Traduction du texte d’introduction de The lamb lies down on broadway

Sur cette page, vous trouverez une traduction du texte que l’on trouve dans le livret de The Lamb. 
La traduction a été faite par Lise Desjardin.

The Lamb Lies Down On Broadway – Texte d’introduction par Peter Gabriel

Keep your fingers out of my eye. While I write I like to glance at the butterflies in glass that are all around the walls. The people in memory are pinned to events I can’t recall too well, but I’m putting one down to watch him break up, decompose and feed another sort of life. The one in question is all fully biodegradable material and categorized as ‘Rael’. Rael hates me, I like Rael, — yes, even ostriches have feelings, but our relationship is something both of us are learning to live with. Rael likes a good time, I like a good rhyme, but you won’t see me directly anymore — he hates my being around. So if his story doesn’t stand, I might lend a hand, you understand? (ie. the rhyme is planned, dummies). The flickering needle jumps into red. New York crawls out of its bed. The weary guests are asked to leave the warmth of the all-night theater, having slept on pictures others only dream on. The un-paid extras disturb the Sleeping Broadway. WALK to the left DON’T WALK to the right: on Broadway, directions don’t look so bright. Autoghosts keep the pace for the cabman’s early mobile race.

Enough of this–our hero is moving up the subway stairs into daylight. Beneath his leather jacket he holds a spray gun which has left the message R-A-E-L in big letters on the wall leading underground. It may not mean much to you but to Rael it is part of the process going towards ‘making a name for yourself.’ When you’re not even a pure-bred Puerto Rican the going gets tough and the tough gets going.

With casual sideways glances along the wet street, he checks the motion in the steam to look for potential obstruction. Seeing none, he strides along the sidewalk, past the drugstore with iron guard being removed to reveal the smile of the toothpaste girl, past the nightladies and past Patrolman Frank Leonowich (48, married, two kids) who looks at Rael in much the same way that other Patrolmen look at him, and Rael only just hides that he is hiding something. Meanwhile from out of the steam a lamb lies down. This lamb has nothing whatsoever to do with Rael, or any other lamb–it just lies down on Broadway.

The sky is overcast and as Rael looks back a dark cloud is descending like a balloon into Times Square. It rests on the ground and shapes itself into a hard edged flat surface, which solidifies and extends itself all the way East and West along 47th Street and reaching up to the dark sky. As the wall takes up its tension it becomes a screen showing what had existed in three dimensions, on the other side just a moment before. The image flickers and then cracks like painted clay and the wall silently moves forward, absorbing everything in its path. The unsuspecting New Yorkers are apparently blind to what is going on.

Rael starts to run away towards Columbus Circle. Each time he dares to take a look, the wall has moved another block. At the moment when he thinks he’s maintaining his distance from the wall, the wind blows hard and cold slowing down his speed. The wind increases, dries the wet street and picks up the dust off the surface, throwing it into Rael’s face. More and more dirt is blown up and it begins to settle on Rael’s skin and clothes, making a solid layered coat that brings him gradually to a terrified stillness. A sitting duck.

The moment of impact bursts through the silence and in a roar of sound, the final second is prolonged in a world of echoes as if the concrete and clay of Broadway itself was reliving its memories. The last great march past. Newsman stands limp as a whimper as audience and event are locked as one. Bing Crosby coos « You don’t have to feel pain to sing the blues, you don’t have to holla — you don’t feel a thing in your dollar collar. » Martin Luther King cries « Everybody Sing » and rings the grand old liberty bell. Leary, weary of his prison cell, walks on heaven, talks on hell. JFK gives the OK to shoot us, sipping Orange Julius and Lemon Brutus. Bare breasted cowboy double decks the triple champion. Who needs Medicare and the 35c flat rate fare, when Fred Astaire and Ginger Rogers are dancing through the air? From Broadway Melody stereotypes the band returns to ‘Stars and Stripes’ bringing a tear to the moonshiner, who’s been pouring out his spirit from the illegal still. The pawn broker clears the noisy till and clutches his lucky dollar bill. Then the blackout.

Rael regains consciousness in some musky half-light. He is warmly wrapped in some sort of cocoon. The only sound he can hear is dripping water which appears to be the source of a pale flickering light. He guesses he must be in some sort of cave — or kooky tomb, or catacomb, or eggshell waiting to drop from the bone of the womb. Whatever it is, he feels serene, very clean, and content as a well kept dummy with hot water in his tummy, so why worry what it means? Resigning himself to the unknown he drifts off into sleep.

