Genesis

Seb

3/5

Le second album « noir » de Genesis. Pendant très longtemps, ce disque a souffert d’un son de casserole, vraiment. Pourtant on y retrouve trois superbes morceaux : Mama, Home by the Sea et It’s Gonna Get Better, justifiant à eux seuls l’achat du disque, mais franchement, le son était vraiment mauvais. C’est aujourd’hui partiellement corrigé avec les remix de 2007 mais certains partis pris artistiques regrettables sont toujours là. Je pense notamment à la batterie électronique sur Second Home By The Sea… La deuxième face du 33 tours est d’après Tony Banks ce que Genesis a fait de moins bien. Il exagère un peu ! Elle vaut quand même vraiment le coup d’oreille, et pas seulement quand on est fan… 

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford)


I can’t see you mama
but I can hardly wait
ooh to touch and to feel you mama
oh I just can’t keep away
in the heat and the steam of the city
oh its got me running and I just can’t brake
so say you’ll help me mama
cos its getting so hard – oh

Now I can’t keep you mama
but I know you’re always there
you listen, you teach me mama
and I know inside you care
so get down, down here beside me
oh you ain’t going nowhere
no I won’t hurt you mama
but its getting so hard – oh

ha ha, ha ha ha ha, ha ha, argh
ha ha, ha ha ha ha, ha ha, argh

Can’t you see me here mama
mama mama mama please
can’t you feel my heart
can’t you feel my heart
can’t you feel my heart oh
now listen to me mama
mama mama
you’re taking away my last chance
don’t take it away
can’t you feel my heart?

ha ha, ha ha ha, ha, argh

It’s hot, too hot for me mama
but I can hardly wait
my eyes they’re burning mama
and I can feel my body shake
don’t stop, don’t stop me mama
oh make the pain, make it go away – hey
no I won’t hurt you mama
but its getting so hard – oh

Now I can’t see you mama
but I know you’re always there
you taunt, you tease me mama
but I never never can keep away
it’s the heat and the steam of the city
oh got me running and I just can’t brake
so stay don’t leave me mama
cos its getting so hard – oh

don’t go no no, don’t go
no no no, don’t go…

(Banks/Collins/Rutherford)


Just as I thought it was going alright
I find out I’m wrong, when I thought I was right
s’always the same, it’s just a shame, that’s all
I could say day, and you’d say night
tell it’s black when I know that it’s white
always the same, it’s just a shame, that’s all

I could leave but I won’t go
though my heart might tell me so
I can’t feel a thing from my head down to my toes
but why does it always seem to be
me looking at you, you looking at me
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

Turning me on, turning me off,
making me feel like I want too much
living with you’s just putting me through it all of the time
running around, staying out all night
taking it all instead of taking one bite
living with you’s just putting me through it all of the time

I could leave but I won’t go
well it’d be easier I know
I can’t feel a thing from my head down to my toes
why does it always seem to be
me looking at you, you looking at me
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

Truth is I love you
more than I wanted to
there’s no point in trying to pretend
there’s been no-one who
makes me feel like you do
say we’ll be together till the end

I could leave but I won’t go
it’d be easier I know
I can’t feel a thing from my head down to my toes
so why does it always seem to be
me looking at you, you looking at me
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

But I love you
more than I wanted to
there’s no point in trying to pretend
there’s been no-one who
makes me feel like you do
say we’ll be together till the end

But just as I thought it was going alright
I find out I’m wrong when I thought I was right
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all
Well I could say day, and you’d say night
tell me it’s black when I know that it’s white
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

That’s all

(Banks/Collins/Rutherford)


Creeping up the blind side, shinning up the wall
stealing thru the dark of night
Climbing thru a window, stepping to the floor
checking to the left and the right
Picking up the pieces, putting them away
something doesn’t feel quite right

Help me someone, let me out of here
then out of the dark was suddenly heard
welcome to the Home by the Sea

Coming out the woodwork, thru the open door
pushing from above and below
shadows but no substance, in the shape of men
round and down and sideways they go
adrift without direction, eyes that hold despair
then as one they sign and they moan

Help us someone, let us out of here
living here so long undisturbed
dreaming of the time we were free
so many years ago
before the time when we first heard
welcome to the Home by the Sea

Sit down Sit down
Sit down Sit down Sit down
as we relive our lives in what we tell you

