Live Archive 1983

WhiteWinter

4/5

“Quelques mois après le somptueux “Live Archive 05”, grand retour en arrière de plus de vingt ans.

Ce volume-là, lui aussi dans un registre acoustique, est en grande partie un concert enregistré en 1983 à Edimburgh, lors de la tournée “Bay of Kings”. Les trois derniers morceaux sont joués live, mais sans public.

Un son moyen (mais on s’en doutait, c’est un bootleg vinyl à la base), mais une prestation tout à fait à la hauteur des live plus récents.

L’absence de claviers n’est pas pesante et la magie opère tout autant.
L’enthousiasme du public fait énormément plaisir à voir (enfin, à entendre !)

Côté musique, Steve fait la part belle à “Bay of Kings” (subjectif : “tant mieux !) mais réserve aussi des inédits, quelques bonnes surprises, créditées (“A Cradle of Swans”, “Concert for Munich”) ou pas (le thème d'”Arrival”, “Overnight sleeper”).

P.S : au vue de la set-list, avant la sortie, on était plusieurs à regretter l’absence du magnifique “Black Light”…
En fait, prêtez bien l’oreille…

Tracklist

Infos générales

“Quelques mois après le somptueux “Live Archive 05”, grand retour en arrière de plus de vingt ans.

Ce volume-là, lui aussi dans un registre acoustique, est en grande partie un concert enregistré en 1983 à Edimburgh, lors de la tournée “Bay of Kings”. Les trois derniers morceaux sont joués live, mais sans public.

Un son moyen (mais on s’en doutait, c’est un bootleg vinyl à la base), mais une prestation tout à fait à la hauteur des live plus récents.

L’absence de claviers n’est pas pesante et la magie opère tout autant.
L’enthousiasme du public fait énormément plaisir à voir (enfin, à entendre !)

Côté musique, Steve fait la part belle à “Bay of Kings” (subjectif : “tant mieux !) mais réserve aussi des inédits, quelques bonnes surprises, créditées (“A Cradle of Swans”, “Concert for Munich”) ou pas (le thème d'”Arrival”, “Overnight sleeper”).

P.S : au vue de la set-list, avant la sortie, on était plusieurs à regretter l’absence du magnifique “Black Light”…
En fait, prétez bien l’oreille…