Calling All Stations

Seb

4/5

Phil est donc parti, laissant libre la batterie et le micro. Mike et Tony se retrouvent donc seuls et commencent à écrire. Ils ont toujours l’envie… Il leur faut un nouveau chanteur, ce sera Ray Wilson ancien chanteur de Stillskin. L’album commence par le plus beau morceau du disque : Calling all stations. Rien que ca pour nous prouver que Genesis est bien vivant, même si, comme d’habitude il y a toujours des grincheux pour dire que ce n’est plus Genesis. Encore une fois, tant pis pour eux. Le disque se poursuit, enchaînant, le très bon et le moins bon. Plusieurs morceaux sont vraiment dignes de l’ancien Genesis et n’ont pas a rougir de quelque comparaison. Évidement, à la première écoute l’absence de Phil est cruelle. Mais, petit à petit, on s’y fait, puis on se dit que le gars Ray fait vraiment un travail formidable. Et c’est surtout sur scène qu’on s’en rend compte, sa voix colle vraiment bien avec les anciens morceaux, même si c’est surprenant parfois. Un excellent disque donc, quoi qu’on puisse raconter ailleurs !!!

Tracklist

(Banks/Rutherford)


Calling all stations
Can anybody tell me, tell me exactly where I am
I’ve lost all sense of direction
Watching the darkness closing around me
Feeling the cold all through my body
That’s why I’m calling all stations
In the hope that someone hears me
A single lonely voice

I feel the sensation disappearing
There’s a tingling in my arms
And there’s a numbness in my hands

All the broken promises
All my good intentions don’t add up to very much
And I realise whatever happened, whatever happened
I remember all the moments that I’ve wasted in my life
All the things I was always gonna do
Why is it now when it’s too late
That I’ve finally realised it’s important to me
To think that everything that’s dear to me
And is always in my heart
Could so easily be taken
And it’s tearing me apart
Going over and over in my mind
I relive it one second at a time

Calling all stations
Can anybody tell me, tell me exactly where I am
How different things look when your all on your own
Watching the darkness closing all around me
All around me
And I’m lost with feeling
Of your arms to remind me
Of everything that’s dear to me
And is always in my heart
Could so easily be taken
And it’s tearing me apart
Going over and over in my mind
I relive it one second at a time
Don’t you know there’s never been a moment
When I haven’t had the thought
That everything that’s dear to me
And is always in my heart
Could so easily be taken
And it’s tearing me apart
Going over and over in my mind
I relive it one second at a time
As I sit here in the darkness
Feeling so alone
And everything that’s dear to me
And is always in my heart…

(Banks/Rutherford)


You say that I put chains on you
But I don’t think that’s really true
But if you want to be free from me
You gotta lose me in another world

Send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Send me to the Congo you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

Like a soldier ant
I will wait for the signal to act
To take a walk right through the door
If you don’t want me here any more

Send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Send me to the Congo you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

Into my heart you came
And gave a whole new meaning to my life
Into my world you brought a light
I thought it never would go out

Send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Send me to the Congo you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

You can send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Yes you can send me to the Congo, you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

I would never be the one to say you had no reason
To want me somewhere else far far away
But someday you may understand, someday you will see
That someone who would die for you is all I’ve ever been

Congo the Congo, if that’s how it’s got to be
Congo the Congo, if that’s what you want from me

I would never be the one to say you had no reason
To want me somewhere else far far away
Someday you may understand someday you will see…

(Banks/Rutherford)


I’m a million miles from anywhere, where can I be
Somewhere out on the ocean
Just take a look out on the horizon, what can you see
There’s nothing there for me

I feel shipwrecked, I might as well be shipwrecked
I’m helpless and alone drifting out to sea
I can’t believe what you said to me

Even standing on the corner of a busy city street
I still feel so lonely
Why do you say you want to be with me
But the next day say you don’t

I’m shipwrecked, I might as well be shipwrecked
I’m helpless and alone drifting out to sea
I can’t believe what you said to me
Without you I feel shipwrecked
But I can’t let it show
A million miles away from anywhere, ooh, ooh, ohh

Is it my imagination
Or is it getting darker, are the waves getting higher
I’m a million miles from anywhere
A million miles from anything I know

You know that’s why I’m shipwrecked
I might as well be shipwrecked
I’m helpless and alone drifting out to sea
I can’t believe what you said to me
You know that’s why I’m shipwrecked, shipwrecked
Losing my direction
Please come and rescue me (shipwrecked)
Shipwrecked
Shipwrecked
Shipwrecked
Shipwrecked…

