And Then There Were Three

Seb

3/5

Et voilà donc le nouveau Genesis qui arrive, celui qui va connaître la gloire. Hackett est loin, parti s’occuper de sa carrière solo… Pour certains ce disque sera le dégout définitif du groupe pour d’autre ce sera uniquement ‘No Hackett Required’ ! Ce disque, fut un véritable tournant dans la carrière de Genesis. Ca y est ! Ils ont enfin un hit ! Follow you Follow me, à elle seule fait doubler les ventes de l’album ! Derrière ce joli succès commercial se cache des morceaux très beau et injustement méprisé par les fans en général. Pour ne faire que les citer : Undertow, Scene’s from a night dream ou encore Many too many. D’autres sont passé à la postérité et au live, même s’ils restent quand même très discrets par rapport au reste de la discographie de Genesis : Burning Rope, Deep in the Motherlode et The Lady Lies.

Tracklist

(Collins/Banks/Rutherford)


It’s good to be here! How’ve you been?
Check my bags, boy! Where’s my room?
I sit on the phone, that’s my game,
Keep up the pressure all the way!

I don’t want to beat about the bush
but none of us are getting any younger.
There’s people out there who could take your place.
A more commercial view! A fresher face!

I need a shower, take a nap
I’ll meet you in the bar, we must have a rap.
There’s a lot on the line, a lot to say.
There’s something I must tell you today.

You and I both know the score,
you can’t go on like this forever.
So it’s with regret that I tell you now
that from this moment on,
you’re on your own!

I don’t talk round corners, it’s right between the eyes
If you’re slow they’ll run past you,
Stand tall, see them falling over.
I walk a straight line, it’s right between the eyes.
Well show me the door, show me someone who’ll do it better.

The drinks are on me, be my guest.
Smoke a cigar? Take the best.
Don’t hedge your bets, we can make a deal,
you got it in your pocket, how do you feel?

So glad that’s over, now you know,
but I’m only acting under orders.
And looking down on you from way up here.
You’ve got to sink or swim, get off the floor!

I don’t talk round corners, it’s right between the eyes
If you’re slow they’ll run past you,
Stand tall, see them falling over,
I walk a straight line, right between the eyes.
Well show me the door, show me someone who’ll do it better.

(Banks)


The curtains are drawn
Now the fire warms the room.
Meanwhile outside
Wind from the north-east chills the air,
It will soon be snowing out there.

And some there are
Cold, they prepare for a sleepless night.
Maybe this will be their last fight.

But we’re safe in each other’s embrace,
All fears go out as I look on your face –

Better think awhile
Or I may never think again.
If this were the last day of your life, my friend,
Tell me, what do you think you would do then?

Stand up to the blow that fate has struck upon you,
Make the most of all you still have coming to you, [or]
Lay down on the ground and let the tears run from you,
Crying to the grass and trees and heaven finally on your knees

Let me live again, let life come find me wanting.
Spring must strike again against the shield of winter.
Let me feel once more the arms of love surround me,
Telling me the danger’s past, I need not fear the icy blast again.

Laughter, music and perfume linger here
And there, and there,
Wine flows from flask to glass and mouth,
As it soothes, confusing our doubts.

And soon we feel,
Why do a single thing to-day,
There’s tomorrow sure as I’m here.

So the days they turn into years
And still no tomorrow appears.

Better think awhile
Or I may never think again.
If this were the last day of your life, my friend,
Tell me, what do you think you would do then?

Stand up to the blow that fate has struck upon you,
Make the most of all you still have coming to you, [or]
Lay down on the ground and let the tears run from you,
Crying to the grass and trees and heaven finally on your knees

Let me live again, let life come find me wanting.
Spring must strike again against the shield of winter.
Let me feel once more the arms of love surround me,
Telling me the danger’s past, I need not fear the icy blast again.t. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

(Collins/Banks/Rutherford)


Big Jim Cooley commanded respect, whatever he wanted he could get.
The badge on his waistcoat shone in the sun.
It ain’t no lie that Big Jim was feared by everyone.

In the saloon one evening Big took a bet
with a rancher whose name I forget.
He wanted a herd taken over the plain,
and he called Jim `yellow’, he’ll never do that again.