He wakes in a cold sweat with a strong urge to vomit. There’s no sign of the cocoon and he can see more of the cave about him. There is much more of the glowing water dripping from the roof and stalactites and stalagmites are forming and decomposing at an incredible rate all around him. As fear and shock register, he assures himself that self-control will provide some security, but this thought is abandoned as the stalactites and stalagmites lock into a fixed position, forming a cage whose bars are moving in towards him. At one moment there is a flash of light and he sees an infinite network of cages all strung together by a ropelike material. As the rocky bars press in on Rael’s body, he sees his brother John outside, looking in. John’s face is motionless despite screams for help, but in his vacant expression a tear of blood forms and trickles down his cheek. Then he calmly walks away leaving Rael to face the pains which are beginning to sweep through his body. However, just as John walks out of sight, the cage dissolves and Rael is left spinning like a top.

When all this revolution is over, he sits down on a highly polished floor while his dizziness fades away. It is an empty modern hallway and the dreamdoll saleslady sits at the reception desk. Without prompting she goes into her rap: « This is the Grand Parade of Lifeless Packaging, those you are about to see are all in for servicing, except for a small quantity of our new product, in the second gallery. It is all the stock required to cover the existing arrangements of the enterprise. Different batches are distributed to area operators, and there are plenty of opportunities for the large investor. They stretch from the costly care-conditioned to the most reasonable mal-nutritioned. We find here that everyone’s looks become them. Except for the low market mal-nutritioned, each is provided with a guarantee for a successful birth and trouble free infancy. There is however only a small amount of variable choice potential — not too far from the mean differential. You see, the roof has predetermined the limits of action of any group of packages, but individuals may move off the path if their diversions are counter-balanced by others. »

As he wanders along the line of packages, Rael notices a familiarity in some of their faces. He finally comes upon some of the members of his old gang and worries about his own safety. Running out through the factory floor, he catches sight of his brother John with a number 9 stamped on his forehead.

No-one seems to take up the chase, and with the familiar faces fresh in his mind he moves into a reconstruction of his old life, above ground–

Too much time was one thing he didn’t need, so he used to cut through it with a little speed. He was better off dead, than slow in the head. His momma and poppa had taken a ride on his back, so he left very quickly to join The Pack. Only after a spell in Pontiac reformatory was he given any respect in the gang. Now, walking back home after a raid, he was cuddling a sleeping porcupine.

That night he pictured the removal of his hairy heart and to the accompaniment of very romantic music he watched it being shaved smooth by an anonymous stainless steel razor. The palpitating cherry-red organ was returned to its rightful place and began to beat faster as it led our hero, counting out time, through his first romantic encounter.

He returns from his mixed-up memories to the passage he was previously stuck in. This time he discovers a long carpeted corridor. The walls are painted in red ochre and are marked by strange insignia, some looking like a bulls-eye, others of birds and boats. Further down the corridor, he can see some people; all kneeling. With broken sighs and murmurs they struggle, in their slow motion to move towards a wooden door at the end. Having seen only the inanimate bodies in the Grand Parade of Lifeless Packaging, Rael rushes to talk to them.

« What’s going on? » he cries to a muttering monk, who conceals a yawn and replies « It’s a long time yet before the dawn. » A sphinx-like crawler calls his name saying « Don’t ask him, the monk is drunk. Each one of us is trying to reach the top of the stairs, a way out will await us there. » Not asking how he can move freely, our hero goes boldly through the door. Behind a table loaded with food, is a spiral staircase going up into the ceiling.

At the top of the stairs he finds a chamber. It is almost a hemisphere with a great many doors all the way round its circumference. There is a large crowd, huddled in various groups. From the shouting, Rael learns that there are 32 doors, but only one that leads out. Their voices get louder and louder until Rael screams « Shut up! » There is a momentary silence and then Rael finds himself the focus as they direct their advice and commands to their new found recruit. Bred on trash, fed on ash the jigsaw master has got to move faster. Rael sees a quiet corner and rushes to it. He stands by a middle-aged woman, with a very pale skin who is quietly talking to herself. He discovers she is blind and asking for a guide. « What’s the use of a guide if you got nowhere to go » asks Rael. « I’ve got somewhere to go, » she replies « if you take me through the noise, I’ll show you. I’m a creature of the caves and I follow the way the breezes blow. »

He leads her across the room and they leave the crowd, who dismiss their departure as certain to fail. When through the door, the woman leads Rael down the tunnel. The light of the chamber soon fades and despite her confident step Rael often stumbles in the darkness.