Images of sorrow, pictures of delight
things that go to make up a life
endless days of summer longer nights of gloom
waiting for the morning light
scenes of unimportance, photos in a frame
things that go to make up a life

Help us someone, let us out of here
cos living here so long undisturbed
dreaming of the time we were free
so many years ago
before the time when we first heard
welcome to the Home by the Sea

Sit down Sit down
Sit down Sit down Sit down Sit down
as we relive out lives in what we tell you
let us relive out lives in what we tell you

Sit down Sit down Sit down
cos you won’t get away
no with us you will stay
for the rest of your days – Sit down
As we relive our lives in what we tell you
Let us relive our lives in what we tell you

(Banks/Collins/Rutherford)


Images of sorrow, pictures of delight
things that go to make up a life
endless days of summer longer nights of gloom
just waiting for the morning light
scenes of unimportance like photos in a frame
things that go to make up a life

As we relive our lives in what we tell you

(Banks/Collins/Rutherford)


Got out of bed, wasn’t feeling too good
With my wallet and my passport, a new pair of shoes
The sun is shining so I head for the park,
With a bottle of Tequila, and a new pack of cigarettes

I got a cousin and she got a friend,
Who thought that her aunt knew a man who could help
At his apartment I knocked on the door,
He wouldn’t come out until he got paid.
Now don’t tell anybody what I wanna do
If they find out you know that they’ll never let me through, cos

It’s no fun being an illegal alien, no
It’s no fun being an illegal alien

Down at the office had to fill out the forms
A pink one, a red one, the colours you choose,
Up to the counter to see what they think
They said « it doesn’t count man, it ain’t written in ink ».
I don’t trust anybody, least not around here, cos

It’s no fun being an illegal alien, I tell ya
It’s no fun being an illegal alien, no no no no no
It’s no fun being an illegal alien, I mean it when I tell ya that
It’s no fun being an illegal alien,
An illegal alien, O.K.

Consideration for your fellow man
Would not hurt anybody, it sure fits in with my plan
Over the border, there lies the promised land
Where everything comes easy, you just hold out your hand

Keep your suspicions, I’ve seen that look before
But I ain’t done nothing wrong now, is that such a suprise
But I’ve got a sister who’d be willing to oblige
She will do anything now to help me get to the outside

So don’t tell anybody what I wanna do
If they find out you know that they’ll never let me through, because

It’s no fun being an illegal alien, I tell ya
It’s no fun being an illegal alien, and it’s getting me down
It’s no fun being an illegal alien, no no no no no
It’s no fun being an illegal alien, yeah yeah yeah

It’s no fun (not much fun) being an illegal alien, I tell ya that
It’s no fun being an illegal alien, I tell ya
It’s no fun being an illegal alien, no no no
It’s no fun (not bloody much fun) being an illegal alien,
It’s no fun being an illegal alien, and that’s what I am.

(Banks/Collins/Rutherford)


No not this confused again
No not the same mistakes again.
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Why can’t you see what’s going on?
I know you’d never admit
You would ever be to blame
Everything’s a game to you
The old days are gone
And they’re better left alone
I cannot help you, it’s much too late

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistakes again.
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

There’s always a reason why it happened
You never never did anything wrong, but it
It just seemed to fall apart
But you’re taking it all too hard

Now that it’s dark, all of your fears,
Like shadows creeping around.
You’re much too scared to look down
And it’s lonely out on your own

The old days are gone
And they’re better left alone
But I still miss you
I keep it to myself

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistakes again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistake again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Oh no not this confused again
No no not the same mistakes again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistakes again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

(Banks/Collins/Rutherford)


It’s no use saying that it’s alright, it’s alright.
But where were you after midnight, midnight.
Heard a Bang, Bang, Bang; Down they go
It’s just a job you do
Cos the harder they run, and the harder they fall.
I’m coming down hard on you.

Now no-one saw what you looked like, what you looked like
Like a stranger you came out of the night, out of the night
Cos someone put the word on you, and I hope my aim is true.

Cos I got a name, and I got a number, I gotta line on you
I got a name, and I got a number, I’m coming after you

Don’t keep saying that it’s alright, it’s alright,
It seems you went just a little too far this time
Heard a Bang Bang Bang, and down you go,
It’s just a job I do,
Cos the harder you run the harder you fall,
I’m coming down hard on you, hard on you – I hope my aim is true.