(Banks/Rutherford)


Woke up in the morning staggered out of bed
Thought about getting back again, but went downstairs instead
Read the daily paper have to know the truth
Slammed the door as I ran outside, looked at my watch and cried
Gotta get to work on time
Gotta get to work on time

Then the sky turned a deeper blue
Not a cloud as the sun shone through
But all around rain kept falling to the ground
The wind was blowing but the trees didn’t make a sound
Just another alien afternoon
Just another alien afternoon

Time that I was leaving while there’s still a chance
Before I start believing in what I see or hear
Nothing here to keep me, nothing anywhere
Gotta get out pack my bags before I go insane
Gotta get away in time
Gotta get away in time

Then the sky turned from blue to green
Took on colours I have never seen
Then a sound started ringing in my ears
I heard voices but in truth there’s nobody there
Just another alien afternoon
Just another alien afternoon

To be there back where I belong
To feel again the wind upon my face
To see again all that I took for granted
All that I left and everything I knew

We are home
We are your home
We are all your home

Not another alien afternoon

Never more to go wandering
Never leaving my world behind

There was never a reason
To leave my heart and my home behind
Where I was born is where I should be now
I would never be lonely
I would never be sad again

I wanted to go anywhere
I wanted to see how strange it all could be
Nothing would ever take me away again
Never more to go wandering
Never leaving my world behind
No, no, no, no
Nothing will ever take me away again, away again
No, no, no, no

(Banks/Rutherford/Wilson)


A little piece of something
Falling gently down down down
No one understands you like I do

I’d rather be beside you
Everything we know so well
Tell me what you feel now
Show me what you think of it

It’s not about us anymore
It’s all about the reasons
That we think we’re fighting for
It’s not about hate
It’s not about pain we always feel
I know we have our problems
But we’re not the only ones
It’s not about you it’s not about me
It’s not about anger
It’s more about the loneliness we feel

How can I begin to
Ask for some forgiveness
For all that we have taken
There’s nothing left now

Just a little piece of something
Falling gently down down down
No one understands you no no
Like I do
There’s nothing left now

It’s not about us anymore
It’s all about the reasons
That we think we’re fighting for
It’s not about hate
It’s not about pain we always feel
I know we have our problems
But we’re not the only ones
It’s not about you it’s not about me
It’s not about anger
It’s more about the loneliness we feel

It’s not about us
It’s not about hate
It’s more about the loneliness we feel, can you feel it
It’s not about anger
It’s not about wanting
I know we have our problems
But we’re not the only ones, we’re not the only ones
It’s not about you, it’s not about me…

(Banks/Rutherford)


Talking makes us human that’s what I was told
So why do I find it so difficult to let my feelings unfold
Had I the courage to tell you I’d promise you this

If that’s what you need
I’ll be the river I’ll be the mountain always beside you
If that’s what you need
I will be stronger I will be braver than ever before

When you came along and turned it all around
I promised myself I wouldn’t tell you
Until we stood on solid ground
Holding the candle between us I’ll tell you this

If that’s what you need
I’ll be the river I’ll be the mountain always beside you
If that’s what you need
I will be stronger I will be braver than ever before

And if there’s any kind of danger
I hear you calling out my name
You can follow in my footsteps
And I will lead you safely back again

I never understood you however hard I tried
But it took me a while until I realised
That all the problems were mine
Holding you nearer to me to tell you this

If that’s what you need
I’ll be the river I’ll be the mountain always beside you
If that’s what you need
I will be stronger I will be braver than ever before
And when things go wrong
I’ll be your conscience there to remind you all of your life
When you go wrong
I’ll be the reason you’ll be protected all of your days

(Banks/Rutherford)


There has always been a dividing line
But you choose, you choose, yes you choose not to see it
And then you wonder why you fall
It cuts through the heart of every city
If you climb to the top of the highest building
You can see where it falls ’cause the streetlights stop
The colours start to change
You hear a voice inside you
Not the words that you wanted to hear
Not the things that you wanted to see hey, hey, hey, hey

In the comfort and safety of your own home
Remember those outside in the cold
And the wind and the rain
And take in your hands a little ray of light
And turn it into a beam that pierces the darkness of the night