After a long walk they arrive in what Rael judges to be a big round cave, and she speaks a second time asking him to sit down. It feels like a cold stone throne. « Rael, sit here. They will come for you soon. Don’t be afraid. » And failing to explain any more she walks off. He faces his fear once again.

A tunnel is lit up to the left of him, and he begins to shake. As it grows brighter, he hears a non-metallic whirring sound. The light is getting painfully bright, reflecting as white off the walls until his vision is lost in a sort of snow blindness. he panics, feels around for a stone and hurls it at the brightest point. The sound of breaking glass echoes around the cave.

As his vision is restored he catches sight of two golden gloves about one foot in diameter hovering away down the tunnel. When they disappear a resounding crack sears across the roof, and it collapses all around him. Our hero is trapped once again.

« This is it » he thinks, failing to move any of the fallen rocks. There’s not much spectacle for an underground creole as he walks through the gates of Sheol. « I would have preferred to have been jettisoned into a thousand pieces in space, or filled with helium and floated above a mausoleum. This is no way to pay my last subterranean homesick dues. Anyway I’m out of the hands of any pervert embalmer doing his interpretation of what I should look like, stuffing his cotton wool in my cheeks. »

Exhausted by all this conjecture, our hero gets the chance in a lifetime to meet his hero: Death. Death is wearing a light disguise, he made the outfit himself. he calls it the « Supernatural Anaesthetist. » Death likes meeting people and wants to travel. Death approaches Rael with his special cannister, releases a puff, and appears to walk away content into the wall.

Rael touches his face to confirm hi is still alive. He writes Death off as an illusion, but notices a thick musky scent hanging in the air. He moves to the corner where the scent is stronger, discovering a crack in the rubble through which it is entering. He tries to shift the stones and eventually clears a hole large enough to crawl out of. The perfume is even stronger on the other side and he sets off to find its source, with a new-found energy.

He finally reaches a very ornate pink-water pool. It is lavishly decorated with gold fittings. The walls around the pool are covered with a maroon velvet up which honeysuckle is growing. From out of the mist on the water comes a series of ripples. Three snakelike creatures are swimming towards Rael. Each reptilian creature has the diminutive head and breasts of a beautiful woman. his horror gives way to infatuation as their soft green eyes show their welcome. The Lamia invite him to taste the sweet water and he is quick to enter the pool. As soon as he swallows some liquid, a pale blue luminescence drips off from his skin. The Lamia lick the liquid; very gently as they begin, with each new touch, he feels the need to give more and more. They knead his flesh until his bones appear to melt, and at a point at which he feels he cannot go beyond, they nibble at his body. Taking in the first drops of his blood, their eyes blacken and their bodies are shaken. Distraught with helpless passion he watches as his lovers die. In a desperate attempt to bring what is left of them into his being, he takes and eats their bodies, and struggles to leave his lovers’ nest.

Leaving by the same door from which he had come in, he finds some sort of freaks ghetto on the other side. When they catch sight of him, the entire street of distorted figures burst into laughter. One of the colony approaches him. He is grotesque in every feature, a mixture of ugly lumps and stumps.

His lips slip across his chin as he smiles in welcome and offers his slippery handshake. Rael is a little disillusioned, when the Slipperman reveals that the entire colony have one-by-one been through the same glorious romantic tragedy with the same three Lamia, who regenerate themselves every time, and that now Rael shares their physical appearance and shadowy fate.

Amongst the contorted faces of the Slippermen, Rael recognizes what is left of his brother John. They hug each other, John bitterly explains that the entire life of the Slipperman is devoted to satisfying the never-ending hunger of the senses, which has been inherited from the Lamia. There is only one escape route; a dreaded visit to the notorious Doktor Dyper who will remove the source of the problems, or to put it less politely, castrate.

They discuss the deceptively-named escape for a long time and decide to go together to visit the Doktor. They survive the ordeal and are presented with the offensive weapons in sterile yellow plastic tubes, with gold chains. « People usually wear them around their necks, » said the Doktor handing them over. « The operation does not necessarily exclude use of the facility again, for short periods, but of course when you want it you must provide us with considerable advance warning. » As the brothers talk themselves through their new predicament, a big black raven flies into the cave, swoops down, grabs Rael’s tube right out of his hands and carries it up into the air in his beak. Rael calls for John to go with him.

And he replies, « I will not chase a black raven. Down here you must read and obey the omens. There’s disaster where the raven flies. » So once more John deserts his brother.

