entendre,
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Peux-tu respirer

La fumée dégagée, la poussière est retombée
Personne n’a su combien étaient morts
Tout autour il y avaient des hommes brisés
Ils avaient dit que c’était sans danger, ils avaient menti
On pouvait entendre les pleurs, on pouvait sentir la peur
Mais ce jour là, la bonne fortune était mienne
Il m’est venu à l’esprit le cœur d’un homme bon
Il semble que c’est dur à trouver.

Peux-tu m’entendre,
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Ne vois-tu pas

Nous avons travaillé, à quel point nous avons travaillé comme le diable pour notre salaire
À travers le vent, sous la neige, et sous la pluie

Explosant et coupant la terre de dieu comme avec un couteau
La sueur me pique les yeux, il doit y avoir une meilleure vie

Mais je peux entendre le cri de mes enfants
Je peux voir les larmes dans leurs yeux
Le souvenir de ceux j’ai laissés
Résonne encore dans mes oreilles
Vais-je jamais rentrer à la maison
Vais-je jamais revoir leurs visages
Je n’oublierai jamais cette nuit
Lorsqu’ils ont dit au-revoir à leur père

Nous sommes venus du sud, et nous sommes venus du nord
Avec des piquets et des bêches et un nouvel état d’esprit
Ne montrant aucune peur de ce qui nous attendait au tournant
Ils ne reverront plus jamais des hommes tels que nous

Plantant le dernier clou, soulevant et posant la voie ferrée
Avec nos mains pleines s’ampoules, le soleil nous brûlant le dos

Mais je peux entendre le cri de mes enfants,
Je peux voir les larmes dans leurs yeux
Le souvenir de ceux j’ai laissés
Résonne encore dans mes oreilles.
Je me souviendrai toujours cette nuit,
Lorsqu’ils ont dit au revoir à leur père.

Nous avons le tracé du rail, nous avons dormi sous les étoiles
Creusant dans l’obscurité, et vivant avec le danger
Ne montrant aucune peur de ce qui nous attendait au tournant
Ils ne reverront plus jamais des hommes tels que nous

Peux-tu m’entendre,
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Ne vois-tu pas.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Le soleil cognait dur
Brûlant mes pieds alors que je me promenais

Le soleil chaud me fait transpirer
Les crocodiles se rapprochent, ils ne m’ont pas encore

Je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste ici à tout vendre.

Un jean est assis sur la plage,
Son chien me parle, mais elle est hors d’atteinte.

Elle a un corps sous ce T-shirt,
Mais tout ce qu’elle veut faire c’est mettre ma tête dans la saleté.

Car, je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Non, je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste juste ici à vendre.

Et à vérifier que tout est en place,
On ne sait jamais qui regarde.

Un jeune punk renverse sa bière sur mes chaussures,
Un gros me parle tout en essayant de voler mon jean.

À travers la fumée épaisse, je la vois sourire.
Je n’aurais jamais pensé que tout ça se passe simplement en jouant au billard.

Mais je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste ici à vendre

Et à vérifier que tout est en place
On ne sait jamais qui regarde
Un corps parfait avec un visage parfait – hmm

Non, je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Non, je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste ici à tout vendre.

Mais je sais marcher.
Non je ne sais pas danser.
Non non je ne sais pas danser.
Mais je sais marcher.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

On n’a jamais le temps de parler
Car il me semble que nous avons perdu notre chemin
Alors nous avançons, sur la route
Et nous vivons notre vie hantés par le fait que
Tout ce que nous disons et faisons
Continue de manquer, quand je suis seul avec toi

Non on n’a jamais le temps de changer
Tu n’as aucune chance de ré-arranger
C’est un long, long chemin à parcourir
Et juste pour découvrir quelque chose, que nous connaissons tous les deux
Ne vois-tu pas ce qui se passe?
C’est tellement triste qu’un amour aussi fort se soit envolé

Tout ce que je sais, c’est ce qui est vrai.
Tout ce que je te demande
C’est de regarder autour de toi et de voir

Tu vis ta vie enfermé dans un rêve
Où rien n’est réel et tout est trompeur
Nous ne pouvons pas continuer un autre jour
D’avoir juste peur de dire