He got mad!
He threw his badge on the floor and walked out,
he’s gonna give it a try, he left no doubt.

« Must be mad, he must be mad »!
The people wished him well, and good luck.
« Well I don’t need it »! He laughed,
got on his horse and rode away.

Out on the trail, Jim ‘n’ his crew of five
were trying their best to keep the cattle alive.
The weather was hard, but so were the men,
Though I don’t think even Big will try this trip again.

His horses were edgy, sensing trouble ahead,
but the trouble didn’t start until the men were in bed
A-whooping and a-hollering, flashing their knives,
Big and his men were jumped by an all-star Indian tribe.

He was scared, Big Jim was scared
Alive, they called him lucky, but not today.
Cos he died like all good cowboys with his boots on next to his men.

Big Jim, he still won’t lie down,
for him the bet is still on.
Some say he rides there, cursing still.
Some say they’ve seen him.

(Rutherford)


Lay your body down upon the midnight snow,
Feel the cold of winter in your hair
Here in a world of your own,
In a casing that’s grown
To a children’s delight
That arrived overnight.

And here they come to play their magic games
Carving names upon your frozen hand.
Here in a world of your own,
Like a sleeper whose eyes
Sees the pain with surprise
As it smothers your cries
They’ll never never know.

Hey there’s a Snowman
Hey, Hey what a Snowman
Pray for the Snowman
Ooh, Ooh what a Snowman
They say a snow year’s a good year
Filled with the love of all who lie so deep.

Smiling faces tear your body to the ground
Covered red that only we can see.
Here in a ball that they made
From the snow on the ground,
See it rolling away
Wild eyes to the sky
They’ll never, never know.

Hey there’s a Snowman
Hey what a Snowman
Pray for the Snowman
Ooh, Ooh what a Snowman
They say a snow year’s a good year
Filled with the love of all who lie so deep.

Hey there goes the Snowman
Hey there what a Snowman
Hey there lies the Snowman
Hey he was a Snowman
They say a snow year’s a good year
Filled with the love of all who lie so deep.

(Banks)


The warming sun, the cooling rain,
The snowflake drifting on the breath of the breeze,
The lightning bolt that frees the sky for you
Yet only eagles seem to pass on through.
The words of love, the cries of hate,
And the man in the moon who seduced you
Then finally loosed you.

You climbed upon a burning rope to escape the mob below,
But you had put the flaming out so that others could not follow,
To be out of the bounds and the barks of those who do not wish you well.

You must blaze a trail of your own, unknown, alone,
But keep in mind
Don’t live today for tomorrow like you were immortal.
The only survivors on this world of ours are
The warming sun, the cooling rain,
The snowflake drifting on the breath of the breeze,
The lightning bolt that frees the sky for you
Yet only eagles seem to pass on through.
The words of love, the cries of hate,
And the man in the moon who seduced you
Then finally loosed you.

You’re old and disillusioned now as you realise at last,
That all all you have accomplished here will have soon all turned to
dust.
You dream of a future after life, well that’s as maybe, I don’t know.
But you can’t take what you left behind, you’re all alone.
So keep in mind
Don’t live today for tomorrow like you were immortal.
The only survivors on this world of ours are
The warming sun, the cooling rain,
The snowflake drifting on the breath of the breeze,
The lightning bolt that frees the sky for you
Yet only eagles seem to pass on through.
The words of love, the cries of hate,
And the man in the moon…

(Rutherford)


Get out of the way fat man. You got something to do
Go fill up your hands till they’re shining up at you.
You gotta get out while there’s gold in the air
It’s falling like water, coming down from the hills.

Go West young man
Earn a dollar a day just like your family said.
You’re rolling your days right on into the night
The head of the line’s going way out of sight.
Go West young man like your family said

All along the wagons
All along the dusty trail.
Seventeen years not over a day
Like children in the wild.
Your mother’s milk still wet on your face
And no one to pray for your safe journey home.

Out beyond the desert
Across the mountains by the fall.
Servants who leave their masters house
Are walking all the way.
The golden fields that beckoned you
Are darkened by the years.

Go West Young Man
If you knew then what you know today
You’d be back where you started a happier man
And leave all the glory to those who have remained.