The bird leads Rael down a narrow tunnel, he seems to be allowing him to keep at a closed distance. But as Rael thinks he might almost catch hold of the bird, the tunnel opens and finishes at an enormous subterranean ravine. Casually, the raven drops his precious load into the rushing waters at the bottom. It’s enough to drive a poor boy ravin’ mad.

Seeing the dangers of the steep cliff, our courageous hero stands impotent and glowers. He follows a small path running along the top, and watches the tube bobbing up and down in the water as the fast current carries it away. However, as he walks around a corner Rael sees a sky-light above him, apparently built into the bank. Through it he can see the green grass of home, well not exactly; he can see Broadway. his heart, now a little bristly, is shaken by a surge of joy and he starts to run, arms wide open, to the way out. At this precise point in time his ears pick up a voice screaming for help. Someone is struggling in the rapids below. It’s John. He pauses for a moment remembering how his brother had abandoned him. Then the window begins to fade — it’s time for action.

He rushes to the cliff and scrambles down the rocks. It takes him a long time to get down to the water, trying to keep up with the current at the same time. As he nears the water’s edge he sees John losing strength. He dives down into the cold water. At first he is thrown onto the rocks, and pulled under the water by a fast moving channel, which takes him right past John, down river. Rael manages to grab a rock, pull himself to the surface and catch his breath. As John is carried past, Rael throws himself in again and catches hold of his arm. He knocks John unconscious and then locking themselves together, he rides the rapids into the slow running water, where he can swim to safety.

But as he hauls his brother’s limp body onto the bank he lies him out and looks hopefully into his eyes for a sign of life. He staggers back in recoil, for staring at him with eyes wide open is not John’s face — but his own.

Rael cannot look away from those eyes, mesmerized by his own image. In a quick movement, his consciousness darts from one face to the other, then back again, until his presence is no longer solidly contained in one or the other.

In this fluid state he observes both bodies outlined in yellow and the surrounding scenery melting into a purple haze. With a sudden rush of energy up both spinal columns, their bodies, as well, finally dissolve into the haze.

All this takes place without a single sunset, without a single bell ringing, and without a single blossom falling from the sky. Yet it fills everything with its mysterious intoxicating presence. It’s over to you.

Copyright Peter Gabriel 1974

The Lamb Lies Down On Broadway – Texte d’introduction, traduit par Lise Desjardin

 

Ne mettez pas vos doigts dans mes yeux. Pendant que j’écris, j’aime regarder les papillons de verre qui sont tout autour des murs. Il y a dans ma mémoire des gens rattachés à des événements dont je ne me souviens pas très bien, mais j’en ai choisi un pour le voir se briser, se décomposer et « nourrir une autre sort de vie ». La personne en question est faite de matériau biodégradable et est catégorisée comme « RAEL ». Rael me hait, j’aime bien Rael – oui, même les autruches ont des sentiments, mais notre relation est quelque chose avec quoi nous apprenons à vivre tous les deux. Rael aime « a good time, j’aime a good rhyme », mais vous ne me verrez plus directement – il déteste que je sois près de lui. Donc, si son histoire ne tient pas le coup, je lui sonnerai un coup de main, vous comprenez? (i.e. ça devrait rimer, imbéciles.)

L’aiguille saute dans le rouge. New-York sort de son lit. Les spectateurs doivent quitter la chaleur du cinéma, ayant dormi en regardant des films dont d’autres ne font que rêver. Les extras non-payés dérangent Broadway endormi. TRAVERSEZ à gauche NE TRAVERSEZ PAS à droite: sur Broadway, les directions ne paraissent pas si claires. Les voitures-fantômes gardent le rythme pour la course matinale des chauffeurs de taxi.

C’est assez – notre héros monte les marches du métro dans la lumière du jour. Sous sa veste de cuir, il tient la bonbonne de peinture qui a tracé ce message R-A-E-L en grosses lettres sur le mur conduisant sous terre. Cela ne veut peut-être pas dire grand-chose pour vous mais pour Rael, cela fait partie de son plan pour  » se faire un nom ». Quand on n’est même pas un Porto-Ricain pur sang, les temps sont durs et on doit s’endurcir pour survivre.