I got a name, and I got a number, I got a line on you
I got a name, and I got a number, and I’m coming after you

Keep running, Keep running; city to city
Even if you’re innocent,
You can cause too much embarrassment
And though your heart is breaking,
And you know there’s no mistaking.
Cos you feel your life line breaking (keep running, keep running)
You can feel your hands are shaking (keep running, keep running)
And no-one answers the telephone
You can never never ever go home alone
and though your heart is aching
and you know there’s no mistaking.
The footsteps close behind.

Now don’t pretend that you sleep at night, but sleep tight
And can’t you feel that the time is right, it’s alright.
Heard a Bang Bang Bang, and down you go
Oh no-one really cares
Cos the harder you run, and the harder you fall.
I’m coming down hard on you, hard on you – I’m hoping that my aim is
true.

I got a name, and I got a number, I got a line on you
I got a name, and I got a number, I’m coming after you

I got a name, and I got a number, I got a line on you
I got a name, and I got a number, I got a job to do.

(Banks/Collins/Rutherford)


Rivers flow uphill
blue turns into grey
winter follows springtime
morning ends the day
beyond the silver rainbow

if you’re walking home beside her
and you know what time it is
and if you avoid the puddles in your way
you haven’t been there either
to the land that lies
beyond the silver rainbow

but if you’re walking home beside her
and the sun should turn to blue
and you keep on going cos you’re unaware
ooh then you know that you are there

Beyond the silver rainbow (beyond the silver rainbow you won’t know)
you won’t know if you’re coming or going…

ooh if you’re sitting there beside her
with your arms you hold her close
and you’re wondering just how far she’ll let you go
you haven’t been there either
to the land that lies
beyond the silver rainbow

but if you’re sitting there beside her
and a bear comes in the room
and you keep on going cos you’re unaware
ooh then you know that you are there

Beyond the silver rainbow (beyond the silver rainbow you won’t know)
you won’t know if you’re coming or going…

(Banks/Collins/Rutherford)


Reach out, hands in the air,
Don’t care just what they’re saying
Hold out, just keep on hoping against hope
That it’s gonna get better
Don’t worry, there’s no hurry for you, for me,
Everything’s gonna come around
Shout out, someone will listen to you, to me,
Someone’s gonna see

He calls me over and, calls me brother and I know
always fighting and moonlighting and, well it never ends
in the city, if you’re all alone
there’s a sister and she’s standing next to her man
in the darkness you feel the sharpness of steel
and it’s always there, in the city, and you’re all alone

So reach out, hands in the air,
Don’t care just what they’re saying
Hold out, just keep on hoping against hope
That it’s gonna get better
Don’t worry, there’s not hurry for you, for me,
Everything’s gonna come around
Shout out, someone will listen to you, to me,
Someone’s gonna see…

If it’s gonna get better, it starts with a feeling
If it’s gonna get better, it’s gonna take time
If it’s gonna get better, we gotta start now
cos I know, everybody can feel it
and I know, everybody will see it
cos it shows, and that shows I’m not dreaming
cos you know, and I know, it’s time for a change

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford)

Je ne te vois pas maman
Mais je peux à peine attendre
Pour te toucher et te sentir mama
Oh, je ne peux pas rester éloigné
Dans la chaleur et la vapeur de la cité
Ca me fait courir et je ne peux m’arrêter
Alors dit que tu vas m’aider mama
Parce que ça devient si dur – oh

Maintenant je ne peux te garder mama
Mais je sais que tu es toujours là
Tu écoutes, tu m’apprends maman
Et je sais qu’au fond tu te fais du soucis
Alors descends, viens ici à mes côtés,
Non tu n’iras nulle part
Non, je ne te ferai pas de mal maman
Mais ça devient tellement dur – oh

ha ha, ha ha ha ha, ha ha, argh

Ne me vois-tu pas maman
Maman maman maman, je t’en prie
Ne sens-tu pas mon cœur
Ne sens-tu pas mon cœur
Ne sens-tu pas mon cœur oh
maintenant, écoute moi maman
maman maman
tu m’enlèves ma dernière chance
Ne l’emporte pas
Ne sens-tu pas mon cœur ?

ha ha, ha ha ha, ha, argh

Il fait chaud, trop chaud pour moi maman
mais je peux à peine attendre
mes yeux, ils brûlent maman
et je sens mon corps trembler
n’arrête pas, ne m’arrête pas maman
Oh fait que la douleur, fais-la disparaître -hé
Non, je ne te ferai pas de mal maman
Mais ça devient tellement dur oh