Car la chute est longue
Quand nous avons cru tous les deux que nous avions tout
Eh bien tu sais qu’il est temps de dire
Car nous sommes éreintés, nous avons perdu notre chemin
Oh, j’avais espéré que tu serais tellement compréhensive
Et qu’aujourd’hui, tu verrais, mais oh non,
C’est tellement triste, tellement triste, c’est comme ça
Je sais, je vais tout te dire sur le champs

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

Allant et venant dans les ténèbres, somnolant
Essayant de garder mes mains sur le volant.
Je n’ai pas réussi à voir le virage sous cette pluie battante.
Je ne l’ai pas vue descendre du trottoir.

Révant en dormant
Révant en dormant
Des souvenirs à garder en mémoire
Révant en dormant

Je n’arrive pas à comprendre ce qui s’est passé dans ma tête
Je ne me suis pas arrêté pour voir ce que j’avais fait.
Je devais continuer à conduire en pleine nuit
Les kilomètres entre elles et moi arrangeraient les choses d’une façon ou d’une autre

Révant en dormant
Révant en dormant
Des souvenirs à garder en mémoire
Révant en dormant

Toute ma vie, tu seras étendue là
Toute ma vie, dans un monde aussi injuste
Toute ma vie et moi seulement, je saurai pourquoi
Et cela restera au fond de moi,
Je ne serai jamais libre de toute ma vie,
Pris au piège dans sa mémoire toute ma vie,
Jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux,
S’il te plait, ouvre les yeux

Révant en dormant
Révant en dormant

Je l’ai entendu à la radio, vu à la télé,
Mais pourrais-je emmener mon secret jusque dans ma tombe.
Si j’avais une autre chance, ferais-je la même chose.
Continuerais-je à nier que c’était moi ?

Révant en dormant,
Révant en dormant
Révant en dormant,
Est-ce que tu rêves en dormant ?

Toute ma vie je serai hanté par
Toute ma vie un seul instant
Toute ma vie jusqu’au jour de ma mort
Et ça restera au fond de moi
Je ne serai jamais libre de toute ma vie
Piégé dans sa mémoire toute ma vie
Jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux

Toute ma vie, tu seras étendue là
Toute ma vie, dans un monde aussi injuste
Toute ma vie et moi seulement, je saurai pourquoi
Et cela restera au fond de moi
Je ne serai jamais libre de toute ma vie
Pris au piège dans sa mémoire toute ma vie
Jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux

Toute ma vie.
Rien qu’un instant, toute ma vie.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Des mères pleurent dans la rue
Les enfants meurent à leurs pieds, dis-moi pourquoi, oh dis-moi pourquoi
Des gens meurent de faim partout
Il y a trop de nourriture mais il ne reste rien à donner, dis-moi pourquoi, oh dis-moi pourquoi

Vois-tu ce rayon de soleil
Le vois-tu dans mes yeux ?
Je sens le feu brûler
Colère et espoir si profond
Si profondément dans mon coeur mais devant mes yeux
Pour certains c’est trop tard
Car il semble que personne n’écoute

Des gens dorment dans les rues
Pas d’abri, pas de quoi manger, dis-moi pourquoi, dis-moi pourquoi
Regarde les questions dans leurs yeux
Ecoute les pleurs de leurs enfants, dis-moi pourquoi, s’il te plaît dis-moi pourquoi

S’il y a un Dieu, observe-t-il
Peut-il donner une lueur d’espoir
Tant de douleur et tant de chagrin
Dis-moi ce qu’il voit
Quand il te regarde
Quand il me regarde
Que dirait-il ?
Car il semble que personne n’écoute

Qui aurait pensé que cela existe encore
Même de nos jours et ici
Les hommes politiques, ils peuvent toujours se sauver
Ah, mais ils perdront la face
C’est juste de l’espoir en dépit de tout, qu’il n’est pas trop tard

Tu dis qu’il n’y a rien que tu puisses faire
Y’a-t-il une règle pour eux et une pour toi, dis-moi pourquoi, mais dis-moi donc pourquoi