There has always been a dividing line
But you choose, you choose, yes you choose not to see it
Sometimes we believe if we close our eyes
The rain might wash it away
That’s why we stumble and we fall
Not the words that you wanted to hear
Not the things that you wanted to see hey, hey, hey, hey

When everything that you hold dear to you
Has finally faded away from your life
The last cold ray of sunshine slowly disappears
Round the corner of the building
And leaves you alone
When darkness covers the city and the streets are silent too
What will you turn to…

(Banks/Rutherford)

A day of uncertain weather
Captured in a frame forever
A face in a faded photograph

He must have had a life
Maybe with a family
People who meant everything to him

A sinner, a saint, a soldier
Caught up in a war he never
Had a chance to start or build a life

All gone long ago
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind
To become just a face without a name
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind

Hopes and fears important plans
Forgotten memories
Footsteps fading in the sand, ooh
Schemes and dreams small and grand
Nothing left to see
Footsteps fading in the sand, ooh

Someone who cast a shadow
Maybe just a lazy man
Doesn’t make much difference now it’s true

A day of uncertain weather
Captured in a frame forever
A face in a faded photograph

All gone long ago
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind
To become just a face without a name
One more to add to the total
Of those never heard of again

Yes he’s gone
Just a face without a name
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind
All gone
Just a face without a name
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind…

(Banks/Rutherford/Wilson)


Don’t talk back to me, don’t talk back to me
Don’t talk back to me, don’t talk

Going round in circles, hearing too many points of view
Just words to tire me out, small talk I could do without
I would be amazed if you returned to see things my way
Now that you’ve been disrespectful to my sense of pride

Isn’t it a shame that you were lying when you said to me (small talk)
I was the only one, you and I were meant to be
I expect you’ll never really feel the way that I do
All of this is with regret, I’m sure you will agree

Say something to me, anything at all
I want you to mean what you say
I’ve seen all I want to see, and you mean the world to me
I’ve lived for each moment to be with you, with you, with you

Small talk, small talk, small talk, small talk

You say I don’t talk enough, that applies to both of us
Don’t try to sound me out, something I could do without
So much goes on inside your head, I often wonder
Have you heard enough to know, there’s nothing left to say

Say something to me, anything at all
I want you to mean what you say
I’ve seen all I want to see, and you mean the world to me
I’ve lived for each moment to be with you, with you, with you

Small talk
Small talk
Ooh small talk
That’s all I ever hear
Small talk

I’ll be alright
It may take sometime
But I’ll be alright (don’t talk back to me)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (don’t want to be alone, nothing worth to carry on)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (try hard to understand, you won’t seem to lend a hand)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (without you’ll fail to see, you never spare a thought for me)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (so many things you said, going round in circles)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (I’ll rise above it all, enough to see another day)
I’ll be alright
I’ll be alright
Don’t talk back to me…

(Banks/Rutherford/Wilson)


You’re no longer part of my life
I must remind myself again
Too much has happened to us to cause each other pain
It’s over now, there’s too much guilt to share
Once there would have been a time for talking and learning

There must be some other way
To get where we have to go
There must be some other way
Please show me another way
Once it would have been so easy, to do what we have to do
There must be some other way
Please show me another way

Are we no more than parts in a play
Letting other people, strangers say our lines?
To think it should come to this, after all these years
What was mine and what should stay behind
Once there would have been a time of sharing, of caring

There must be some other way
To get where we have to go
There must be some other way
Please show me another way
Once it would have been so easy to do what we have to do (there must be some other way)
There must be some other way
Please show me, show me another way…

——

There’s nothing much left to say
We have said it once and said it all again
This time we have gone too far, it could never be the same
It’s time to carry on create new lives
Once we promised we would stay together forever

There must be some other way
To get where we have to go (there must be some other way)
There must be some other way
Please show me another way
Once it would have been so easy to do what we have to do (what we have to do)
You know there must be some other way
Please show me another way
You know there must be another way
Please show me, show me another way (there must be some other way)
You know there must be some other way…

(Banks/Rutherford)


As the buildings crumble, tumble to the ground
And the dust-filled smoke rises in the air
You know that somebody somewhere looks with pride, they’re satisfied

To all who think they know
To everyone that knows that they’re right
D’you ever wonder why
D’you never ask the question even in the depths of night?

Now as the daylight fading ends another day
For too many life will never be the same
And it is all for the reason they will never understand

To all who think they know
To everyone that knows that they’re right
D’you ever wonder why
D’you never ask the question even in the depths of night?

