The Lamb Lies Down On Broadway

Seb

5/5

Ah ! The Lamb Lies Down On Broadway… Le Mythe… Un Disque exceptionnel, mais terriblement dur d’accès, ce n’est définitivement pas un bon choix pour quelqu’un qui débute dans Genesis, mais qu’est ce que c’est bon. Pourquoi ? Je ne sais pas, peut être parce que c’est le seul double album de Genesis ? Peut-être aussi parce que c’est le seul concept de Genesis… Quoi qu’il en soit, une fois qu’on arrive à se plonger dans l’univers de Rael, et qu’on commence un peu à comprendre ce que raconte l’histoire (sans même essayer de parler d’interprétation) on n’arrive plus à en décrocher. Une histoire magnifique, mais décidément trop complexe pour être expliquée voire même racontée en quelques lignes. Des pages entières y suffiraient-elles d’ailleurs ?

Vous l’aurez donc compris, aussi bien lyriquement (Peter Gabriel a écrit seul la quasi-totalité de l’histoire) que musicalement, The Lamb marque une étape essentielle de l’histoire de Genesis, Quelque chose à part, mais tellement grand. Une musique comme jamais ils n’en avaient écrit et comme ils n’en écriront jamais plus.

Enfin, plutôt que de vous boursoufler le cortex avec ça, que vous ne l’ayez jamais entendu (et alors je vous conseille d’y prêter un jour une oreille) ou que vous le connaissiez par cœur, (alors, je ne peux que vous conseiller de le réécouter), je préfère vous dire qu’écouter The Lamb est une véritable épopée, quelque chose qui se vit et dont on ne ressort pas pareil, et chaque écoute est nouvelle.

Mesurez lorsque retentit la dernière note de It le chemin parcouru depuis la première note de The Lamb Lies Down On Broadway pour en prendre conscience.

Dernière note, pour signaler juste la présence de deux des plus belles chansons de Genesis à mon goût : The Carpet Crawlers et The Lamia.

Voilà pour The Lamb, on laisse en chemin Peter Gabriel aller à sa carrière solo, certains fans se détourneront à jamais du Groupe, tant pis pour eux…Comme on dit, le roi est mort, Vive le Roi, Ici commence le second chapitre de l’histoire de Genesis…

Tracklist

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)


And the lamb lies down on Broadway.

Early morning Manhattan,
Ocean winds blow on the land.
Movie-Palace is now undone,
The all-night watchmen have had their fun.
Sleeping cheaply on the midnight show,
It’s the same old ending – time to go.

Get out!
It seems they cannot leave their dream.
There’s something moving in the sidewalk steam,
And the lamb lies down on Broadway.

Nightime’s flyers feel their pains.
Drugstore take down the chains.
Metal motion comes in bursts,
The gas station can quench that thirst.
Suspension cracked on unmade road
The trucker’s eyes read ‘Overload’

And out on the subway,
Rael Imperial Aerosol Kid
Exits into daylight, spraygun hid,
And the lamb lies down on Broadway.

The lamb seems right out of place,
Yet the Broadway street scene finds a focus in its face.
Somehow it’s lying there,
Brings a stillness to the air.
Though man-made light, at night is very bright,
There’s no whitewash victim,
As the neons dim, to the coat of white.

Rael Imperial Aerosol Kid
Wipes his gun – he’s forgotten what he did,
And the lamb lies down on Broadway.

Suzanne tired her work all done,
Thinks money – honey – be on – neon.
Cabman’s velvet glove sounds the horn
And the sawdust king spits out his scorn.
Wonder women you can draw your blind!
Don’t look at me! I’m not your kind.
I’m Rael!

Something inside me has just begun,
Lord knows what I have done,
And the lamb lies down on Broadway.
On Broadway –

They say the lights are always bright on Broadway.
They say there’s always magic in the air.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

There’s something solid forming in the air,
And the wall of death is lowered in Times Square.
No-one seems to care,
They carry on as if nothing was there.

The wind is blowing harder now,
Blowing dust into my eyes.
The dust settles on my skin,
Making a crust I cannot move in
And I’m hovering like a fly, waiting for the windshield on the freeway.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Echoes of the Broadway Everglades,
With her mythical madonnas still walking in their shades:
Lenny Bruce, declares a truce and plays his other hand.
Marshall Mcluhan, casual viewin’, head buried in the sand.
Sirens on the rooftops wailing, but there’s no ship sailing.
Groucho, with his movies trailing, stands alone with his punchline
failing.
Klu Klux Klan serve hot soul food and the band plays ‘In the Mood’
The cheerleader waves her cyanide wand, there’s a smell of
peach blossom and bitter almonde.
Caryl Chessman sniffs the air and leads the parade, he knows
in a scent, you can bottle all you made.
There’s Howard Hughes in blue suede shoes, smiling at the
majorettes smoking Winston Cigarettes.
And as the song and dance begins, the children play at home
with needles; needles and pins.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Wrapped up in some powdered wool – I guess I’m losing touch.
Don’t tell me this is dying, ‘cos I ain’t changed that much.
The only sound is water drops, I wonder where the hell I am,
Some kind of jam?
Cuckoo Cocoon have I come to, too soon for you?

There’s nothing I can recognise; this is nowhere that I’ve known.
With no sign of life at all, I guess that I’m alone,
And I feel so secure that I know this can’t be real
but I feel good.
Cuckoo cocoon have I come to, too soon for you?

I wonder if I’m a prisoner locked in some Brooklyn jail
– or some sort of Jonah shut up inside the whale.
No – I’m still Rael and I’m stuck in some kind of cave.
what could’ve saved me?
Cuckoo cocoon have I come to, too soon for you?

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

I got sunshine in my stomach
Like I just rocked my baby to sleep.
I got sunshine in my stomach
But I can’t keep me from creeping sleep,
Sleep, deep in the deep.

Rockface moves to press my skin
White liquid turn sour within
Turn fast – turn sour
Turn sweat – turn sour.
Must tell myself that I’m not here.
I’m drowning in a liquid fear.
Bottled in a strong compression,
My distortion shows obsession
In the cave.
Get me out of this cave!

If I keep my self-control,
I’ll be safe in my soul.
And the childhood belief
Brings a moment’s relief,
But my cynic soon returns
And the lifeboat burns.
My spirit just never learns.

Stalactites, stalagmites
Shut me in, lock me tight.
Lips are dry, throat is dry.
Feel like burning, stomach churning,
I’m dressed up in a white costume
Padding out leftover room.
Body stretching, feel the wretching
In the cage
Get me out of the cage!

In the glare of a light,
I see a strange kind of sight;
Of cages joined to form a star
Each person can’t go very far;
All tied to their things
They’re netted by their strings,
Free to flutter in memories of their wasted wings.

