Abacab

Seb

3/5

C’est l’album qui à mon avis marque le véritable nouveau Genesis, la différence est flagrante certes, mais contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n’est à mon avis ni un départ, ni une personalité prépondérante qui est responsable de cette évolution, mais plutôt deux nouveautés dans la famille Genesis : la première : Abacab est le premier disque enregistré dans le propre Studio de Genesis : Fisher Lane Farm, et l’air de rien, pour les trois acolytes ça change beaucoup de choses : Ils se sont amusé à faire ce disque et n’ont pas eu envie d’écrire des choses compliquées. La deuxième : L’arrivée de Hugh Padgham (qui est à mon avis le seul responsable du son des années 80 de Genesis : Il n’y a qu’à voir, les trois albums « noir » de Genesis sont ceux produits par Padgham. Quand je parle de noir, je parle de la production pas de la composition : il n’y a qu’à entendre les versions live pour se rendre compte qu’ils s’agit de superbes compositions comme toujours). Bref, à l’arrivée on a un album hybride où le pire (Another Record, Like It Or Not) côtoie le meilleur (Abacab, Me and Sarah Jane et surtout Dodo/Lurker) (et là je parle quand même un peu des compositions !)

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford)


Look up on the wall, there on the floor,
Under the pillow, behind the door.
There’s a crack in the mirror.
Somewhere there’s a hole in a window-pane.
Do you think I’m to blame?
Tell me do you think I’m to blame?

(When they do it) you’re never there.
(When they show it) you stop and stare.
(Abacab) He’s in anywhere.
(Abacab)

If you’re wrapping up the world
‘Cos you’ve taken someone elses girl,
When they turn on the pillow,
Even when they answer the telephone,
Don’t you think that by now,
Tell me, don’t you think that by now.

(When they do it) you’re never there.
(When they show it) you stop and stare.
(Abacab) He’s in anywhere.
(Abacab) Doesn’t really care.

you want it, you got it, you gotta go
you want it, you got it, now you know

It’s an illusion, It’s a game,
Or reflection of someone else’s name.
When you wake in the morning,
Wake and find you’re covered in cellophane.

Well, there’s a hole in there somewhere.
Yeah, there’s a hole in there somewhere.
Baby, there’s a hole in there somewhere.
Now there’s a hole in there somewhere.

(When they do it) you’re never there.
(When they show it) you stop and stare.
(Abacab) he’s in anywhere.
(Abacab)

(Banks/Collins/Rutherford)


Talk to me, you never talk to me.
Ooh, it seems that I can speak.
But I can hear my voice shouting out.
But there’s no reply at all.

Look at me, you never look at me,
Ooh, I’ve been sitting, staring, seems so long.
But you’re looking through me
Like I wasn’t here at all.
No reply, there’s no reply at all.

Dance with me, you never dance with me.
Ooh, it seems that I can move,
I’m close to you, close as I can get.

Yet there’s no reply at all,
There’s no reply at all.

I get the feeling you’re tryin’ to tell me,
Is there something that I should know?
What excuse are you tryin’ to sell me?
Should I be reading stop or go, I don’t know.

Be with me, seems you’re never here with me,
Ooh, I’ve been trying to get over there.
Ah, but it’s out of my reach.
And there’s no reply at all.
There’s no reply at all.

I get the feeling you’re trying to tell me;
Is there something that I should know?
What excuse are you trying to sell me?
Should I be reading stop or go, I don’t know.

Maybe deep down inside,
I’m trying for no one else but me.
Too stubborn to say, « The buck stops here.
It’s not the one you’re looking for. »
But, maybe deep down inside,
I’m lying to no one else but me.
Oh but my back is up.
I’m on my guard – with all the exits sealed.

Listen to me, you never listen to me,
Ooh, and it seems there’s no way out,
I’ve been trying, but we cannot connect,
And there’s no reply at all,
There’s no reply at all,
There’s no reply at all,
No reply at all.