Il jette un coup d’œil sur la rue mouillée pour vérifier si quelque chose ne ferait pas obstacle. N’en voyant pas, il s’élance sur le trottoir, passant devant la pharmacie dont on relève le paravent d’acier pour révéler le sourire de la fille du dentifrice, passant devant les putains et l’officier Frank Leonowich (48 ans, marié, 2 enfants) qui se tient dans l’encadrement de la boutique de perruques. L’officier leo…. regarde Rael comme tous les autres policiers le regardent, et Rael ne fait que leur cacher qu’il a quelque chose à cacher. Pendant ce temps, sortant de la vapeur, un agneau s’étend sur le sol. Cet agneau n’a rien à voir avec Rael, ou avec aucun autre agneau – il ne fait que s’allonger sur Broadway.

Le ciel est couvert et comme Rael regarde derrière lui, un nuage noir descend comme un ballon sur Times Square. Il se dépose sur le sol et prend la forme d’une surface plate et rigide, qui se solidifie et s’étend d’est en ouest sur toute la longueur de la 47e et s’élève jusqu’au ciel sombre. Comme le mur s’étire, il devient un écran montrant ce qui a existé en 3 dimensions, de l’autre côté il y a un moment. Les images paraissent puis se craquellent comme de la glaise peinte et le mur avance lentement absorbant tout sur son passage. Les new-yorkais ne se doutant de rien sont apparemment aveugles à ce qui ce passe.

Rael commence à courir vers Columbus Circle. Chaque fois qu’il ose se retourner pour regarder, le mur a avancé d’une rue. Au moment ou il croyait pouvoir garder son avance sur le mur, un vent puissant et glacial le ralentit. Le vent augmente, sèche l’asphalte mouillée et soulève la poussière, la jetant au visage de Rael. De plus en plus de poussière est soulevée et vient se déposer sur la peau et les vêtements de Rael, formant une solide couche qui le ralentit au point de l’arrêter. Une proie facile.

Le moment de l’impact éclate dans le silence et dans un éclat sonore, la dernière seconde est prolongée dans un monde d’échos comme si le béton et la glaise de Broadway revivaient leurs souvenirs. La grande parade du passé. Le journaliste est dépassé par les événements alors que le public et l’actualité ne font plus qu’un. Bing Crosby chante: « On n’a pas à sentir la douleur pour la chanter, on n’a pas à hurler – on ne sent rien quand on a de l’argent. » Martin Luther King crie: « Tout le monde chante! » et fait sonner la fameuse cloche de la liberté. Leary, fatigué de sa cellule de prison, marche dans le paradis, parle de l’enfer. J.F.K. accorde le droit de nous tirer dessus, sirotant un Orange Julius et un Lemon Brutus. Un cow-boy au torse nu assomme le champion en titre. Qui a besoin d’assurance-maladie et du billet à 35 cents quand Fred Astaire et Ginger Rogers dansent? Des stéréotypes de Broadway Melody, l’orchestre joue « Stars & Stipes » faisant pleurer le robineux qui se faisant sauter la cervelle avec l’alcool illégal. Le prêteur sur gages vide la caisse enregistreuse et serre son billet de 1 dollar chanceux. A ce moment précis la perte de conscience.

Rael revient à lui dans une pénombre sentant le musc. Il est enveloppé par une espèce de cocon. Le seul bruit qu’il peut entendre est celui d’une goutte d’eau qui tombe qui semble être la source d’une faible lumière vacillante. Il devient être dans une sorte de grotte ou une tombe, ou des catacombes, ou une coquille d’œuf, attendant de tomber de l’abri de la matrice. Quoique ce soit, il se sent serein, très propre et heureux comme un pantin bien soigné avec l’eau chaude dans le ventre, alors pourquoi s’en faire? Se résignant à l’inconnu, il glisse dans le sommeil.

Il se réveille couvert de sueurs froides avec une forte nausée. Le cocon n’est plus autour de lui et il peut mieux voir la cave où il se trouve. Il y a beaucoup plus de cette eau brillante qui tombe du toit et de stalactites et stalagmites se forment et se décomposent à une vitesse effarante tout autour de lui. Un état de choc et de peur le saisit et il essaie de se rassurer en disant qu’un meilleur contrôle de lui-même lui apportera une certaine sécurité, mais cette idée le quitte quand stalactites et stalagmites se figent en formant une cage dont le barreaux se dirigent vers lui. A un certain moment, il y a un éclat de lumière et il peut voir un infini réseau de cages reliées entre elles par un semblant de cordes. Comme les barreaux de pierre s’écrase sur le corps de Rael, il voit son frère John, à l’extérieur, qui le regarde. Le visage de John est sans mouvement en dépit des cris à l’aide, mais une larme de sang se forme sur son masque sans expression et coule sur sa joue. Alors, il part tranquillement, laissant Rael seul avec la douleur qui s’empare de tout son corps. Cependant, comme John disparaît, la cage se dissout et Rael est laissé chancelant comme une toupie.