Outside the cage I see my Brother John,
He turns his head so slowly round.
I cry out Help! before he can be gone,
And he looks at me without a sound.
And I shout out ‘John please help me!’
But he does not even want to try to speak.
I’m helpless in my violent rage
And a silent tear of blood dribbles down his cheek,
And I watch him turn away and leave the cage.
My little runaway.

(Raindrops keep failing on my head, they keep falling on my…)

In a trap, feel a strap
Holding still. Pinned for kill.
Chances narrow that I’ll make it,
In the cushioned straight-jacket.
Just like 22nd Street,
They got me by my neck and feet.
Pressures building, can’t take more.
My headaches charge, earaches roar.
In this pain
Get me out of this pain.

If I could change to liquid,
I could fill the cracks up in the rocks.
I know that I am solid
And I am my own bad luck.

Outside John disappears, my cage dissolves,
without any reason my body revolves.

Keep on turning,
Keep on turning,
Turning around,
spinning around.

(round, round, round, round…)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

« It’s the last great adventure left to mankind »
– Screams a drooping lady
offering her dreamdolls at less than extortionate prices,
and as the notes and coins are taken out
I’m taken in, to the factory floor.

for the Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

Got people stocked in every shade,
Must be doing well with trade.
Stamped, addressed, in odd fatality.
That evens out their personality.
With profit potential marked by a sign,
I can recognise some of the production line,
No bite at all in labour bondage,
Just wrinkled wrappers or human bandage.

Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

The hall runs like clockwork
Their hands mark out the time;
Empty in their fullness
Like a frozen pantomime.
Everyone’s a sales representative
Wearing slogans in their shrine.
Dishing out failsafe superlative,
Brother John is No. 9.

it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

The decor on the ceiling
has planned out their future day
I see no sign of free will,
so I guess I have to pay,
pay my way,
for the Grand Parade…
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

I see faces and traces of home back in New York City –
So you think I’m a tough kid? Is that what you heard?
Well I like to see some action and it gets into my blood.
The call me the trail blazer – Rael – electric razor
I’m the pitcher in the chain gang, we don’t believe in pain
‘cos we’re only as strong, yes we’re only as strong,
as the weakest link in the chain.

Let me out of Pontiac when I was just seventeen,
I had to get it out of me, if you know what I mean, what I mean.
You say I must be crazy, ‘cos I don’t care who I hit, who I hit.
But I know it’s me that’s hitting out and I’m, I’m not full of shit.
I don’t care who I hurt, I don’t care who I do wrong.
This is your mess I’m stuck in, I really don’t belong.
When I take out my bottle, filled up high with gasoline,
You can tell by the night fires where Rael has been, has been.

As I cuddled the porcupine
He said I had none to blame, but me.
Held my heart, deep in hair,
Time to shave, shave it off, it off.
No time for romantic escape,
When your fluffy heart is ready for rape. No!
Off we go…

Your sitting in your comfort you don’t believe I’m real,
You cannot buy protection from the way that I feel.
Your progressive hypocrites hand out their trash,
But it was mine in the first place, so I’ll burn it to ash.
And I’ve tasted all the strongest meats,
And laid them down in coloured sheets (laid them down in coloured sheets).
Who needs illusion of love and affection
When you’re out walking the streets with your mainline connection?
connection.

As I cuddled the porcupine
He said I had none to blame, but me.
Held my heart, deep in hair.
Time to shave, shave it off, it off.
No time for romantic escape,
When your fluffy heart is ready for rape. No!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

I’m counting out time,
Got the whole thing down by numbers.
All those numbers!
Give me guidance!
O Lord I need that now.

The day of judgement’s come,
And you can bet that I’ve been resting,
for this testing,
Digesting every word the experts say.
Erogenous zones I love you.
Without you, what would a poor boy do?

Found a girl I wanted to date,
Thought I’d better get it straight.
Went to buy a book before it’s too late.
Don’t leave nothing to fate.
I studied every line, every page in the book,
Now, I’ve got the real thing here, I’m gonna take a look, take a look.

This is Rael!

I’m counting out time, hoping it goes like I planned it,
‘cos I understand it. Look! I’ve found the hotspots, Figs 1-9.
– still counting out time, got my finger on the button,
« Don’t say nuttin – just lie there still
And I’ll get you turned on just fine. »
Erogenous zones I love you.
Without you, what would a poor boy do?

Touch and go with 1-6.
Bit of trouble in zone No. 7.
Gotta remember all of my tricks.
There’s heaven ahead in No. 11!
Getting crucial responses, dilation of the pupils.
« Honey get hip! It’s time to unzip, to unzip, zip, zip-a-zip-a-zip.
Whipee! »
(Put it away Mr. Guitar)
– Move over Casanova –

I’m counting out time, reaction none to happy,
Please don’t slap me,
I’m a red blooded male and the book said I could not fail.
I’m counting out time, I got unexpected distress from my mistress,
I’ll get my money back from the bookstore right away.
Erongenous zones I question you –
Without you, what would a poor boy do?
Without you, what would a poor boy do?
Without you, mankind handkinds thru’ the blues.

Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

There is lambswool under my naked feet.
The wool is soft and warm,
– gives off some kind of heat.
A salamander scurries into flame to be destroyed.
Imaginary creatures are trapped in birth on celluloid.
The fleas cling to the golden fleece,
Hoping they’ll find peace.
Each thought and gesture are caught in celluloid.
There’s no hiding in my memory.
There’s no room to avoid.

The crawlers cover the floor in the red ochre corridor.
For my second sight of people, they’ve more lifeblood than before.
They’re moving in time to a heavy wooden door,
Where the needle’s eye is winking, closing in on the poor.
The carpet crawlers heed their callers:
« We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out. »

There’s only one direction in the faces that I see;
It’s upward to the ceiling, where the chamber’s said to be.
Like the forest fight for sunlight, that takes root in every tree.
They are pulled up by the magnet, believing they’re free.
The carpet crawlers heed their callers:
« We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out. »

Mild mannered supermen are held in kryptonite,
And the wise and foolish virgins giggle with their bodies glowing bright.
Through a door a harvest feast is lit by candlelight;
It’s the bottom of a staircase that spirals out of sight.
The carpet crawlers heed their callers:
« We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out. »

The porcelain mannikin with shattered skin fears attack.
The eager pack lift up their pitchers – they carry all they lack.
The liquid has congealed, which has seeped out through the crack,
And the tickler takes his stickleback.
The carpet crawlers heed their callers:
« We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out. »

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

At the top of the stairs, there’s hundreds of people,
running around to all the doors.
They try to find, find themselves an audience;
their deductions need applause.

The rich man stands in front of me,
The poor man behind my back.
They believe they can control the game,
but the juggler holds another pack.