So Go West Young Man
Go West Young Man, like your family said.

(Banks)


Many too many have stood where I stand
Many more will stand here too,
I think what I find strange is the way you built me up
Then knocked me down again.

The part was fun but now it’s over,
Why can’t I just leave the stage?
Maybe that’s because you securely locked me up
Then threw away the key.

Oh mama,
Please would you find the key.
Oh pretty mama,
Please won’t you let me go free.
I thought I was lucky
I thought that I’d got it made.
How could I be so blind?

You said good-bye on a corner
That I thought led to the straight.
You set me on a firmly laid and simple course
Then removed the road.

Oh mama,
Please help me find my way.
Oh pretty mama,
Please lead me through the next day.
I thought I was lucky
Oh I thought that I’d got it made.
How could I be so blind? Oh no…

(Collins/Banks)


Little Nemo rubbed his eyes and got out of bed,
trying hard to piece together a broken dream.
His visions lifelike and full of imagination
it’s strange to think they came from such a tiny head.

Dragons breathing fire, but friendly.
Mushrooms tall as houses.
Giant Nymphs and goblins playing,
scenes from a night’s dream, poor Little Nemo!

Eating all kinds of food so close to bedtime
they always made him have these nightmares, it seemed.

Helped young Washington in the garden,
cut the cherry tree down.
Now we all know that’s not history,
scenes from a night’s dream, poor Little Nemo!

« Nemo, get out of bed! »
« Don’t tell me stories, I don’t want to know! »
« Come on you sleepy head, we’re waiting to go! »

Once he went to the ‘Carnival of Nations’
dancing with the princess through the night.

Found themselves on a moving platform
ten ton weights above them,
seeking audience with King Morpheus.
Scenes from a night’s dream, poor little Nemo!

« Nemo, get out of bed! »
« Don’t tell me stories, I don’t want to know! »
« Come on you sleepy head, we’re waiting to go! »

(Rutherford)


Say it’s alright Joe,
I need another drink
To blow on the glass so I know I’m alive

Play me a song Joe
To fill the hours till morning
Then never again will I bother you
Ooh, Build myself a tower
No way in no way out.
Then my friends can visit me
Once in a while.

Say it’s alright Joe,
I need some reassurance
You never know what you might find in the night.
Ooh I’m just a busy bee, still alive in my hive,
I’m looking for some other world
To dream out my dreams.

There were Kings who were laughing in the rain
And they told me I’d come here to lead the parade
All the colours were changing, The sky was in ruins
The lights are all shining on me and on you
Oh, Shine on……..

Say it’s alright Joe
The night will soon be over
And nothing and no one will ever know.
Open my eyes Joe
I’d like to see the daylight
The clock on the wall says it’s time to leave.
Never seen the same face twice
Never walked the same way
The little love that I have known
I keep to myself.

If there’s a fire it’s asleep in my bed
I must leave it to burn till it burns itself out
Catch as you can I’m not staying here long
I’ll be coming back early or never at all
Shine on……..

(Banks)


The man steps out in the moonlight
At the sound of a scream from below.
He thinks he is a warrior
So he picks up his sword and goes.

From the mouth of the monster
He rescues the maiden fair.
But we know she’s a demon
Come to lure him to demon’s lair.

Through restless foliage and tall trees he leads
To a house in a clearing, a place in her fear she calls home.

« Come with me, I need you,
I fear the dark and I live all alone.
I’ll give you wine and food too
And something special after if you like. »

And though his body bids him
To enter in with her,
There was something in her manner
That his mind could not ignore.

Also it is whispered
In the kingdom far and wide,
To beware a little cottage
In the forest in a glade.

For who knows what magic takes place in his world?
So he just thanks her kindly preparing to go on his way.

« Come with me, I need you,
I fear the dark and I live all alone.
I’ll give you wine and food too
And something special after if you like.

Come to my garden,
Taste the fruits and the spices of love.
You can’t resist me,
I’m the kind that your dreams tell you of. »

« So glad you could make it
We had everything arranged.
So glad you saw fit to pay a call. »

Some men never listen,
And others never learn,
But why this man did as he did
Only he will ever know.

He knew he was walking
Into a waiting trap,
Neatly set up for him
With a bait so richly wrapped.