Quand il s’arrête de tourner, il s’assoie sur le sol très poli attendant que son étourdissement passe. C’est une entrée vide et moderne et la vendeuse au corps de poupée est assise au guichet. Soudain, elle commence son baratin  » C’est la Grande Parade des Corps sans vie; ceux que vous verrez bientôt sont ici pour des réparations, sauf pour une petite quantité de notre nouveau produit, dans la 2e galerie. C’est toute la production dont nous avons besoin pour satisfaire aux présents arrangements de notre entreprise. Différentes séries sont distribuées aux directeurs régionaux, et il y a beaucoup d’opportunités pour l’investisseur plus important. Elles s’étendent du coûteux modèle bien entretenu au plus abordable mal-nourri. Nous en avons pour tous les goûts. Sauf pour le marché plus pauvres des mal-nourris, chaque modèle est accompagné d’une garantie pour une naissance réussie et une enfance sans problème. Il y a cependant seulement une petite quantité de choix potentiel – pas très loin du choix différentiel. Voyez-vous, le toit a prédéterminé les limites d’action de tout groupe, mais chaque individu peut quitter le sentier battu si un autre paie pour le remplacer.

Comme il erre parmi les alignements de produits, Rael remarque une familiarité dans certains de visages. Il arrive enfin en face de certains membres de son ancienne bande et s’inquiète de sa propre sécurité. S’enfuyant de l’usine, il entrevoit son frère John avec le numéro 9 étampé sur le front.

Personne ne semble le poursuivre, et avec le souvenir des visages familiers il décide d’entreprendre de reconstruire son ancienne vie. Au-dessus du sol.

Il n’avait pas besoin de trop de temps, alors il avait l’habitude de passer son temps assez vite, Il valait mieux être mort que lent d’esprit. Son père et sa mère avait abusé de lui et ainsi, il les quitta très vite pour se joindre à la bande « The Pack » qui ne l’accepta qu’après un séjour à la maison de redressement Pontiac. Maintenant, rentrant chez lui après un braquage, il serre un porc-épic endormi dans ses bras.

Cette nuit-là, il s’imagina qu’on lui enlevait son cœur poilu et au son d’une musique très romantique, il regarda pendant qu’on rasait ce cœur avec un rasoir d’acier anonyme. L’organe rouge-cerise palpitant fut remis à sa bonne place et commença à battre plus vite en conduisant notre héros, qui compte les minutes, vers sa première rencontre romantique.

Dans ses souvenirs pêle-mêle, il retourne au passage dans lequel il est resté prisonnier. Cette fois-ci découvre un long corridor couvert de tapis. Les murs sont peints en ocre rouge et marqués d’étranges signes, certains ressemblant à une cible d’autres à des oiseaux et des bateaux. Plus loin, il peut voir des gens; tous sont à genoux. Ils se débattent avec des soupirs déchirants et des murmures pour atteindre, en bougeant au ralenti, une porte de bois au bout du corridor. Après n’avoir vu que les corps sans vie de la Grande Parade, Rael se précipite pour leur parler.

Que se passe-t-il? Crie-t-il à un moine qui marmonne et qui répond, retenant un bâillement: « Il y a beaucoup de temps avant le lever du soleil ». Un rampeur semblable à un sphinx crie son nom, disant: « Ne lui demande pas, le moine est ivre. Chacun essaie de rejoindre le haut de l’escalier; là-haut, il y a une sortie ». Ne se demandant pas comment il peut arriver à bouger librement, notre héros se précipite à travers la porte. Derrière une table couverte de victuailles se trouve un escalier en spirale que monte vers le plafond.

Au sommet de l’escalier, il découvre une chambre. C’est presqu’un hémisphère avec plusieurs portes sur toute sa circonférence. Il y a une foule de gens rassemblés en petits groupes. A travers les cris, Rael apprend qu’il y a 32 portes, mais qu’une seule conduit à l’extérieur. Les voix s’amplifient de plus en plus jusqu’à ce que Rael s’écrie: « Vos gueules! ». Le silence se fait momentanément et Rael devient le point de mire alors que les autres conseillent et commandent leur nouvelle recrue. Nourri de déchets et de cendres, le « jigsaw master » soit aller plus vite. Rael aperçoit un coin tranquille et s’y précipite. Il se tient à côté d’une femme d’âge moyen au teint très pâle qui se parle à elle-même, tout doucement. Il découvre qu’elle est aveugle et cherche un guide. « Pourquoi un guide si vous ne pouvez aller nulle part » demande Rael? « Je sais où aller » répond-elle, « si tu m’aides à traverser ce vacarme, je te montrerai. Je suis une créature des grottes et je vais où souffle la brise ».