I need someone to believe in, someone to trust.
I need someone to believe in, someone to trust.

I’d rather trust a countryman than a townman,
You can judge by his eyes, take a look if you can,
He’ll smile through his guard,
Survival trains hard.
I’d rather trust a man who works with his hands,
He looks at you once, you know he understands,
Don’t need any shield,
When you’re out in the field.

But down here,
I’m so alone with my fear,
With everything that I hear.
And every single door, that I’ve walked through
Brings me back here again,
I’ve got to find my own way.

The priest and the magician,
Singing all the chants that they have ever heard;
and they’re all calling out my name,
Even academics, searching printed word.

My father to the left of me,
My mother to the right,
Like everyone else they’re pointing
But nowhere feels quite right.

And I need someone to believe in, someone to trust.
I need someone to believe in, someone to trust.

I’d rather trust a man who doesn’t shout what he’s found,
There’s no need to sell if you’re homeward bound.
If I choose a side,
He won’t take me for a ride.

Back inside
This chamber of so many doors;
I’ve nowhere, nowhere to hide.
I’d give you all of my dreams, if you’d help me,
Find a door
That doesn’t lead me back again
– take me away.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

The chamber was in confusion – all the voices shouting loud.
I could only just hear, a voice quite near say, « Please help me
through the crowd »
‘Said if I helped her thru’ she could help me too, but I could
see that she was wholly blind.
But from her pale face and her pale skin, a moonlight shined.

Lilywhite Lilith,
She gonna take you thru’ the tunnel of night
Lilywhite Lilith,
She gonna lead you right.

When I’d led her through the people, the angry noise began to grow.
She said « Let me feel the way the breezes blow, and I’ll show
you where to go. »
So I followed her into a big round cave, she said « They’re
coming for you, now don’t be afraid. »
Then she sat me down on a cold stone throne, carved in jade.

Lilywhite Lilith,
She gonna take you thru’ the tunnel of night.
Lilywhite Lilith,
She gonna lead you right.

She leaves me in my darkness,
I have to face, face my fear,
And the darkness closes in on me,
I can hear a whirring sound growing near.
I can see the corner of the tunnel,
Lit up by whatever’s coming here.
Two golden globes float into the room
And a blaze of white light fills the air.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

All the pumping’s nearly over for my sweet heart,
This is the one for me,
Time to meet the chef,
O boy! running man is out of death.
Feel cold and old, it’s getting hard to catch my breath.
‘s back to ash, ‘now, you’ve had your flash boy’
The rocks, in time, compress
your blood to oil,
your flesh to coal,
enrich the soil,
not everybody’s goal.

Anyway, they say she comes on a pale horse,
But I’m sure I hear a train.
O boy! I don’t even feel no pain –
I guess I must be driving myself insane.
Damn it all! does earth plug a hole in heaven,
Or heaven plug a hole in earth – ‘how wonderful to be so profound,
when everything you are is dying underground.’

I feel the pull on the rope, let me off at the rainbow.
I could have been exploding in space
Different orbits for my bones
Not me, just quietly buried in stones,
Keep the deadline open with my maker!
See me stretch; for God’s elastic acre
The doorbell rings and its
« Good morning Rael
So sorry you had to wait.
It won’t be long, yeh!
She’s very rarely late. »

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Here comes the supernatural anaesthetist.
If he wants you to snuff it,
All he has to do is puff it
– he’s such a fine dancer.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

The scent grows richer, he knows he must be near,
He finds a long passageway lit by chandelier.
Each step he takes, the perfumes change
From familiar fragrance to flavours strange.
A magnificent chamber meets his eye.

Inside, a long rose-water pool is shrouded by fine mist.
Stepping in the moist silence, with a warm breeze he’s gently kissed.

Thinking he is quite alone,
He enters the room, as if it were his own
But ripples on the sweet pink water
Reveal some company unthought of –

Rael stands astonished doubting his sight,
Struck by beauty, gripped in fright;
Three vermilion snakes of female face
The smallest motion, filled with grace.
Muted melodies fill the echoing hall,
But there is no sign of warning in the siren’s call:
« Rael welcome, we are the Lamia of the pool.
We have been waiting for our waters to bring you cool. »

Putting fear beside him, he trusts in beauty blind,
He slips into the nectar, leaving his shredded clothes behind.
« With their tongues, they test, taste and judge all that is mine.
They move in a series of caresses
That glide up and down my spine.

As they nibble the fruit of my flesh, I feel no pain,
Only a magic that a name would stain.
With the first drop of my blood in their veins
Their faces are convulsed in mortal pains.
The fairest cries, ‘We all have loved you Rael’. »

Each empty snakelike body floats,
Silent sorrow in empty boats.
A sickly sourness fills the room,
The bitter harvest of a dying bloom.
Looking for motion I know I will not find,
I stroke the curls now turning pale, in which I’d lain entwined
« O Lamia, your flesh that remains I will take as my food »
It is the scent of garlic that lingers on my chocolate fingers.

Looking behind me, the water turns icy blue,
The lights are dimmed and once again the stage is set for you.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)
The Arrival

Rael:

I wandered lonely as a cloud,
Till I came upon this dirty street.
I’ve never seen a stranger crowd;
Slubberdegullions on squeaky feet,

Continually pacing,
With nonchalant embracing,
Each orifice disgracing
And one facing me moves to say « hellay ».

His skin’s all covered in slimy lumps.
With lips that slide across each chin.
His twisted limbs like rubber stumps
Are waved in welcome say ‘Please join in.’

My grip must be flipping,
Cos his handshake keeps slipping,
My hopes keep on dipping
And his lips keep on smiling all the time.

« We, like you, have tasted love.
Don’t be alarmed at what you see,
You yourself are just the same
As what you see in me. »


Rael:
Me, like you? like that!


Slipperman:
« You better watch it son, your sentence has only just begun
You better run and join your brother John. »

A Visit To The Doktor

Slipperman:

« You’re in the colony of slippermen.
There’s no who? why? what? or when?
You get out if you’ve got the gripe
To see, Doktor Dyper, reformed sniper – he’ll whip off your
windscreenwiper »


Rael:
John and I are able
To face the Doktor and his marble table.


The Doktor:
Understand Rael, that’s the end of your tail.


Rael:
« Don’t delay, dock the dick! »
I watch his countdown timer tick….


The Raven

He places the number into a tube,
It’s a yellow plastic « shoobedoobe ».
It says: « Though your fingers may tickle
You’ll be safe in our pickle. »

Suddenly, black cloud come down from the sky.
It’s a supersized black bird that sure can fly…

The raven brings on darkness and night
He flies right down, gives me one hell of a fright.
He take the tube right out of my hands
Man, I’ve got to find out where that black bird lands.