And on the morning after do you realise
See the ruined faces and the ruined lives
Inside your head do you never have the thought a moment of doubt?

To all who think they know
To everyone that knows that they’re right
D’you ever wonder why
D’you never ask the question even in the depths of night?

There are only dreams one like any other
What means the earth to one or few means nothing to another
There are only dreams like any other

Drawing lines upon the sand, on the land, on the sea
Then dying to defend them seems quite meaningless to me

Don’t you know what means the earth to some or only one
Can mean just nothing nothing nothing to another

There are only dreams like any other
There are only differences, worth living but not dying for

One man’s joy makes another man weep
Nothing you can do is ever gonna change it
One man’s saint is another man’s fool
One man’s hot is another man’s cool

And when the war is over, won
Will there be peace for evermore?

Statues carved right out of stone, out of wood, made from gold
Praying for their mercy that won’t save their souls

Don’t you know what means the earth to some or only one
Can mean just nothing nothing nothing to another

There are only dreams like any other
There are only hopes and beliefs one like any other (there are only dreams like any other)
Worth living but not dying for
Living but not dying for not killing for
There are only dreams like any other like any other

To all of those who think that they know
All I can say yes all I can say

One man’s joy makes another man weep
Nothing you can do is ever gonna change it
One man’s saint is another man’s fool
One man’s hot is another man’s cool

There are only dreams like any other
There are only hopes and beliefs, one like any other
There are only dreams like any other…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Rutherford)

Appelant toutes les stations
Est-ce que quelqu’un peut me dire, me dire exactement où je suis
J’ai perdu tout sens d’orientation
Regardant la pénombre m’entourant
Ressentant le froid à travers tout mon corps
C’est pourquoi j’appelle toutes les stations
Dans l’espoir que quelqu’un m’entende
Une simple voix seule

Je sens la sensation disparaître
Il y a un picotement dans mes bras
Et un engourdissement dans mes mains
Toutes les promesses brisées
Toutes mes bonnes intentions ne s’ajoutent pas beaucoup
Et je réalise que quoi qu’il arrive, quoi qu’il arrive
Je me souviens de tous les moments que j’ai gâché dans ma vie
Toutes les choses que j’allais toujours faire
Pourquoi est-ce maintenant, quand c’est trop tard
Que je réalise finalement ce qui est important pour moi
Pour penser que tout ce qui m’est cher
Et qui est toujours dans mon cœur
Peut être pris si simplement
et ça me déchire
Ca va et vient et revient dans mon esprit
Je le revis à chaque secondes

Appelant toutes les stations
Est-ce que quelqu’un peut me dire, me dire exactement où je suis
Comme les choses semblent différentes quand on est seul
Regardant la pénombre tout autour de moi
Tout autour de moi
Et je suis perdu avec le sentiment
De mes bras qui me rappellent
Tout ce qui m’est cher
Peut être pris si facilement
Et ça me déchire
Faisant des va et vient et revient dans mon esprit
Je le revis à chaque secondes

Ne sais-tu pas qu’il n’y a jamais eu un instant
Durant lequel je n’ai pas eu la pensée
Que tout ce qui m’est cher
Et est toujours dans mon cœur
Pouvait être pris si facilement
Et ça me déchire
Faisant des va et vient et revient dans mon esprit
Je le revis à chaque secondes
Alors que je suis assis dans la pénombre
Me sentant si seul
Et tout ce qui m’est cher
Et est toujours dans mon cœur…

(Banks/Rutherford)

Tu dis que je t’enchaîne
mais je ne pense pas que ça soit vraiment vrai
mais si tu veux te libérer de moi
il faudra que tu me perdes dans un autre monde

Envoie-moi au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
envoie-moi au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Comme un fourmi-soldat
j’attendrai le signal pour agir
pour marcher à travers la porte
si tu ne me veux plus ici du tout

Envoie-moi au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
envoie-moi au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Tu es venue dans mon cœur
et tu as donné un nouveau sens à ma vie
dans mon monde tu as amené une lumière
je pensais qu’elle ne partirai jamais

Envoie-moi au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
envoie-moi au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Tu peux m’envoyer au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
Oui tu peux m’envoyer au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Je ne serai jamais celui qui dira que tu n’avais pas de raison
De me voir autre part, loin loin au loin
Mais un jour il se peut que tu comprennes, un jour tu verras
que quelqu’un qui peut mourir pour toi est tout ce que j’ai toujours été.