Maintenant, je ne te vois pas maman
Mais je sais que tu es toujours là
Tu m’accables, tu me tourmentes maman
Mais je ne peux jamais m’éloigner
c’est la chaleur et la vapeur de la ville
Oh ca me fait courir et je ne peux m’arrêter
alors reste, ne me quitte pas maman
parce que ca devient tellement dur oh…

Ne part pas, non non ne part pas.
Non non, non ne part pas…

(Banks/Collins/Rutherford)

Au moment où je pensais que tout allait pour le mieux
J’ai compris que j’avais tort, quand je pensais avoir raison
C’toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout
Je pourrais dire jour et tu dirais nuit
Dis-moi que c’est noir alors que je sais que c’est blanc
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

Je pourrais partir, mais je ne le ferai pas
Bien que mon cœur me dise le contraire
Je ne ressens rien de la tête aux pieds
mais pourquoi est-ce que cela semble toujours être
moi te regardant et toi me regardant.
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

Tu m’excites, tu me rebutes
Tu me fais sentir comme si j’en demandais trop
vivre avec toi c’est en voir de toutes les couleurs tout le temps
c’est courir dans tous les sens, rester dehors toute la nuit
c’est tout prendre plutôt qu’un morceau
vivre avec toi c’est en voir de toutes les couleurs tout le temps

Je pourrais partir, mais je ne le ferai pas
bien, ça serait plus facile je sais
Je ne ressens rien des pieds à la tête
mais pourquoi est-ce que cela semble toujours être
moi te regardant et toi me regardant.
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

La vérité c’est que je t’aime
plus que ce que je ne le voudrais
il est inutile d’essayer de faire semblant
qu’il n’y ait personne qui
me fasse me sentir comme toi
dis, nous resterons ensemble jusqu’à la fin

Je pourrais partir, mais je ne le ferai pas
bien, ça serait plus facile je sais
Je ne ressens rien des pieds à la tête
mais pourquoi est-ce que cela semble toujours être
moi te regardant et toi me regardant.
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

Mais je t’aime
plus que ce que je ne le voudrais
il est inutile d’essayer de faire semblant
qu’il n’y ait personne qui
me fasse me sentir comme toi
dis, nous resterons ensemble jusqu’à la fin

Mais au moment où je pensais que tout allait pour le mieux
J’ai compris que j’avais tort alors que je pensais avoir raison
C’toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout
Je pourrais dire jour et tu dirais nuit
Dis-moi que c’est noir alors que je sais que c’est blanc
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

C’est tout

(Banks/Collins/Rutherford)

S’approchant à pas de loup de l’angle mort, éclairant le mur
Traversant furtivement la pénombre nocturne
Escaladant à travers une fenêtre, avançant jusqu’au sol
regardant à gauche et à droite
ramassant les fragments et les rangeant
quelque chose ne semble pas aller comme il faut

Que quelqu’un m’aide, laissez-moi sortir d’ici
C’est alors que, surgit de la pénombre, on entendit
Bienvenue dans la maison près de la mer

Surgissant de nulle part, à travers la porte ouverte
poussant d’en dessus et d’en dessous
des ombres immatérielles, à la silhouette humaine
en rond, tombant et de travers, elles se dirigent
à la dérive, sans direction, le regard désespéré
alors, ensemble, elles signent et gémissent

Que quelqu’un nous aide, laissez nous sortir d’ici
Nous vivons ici depuis si longtemps sans être dérangés
rêvant du temps où nous étions libres
Il y a tant d’années
Avant que nous entendions pour la première fois
Bienvenue dans la maison près de la mer

Assieds toi Assieds toi
Assieds toi Assieds toi Assieds toi
Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons

Images de tristesse, images de délices
ces choses qui composent une vie
les jours sans fins d’été, des nuits obscures plus longues encore
attendant la lumière du matin
des scènes sans importance, des photos dans un cadre
des choses qui composent une vie

Que quelqu’un nous aide, laissez-nous sortir d’ici
parce que nous vivons ici depuis si longtemps sans être dérangés
rêvant du temps où nous étions libres
Il y a tant d’années
Avant que nous entendions pour la première fois
Bienvenue dans la maison près de la mer

Assieds toi Assieds toi
Assieds toi Assieds toi Assieds toi
Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons
Laisse-nous revivre nos vies dans ce que nous te disons