« Look here John, I’ve got to run
I need you now, you going to come? »

He says to me:

John:
« Now can’t you see
Where the raven flies there’s jeopardy.

We’ve been cured on the couch
Now you’re sick with your grouch.
I’ll not risk my honey pouch
Which my slouch will wear slung very low. »

He walks away and leaves me once again.
Even though I never learn,
I’d hoped he’d show just some concern.

I’m in the agony of Slipperpain
I pray my undercarriage will sustain.
The chase is on, the pace is hot
But I’m running so very hard with everything that I’ve got.
He leads me down an underpass
Though it narrows, he still flies very fast,
When the tunnel stops
Catch sight of the tube, just as it drops.
I’m on top of a bank too steep to climb
I see it hit the water just in time
to watch it float away…

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

As he walks along the gorge’s edge,
He meets a sense of yesteryear.
A window in the bank above his head
Reveals his home amidst the streets.

Subway sounds, the sounds of complaint
The smell of acid on his gun of paint.
As it carves out anger in a blood-red band,
Destroyed tomorrow by an unknown hand;
– My home.
Is this the way out from the endless scene?
Or just an entrance to another dream?
And the light dies down on Broadway.

But as the skylight beckons him to leave,
He hears a scream from far below.
Within the raging water, writhes the form
Of brother John, he cries for help.

The gate is fading now, but open wide.
But John is drowning, I must decide
Between the freedom I had in the rat-race,
Or to stay forever in this forsaken place;
Hey John!
He makes for the river and the gate is gone,
Back to the void where it came from.
And the light dies down on Broadway.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Struggling down the slope,
There’s not much hope.
I begin to try to ride the scree
but the rocks are tumbling all around me.

If I want John alive,
I’ve got to ditch my fear – take a dive
While I’ve still got my drive to survive.

Evel Knievel you got nothing on me.
Here I go!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Moving down the water
John is drifting out of sight,
Its only at the turning point
That you find out how you fight.

In the cold, feel the cold
all around
And the rush of crashing water
Surrounds me with its sound.

Striking out to reach you
I can’t get through to the other side,
When you’re racing in the rapids
There’s only one way, thats to ride.

Taken down, taken down
by the undertow
I’m spiralled down the river bed,
My fire is burning low.
Catching hold of a rock that’s firm,
I’m waiting for John to be carried past.
We hold together, hold together and shoot the rapids fast.

And when the waters slow down
The dark and the deep
have no-one, no-one, no-one, no-one
no-one left to keep.
Hang on John! We’re out of this at last.
Somethings changed, that’s not your face.
It’s mine – it’s mine!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

When its cold, it come slow
it is warm, just watch it grow
– all around me
it is here. it is now.

Just a little bit of it can bring you up or down.
Like the supper it is cooking in your hometown.
it is chicken, it is eggs,
it is in between your legs.
it is walking on the moon,
leaving your cocoon.

it is the jigsaw. it is purple haze.
it never stays in one place, but it’s not a passing phase,
it is in the singles bar, in the distance of the face
it is in between the cages, it is always in a space
it is here. it is now.

Any rock can be made to roll
If you’ve enough of it to pay the toll
it has no home in words or goal
Not even in your favourite hole
it is the hope for the dope
Who rides the horse without a hoof
it is shaken not stirred;
Cocktails on the roof.

When you eat right through it you see everything alive
it is inside spirit, with enough grit to survive
If you think that its pretentious, you’ve been taken for a ride.
Look across the mirror sonny, before you choose decide
it is here. it is now
it is Real. it is Rael

‘cos it’s only knock and knowall, but I like it…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Et l’Agneau se couche sur Broadway

Manhattan, tôt le matin
Les vents de l’ocean soufflent sur les terres
Movie-Palace est maintenant déchu
Les gardiens de nuit se sont amusés
Dormant à peu de frais pendant la projection de minuit
Toujours la même ritournelle, c’est l’heure d’y aller

Sors d’ici !

Il semble qu’ils ne puissent sortir de leur rêves
Quelque chose se déplace dans la brume des trottoirs
Et l’Agneau se couche sur Broadway

La faune nocturne ressent ses douleurs
Les pharmacies enlèvent leurs chaînes
Les bruits du métal explosent
La station d’essence peut apaiser cette soif
Les suspensions gémissante sur les pavés inégaux
Les yeux du camionneur lisent « Surchargé »

Et à la sortie du métro

Rael, le jeune empereur des bombes aérosols
Emmerge a la lumiere du jour, sa bombe a peinture achée.
Et l’Agneau se couche sur Broadway

L’agneau ne semble pas avoir sa place ici
Pourtant, la faune urbaine de Broadway peut lire la résolution dans son visage
Il ne fait que gésir là
Apaisant l’atmosphère
Bien que la lumière artificielle brille de tous ses feux la nuit
Il n’y a pas de contours de victimes tracés à la craie
Alors que les neons s’eteignent dans un manteau de blanc.

Rael, le jeune empereur des bombes aérosols
Essuie sa bombe, il a oublié ce qu’il a fait
Et l’Agneau se couche sur Broadway

Suzanne, fatiguée, son travail fini
Pense argent-amant, soit dessus-néon (intraduisible jeu de mots)
Le gant de velours du chauffeur de taxi klaxonne
Et le roi de la sciure de bois crache son mepris
Femmes merveilleuses, baissez vos stores
Ne me regarde pas, je ne suis pas ton genre.

Je suis Rael!

Quelque chose en moi vient juste de commencer
Dieu sait ce que j’ai fait
Et l’Agneau se couche sur Broadway

Sur Broadway –

Ils disent que les lumieres sont toujours brillantes a Broadway
Ils disent qu’il y a toujours de la magie dans l’air.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Quelque chose de solide se forme dans l’air
Et le mur de la mort se rabaisse dans Time Square.
Personne ne semble faire attention (s’en rendre compte)
Ils continuent comme si de rien n’était
Le Vent Souffle plus fort maintenant
Projetant de la poussière dans mes yeux.
La poussière sédimente sur ma peau
Formant une croute dans laquelle je ne peux bouger
Et je tournoie comme une mouche, attendant le pare-brise sur l’autoroute

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Echos des terrains marécageux de Broadway
Avec leurs mythiques madones marchant encore sous leurs ombres
Lenny Bruces déclare la trêve et joue son autre main
Marshall Mcluhan, l’œil indifférent, la tête enterrée dans le sable
Des sirènes hurlant sur les toits, mais aucun navire ne quitte
Groucho, avec ses extraits de films, reste seul en piste avec sa farce qui rate
Le Klu Klux Klan sert des mets afro-américains chauds et l’orchestre joue « in the mood »
La meneuse de claques agite son sceptre de cyanure, il y a une odeur de pêche et d’amandes amères dans l’air
Caryl Chessman renifle l’air et mène la parade, il sait que d’un reniflement
On peut embouteiller tout ce qu’on a fait
Howard Hughes, en chaussures de suède bleu, sourit aux majorettes en fumant des Winston
Et alors que la chanson et la danse commencent, les enfant jouent a la maison avec des aiguilles, des aiguilles et des épingles.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Engourdi dans de la laine poudreuse, je suppose que je perd le sens du toucher.
Ne me dites pas que c’est cela mourir car je n’ai pas change tant que ca.
Le seul bruit est celui des gouttes d’eau, Je me demande où diable je suis,
Un genre de bordel?
Salut le cocon est ce que j’arrive trop tôt, trop tôt pour toi ?