Écoute vois-tu ce rayon de soleil
Le vois-tu dans mes yeux ?
Je sens le feu brûler
Colère et espoir si profond
Si profondément dans mon coeur mais devant mes yeux
Pour certains c’est trop tard
Et il semble que personne n’écoute

Dépèche-toi pour moi, dépèche-toi pour moi
Dépèche-toi pour moi, dépèche-toi pour moi, ils pleurent, ils pleurent…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Eh bien, je me sens désorienté aujourd’hui
Ils sont partis et ont encore changé les règles
Car dans ma vie, j’essaie vraiment
De tout faire pour rester en bonne santé et sensé

Je vivrai pour toujours, toujours un lendemain de plus
Vivre éternellement, toujours un lendemain de plus

J’ai entendu ça à la radio
Beaucoup de ce qu’ils ont dit n’était pas vrai
Et maintenant on doit faire toutes ces choses
Qu’on pensait auparavant être mauvaises pour être en bonne santé et fort

Et vivre pour toujours, toujours un lendemain de plus
Vivre éternellement, toujours un lendemain de plus

Mais je sais que nous n’avons pas besoin de toi
Je sais que nous te croyons pas
Tu n’as pas vraiment les réponses
Tu penses que tu sais mieux
Tu penses que ça a vraiment de l’importance
Tu veux simplement diriger la vie des gens

Je pense que je vais changer ma vie aujourd’hui
Le temps n’est plus où l’on faisait attention
Et je n’ai pas besoin de savoir pourquoi
Tout ce dont j’ai besoin c’est un jour entier
Pour survivre d’une certaine façon

Ou simplement jusqu’à demain, oui toujours un lendemain de plus
Vivre éternellement, veux-tu vraiment vivre éternellement ?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Accroche-toi à mon cœur
Accroche-toi à cette sensation
Nous savons tous les deux que nous avons déjà connu ça
Nous savons tous les deux ce qui peut se passer

Accroche-toi à mon cœur
Car je regarde par dessus ton épaule
S’il te plait ne te précipite pas cette fois
Ne lui montre pas comment tu te sens

Accroche-toi à mon cœur
Viens-moi en aide
Je garderai une place pour toi
Quelque part au fond de moi

Alors accroche-toi à mon cœur
S’il te plait dis-lui d’être patiente
Car il n’est jamais arrivé
Que je veuille quelque chose de plus

Si je peux me rappeler de cette sensation
Et je sais qu’il y ait une chance
Oh je serai là
Oui je serai là
Je serai là pour toi
Chaque fois que tu me désireras
Chaque fois que tu m’appelleras
Oui je serai là

Accroche-toi à mon cœur
Ne la laisse pas te voir pleurer
Peu importe où je vais
Elle sera toujours avec moi

Alors accroche-toi à mon cœur
Résiste à cette sensation
Nous savons tous les deux que nous avons déjà connu ça
Nous savons tous les deux ce qui peut se passer
Alors accroche-toi à mon cœur…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

Si on prend les larmes d’yeux pleurant, la souffrance disparaîtra-t-elle
Si on met une arme dans les mains d’un homme effrayé, ne montrera-t-il aucune crainte
Nous attendons et observons pendant que les lumières de la ville s’éteignent les unes après les autres
Mère nature s’assied de l’autre côté avec un pistolet chargé

Pourquoi y’a t-il du ciel bleu, pourquoi y’a t-il du ciel rouge,
Il est temps de demander la raison,
Le ciel bleu devrait-il rencontrer le ciel rouge
Les règles devraient-elles changer
Nous savons tous que, quoi qu’ils disent, le temps est avec nous
Oh ce monde était là avant tournant en rond encore et encore

Nous sommes tous d’accord aussi loin que nous pouvons voir
C’est simplement la façon dont va le monde,
Ca a été décidé ainsi
Il y a le bien et le mal
Il y a la faiblesse – et la force
C’est simplement la façon dont va le monde
Et ça a été décidé ainsi

Prenons le mouvement d’un rouet et observons-le s’arrêter
Écartons le danger d’une flamme (nue) et qu’avons-nous
Si on retire la colère d’un cœur brisé, on ne ressent pas la douleur
Pourrais-tu jurer, si tu avais cette seconde chance, que tu ne le referais pas