Congo le Congo, si c’est comme ça que ca doit être
Congo le Congo, si c’est ce que tu veux de moi

Je ne serai jamais celui qui dira que tu n’avais pas de raison
De me voir autre part, loin loin au loin
Mais un jour il se peut que tu comprennes, un jour tu verras…

(Banks/Rutherford)

Je suis à un million de kilomètres de n’importe où, où pourrais-je être
Quelque part sur l’océan
Regarde l’horizon, que peux-tu voir
Il n’y a rien là-bas pour moi

Je me sens naufragé, je peux aussi bien être naufragé
Je suis désemparé et seul dérivant sur la mer
Je ne peux pas croire ce que tu disais

Même debout, au coin d’une rue d’une ville très affairée
Je me sens quand même si seul
Pourquoi dis-tu que tu veux être avec moi
Mais le jour suivant tu dis que tu ne veux plus

Je me sens naufragé, je peux aussi bien être naufragé
Je suis désemparé et seul dérivant sur la mer
Je ne peux pas croire ce que tu disais.
Sans toi je me sens naufragé
Mais je ne peux le laisser paraître
Un million de kilomètres de n’importe où, ooh ooh ooh

Est-ce mon imagination
Ou est-ce que ça devient plus sombre, est-ce que les vagues deviennent plus hautes
Je suis à un million de kilomètres de n’importe où
Un million de kilomètres de n’importe quoi que je connaisse

Tu sais, c’est pour ça que je suis naufragé
Je pourrais aussi bien être naufragé
Je suis désemparé et seul, dérivant sur la mer
Je ne peux pas croire ce que tu me disais
Tu sais, c’est pour ça que je suis naufragé, naufragé
Perdant ma direction
S’il te plaît, viens et sauve-moi (naufragé)
Naufragé
Naufragé
Naufragé
Naufragé…

(Banks/Rutherford)

Je me suis réveillé ce matin, tombant du lit
j’ai pensé à retourner encore, mais je suis descendu à la place
J’ai lu le journal du jour, fallait que je connaisse la vérité
J’ai claqué la porte alors que je sortais, j’ai regardé ma montre et j’ai crié
Il faut que je sois à l’heure au boulot
Il faut que je sois à l’heure au boulot

C’est alors que le ciel a viré vers un bleu plus profond
Pas un seul nuage puisque le soleil brillait
Mais tout autour la pluie continuait de tomber sur le sol
Le vent soufflait, mais les arbres ne faisaient pas un bruit
Juste un autre après-midi étranger
Juste un autre après-midi étranger

Il était temps que je parte tant qu’il y avait encore une chance
Avant que je commence à croire en ce que je vois ou entends
Rien ici pour me retenir, rien nulle part
Il faut que je fasse mes bagages avant que je devienne fou
Il faut que je parte dans les temps
Il faut que je parte dans les temps

Alors le ciel vira du bleu au vert
Pris des couleurs que je n’avais jamais vues
Alors un son commença à retentir dans mes oreilles
J’entendais des voix, mais en réalité il n’y avait personne
Juste un autre après-midi étranger
Juste un autre après-midi étranger

Pour retourner de nouveau, là où j’appartiens
Pour sentir de nouveau le vent sur mon visage
Pour voir de nouveau que tout ce que je prenais pour sûr
Tout ce que j’avais quitté et tout ce que je connaissais

Nous sommes chez toi
Nous sommes ton chez toi
Nous sommes tous ton chez toi

Pas un autre après-midi étranger

Plus jamais errer
Jamais laisser mon monde derrière

Il n’y avait pas de raison
De laisser mon cœur et ma maison derrière
Là où je suis né est là où je devrais être maintenant
Je ne serais jamais seul
Je ne serais jamais triste de nouveau

Je voulais aller n’importe où
Je voulais voir à quel point tout ça pouvait être étrange
Plus jamais errer
Jamais laisser mon monde derrière
non, non, non, non
Rien ne me fera plus jamais partir de nouveau, partir de nouveau
non, non, non, non

(Banks/Rutherford/Wilson)

Un petit bout de quelque chose
Tombant doucement en bas, bas bas
Personne ne te comprends comme je le fais

Je ferais mieux d’être derrière toi
Tout ce que nous connaissons si bien
Dis-moi ce que tu ressens maintenant
Montre-moi ce à quoi tu penses