Il n’y a rien que je reconnaisse, ce n’est nul part que je connaisse.
Sans signe de vie, aucun, je suppose que je suis seul.
Et je me sens tellement en sécurité que je sais que ce n’est pas possible, mais je me sens bien.
Salut le cocon est ce que j’arrive trop tôt, trop tôt pour toi ?

Je me demande si je suis prisonnier, enfermé dans une cellule de Brooklyn.
– Ou une sorte de Jonas, enfermé dans la baleine.
Non, je suis toujours Rael et je suis pris dans une sorte de grotte.
Qu’est ce qui aurait pu me sauver?
Salut le cocon est ce que j’arrive trop tôt, trop tôt pour toi ?

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

J’ai du soleil dans l’estomac
Comme si je venais d’endormir mon bébé en le berçant
J’ai du soleil dans l’estomac
Mais je ne peux empêcher le sommeil s’insinuant en moi
Dormir, profondement, dans les profondeurs.

Des visages de pierre s’apprêtent à presser ma peau
Le liquide blanc devient tout aigre
tournant vite, tournant aigre
Tournant sueur, tournant aigre
Je dois me dire que je ne suis pas là
Je me noie dans une peur liquide.
Mis en bouteille sous forte pression
Ma distorsion montre de l’obsession
Dans cette grotte
Faites moi sortir de cette grotte

Si je garde le contrôle de moi-même
Je serai sain et sauf dans mon âme
Et la croyance de l’enfance
Amène un soulagement momentané
Mais mon cynisme revient vite
Et le canot de sauvetage brûle
Mon esprit n’apprend donc jamais

Stalactites, Stalagmites
M’enferment, m’emprisonnent
Les lèvres sont sèches, ma gorge est sèche
C’est comme si je brûlais, mon estomac bouillonne
Je suis habillé dans un costume blanc
Oublié dans une pièce bien matelassée
Mon corps se tend, je me sens misérable
Dans cette cage
Faites-moi sortir de cette cage

Dans un halo de lumière
Je vois une scène étrange
De cages jointes qui forment une étoile
Chaque personne ne peut aller très loin
Toutes attachées à leur choses
Elles sont filetées par leurs cordes
Libre de voleter en mémoire de leur ailes gaspillées

Hors de la cage je vois mon frère John
Il tourne sa tête si lentement
Je pleure  » à l’aide  » avant qu’il ne puisse partir
Il me regarde sans bruit
Et je cris ‘John aide moi s’il te plait’
Mais il ne veut même pas essayer de parler
Je suis sans ressource dans ma rage violente
Et une larme de sang silencieuse s’écoule sur sa joue
Et je le vois faire demi-tour et quitter la cage
Mon petit évadé

(Des gouttes de pluies n’arrêtent pas de tomber sur ma tête, elles continuent de tomber sur ma tête)

Pris au piège, je sens une corde
Immobilisé, épinglé pour la mise à mort
Peu de chances que je survive
Dans cette camisole de force molletonnée
Tout comme dans la 22eme rue
Ils me tiennent par le cou et les pieds
La pression monte, je ne peux en supporter plus
Mon mal de tête s’amplifie, mon mal d’oreille hurle
Dans cette douleur
Faites-moi sortir de cette douleur

Si je pouvais me changer en liquide
je pourrais remplir les craquelures des rochers
Mais je sais que je suis solide
Et que je suis ma propre poisse
Dehors, John disparaît, et ma cage se dissout
Sans aucune raison, mon corps se met à tourner
Continue de tourner
Continue de tourner
Tourner en rond
Tourner en rond

(en rond en rond en rond en rond…)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

« C’est la dernière grande aventure laissée au genre humain »
– Hurle une languissante dame
offrant ses poupées de rêve à des prix moins qu’exorbitants
et, alors que les billets et les pièces sont sorties
Je rentre vers l’étage de manufacture

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt à l’usage
La grande parade de l’emballage sans vie
– j’ai juste besoin d’une mèche

Il y des personnes stockées dans toutes les ombres
Elles doivent bien se vendre
Timbrées, adressée, une étrange destinée
Qui aplanit leurs personnalités
Avec potentiel de profit, désigné par un symbole
Je peux reconnaître certains des produits fabriqués
Pas de mordant dans le travail d’esclave
Seulement des emballages froissés ou des pansements humains

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt a l’emploi
la grande parade de l’emballage sans vie
– j’ai juste besoin d’une mèche

Le hall fonctionne comme une horloge
leurs mains battent la mesure
vides dans leur plénitude
comme un pantomime gelé

Tout le monde est un vendeur
Portant des slogans dans leur temple
Crachant des superlatifs rassurants
Mon frère John est numéro 9

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt à l’emploi
la grande parade de l’emballage sans vie
– j’ai juste besoin d’une mèche

Le décor sur le plafond
a planifié leur lendemain
Je ne vois aucun signe de volonté libre
Donc je suppose qu’il faut que je paye
paye mon passage

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt a l’emploi
la grande parade de l’emballage sans vie
-j’ai juste besoin d’une mèche

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Je vois des visages et des traces qui me rappellent chez moi, à New York City
Alors tu penses que je suis un dur? C’est ce que t’as entendu dire?
Eh bien, j’aime bien voir de l’action, ça s’infiltre en moi
C’est qu’ils m’appellent le cavalier de la piste, Rael, le rasoir électrique
Je suis un lanceur de balle dans le gang, nous ne croyons pas en la douleur
Parce que nous sommes seulement aussi fort,
Oui nous ne sommes seulement aussi fort que le maillon le plus faible de la chaîne.