So he went inside there to take on what he found
But he never escaped them, for who can escape what he desires?

« Come with me, I need you,
I fear the dark and I live all alone.
I’ll give you wine and food too
And something special after if you like. »

(Rutherford/Banks/Collins)


Stay with me,
My love I hope you’ll always be
Right here by my side if ever I need you
Oh my love

In your arms,
I feel so safe and so secure
Everyday is such a perfect day to spend
Alone with you

I will follow you will you follow me
All the days and nights that we know will be
I will stay with you will you stay with me
Just one single tear in each passing year

With the dark,
Oh I see so very clearly now
All my fears are drifting by me so slowly now
Fading away

I can say
The night is long but you are here
Close at hand, oh I’m better for the smile you give
And while I live

I will follow you will you follow me
All the days and nights that we know will be
I will stay with you will you stay with me
Just one single tear in each passing year there will be

I will follow you will you follow me
All the days and nights that we know will be
I will stay with you will you stay with me
Just one single tear in each passing year…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Collins/Banks/Rutherford)

C’est bon d’être ici! Comment ça va depuis le temps?
Occupe-toi de mes bagages, garçon! Où est ma chambre?
Je m’assieds sur le téléphone, c’est mon jeu,
Je maintiens la pression jusqu’au bout!

Je ne veux pas tourner autour du pot
Mais aucun de nous ne rajeunit.
Il y a des personnes partout qui pourraient prendre ta place.
Un air plus commercial! Un nouveau visage!

J’ai besoin d’une douche, fais une sieste
Je te rencontrerai au bar, il faut qu’on trinque.
Il y a beaucoup en jeu, beaucoup à dire.
Il y a quelque chose que je dois te dire aujourd’hui.

Toi et moi connaissons le score,
Tu ne peux pas continuer comme ça éternellement.
Donc c’est avec regrets que je te dis maintenant
Qu’à partir de maintenant,
Tu te débrouilles seul!

Je ne parle pas en coin, c’est droit dans les yeux
Si tu es lent, il vont te dépasser,
Garde la tête haute, laisse-les se casser la figure.
Je marche en ligne droite, c’est droit dans les yeux.
Bien, montre-moi la porte, montre-moi quelqu’un qui le fera mieux.

Les boissons sont pour moi, sois mon invité.
Envie d’un cigare? Prends le meilleur.
Ne couvre pas tes arrières, on peut faire un marché,
Tu l’as dans ta poche, comment te sens-tu?

J’suis tellement content que ce soit fini, maintenant tu sais,
Mais j’obéis seulement à des ordres.
Et te dominant de là-haut.
Il faut que tu coules ou que tu nages, dégage le plancher!

Je ne parle pas en coin, c’est droit dans les yeux
Si tu es lent, il vont te dépasser,
Garde la tête haute, laisse-les se casser la figure.
Je marche en ligne droite, c’est droit dans les yeux.
Eh bien, montre-moi la porte, montre-moi quelqu’un qui le fera mieux.

(Banks)

Les rideaux sont tirés
Maintenant le feu réchauffe la pièce.
Pendant que dehors
Le vent du nord-est glace l’air,
Il va bientôt neiger.

Et certains sont
Froid, et se préparent pour une nuit blanche.
Peut-être que ce sera leur dernier combat.

Mais nous sommes en sécurité tous enlacés,
Toutes les peurs disparaissent quand je regarde ton visage –

Il vaut mieux prendre un peu le temps de réfléchir
Ou il se peut que je ne pense plus jamais.
Si c’était le dernier jour de ta vie, mon ami,
Dis-moi, que penses-tu que tu ferais alors?

Résiste au vent que le destin a placé devant toi,
Profite le plus possible de tout ce qui te revient,
Allonge-toi sur le sol et laisse tes larmes couler,
Pleurant devant l’herbe et les arbres et les cieux et finalement à genoux

Laisse-moi vivre encore, laisse la vie venir trouver ce que je veux.
Le printemps doit encore combattre contre le bouclier de l’hiver.
Laisse-moi sentir une fois de plus les bras de l’amour m’entourer,
Et me dire que le danger est passé, que je n’ai plus besoin de craindre le souffle glacé une fois de plus.