Pourquoi y’a t-il du ciel bleu pourquoi y’a t-il du ciel rouge,
Maintenant il est temps de demander la raison,
Le ciel bleu devrait-il rencontrer le ciel rouge
Les règles devraient-elles changer
Nous savons tous que, quoi qu’ils disent, le temps est avec nous
Oh ce monde était là avant tournant en rond encore et encore

Nous sommes tous d’accord aussi loin que nous pouvons voir
C’est simplement la façon dont va le monde,
Ca a été décidé ainsi
Il y a le bien et le mal
Il y a la faiblesse – et la force
C’est simplement la façon dont va le monde
Et ça a été décidé ainsi

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Il semble qu’en un instant tout ton univers peut s’écrouler
Comme les rêves du matin, ils disparaissent simplement
Comme la poussière qui, de ta main, tombe sur le sol
Oh, comment la vie peut-elle changer sans cesse

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que tu es parti

C’est trop facile de considérer les choses comme acquises
Mais, c’est tellement difficile de trouver les mots pour dire
Comme un château de sable emporté par l’eau
Mais, comment la vie peut-elle changer sans cesse

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que je t’ai perdu

Oh, maintenant tu ne verras jamais
Oh maintenant tu ne sauras jamais
Tout ce que j’avais prévu pour toi
Tout ce que j’avais prévu pour toi et moi

Je tenais ta main tellement serrée
Que je ne pouvais la lâcher
Maintenant, comment la vie peut-elle changer sans cesse

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que je t’ai perdu

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que tu es parti

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

À un autre moment, cela aurait pu être tellement différent
Si seulement nous pouvions tout recommencer
Mais maintenant, c’est juste un autre souvenir qui s’efface
Flou, bien que le contour soit toujours là

Loin, loin, les lumières au loin s’effacent
Nous abandonnant, perdus dans un monde en mutation
Et tu sais que ce sont les jours de nos vies
Souviens-toi

Comme l’histoire que nous voudrions interminable
Nous savons qu’un jour nous devrons arriver à la dernière page
Mais nous continuons de faire semblant de croire
Qu’il y aura toujours un jour de plus à passer

Loin, loin, les lumières au loin s’effacent
Nous abandonnant, perdus dans un monde en mutation
Et tu sais que ce sont les jours de nos vies
Alors souviens-toi

Une autre occasion de dire bonjour, un autre au revoir
Et tant de choses que nous ne reverrons jamais
Des jours dans une vie qui semblaient tellement insignifiants
Ils semblent avoir de l’importance et compter beaucoup plus tard

Loin, loin, les lumières au loin s’effacent
Nous abandonnant, perdus dans un monde en mutation
Et tu sais que ce sont les jours de nos vies
Souviens-toi

Infos générales

Tony Banks – Claviers
Phil Collins – Chant et Batteries
Mike Rutherford – Guitares et Basses

Enregistré à The Farm, Surrey, Mars-Septembre 1991
Producteurs : Genesis & Nick Davis
Ingénieurs du son : Nick Davis et Mark Robinson

Sorti en Novembre 1991

Singles:
Octobre 91- No son of mine/Living forever
Janvier 92 – I can’t dance/On the shoreline
Avril 92 – Hold on my heart/Way of the world
Juillet 92 – Jesus he knows me/Hearts of fire
Février 93 – Tell me why/Dreaming while you sleep
Avril 93 – Never a time/Turn it on again (live)

Tony Banks – Claviers
Phil Collins – Chant et Batteries
Mike Rutherford – Guitares et Basses

Enregistré à The Farm, Surrey, Mars-Septembre 1991
Producteurs : Genesis & Nick Davis
Ingénieurs du son : Nick Davis et Mark Robinson

Sorti en Novembre 1991

Singles:
Octobre 91- No son of mine/Living forever
Janvier 92 – I can’t dance/On the shoreline
Avril 92 – Hold on my heart/Way of the world
Juillet 92 – Jesus he knows me/Hearts of fire
Février 93 – Tell me why/Dreaming while you sleep
Avril 93 – Never a time/Turn it on again (live)