Ils m’ont libéré de Pontiac alors que je n’avais que 17 ans
Il fallait que ça me sorte du sang, si tu vois ce que je veux dire, ce que je veux dire
Tu dis que je dois être fou, parce que je me fous de qui je frappe, qui je frappe
Mais je sais que c’est moi qui frappe, et je ne suis pas, je ne suis pas plein de merde.
Je me fous de qui je blesse, je me fous de celui à qui je fais du mal
C’est ton problème dans lequel je suis empêtré, je n’y appartiens vraiment pas

Quand je sors ma bouteille, remplie d’essence,
Tu peux dire par les incendies nocturnes par où Rael est passé, est passé

Alors que je serre l’hérisson contre moi
Il dit que je n’ai personne a blâmer sauf moi
Tiens mon cœur, profondément chevelu
Temps de raser, tout raser, tout raser
Pas le temps pour une escapade romantique
Quand ton cœur duveté est prêt pour le viol. Non!

Allons-y

Tu es assis confortablement, tu crois que je n’existe pas
Tu ne peux pas acheter de protection contre ma façon d’être
Vos hypocrites progressistes distribuent leurs rebuts
Mais c’était à moi d’abord, je les brûles jusqu’aux cendres
Et j’ai goûté les viandes les plus fortes
Et je les ai couchées en feuilles colorées (laissées en feuilles colorées)
Qui a besoin d’illusion d’amour et d’affection
Quand tu descends les rues avec ta principale ligne de connexion ?
Connexion

Alors que je serrais l’hérisson contre moi
Il dit que je n’ai personne a blâmer sauf moi
Tiens mon cœur, profondément chevelu
Temps de raser, tout raser, tout raser
Pas de temps pour une escapade romantique
Quand ton cœur duveté est prêt pour le viol. Non!

Allons-y!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Je décompte le temps
J’ai tout organisé par numéros
Tous ces chiffres
me guident
O Dieu j’en ai besoin maintenant

Le jour du jugement arrive
Et tu peux être sûr que je me suis reposé
pour cette épreuve
digérant chaque mot que les experts ont dit

Zones érogènes je vous aime
Sans vous que ferait un pauvre garçon?

J’ai trouvé une fille avec laquelle je voulais sortir
J’ai pensé qu’il valait mieux que je sois direct
Je suis allé acheter un livre avant qu’il ne soit trop tard.
Pour ne rien laisser au hasard

J’ai étudié toutes les lignes, toutes les pages du livre
Maintenant j’ai la vraie chose devant moi, je vais me rincer l’œil, me rincer l’œil

C’est Rael

Je décompte le temps, espérant que tout se passera comme je l’ai prévu
Parce que je l’ai compris, regardé, j’ai trouvé les points chauds : illustrations un à neuf
– toujours décomptant le temps, j’ai mon doigt sur le bouton,
 » Ne dis rien, allonge-toi là
Et je vais t’exciter juste comme il faut »

Zones érogènes, je vous aime
Sans vous que ferait un pauvre garçon?

Sans problèmes de 1 à 6
Petit problème avec le numéro 7
Il faut que je me rappelle de tous mes tours
Le paradis approche avec le numéro 11
Obtenant des réactions cruciales et dilatation de pupilles
« Chéri, branche-toi, c’est le temps de te déshabiller, biller-biller-biller. Youpi!

(Finis-moi ça, madame guitare)

– Casse toi Casanova –

Je décompte le temps, réaction malheureuse
S’il te plait ne me gifle pas
Je suis un male au sang chaud et le livre a promis que je ne peux échouer
Je décompte le temps j’ai une détresse inattendue de la part de ma maîtresse
Je vais de ce pas récupérer mon argent a la librairie

Zone érogènes je vous demande
Sans vous que ferait un pauvre garçon ?
Sans vous que ferait un pauvre garçon ?
Sans vous, l’humanité tâtonne par le blues.

Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Il y a de la laine d’agneau sous mes pieds nus
la laine est douce et chaude
-me donne une impression de chaleur
une salamandre galope vers une flamme pour se détruire
Des créatures imaginaires sont prisonnières de leur naissance dans du celluloïd

Les puces s’accrochent à la toison d’or
Espérant y trouver la paix
Chaque pensée et geste sont pris sur le celluloïd
Il n’y a pas de cachette dans ma mémoire
Il n’y a pas moyen de l’éviter

les rampeurs recouvrent le sol dans le couloir rouge ocre
Pour ma seconde vision de gens, il y a plus de vie qu’avant
Ils se déplacent en rythme vers une lourde porte en bois
Où l’oeil des aiguilles fait un clignement, se refermant sur les pauvres

Les rampeurs du tapis répondent à ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

Il n’y a qu’une seule direction dans les visages que je vois
C’est par delà le plafond, là où la chambre est sensée être
Comme le combat dans la foret pour la lumière du soleil, qui prend racine dans chaque arbre
Ils sont attiré par l’aimant, croyant être libres

Les rampeurs du tapis écoutent ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

Les supermans aux douces manières sont pris dans la kryptonite
Et les vierges sages et insensées ricanent alors que leurs corps brillent
A travers la porte, un festin de la moisson est éclairé par une bougie
C’est le bas d’un escalier qui s’étend a perte de vue.

Les rampeurs du tapis écoutent ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

Le mannequin de porcelaine à la peau déchirée craint une attaque
Le groupe passionné soulève leurs pichets – Il transportent tout ce dont ils manquent
Le liquide s’est congelé, qui s’est infiltré a travers la fissure,
et le chatouilleur reprend son cordonnier

Les rampeurs du tapis écoutent ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

En haut des escaliers, il y a des centaines de personnes
Courant tout autour, vers toutes les portes
Ils essayent de trouver, de se trouver un public
Leurs déductions méritent des applaudissement

Le riche se tient en face de moi
Le pauvre dans mon dos
Ils croient qu’ils peuvent contrôler le jeu
Mais le jongleur tient un autre paquet

J’ai besoin de quelqu’un en qui croire, en qui avoir confiance
J’ai besoin de quelqu’un en qui croire, en qui avoir confiance

J’aime mieux faire confiance à un campagnard qu’à un citadin
Tu peux le juger dans son regard, regarde si tu peux
Il sourira a travers sa garde
La survie est un bon entraînement

J’aime mieux faire confiance à un gars qui travaille avec ses mains
Il te regarde une seule fois, tu sais qu’il comprend
Pas besoin de bouclier
Quand tu es dans le champ

Mais ici bas
Je suis si seul avec ma peur
Avec tout ce que j’entends
Et chaque porte que j’ai traversé
Me renvoie encore ici
Il faut que je trouve mon propre chemin

Le prêtre et le magicien
Chantant tous les chants qu’ils ont jamais entendu
Et tous deux m’appellent
Même les académiciens, cherchant des mots imprimés

Mon père à ma gauche
Ma mère à ma droite
Comme tous les autres ils pointent
Mais nulle part ne me semble assez bien

Et j’ai besoin de croire en quelqu’un, en qui avoir confiance
J’ai besoin de croire en quelqu’un, en qui avoir confiance