Il n’est plus question de nous à présent
C’est juste à propos des raisons
Pour lesquelles nous pensons combattre
Il n’est pas question de haine
Il n’est pas question de la douleur que nous ressentons
Je sais que nous avons nos problèmes
Mais nous ne sommes pas les seuls
Il n’est pas question de toi, Il n’est pas question de moi
il n’est pas question de colère
Il est plus question de la solitude que nous ressentons

Comment puis-je commencer
à te demander quelques pardons
Pour tout ce que nous avons pris
Il ne reste plus rien maintenant

Juste un petit bout de quelque chose
Tombant doucement en bas, bas bas
Personne ne te comprends non non
Comme je te comprends
Il ne reste plus rien maintenant

Il n’est plus question de nous à présent
C’est juste à propos des raisons
Pour lesquelles nous pensons combattre
Il n’est pas question de haine
Il n’est pas question de la douleur que nous ressentons
Je sais que nous avons nos problèmes
Mais nous ne sommes pas les seuls
Il n’est pas question de toi, Il n’est pas question de moi
il n’est pas question de colère
Il est plus question de la solitude que nous ressentons

Il n’est pas question de toi
Il n’est pas question de haine
Il est plus question de la solitude que nous ressentons, peux-tu la sentir
Il n’est pas question de colère
Ce n’est pas à propos de vouloir
Je sais que nous avons nos problèmes
Mais nous ne sommes pas les seuls, nous ne sommes pas les seuls
Ce n’est pas à propos de toi, ce n’est pas à propos de moi…

(Banks/Rutherford)

Parler nous rend humain, c’est ce qu’on m’a dit
Alors pourquoi est-ce que je trouve si difficile de laisser mes sentiments
éclater au grand jour
Ai-je eu le courage de te dire que je te le promettais

Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai la rivière je serai la montagne toujours derrière toi
Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai plus fort, je serai plus brave que jamais

Quand tu viens et que tu remues tout
Je me promet que je ne te dirai pas
Tant que nous ne serons pas sur la terre ferme
Tenant une bougie entre nous, Je te dirai ceci

Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai la rivière je serai la montagne toujours derrière toi
Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai plus fort, je serai plus brave que jamais

Et si il y a n’importe quel sorte de danger
J’entends que tu appelles mon nom
Tu peux me suivre à la trace
Et je te ramènerai sans danger

Je ne t’ai jamais compris, aussi fort que j’ai essayé
Mais cela m’a pris un certain temps pour réaliser
Que tous les problèmes étaient les miens
Te tenant plus près de moi pour te dire ceci

Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai la rivière je serai la montagne toujours derrière toi
Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai plus fort, je serai plus brave que jamais.
Et quand les choses iront mal
Je serai ta conscience ici, pour te rappeler toute ta vie
Quand tu feras fausse route
Je serai la raison tu seras protégé pour tous tes jours

(Banks/Rutherford)

Il y a toujours eu une ligne de division
Mais tu choisis, tu choisis, oui tu choisis de ne pas la voir
Et alors tu te demandes pourquoi tu tombes
Elle coupe à travers le cœur de chaque ville
Si tu grimpes jusqu’au somment du plus haut building
Tu peux voir où elle est parce que la lumière des rues s’arrête
Les couleurs commencent à changer
Tu entends la voix à l’intérieur de toi
Pas les mots que tu voulais entendre
Pas les choses que tu voulais voir hey, hey, hey, hey

Dans le confort et la sécurité de ton chez toi
Rappelle-toi de ceux qui sont dehors, dans le froid
Et le vent et la pluie
Et prend dans tes mains un petit rayon de lumière
Et transforme-le en un faisceau qui perce à travers la noirceur de la nuit

Il y a toujours eu une ligne de division
Mais tu choisis, tu choisis, oui tu choisis de ne pas la voir
Parfois, nous croyons quand on ferme nos yeux
Que la pluie va laver tout ça
C’est pour ça que l’on trébuche et que l’on tombe
Pas les mots qu’on voulait entendre
Pas les choses qu’on voulait voir hey, hey, hey, hey

Quand tout ce qui t’es cher
A finalement disparu de ta vie
Le dernier rayon froid du soleil disparaît lentement
Autour des coins du building
Et te laisse seul
Quand l’obscurité recouvre la ville et que aussi les rues sont silencieuses
Que vas-tu devenir…

Contenu (Banks/Rutherford)

Un jour de temps incertain
Capturé dans un cadre pour toujours
Un visage dans une photo pâlie