Rire, musique et parfum traînent ici
Et ça et là,
Du vin coule des bouteilles aux verres et aux bouches,
Alors qu’il apaise, troublant nos esprits.

Et bientôt nous sentons,
Pourquoi faire une seule chose aujourd’hui,
Il y a demain aussi sûrement que je suis là.

Alors les jours deviennent des années
Et aucun demain n’apparaît jamais.

Il vaut mieux prendre un peu le temps de réfléchir
Ou il se peut que je ne pense plus jamais.
Si c’était le dernier jour de ta vie, mon ami,
Dis-moi, que penses-tu que tu ferais alors?

Résiste au vent que le destin a placé devant toi,
Profite le plus possible de tout ce qui te revient,
Allonge-toi sur le sol et laisse tes larmes couler,
Pleurant devant l’herbe et les arbres et les cieux et finalement à genoux

Laisse-moi vivre encore, laisse la vie venir trouver ce que je veux.
Le printemps doit encore combattre contre le bouclier de l’hiver.
Laisse-moi sentir une fois de plus les bras de l’amour m’entourer,
Et me dire que le danger est passé, que je n’ai plus besoin de craindre le souffle glacé une fois de plus.

(Collins/Banks/Rutherford)

Big Jim Cooley inspirait le respect, quoi qu’il veuille, il pouvait l’obtenir.
L’insigne sur son gilet brillait au soleil.
Ce n’est pas un mensonge que de dire que Big Jim était craint par tout le monde.

Dans le saloon, un soir Big prit un pari
Avec un rancher dont j’ai oublié le nom.
Il voulait un troupeau conduit à travers la plaine,
Il appela Jim « foie jaune », il ne refera plus jamais ça.

Il devint fou!
Il jeta son insigne sur le sol et sorti,
Il va essayer, ça ne fait aucun doute.

« Il doit être fou, il doit être fou »!
Les gens lui souhaitèrent du bien, et bonne chance.
« Bien, je n’en ai pas besoin »! Il rit,
Il monta sur son cheval et s’en alla.

Sur la piste, Jim et ses 5 équipiers
Faisaient de leur mieux pour garder le bétail en vie.
Le temps était dur, mais les hommes aussi,
Bien que je ne pense pas que même Big rentente ce voyage un jour.

Les chevaux étaient énervés, sentant des problèmes devant,
Mais les problèmes n’arrivèrent que lorsque les hommes furent dans leurs lits
Hurlant et braillants, sortant leurs couteaux,
Une tribu des plus grands indiens sautait par dessus Big et ses hommes.

Il était apeuré, Big Jim était apeuré
Vivant, on aurait dit de lui qu’il était chanceux, mais pas cette fois.
Car il mourût comme tous les bons cow-boys avec ses boots et près de ses hommes.

Big Jim, il ne va toujours pas se coucher,
Pour lui son pari tient toujours.
Certains disent qu’il chevauche là, jurant encore.
Certains disent qu’ils l’ont vu.

(Rutherford)


Allonge ton corps sur la neige de minuit,
Sens le froid de l’hiver dans tes cheveux
Ici dans un monde à toi,
Dans un manteau qui s’est formé
Pour le plaisir des enfants
Et qui est arrivé pendant la nuit.

Et ici ils viennent pour jouer à leurs jeux magiques
Sculptant des noms sur ta main gelée.
Ici dans un monde à toi,
Comme un dormeur dont les yeux
Voit la douleur avec surprise
Alors que ça étouffe tes pleurs
Ils ne sauront jamais jamais.

Hé, il y a un bonhomme de neige
Hé, hé quel bonhomme de neige
Prie pour le bonhomme de neige
Oh, oh quel bonhomme de neige
Ils disent qu’une année avec de la neige est une bonne année
Remplie de l’amour de tout ceux qui gisent si profondément.

Des visages souriant déchirent ton corps jusqu’au sol
Couvert de rouge que seulement nous pouvons voir.
Ici dans une boule qu’ils ont fait
À partir de la neige du sol,
Regarde-la rouler au loin
Des yeux sauvages dans le ciel
Ils ne sauront jamais, jamais.