Il la conduit à travers la pièce et ils quittent la foule, qui est sure que leur fuite sera un échec. Après avoir passé la porte, la femme

conduit Rael dans un tunnel. La lumière de la chambre s’estompe bientôt et malgré que le pas de la femme soit sûr, Rael trébuche souvent dans le noir.

Après une longue marche, ils arrivent dans ce que Rael juge être une grande cave ronde, et elle lui demande de s’asseoir. Le sol est comme un trône de pierres froides.

« Rael, assieds-toi ici. Il viendront te chercher bientôt. N’aie pas peur ».

Un tunnel s’éclaire à sa gauche et il se met à trembler. Comme la lumière devient aveuglante, il panique, cherche une pierre et la lance en visant le point le plus brillant. Un bruit de verre brisé résonne dans la cave.

Alors que sa vue revient, il entrevoit 2 globes dorés d’environ 1 pied de diamètre flottant dans l’air plus loin dans le tunnel. Comme ils disparaissent, une fente apparaît dans le plafond qui s’écroule tout autour de lui. Notre héros est prisonnier encore une fois.

« Ça y est », pense-t-il, ne pouvant retirer les pierres. Il n’y a pas de spectacle pour un créole souterrain quand il traverse les grilles de Shéol. « J’aurais préféré être réduit en mille miettes dispersées dans l’air ou rempli d’hélium et flotter au-dessus d’un mausolée. Ce n’est pas une façon de payer mes derniers droits à la terre qui m’a vu naître. Enfin, je ne finirai pas entre les mains d’un embaumeur qui aurait imaginé de quoi j’avais l’air, me bourrant les joues de ouate.

Épuisé par les événements, notre héros a la chance de sa vie de rencontré son héroïne: LA MORT. La mort porte un déguisement qu’il a fait lui-même. Il l’appelle « l’Anesthésiste Supernaturel ». La mort aime rencontrer des gens et veut voyager. La mort s’approche de Rael avec une bonbonne spéciale, en fait sortir un nuage de gaz et s’éloigne, apparemment satisfaite, à travers le mur.

Rael touche son visage pour s’assurer qu’il est bien vivant. Il oublie la Mort – ce n’était qu’une illusion -, mais remarque un épais parfum de musc dans l’air. Il va vers le coin où l’odeur est la plus forte, découvrant une fente dans le ciment par où vient l’odeur. Il essaie de pousser les pierres et dégage un trou assez grand pour s’y glisser. Le parfum est encore plus puissant de l’autre côté et il part à la recherche de sa source avec une nouvelle énergie.

Il découvre finalement une piscine très décorée d’eau rose. Elle est ornée de dorures. Les murs autour sont couverts de velours marron dans lequel pousse du « honeysuckle ». De la vapeur qui flotte sur l’eau apparaissent des rides. Trois créatures ressemblante à des serpents nagent vers Rael. Chaque créature reptilienne a une très petite tête et les seins d’une jolie femme.

L’horreur fait place à l’attirance quand leurs yeux doux verts lui montrent qu’il est le bienvenue. Le Lamia l’invite à goûter l’eau sucrée et il entre vite dans la piscine. Dès qu’il a avalé du liquide, une luminescence bleue pâle s’écoule de sa peau. Le Lamia lèche le liquide; très doucement au début, à chaque coup, il sent le besoin de se donner de plus en plus. Il lèche sa peau jusqu’à ce que ses os paraissent fondre et juste comme il sent qu’il ne peut plus le supporter, ils mordillent son corps. Goûtant les premières gouttes de sang, leurs yeux noircissent et leurs corps tremblent. Immobilisé par une passion sans merci, il voit ses maîtresses mourir. Dans un effort désespéré pour garder en lui un peu d’elles, il mange leurs corps et se débat pour sortir de leur nid.