Il devait avoir une vie
Peut-être une famille
Des gens qui étaient tout pour lui

Un pêcheur, un saint, un soldat
Pris dans une guerre il n’a jamais
eu la chance de démarrer ou construire une famille

Tout est parti il y a bien longtemps
Ne laissant aucune trace
Disparaissant comme la fumée dans le vent
Pour devenir juste un visage sans nom
Ne laissant aucune trace
Disparaissant comme la fumée dans le vent

Espoirs et peurs, plans importants
Souvenirs oubliés
Traces de pas s’effaçant dans le sable, ooh
projets et rêves, petits et grandioses
Il ne reste plus rien à voir
Traces de pas s’effaçant dans le sable, ooh

Quelqu’un qui projette une ombre
Peut-être juste un homme faignant
Ca ne fait pas beaucoup de différences maintenant, c’est vrai

Un jour de temps incertain
Capturé dans un cadre pour toujours
Un visage dans une photo pâlie

Tout est parti il y a bien longtemps
Ne laissant aucune trace
Disparaissant comme la fumée dans le vent
Pour devenir juste un visage sans nom
Un de plus à ajouter au total
De ceux dont on n’entendit plus jamais parler

Oui il est parti
Juste un visage sans nom
Ne laissant pas de traces
Disparaissant comme la fumée dans le vent
Tout est parti
Juste un visage sans nom
Ne laissant pas de traces

(Banks/Rutherford/Wilson)

Ne me réponds pas, Ne me réponds pas
Ne me réponds pas, Ne parle pas

Faisant des ronds, écoutant beaucoup trop de points de vue
Juste des mots pour me fatiguer, des banalités dont je pourrais me passer
Je serais impressionné si tu te venais à voir les choses comme moi
Maintenant que tu as été irrespectueux envers mon sens de l’honneur

N’est-ce pas une honte que tu m’ais menti quand tu m’as dit (banalité)
J’étais le seul, toi et moi signifiait quelque chose
Je suppose que tu ne ressentiras vraiment jamais ce que je ressens
Tout cela c’est avec des regrets, je suis sûr que tu seras d’accord.

Dis-moi quelque chose, n’importe quoi
Je veux que tu penses ce que tu dis
J’ai vu tout ce que je voulais voir et tu représentes le monde pour moi
J’ai vécu chaque moment pour être avec toi, avec toi, avec toi

Banalité, banalité, banalité, banalité

Tu dis que je ne parle pas assez, c’est vrai pour tous les deux
n’essaye pas de me sonder, quelque chose dont je pourrais me passer
Tellement de choses se passent dans ta tête, je me demande souvent
as-tu assez écouter pour savoir qu’il ne reste rien à dire

Dis-moi quelque chose, n’importe quoi
Je veux que tu penses ce que tu dis
J’ai vu tout ce que je voulais voir et tu représentes le monde pour moi
J’ai vécu chaque moment pour être avec toi, avec toi, avec toi

Banalité
Banalité
Ooh, Banalité
C’est tout ce que j’ai jamais entendu
Banalité

Je vais aller bien
Ca prendra peut être du temps
Mais je vais aller bien (ne me réponds pas)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(ne veux pas être seul, rien ne vaut de continuer)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(essaye dur de comprendre, tu ne sembles pas vouloir me donner la main)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(sans tu ne verras plus, tu gâcheras pas une pensée pour moi)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(tellement de choses que tu dis, faisant des ronds)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(Je vais briller au delà de tout ça, assez pour voir un autre jour)

Je vais aller bien
Je vais aller bien
Ne me réponds pas…

(Banks/Rutherford/Wilson)

Tu ne fais désormais plus partie de ma vie
Je dois me rappeler encore
Que trop de choses nous sont arrivées pour causer de la douleur à l’autre
C’est fini maintenant, il y a trop de culpabilité à partager
Autrefois il y aurait eu du temps pour parler et apprendre

Il doit y avoir un autre chemin
Pour aller là où on doit aller
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît, montre-moi un autre chemin
Autrefois il aurait été si facile de faire ce que nous avions à faire
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin

Ne sommes-nous plus que des parties dans un jeu
Laissant les autres personnes, étrangères dire nos lignes?
Pour penser que ça devait en arriver là, après toutes ces années
Qu’est-ce qui était mien et qu’est ce qui devrait rester derrière
Autrefois il y aurait eu du temps pour partager et faire attention