Hé, il y a un bonhomme de neige
Hé hé quel bonhomme de neige
Prie pour le bonhomme de neige
Oh oh quel bonhomme de neige
Ils disent qu’une année avec de la neige est une bonne année
Remplie de l’amour de tout ceux qui gisent si profondément.

Hé, ici va un bonhomme de neige
Hé ici quel bonhomme de neige
Hé, ici gît le bonhomme de neige
Hé il était un bonhomme de neige
Ils disent qu’une année avec de la neige est une bonne année
Remplie de tout ceux qui gisent si profondément.

(Banks)

Le soleil chauffant, la pluie rafraîchissante,
La flaque de neige dérivant sous le souffle de la brise,
L’éclair qui libère le ciel pour toi
Encore seuls les aigles semblent passer au travers.
Les mots d’amour, les pleurs de haine,
Et l’homme dans la lune qui te séduit
Et qui finalement te délivre.

Tu grimpes à une corde qui brûle pour échapper à la foule en dessous,
Mais tu avais mis la flamme dehors, de sorte que les autres peuvent maintenant suivre,
Pour être hors des attaches et des critiques de ceux qui ne te souhaitent pas du bien.

Tu dois te frayer ton propre chemin, inconnu, seul,
Mais garde à l’esprit
Ne vis pas aujourd’hui pour demain comme si tu étais immortel.
Les seuls survivants dans notre monde sont
Le soleil chauffant, la pluie rafraîchissante,
La flaque de neige dérivant sous le souffle de la brise,
L’éclair qui libère le ciel pour toi
Encore seuls les aigles semblent passer au travers.
Les mots d’amour, les pleurs de haine,
Et l’homme dans la lune qui te séduit
Et qui finalement te délivre.

Tu es vieux et sans illusions maintenant alors que tu réalises enfin,
Que tout ce que tu as accompli jusqu’à présent ne sera bientôt que poussières.
Tu rêves d’un futur après la vie, bien c’est comme un peut-être, je ne sais pas.

Mais tu ne peux pas prendre tout ce que tu as laissé derrière, tu es tout seul.
Alors garde à l’esprit
Ne vis pas aujourd’hui pour demain comme si tu étais immortel.
Les seuls survivants dans notre monde sont
Le soleil chauffant, la pluie rafraîchissante,
La flaque de neige dérivant sous le souffle de la brise,
L’éclair qui libère le ciel pour toi
Encore seuls les aigles semblent passer au travers.
Les mots d’amour, les pleurs de haine,
Et l’homme dans la lune…

(Rutherford)

Hors de mon chemin, homme gras. Tu as quelque chose à faire
Va remplir tes mains jusqu’à ce qu’elles brillent.
Il faut que tu sortes tant qu’il y a encore de l’or dans l’air
Ca tombe comme de l’eau, coulant d’une rivière venant des collines.

Va à l’ouest jeune homme
Gagne un dollar par jour comme ta famille a dit.
Tu roules la journée et tout de suite après la nuit
La tête du cortège s’en va hors de vue.
Va à l’ouest jeune homme, comme ta famille a dit

Tout au long des wagons
Tout au long des rails poussiéreux.
Dix sept ans pas dépassé d’un jour
Comme des enfants à l’état sauvage.
Le lait de ta mère encore humide sur ton visage
Et personne pour prier pour un retour sans danger à la maison.

Dehors, au delà du desert
À travers les montagnes près de la cascade.
Des serviteurs qui quittent la maison de leurs maîtres
Marchent tout le long du chemin.
Les champs dorés qui t’ont appelés
S’assombrissent chaque année.

Va vers l’ouest jeune homme
Si tu avais su alors ce que tu sais maintenant
Tu serais de retour là où tu as commencé, un homme plus heureux
Et tu laisserais la gloire à ceux qui sont restés.

Alors va vers l’ouest jeune homme
Va vers l’ouest jeune homme, comme ta famille a dit.

(Banks)

Beaucoup beaucoup trop se sont tenus là où je me tiens
Beaucoup plus se tiendront là aussi,
Je pense que ce que je trouve bizarre c’est la façon dont tu me construis
Et me détruis encore.