Assieds toi Assieds toi
Car tu n’iras nulle part
Avec nous tu resteras
Pour le reste de tes jours – Assieds toi
Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons
Laisse-nous revivre nos vies dans ce que nous te disons

(Banks/Collins/Rutherford)

Images de tristesse, images de délices
ces choses qui composent une vie
les jours sans fins d’été, des nuits obscures plus longues encore
attendant la lumière du matin
des scènes sans importance, des photos dans un cadre
des choses qui composent une vie

Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons

(Banks/Collins/Rutherford)

Je me suis levé, me sentais pas trop bien
avec mon portefeuille et mon passeport, une nouvelle paire de chaussures
Le soleil brille alors je me dirige vers le parc
Avec une bouteille de tequilla et un nouveau paquet de cigarettes

J’ai une cousine et elle a une amie
Qui pensait que sa tante connaissait un homme qui pouvait aider
À son appartement, j’ai frappé à la porte
Il ne voulait pas sortir avant d’être payé.
Maintenant, ne dites à personne ce que je veux faire
S’ils le découvrent, vous savez qu’ils ne me laisseront jamais passer, car

Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière

Plus loin, au bureau fallait remplir les formulaires
un rose, un rouge, les couleurs on les choisit,
Jusqu’au comptoir pour voir ce qu’ils en pensent
Ils m’ont dit : « Ca ne compte pas, mec, ce n’est pas écrit à l’encre. »
Je ne fais confiance à personne, surtout pas à ceux qui sont par ici, parce que

Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dit
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non non
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, je le pense [je suis sérieux] quand j’te dit que
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière,
Un étranger en situation irrégulière, OK

De la considération pour ton semblable
Ne ferait de mal à personne, ça colle bien avec mon projet
Après la frontière, il y a la terre promise
Où tout devient simple, il suffit de tendre la main

Garde tes soupçons, J’ai déjà vu ce regard
Mais j’n’ai rien fait de mal maintenant, est ce tellement surprenant
Mais j’ai une sœur qui serait très complaisante
Elle ferait n’importe quoi maintenant pour m’aider à sortir d’ici

Alors, ne dites à personne ce que je veux faire
S’ils le découvrent, vous savez qu’ils ne me laisseront jamais passer, car

Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dit
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, et ça me déprime
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non non
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, oui

Ce n’est pas drôle (pas bien drôle) d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dit que
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dis
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non
Ce n’est pas drôle (putain de pas drôle) d’être un étranger en situation irrégulière
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, et c’est ce que je suis.

(Banks/Collins/Rutherford)

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs.
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Pourquoi ne vois-tu pas ce qui se passe?
Je sais que tu n’admettrais jamais
Que tu pourrais être responsable
tout est un jeu pour toi
Le bon vieux temps est loin
Et il vaut mieux le laisser de côté
Je ne peux pas t’aider, c’est beaucoup trop tard

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs.
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Il y a toujours une raison pour que ça soit arrivé
Tu n’a jamais jamais rien fait de travers, mais ça
ça semblait simplement s’effondrer
Mais tu prends tout trop au tragique

Maintenant qu’il fait noir, toutes tes peurs
comme des ombres, rampent autour de toi
Tu as bien trop peur pour baisser les yeux
Et c’est seule que tu es

Le bon vieux temps est loin
et il vaut mieux le laisser de côté
Mais tu me manques toujours
Je le garde pour moi

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

(Banks/Collins/Rutherford)

Ce n’est pas la peine de dire que ça va : ça va
Mais où étais-tu après minuit, minuit
J’ai entendu boum boum boum; et leur chute
C’est juste un boulot à faire
Parce que plus vite ils courent, plus dure est la chute
Je suis là pour m’en prendre à toi

Maintenant, personne n’a vu à quoi tu ressemblais, à quoi tu ressemblais
Comme un étranger tu as surgi de la nuit, de la nuit
Car quelqu’un a parlé de toi, et j’espère que ma cible est véritable

Parce que j’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, je suis après toi

Arrête de dire que ça va, ça va
Il semble que tu sois allé un petit peu trop loin cette fois-ci
j’ai entendu boum boum boum, et ta chute
C’est juste un boulot à faire
parce que plus vite tu cours, plus dure est la chute
J’en ai après toi, après toi, j’espère que ma cible est véritable

Parce que j’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, je suis après toi