J’aime mieux faire confiance à quelqu’un qui ne crie pas sur tous les toits sa trouvaille
Pas besoin de vendre si tu retournes chez toi
Si je choisis un camp
Il ne m’amènera pas faire un tour

De retour dans
Cette chambre avec tant de portes
Je n’ai nulle part, nulle part où me cacher
Je te donnerais tous mes rêves si tu m’aides
à trouver une porte
Qui ne me reconduirait pas encore une fois à l’intérieur
– Emmène-moi au loin

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

La chambre était en confusion, Toutes les voix criant de partout
Je pouvais tout juste entendre une voix dire « s’il te plaît aide-moi à travers la foule »
Elle m’a dit que si je l’aidais à passer, elle pourrait m’aider en retour, mais j’ai vu qu’elle était totalement aveugle.
Mais de son visage et de sa peau pâles, un rayon de lune émanait
Lilywhite Lilith,
Va te guider a travers le tunnel de la nuit
Lilywhite Lilith
Elle va te mener à bon port

Alors que je la guidais a travers la foule, la clameur grandit
Elle dit « laisse-moi sentir où souffle la brise et je te dirai par où partir. »
Alors je l’ai suivie dans une grotte grande et ronde, elle dit « Ils viennent te chercher, maintenant n’aie pas peur »
Alors, elle m’assit sur un trône de pierre froide, sculpté dans le jade

Lilywhite Lilith,
Va te guider a travers le tunnel de la nuit
Lilywhite Lilith
Elle va te mener à bon port

Elle me laissa dans ma pénombre
Je dois y faire face, faire face à ma peur
Et la noirceur m’oppresse
Je peux entendre un son vrombissant, s’approchant

Je peux voir l’angle du tunnel
Allumé par ce qui approche
Deux globes dorés flottent dans la pièce
Et une bouffée de lumière blanche envahit l’atmosphère.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

La pompe de mon doux cœur est sur le point de s’arrêter
Elle est faite pour moi
Temps de rencontrer le chef
Oh Mon Dieu! L’homme qui court est ressuscité

je me sens froid et vieux, il devient difficile de prendre ma respiration
Poussière tu redeviendras, mon garçon, tu as eu ta chance
Les rocs, à l’unisson, compriment
ton sang en pétrole
ta chair en charbon
Enrichit la terre
Ce n’est pas l’objectif de tout le monde
Quoi qu’il en soit, ils disent qu’elle viendra sur un cheval pâle
Mais je suis sûr d’entendre un train
Oh Mon Dieu! Je ne ressens même pas la douleur –

Je pense que je deviens fou
Au diable tout ça! Est ce que la terre bouche un trou au paradis?
Ou bien le paradis bouche un trou dans la terre – C’est bien d’être si profond
Quand tout ce que tu es se meurt sous terre.

Je sens la traction de la corde, laissez-moi à l’arc-en-ciel
J’aurais pu exploser dans l’espace
Différentes orbites pour mes ossements
Très peu pour moi, juste enterré dignement sous les pierres

Laissant l’échéance ouverte à mon créateur!
Regardez-moi m’étirer; pour les champs élastiques de Dieu
La sonnette sonne et c’est
« Bonjour Rael
Désolé de t’avoir fait attendre
Ca ne sera pas long
Elle est rarement en retard »

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Voici venir l’anesthésiste surnaturel
S’il veut que tu y passes
Tout ce qu’il à faire c’est te la souffler
– c’est un si bon danseur

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

La senteur s’intensifie, il sait qu’il approche
Il trouve un long passage éclairé par un chandelier
À chaque pas, le parfum change
de senteurs familières à des saveurs étranges
Son regard aperçut une chambre magnifique

À l’intérieur, une longue piscine d’eau de rose est recouverte par une fine brume
Avançant dans le silence humide, il est gentiment caressé par une chaude brise
Pensant qu’il est seul
Il entre dans la pièce, comme si c’était la sienne
mais des rides sur la douce et rose eau
révéla une présence insoupçonnée

Rael reste ébahit, n’en croyant pas ses yeux
figé par la beauté, pris par la peur
3 Serpents vermeils à têtes de femmes
Le moindre mouvement empli de grâce
Des mélodies assourdies résonnent dans le hall
Mais il n’y a aucun avertissement dans l’appel des sirènes :
« Rael, soit le bienvenu, nous sommes les Lamia de la Piscine
Nous avons attendu que nos eaux te rafraîchissent »

Rejetant la peur, il fit confiance à la beauté aveugle
Il glissa dans le nectar laissant ses vêtements en lambeaux derrière lui
« Avec leurs langues, elles tâtent, goûtent et jaugent tout ce qui est mien
Elle bougent, dans une série de caresses
Qui montaient et descendaient le long de ma colonne
Alors qu’elle goûtent la fleur de ma chair, je ne ressens aucune douleur
Qu’une magie, que nommer ternirait
Avec la première goutte de mon sang dans leur veines
Leurs visages se tordent en douleurs mortelles
La plus juste s’écrie : « Nous t’avons toutes aimées, Rael »

Chaque carcasse reptilienne vide flotte sans vie
Tristesse silencieuse dans un bateau vide
Une malsaine aigreur remplit la salle
La moisson aigre d’une floraison mourante
Cherchant un signe de vie qui, je sais n’existe plus
Je caresse doucement les boucles pâlissantes, dans lesquelles je m’étais entremêlé
« Oh Lamia, ta chair qui reste, je vais m’en nourrir »
C’est l’odeur d’ail qui reste sur mes doigts en chocolat.

Regardant derrière moi, l’eau vire au bleu glace
Les lumière s’éteignent et une fois de plus la scène est prête pour toi

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)
L’arrivée :

Rael :

J’errais aussi seul qu’un nuage
Jusqu’à ce que j’arrive dans cette rue sale
Je n’ai jamais vu une foule si étrange
des caoutchoucs dégoulinants sur des pieds grinçants

Arpentant continuellement
en embrassades nonchalantes
Chaque orifice disgracieux
L’un d’entre eux, face à moi, s’élance pour me saluer

Sa peau recouverte de pustules suintantes
Avec des lèvres qui pourfendent chaque menton
Ses membres tordus comme des moignons de caoutchouc
Sont accueillis en disant « Joins-toi à nous »

Je dois perdre l’esprit
Car sa poignée de main n’arrête pas de glisser
Mon espoir continue de diminuer
et ses lèvres n’arrêtent pas de sourire

Pantouflard :
« Comme toi nous avons goûté l’amour
Ne soit pas effrayé par ce que tu vois
Tu es tout comme
ce que tu vois de moi »

Rael :
Moi comme toi? comme ça !