La partie était plaisante, mais maintenant c’est fini,
Pourquoi est-ce que je ne peux simplement pas quitter la scène?
Peut-être parce que tu m’as sûrement enfermé
Et ensuite jeté la clé au loin.

Oh Maman,
S’il te plait pourrais-tu trouver la clé.
Oh jolie Maman,
S’il te plait, ne me laisseras-tu pas aller librement.
Je pensais que j’étais chanceux
Je pensais que je l’avais fait.
Comment ai-je pu être si aveugle?

Tu dis au revoir au coin de la rue
Qui je pensais menait tout droit.
Tu m’as mis sur une direction simple et fermement posée
Et ensuite tu as enlevé la route.

Oh Maman,
S’il te plait aide-moi à trouver mon chemin.
Oh Jolie Maman,
S’il te plaît conduis-moi jusqu’au jour suivant.
Je pensais être chanceux
Oh je pensais que je l’avais fait.
Comment ai-je pu être si aveugle? Oh non…

(Collins/Banks)

Petit Nemo se frotta les yeux et sorti de son lit,
Essayant de faire de son mieux pour recoller les morceaux d’un rêve brisé.
Ses visions comme dans la vraie vie et pleine d’imagination
C’est étrange de penser qu’elles viennent d’une si petite tête.

Des dragons crachant du feu, mais amicalement.
Des champignons grands comme des maisons.
Des nymphes géantes et des gobelins jouant,
Des scènes d’un rêve nocturne, pauvre petit Nemo!

Manger toute ces sortes de nourriture si près de l’heure d’aller au lit
Elle lui ont toujours donné ces cauchemars, il semblait.

Aidé le jeune Washington dans le jardin,
À abattre le cerisier.
Maintenant nous savons tous que ce n’est pas de l’histoire,
Des scènes d’un rêve nocturne, pauvre petit Nemo!

« Nemo sort de ton lit! »
« Ne me raconte pas d’histoire, je ne veux pas savoir! »
« Allez, espèce d’endormi, on attend pour partir! »

Une fois il est allé au ‘Carnaval des Nations’
Dansant avec les princesses toute la nuit.

Ils se sont retrouvés sur une plate-forme en mouvement
Dix tonnes de poids au dessus d’eux,
Demandant audience au roi Morphée.
Des scènes d’un rêve nocturne, pauvre petit Nemo!

« Nemo sort de ton lit! »
« Ne me raconte pas d’histoire, je ne veux pas savoir! »
« Allez, espèce d’endormi, on attend pour partir! »

(Rutherford)

Dis que tout va bien Joe,
J’ai besoin d’un autre verre
De souffler sur le verre pour savoir que je suis en vie

Joue-moi une chanson Joe
Pour remplir les heures jusqu’au matin
Et puis plus jamais je ne t’ennuierai
Oh, construis-moi une tour
Sans entrée ni sortie.
Et puis mes amis pourront me rendre visite
Une fois de temps en temps.

Dis que tout va bien Joe,
J’ai besoin de réconfort
Tu ne sais jamais ce que tu peux trouver dans la nuit.
Oh, je suis juste une abeille occupée, toujours en vie dans ma ruche,
Je recherche quelque autre monde
Pour rêver mes rêves.

Il y avait des rois qui riaient sous la pluie
Et ils m’ont dit que je viendrais ici pour mener la parade
Toutes les couleurs changeaient, le ciel était en ruines
Les lumières brillent toutes sur moi et sur toi
brillent………

Oh, dis que tout va bien Joe
La nuit va bientôt être finie
Et rien ni personne ne saura jamais.
Ouvre mes yeux Joe
Je voudrais voir la lumière du jour
L’horloge sur le mur dit qu’il est temps de partir.
Jamais vu deux fois le même visage
Jamais pris le même chemin
Le peu d’amour que j’ai connu
Je l’ai gardé pour moi.

S’il y a un feu il est endormi dans mon lit
Je dois le laisser brûler jusqu’à ce qu’il s’éteigne
Attrape tant que tu peux, je ne reste pas longtemps ici
Je reviendrai dans peu de temps ou jamais
Brille………

(Banks)

L’homme sort dans la lumière de la lune
Au son d’un cri venu d’en dessous.
Il pense qu’il est un guerrier
Alors il attrape son épée et s’en va.