Il doit y avoir un autre chemin
Pour aller la où on doit aller
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît, montre-moi un autre chemin
Autrefois il aurait été si facile de faire ce que nous avions à faire (il doit y avoir un autre chemin)
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin…

Il ne reste plus rien à dire
Nous l’avons dit une fois et dit tout encore
Cette fois nous sommes allé trop loin, ça ne pourra jamais être pareil
Il est temps de continuer et créer de nouvelles vies
Autrefois nous avons promis que nous resterions ensemble pour toujours

Il doit y avoir un autre chemin
Pour aller là où on doit aller (il doit y avoir un autre chemin)
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît, montre-moi un autre chemin
Autrefois il aurait été si facile de faire ce que nous avions à faire (ce que nous avions à faire)
Tu sais il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin
Tu sais il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin (il doit y avoir un autre chemin)
Tu sais il doit y avoir un autre chemin…

(Banks/Rutherford)

Alors que les bâtiments s’écroulent, chutent sur le sol
Et que la fumée remplie de poussière s’élève dans l’air
Tu sais que quelqu’un, quelque part regarde avec fierté, ils sont satisfait

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
À tous ceux qui savent qu’ils ont raison
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi
Vous êtes-vous déjà posé la question même dans les profondeurs de la nuit?

Maintenant alors que la lumière du jour disparaissant finie un autre jour
Car trop de vies ne seront plus jamais les mêmes
Et c’est pour toute la raison qu’ils ne comprendront jamais

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
À tous ceux qui savent qu’ils ont raison
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi
Vous êtes-vous déjà posé la question même dans les profondeurs de la nuit?

Et le lendemain matin, réalisez-vous
voyez-vous les visages détruits et les vies détruites
Dans vos têtes, n’avez-vous jamais la pensée d’un moment de doute?

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
À tous ceux qui savent qu’ils ont raison
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi
Vous êtes-vous déjà posé la question même dans les profondeurs de la nuit?

Il y a seulement des rêves, un comme n’importe quel autre
Ce que signifie la terre pour un ou peu, ne signifie rien à un autre
Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre

Dessinant des lignes sur le sable, la terre, la mer
Et mourir pour les défendre me semble assez sans aucun sens

Ne savez-vous pas que ce que signifie la terre pour quelques un ou seulement un
peut signifier seulement rien rien rien pour un autre

Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre
Il y a seulement des différences qui valent la peine de vivre et pas de mourir pour elles.

La joie d’un homme fait pleurer un autre
Rien que tu puisses faire ne pourra jamais changer ceci
La bonté d’un homme est la bêtise d’un autre
La chaleur d’un homme est la froideur d’un autre

Et quand la guerre est finie, gagnée
Y aura t’il la paix à jamais?

Des statues sculptées directement dans la pierre, le bois, faites d’or
Priant pour leur pitié qui ne sauvera pas leurs âmes

Ne savez-vous pas que ce que signifie la terre pour quelques un ou seulement un
peut signifier seulement rien rien rien pour un autre

Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre
Il y a seulement des espoirs et des croyances comme n’importes quelles autres (il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre)
Valant la peine de vivre mais pas de mourir pour eux
Vivre, mais pas mourir, pas tuer pour eux
Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre, n’importe quel autre

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
Tous ce que je peux dire, oui tout ce que je peux dire

La joie d’un homme fait pleurer un autre
Rien que tu puisses faire ne pourra jamais changer ceci
La bonté d’un homme est la bêtise d’un autre
La chaleur d’un homme est la froideur d’un autre

Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre
Il y a seulement des espoirs et des croyance comme n’importes quelles autres
Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre…

Infos générales

Ray Wilson – Chant
Tony Banks – Claviers
Mike Rutherford – Guitares

Batteries : Nir Zidkyahu sauf sur les plage 4 (première moitié), 6, 8 et 9 – Nick D’Virgilio

Enregistré à The Farm, Surrey.
Producteur : Nick Davis, Tony Banks et Mike Rutherford
Ingénieurs du son : par Nick Davis et Ian Huffam
Assisté par Ian Huffam

Sorti en Septembre 1997

Singles:
Septembre 97 – Congo/Papa he said/Banjo man
Decembre 97 – Shipwrecked/No son of mine (live)/Lover’s leap (live)/Turn it on again (live)
Février 98 – Not about us/Dancing with the moonlit knight (live)/Follow you, Follow me (live)