Continue de courir, continue de courir, ville après ville
Même si tu es innocent
Tu peux causer trop d’embarras
Et même si ton cœur se brise
Tu sais qu’il n’y a pas de malentendus
Parce que tu sens ta ligne de vie se briser (Continue de courir, continue de courir)
Tu sens tes mains trembler (Continue de courir, continue de courir)
Personne ne répond au téléphone
Tu ne peux plus jamais rentrer seul chez toi
Bien que ton coeur soit brisé,
Tu sais qu’il n’y a pas de malentendus.
Les bruits de pas se rapprochent

Maintenant, ne prétends pas que tu dors la nuit, mais dors à poings fermés
Ne sens-tu pas que le moment est venu, ça va bien
J’ai entendu un boum boum boum et ta chute
Oh et personne ne s’en préoccupe
parce que plus vite tu cours, plus dure est la chute
J’en ai après toi, après toi, j’espère que ma cible est véritable

J’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, je suis après toi

j’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, j’ai un travail à faire

(Banks/Collins/Rutherford)

Les rivières coulent vers le haut des collines
Le Bleu vire au gris
L’hiver suit le printemps
Le matin finit la journée
Au-delà de l’arc-en-ciel d’argent

Si tu rentres chez toi à ses côtés
Et que tu sais l’heure qu’il est
Et si tu évites les flaques sur ton chemin
tu n’as pas été là non plus
sur la terre qui s’étend
au-delà de l’arc en ciel d’argent

mais si tu rentres chez toi à ses côtés
Et que le soleil doit virer au bleu
Et que tu continues à avancer parce que tu n’es pas conscient
Ooh alors tu sais que tu y es

Au-delà de l’arc-en-ciel d’argent (au-delà de l’arc-en-ciel d’argent tu ne sauras pas)
Tu ne sauras pas si tu vas ou viens…

Oh si tu es assis là à côté d’elle
avec tes bras tu la serres contre toi
et tu te demandes simplement jusqu’où elle te laissera aller
tu n’y as pas été non plus
sur la terre qui s’étend
au-delà de l’arc en ciel d’argent

Mais si t’assieds là à côté d’elle
et qu’un ours entre dans la pièce
et que tu continues à avancer parce que tu n’es pas conscient
ooh alors tu sais que tu y es

Au-delà de l’arc-en-ciel d’argent (au-delà de l’arc-en-ciel d’argent tu ne sauras pas)
Tu ne sauras pas si tu vas ou viens…

(Banks/Collins/Rutherford)

Lève bien les mains
Ne fais pas attention à ce qu’il disent
Tiens le coup, continue d’espérer en dépit de tout
que ça va aller mieux
Ne t’inquiète pas, rien ne presse pour toi, pour moi
Tout va s’arranger
Crie, quelqu’un va t’écouter, m’écouter
Quelqu’un va voir

Il m’appelle, me considère comme son frère, et je sais
Que toujours se battre et travailler au noir, eh bien ça ne finira jamais
dans la ville, si tu es tout seul
il y a une sœur et elle se tient près de son homme
dans la pénombre, on sent le tranchant de l’acier
et c’est toujours là, dans la ville, et tu es seul

Alors lève bien les mains
Ne fais pas attention à ce qu’il disent
Tiens le coup, continue d’espérer en dépit de tout
que ca va aller mieux
Ne t’inquiète pas, rien ne presse pour toi, pour moi
Tout va s’arranger
Crie, quelqu’un va t’écouter, m’écouter
Quelqu’un va voir

Si ça doit aller mieux, ça va commencer avec une sensation
Si ça doit aller mieux, ça va prendre du temps
Si ça doit aller mieux, nous devons commencer maintenant
Parce que je sais, tout le monde peut le sentir
Et je sais, tout le monde le verra
Parce que ça prouve, ça prouve que je ne rêve pas
Parce que tu sais, et je sais qu’il est temps de changer

Infos générales

Tony Banks – Claviers, Choeurs.
Mike Rutherford – Guitares, Basse, Choeurs.
Phil Collins – Batterie, Percussion, Chant

Enregistré et mixé à the Farm, Surrey 1983
Producteur : Genesis (avec Hugh Padgham)
Ingénieur du son : Hugh Padgham

Sorti en Octobre 1983

Singles:
Août 83 – Mama/It’s gonna get better
Novembre 83 – That’s all/Taking it all too hard (UK)
Novembre 83 – That’s all/Second home by the sea (USA)
Février 84 – Illegal alien/Turn it on again (live)
Juin 84 – Taking it all too hard/Silver rainbow