De la bouche du monstre
Il sauve la juste jeune fille.
Mais nous savons qu’elle est un démon
Venue l’attirer dans l’antre du démon.

À travers le feuillage agîté et les grands arbres il conduit
À une maison dans une clairière, un endroit que dans sa peur elle nomme « maison ».

« Viens avec moi, j’ai besoin de toi,
J’ai peur du noir et je vis toute seule.
Je te donnerai du vin et de la nourriture aussi
Et quelque chose de spécial ensuite si tu aimes. »

Et bien que son corps lui interdise
D’entrer avec elle,
Il y avait quelque chose dans ses manières
Que son esprit ne pouvait ignorer.

Aussi on chuchote
Dans le royaume de partout,
De craindre un petit cottage
Dans la forêt dans une clairière.

Car qui sait quelle place prend la magie dans son monde?
Alors il la remercie juste gentiment, se préparant à suivre son chemin.

« Viens avec moi, j’ai besoin de toi,
J’ai peur du noir et je vis toute seule.
Je te donnerai du vin et de la nourriture aussi
Et quelque chose de spécial ensuite si tu aimes.

Viens dans mon jardin,
Goûte les fruits et les épices de l’amour.
Tu ne peux me résister,
Je suis le genre dont tes rêves t’ont parlés. »

« Si contente que tu aies pu le faire
Nous avons tout arrangé.
Si contente que tu ais voulu nous rendre visite. »

Certains hommes n’écoutent jamais,
D’autres n’apprennent jamais,
Mais pourquoi cet homme à agît comme il a fait
Seul lui le sait.

Il savait qu’il marchait
Dans un piège à retardement,
Adroitement mis en place pour lui
Avec un hameçon si richement enveloppé.

Alors il alla à l’intérieur pour assumer ce qu’il avait trouvé
Mais il ne s’est jamais échappé, car qui peut s’enfuir de ce qu’il désire?

« Viens avec moi, j’ai besoin de toi,
J’ai peur du noir et je vis toute seule.
Je te donnerai du vin et de la nourriture aussi
Et quelque chose de spécial ensuite si tu aimes. »

(Rutherford/Banks/Collins)

Reste avec moi,
Mon amour, j’espère que tu seras toujours
Juste là à mes cotés si jamais un jour j’ai besoin de toi
Oh mon amour

Dans tes bras,
Je me sens tellement en sûreté et à l’abris
Chaque jour est un tel jour parfait à passer
Seul avec toi

Je vais te suivre, me suivras-tu
Tous les jours et nuits que nous savons qu’il y aura
Je vais rester avec toi resteras-tu avec moi
Juste une simple larme pour chaque année passée

Avec le noir,
Oh je vois si clairement maintenant
Toutes mes peurs dérivent près de moi, si lentement maintenant
S’éteignant au loin

Je peux dire
La nuit est longue mais tu es là
Tout contre toi, Oh je suis meilleur pour le sourire que tu as donné
Et tant que je vis

Je vais te suivre, me suivras-tu
Tous les jours et nuits que nous savons qu’il y aura
Je vais rester avec toi resteras-tu avec moi
Juste une simple larme pour chaque année passée

Je vais te suivre, me suivras-tu
Tous les jours et nuits que nous savons qu’il y aura
Je vais rester avec toi resteras-tu avec moi
Juste une simple larme pour chaque année passée…

Infos générales

Tony Banks – Orgue, Mellotron, Piano, Piano Électrique, 12 cordes, Chant.
Phil Collins – Batterie, Chant, Percussions.
Mike Rutherford – Basse, Pedales Basses, 12 cordes, Chant, Violoncelle.

Enregistré au Relight Studios, Hilvarenbeek, Hollande.
Produit par David Hentschel et Genesis.
Assistant : Pierre Geoffroy Chateau
Mixé au Trident Studios, Londres.
Assistant : Steve Short

Sorti en Avril 1978

Singles :

Mars 78 – Follow you follow me/Ballad of Big (UK)
Mars 78 – Follow you follow me/Inside and out (USA)
Juin 78 – Many too many/The day the light went out in Vancouver
Juillet 78 – Scene from a night’s dream/Deep in the motherlode