Pantouflard:
« Tu ferais mieux de faire attention, mon garçon, ta peine vient juste de commencer
Tu ferais mieux de courir et de rejoindre ton frère John. »

Une visite au Doktor :

Pantouflard :
« Tu es dans la colonie des pantouflards
Il n’y a ni qui? ni Pourquoi? ni Quoi? ou Quand?
Tu t’en sortiras si tu as le courage
D’aller voir le Doktor Dyper, sniper repenti – Il t’enlèvera tes essuie-glaces

Rael :
John et moi sommes capables
De faire face au docteur Dyper et à sa table de marbre

The Doktor :
Comprends bien Rael, c’est la fin de ta queue

Rael :
Ne perd pas de temps, coupe la bite !
Je vois son compte à rebours

Le Corbeau :

Il placa la pièce dans une éprouvette
C’est un plastique jaune « shoobedoobe »
Il dit : » bien que tes doigts puissent te piquer
Tu sera en sûreté dans notre cornichon. »

Soudain, un nuage noir descend du ciel
C’est un Oiseau noir géant qui apparemment peut voler

Le corbeau amène Noirceur et nuit
Il descend en piqué, me fout la trouille du diable
Il prend l’éprouvette de mes mains
Mec, il faut que je trouve ou atterrit cet oiseau noir
« Attention, John, il faut que je coure
J’ai besoin de toi, tu viens? »
Il me dit :

John :
Ne vois-tu pas :
Là ou atterrit le corbeau il y a du danger
Nous avons été guéris sur le divan du médecin
Maintenant tu es malade avec ton ronchonneur
Je ne vais pas risquer ma bourse chérie
Que ma démarche va porter en bandoulière très bas

Rael :
Il part au loin et me laisse seul une fois de plus
Même si je n’apprends jamais
J’espérais qu’il montre un peu de compassion

Je suis dans l’agonie de la douleur pantouflarde
Je prie pour que mon châssis tienne le coup
La chasse est ouverte, la poursuite est effrénée
Mais je cours si difficilement avec tout ce que j’ai

Il me conduit dans un passage souterrain
Bien que ce soit étroit, il vole toujours très vite
Là ou le tunnel s’arrête
Je repère l’éprouvette, alors qu’elle tombe
Je suis en haut d’un talus trop incliné pour le grimper
J’arrive juste à temps pour la voir tomber à l’eau
Pour la voir flotter au loin…

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Alors qu’il marche le long du précipice
Il ressentit quelque chose d’un passé lointain
Une fenêtre dans le talus au dessus de sa tête
Révéla sa maison au milieu des rues

Les sons du métro, sons de complaintes
Les senteurs d’acides sur sa bombe de peinture
Alors qu’elle exprime sa colère dans une bande rouge sang
Détruite le lendemain par une main inconnue
-Mon Chez moi

Est-ce la sortie de cette scène sans fin?
Ou juste l’entrée d’un nouveau rêve ?
Et les lumières s’éteignent sur Broadway

Mais, alors que la lumière du ciel l’incite à partir
Il entend un hurlement venant de loin en dessous
Dans les eaux en furie, il reconnaît la forme
de son frère John qui crie à l’aide

Le passage s’estompe, mais demeure grand ouvert
Mais John se noie, je dois prendre une décision
Entre la liberté que j’avais dans la course de fous
Ou rester à jamais dans cet endroit maudit
Hé John !

Il se dirige vers la rivière et le passage a disparu
de retour à là d’où il venait
Et les lumières s’éteignent sur Broadway

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Dévalant la pente
Il n’y a plus beaucoup d’espoir
Je commence à tenter de chevaucher l’éboulis
Mais les pierres roulent partout autour de moi
Si je veux John vivant
Il faut que je mette ma peur de coté -et que je pique une tête
Pendant que j’ai encore la volonté de survivre

Evel Kenievel, je n’ai rien à t’envier
C’est parti !

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Descendant les eaux
John dérive hors de portée
C’est juste à ce moment crucial
Que tu trouves comment combattre
Dans le froid, ressent le froid
tout autour
et la course de l’eau déchainée
M’entoure avec son vacarme

Me frayant un passage pour t’atteindre
Je ne peux pas passer de l’autre côté
Quand tu fais la course dans les rapides
Il n’y a qu’une solution, c’est de se laisser porter
emporté, emporté
Par les courants
je suis aspiré vers le fond de la rivière
ma flamme s’éteint peu à peu

Prenant prise sur un rocher sûr
J’attends que John passe à portée
Je le tiens, je le tiens et nous sortons rapidement des rapides
Et quand l’eau se calme
Le noir et le profond
n’ont personne personne personne personne
personne à garder
Tiens bon John, on s’en est finalement sorti
Quelque chose a changé, ce n’est pas ton visage,
C’est le mien ! c’est le mien !

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Quand c’est froid, ça vient lentement
Quand c’est chaud, regarde ça grandir
-tout autour de moi
C’est ici, c’est maintenant

Juste un petit morceau peut te stimuler ou t’amortir
Comme le souper, c’est cuisiné dans ta ville
C’est du poulet, c’est des oeufs
C’est entre tes jambes
Ca marche sur la lune
Quittant ton cocon

C’est le puzzle. C’est la brume pourpre
Ca ne reste jamais en place, mais ça ne fait pas que passer
C’est dans les bars de drague, dans la distance du visage
C’est entre les cages, toujours dans l’espace
C’est ici, c’est maintenant

Toute pierre est faite pour rouler
Si tu as assez de ça pour payer le tribut
Ca n’appartient ni aux mots ni au but
même pas à ton trou favori

C’est l’espoir pour l’imbécile
Qui chevauche un cheval sans sabots
C’est secoué, pas remué
Cocktails sur les toits

Quand tu le manges en entier, tu vois tout vivre
C’est l’esprit interne, avec assez de courage pour survivre
Si tu pense que c’est prétentieux, tu t’es fait rouler
Regarde le miroir fiston, avant de choisir, décide
C’est ici, c’est maintenant

C’est réel, c’est Rael

Car c’est seulement coups et je-sais-tout, mais j’aime ça…

Infos générales

Michael Rutherford: Basse et Guitare 12 Cordes
Phil Collins: Percussion, Ambiance et Chant.
Steve Hackett: Guitares.
Tony Banks: Claviers.
Peter Gabriel: Chant et Flûte.
Avec des variations et des expérimentations avec des sonorités étrangères

Enossification : Eno courtesy of Island Records.
Enregistré à Glossplant, Pays de Galles avec le Island Mobile Studio et mixé au Island Studios d’Août à Octobre 1974

Production : John Burns and Genesis.
Ingénieur du son : David Hutchins.

Sorti en Novembre 1974

Singles:
Novembre 74 – Counting out time/Riding the scree (UK)
Décembre 74 – Counting out time/The lamb lies down on Broadway (USA)
Avril 75 – Carpet crawlers/The Evil Jam (live)