Is anybody listening – oh oh,
No reply at all…

(Banks)


The fires are burning in another land,
Don’t start counting, don’t start counting.
Colder and colder, the ice is moving closer
And it gets me down.
Going round and round and down the same old track.

Pack on my back, going swiftly nowhere,
Heart in my ear beating like a drum.
Where will you go?

All by yourself.
(Hah, hah, hah, hah, hah, hah.)

And now I’m standing on the corner.
Waiting in the rain,
But then in sunlight without warning,
I invent a name,
Me and Sarah Jane,
We had a special thing going,
Me and Sarah Jane.

It was a time of love and laughter,
It wouldn’t come again,
We had our round of joy but after,
Then began the pain,
Me and Sarah Jane.
We had a special thing going,
Me and Sarah Jane,
Sarah Jane.

Searching for a clue.
Traces on the sand.
First I’m flying, going round round round,
Then I’m sliding going down down down,
Doesn’t matter where I start I always end up
Falling through those same old crowded rooms.

Me and Sarah Jane,
We had it coming
All the pain,
Walking down the streets,
And finding nothing is the same,
And now the city lights are dimming one by one,
It costs too much money to keep them all on.

Me and Sarah Jane,
In silence walk along the shore,
Tears of joy and mocking laughter,
Words lost in the wind.
The tide was rising,
But there we stayed,
We had no fear of dying
We weren’t afraid.

(Banks/Collins/Rutherford)


Found that man reported missing,
He wandered in his home.
It don’t seem to bad if you consider
Just what he’s been through.

Seems he met up with a gang of thieves,
Who mistook him for a man of means,
They locked him up then found he had no money,
So they let him go again.
Now he’s back at home and happy
Just to see the kids.

I wish that I could really tell you
All the things that happened to me
And all that I have seen.
A world full of people their hearts full of joy,
Cities of light with no fear of war,
And thousands of creatures with happier lives,
And dreams of a future with meaning and no need to hide.

Oh, keep it dark.

It seems strange to have to lie,
About a world so bright.
And tell instead a made-up story,
From the world of night.

I wish, that I could really tell you,
All the things that happened to me
And all that I have seen,
A world full of people their hearts full of joy,
Cities of light with no fear of war,
And thousands of creatures with happier lives,
And dreams of a future with meaning and no need to lie,
No need to hate,
No need to hide.

Oh, keep it dark.

(Banks/Collins/Rutherford)


Too big to fly, dodo ugly so dodo must die,
Doggo with fear on its side, can’t change, can’t change the tide.
Dog baiter, agitator, asking questions, says he wants to know why.
Ain’t no reason that money can’t buy.
Mink he pretty so mink he must die, must die, must die.

Sun he giving life in his light,
Part of the system,
Friend to man, friend to the trees,
No friend to the snowman.
Where does he go, what does he do?
Does he meet with the mole, the stream, the cloud
And end up at the bottom of the sea.

Fish he got a hook in his throat,
Fish he got problems
Where does he go, what does he do?
Does he hope he’s too small, to poor a haul,
Who’ll end up being thrown back in the sea.
I’m back in the sea.

Caretaker, horror movie,
Only one eye, only needs one boot,
Sweet lady, she knows she looks good
Vacuum coming for the bright and the brute.

Big noise, black smoke
So pig-headed couldn’t see the joke.
But it ain’t funny
Ask the fly on the wall
It’s only living
It don’t matter at all, at all, at all.

Pimp, he make you drool and grunt,
He got an answer.
One he got a dream of love,
Deep as the ocean.

Where does he go?
What does he do?
Will the siren team with Davy Jones,
And trap him at the bottom of the sea?

I’m back in the sea.
I’m back in the sea.
I’m back in the sea.

Lurker (Banks/Collins/Rutherford)

Meanwhile lurking by a stone in the mud
Two eyes looked to see what I was and
Then something spoke and this is what
It said to me…….

Clothes of brass and hair of brown
Seldom need to breathe
Don’t need no wings to fly
Ooh and a heart of stone
And a fear of fire and water
Who am I?