Sortant par la porte d’où il était venu, il trouve un ghetto de « freaks » de l’autre côté. Quand ils le voient, toute la rue de visages grimaçants éclate de rire. L’un d’eux s’approche de lui. Il est grotesque dans tous ses traits, un mélange de bosses et de plaies. Ses lèvres glissent sur son menton comme il sourit pour l’accueillir et offre une poignée de main glissante. Rael est un peu désillusionné, quand le Slipperman (l’homme-glissant) lui révèle que toute la colonie est passée un par un par la même glorieuse tragédie romantique avec les 3 mêmes Lamia qui se régénèrent chaque fois et que maintenant, Rael partage avec eux leur apparence physique et leur destin obscur.

Parmi les visages tordus des Slippermen, Rael reconnaît ce que reste de son frère John. Ils s’étreignent pendant que John explique que toute la vie d’un Slippermen est dédiée à la satisfaction de l’incessante faim des sens héritée des Lamia. Il n’y a qu’une voie de fuite; une visite effrayante au bien connu docteur Dyper qui enlèvera la source du problème, ou en plus clair, vous castrera.

Ils discutent l’évasion pendant longtemps et décident d’aller ensemble visiter le Doktor. Ils survivent à l’épreuve et on leur remet les armes offensives dans des tubes stériles de plastique avec des chaînes d’or. « Les gens les portent habituellement autour du cou », sit le Doktor en leur remettant. « L’opération n’exclue pas nécessairement l’utilisation de l’outil, pour de courtes périodes, mais bien entendu, quand vous voulez le faire, vous devez nous avertir à l’avance ». Comme les frères partent, un corbeau noir vole dans la cave, plonge sur eux, s’empare du tube de Rael et l’emporte dans son bec. Rael demande à John de venir avec lui.

Et il lui répond: « Je ne chasserai pas un corbeau. Ici, tu dois lire et obéir aux augures. Il y a un désastre là où vole le corbeau ». Ainsi, encore une fois, John abandonne son frère.

L’oiseau conduit Rael le long d’un étroit corridor, lui permettant de garder une courte distance. Mais Rael pensait attraper l’oiseau, le tunnel s’ouvre et finit dans un immense ravin souterrain. Sans faire attention, le corbeau laisse tomber son précieux chargement dans les eaux tourbillonnantes. C’est suffisant pour rendre un pauvre gars complètement fou.

Voyants les dangers de la falaise à pic, notre courageux héros se sent impuissant. Il suit un petit sentier le long du sommet et regarde le tube tourbillonner dans l’eau pendant que le fort courant l’entraîne. Cependant, comme il tourne un coin, Rael aperçoit une fenêtre au-dessus de lui, apparemment montée dans le roc. A travers elle, il peut voir Broadway. Son cœur est secoué par un éclat de joie et il se met à courir les bras ouverts, vers la sortie. A ce moment précis, ses oreilles entendent une voix appelant à l’aide. Quelqu’un se débat dans les rapides. C’est John. Il s’arrête un instant se rappelant comment son frère l’a abandonné. Alors la fenêtre s’estompe – c’est le temps d’agir.

Il s’élance vers la falaise et commence à descendre. Il met beaucoup de temps à atteindre l’eau, essayant de suivre le courant en même temps. Comme il s’approche de la rive, il voit John que s’épuise. Il plonge dans l’eau froide. Au début il est précipité sur les rochers et attiré sous l’eau par le courant qui l’entraîne loin de John. Rael réussit à s’agripper à un rocher, revient à la surface et reprend son souffle. Comme John passe devant lui, entraîné par le courant, Rael se jette de nouveau à l’eau et lui attrape le bras. Il assomme John et le tenant serré, il laisse les rapides l’emporter en eau calme où il peut nager vers un endroit sûr.

Mais comme il tire le corps inerte de son frère sur la rive, il l’étend par terre et regarde ses yeux pour y voir un signe de vie. Il recule avec dégoût, car, le regardant avec les yeux grands ouverts, ce n’est pas le visage de John, – mais le sien.

Rael ne peut détacher son regard de ces yeux, hypnotisé par sa propre image. En un mouvement rapide, sa conscience va d’un visage à l’autre, puis revient, jusqu’à n’être plus solidement contenue dans l’un ou l’autre. Dans cet état second, il observe les 2 corps entourés de jaune et le paysage tout autour se fondant en un voile pourpre. Avec une soudaine poussée d’énergie le long des deux colonnes vertébrales, leurs corps se dissolvent dans le voile.

Tout ceci se passe sans un seul coucher de soleil, sans qu’une seule cloche sonne et sans un seul flocon tombant du ciel. Pourtant cela remplit toutes choses d’une présence mystérieuse et intoxicante.

C’est fini pour vous.