Clothes of brass and hair of brown
Seldom need to breathe
Don’t need no wings to fly
And a heart of stone
And a fear of fire and water
Who am I?

(Banks/Collins/Rutherford)


Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Who dunnit?

I didn’t, I, I didn’t do it….

Oh but we know, we know, we know…

So was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it you or was it me?
Who dunnit?

I, I, I didn’t, I didn’t do it…

But we know, we know, we know…
Yeah we don’t know, we don’t know, we don’t know…
We all know, we all know, we all know…

(Collins)


See the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know,
But he waits everyday now.
He’s just waiting for something to show.

And nobody knows him,
And nobody cares,
‘Cos there’s no hiding place,
There’s no hiding place – for you.

Looking everywhere at no one,
He sees everything and nothing at all – oh.
When he shouts nobody listens,
Where he leads no one will go – oh.

He’s a lonely man, there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know,
But he waits everyday now.
He’s just waiting for something to show – oh.

Nobody knows him,
And nobody cares,
‘Cos there’s no hiding place,
There’s no hiding place – for you and me.

Are we just like all the rest,
We’re looking too hard for something he’s got
Or moving too fast to rest.
But like a monkey on your back you need it.
But do you love it enough to leave it – ah.

Just like the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know – oh.
But he waits every day now.
He’s just waiting for that something to show – oh.

Who’s the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know.
But he’s there every day now.
And he’s just waiting for something to show – oh.

Who’s the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know.
Oh but he waits every day now.
He’s just waiting for that something to show.

(Rutherford)


Ah, don’t you know, I’ve been on my own
But I’m coming home.
And I’d like you to be there,
I feel a little cold in the air,
And you’re not anywhere.
You’re just another face, I used to know.
But there is still a chance to hold on to our love,
‘Cos I gave you everything, everything I had.

Ooh, like it or not
You have done it this time
And like it or not, I’ve had enough.

Ooh, like it or not
There’s a lot I could say
‘Cos I’ve got a lot on my mind.

It won’t be very long
You’re just another face
That I once used to know
And I gave you everything,
But what have I got to show? Oh Oh

Oh, like it or not
You are out on the street
And like it or not
That’s where you will stay.

Oh, like it or not
There’s another thing darling,
Well I just could not stand another day
‘Cos if you want to know,
That there is still a chance to hold on to our love
‘Cos I gave you everything
Everything I had – Everything I had.

It’s been a long, been a long long time
Since I held anybody, since I loved anyone.
Oh it’s been a long, been a long long long time
But if I’m right or if I’m wrong, does it matter anyway?

It’s been a long long long long time
Since I held anybody, since I loved anyone.
Ooh it’s been a long long long long time
But if I’m right or if I’m wrong, does it matter anyway?

Ooh it’s been a long long long long time
Since I held anybody, since I loved anyone.
Oh it’s been a long, been a long long long time
I’m right, if I’m wrong, does it matter anyway?

It’s been a long long, long long long time
Since I held anybody, since I held

(Banks/Collins/Rutherford)


It’s funny you know,
‘Cos there’s an old rock ‘n’ roller
He’s got nowhere to go.
Did you ever think of taking him in?
Somebody help him, somebody please.

Put another record on
‘Cos he likes that song.

It’s funny you know,
Ooh he never done nothing, done nobody wrong,
Did he think about changing his name,
But I’m gonna tell him it’s the same old game.

Put another record on
Round and round and round and around – oh
Ah – see him smile.

Well lately I’ve seen him
Walking down the street, kinda moving his feet,
Everyone I know looks the other way
Somebody help him, somebody say –

Put another record on
Round and round and round and around – oh
Ah – see him smile.

It’s funny you know,
‘Cos there’s an old rock ‘n’ roller
He’s got nowhere to go.
Did you ever think of taking him in?
Somebody help him, somebody please.

Just put another record on
Put another record on
Put another record on Cos you know we like it
Put another record on Cos you know we like it…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford)

Porte un regard sur le mur, puis sur le sol,
Sous les oreillers, derrière la porte.
Il y a une fissure dans le miroir.
Quelque part il y a un trou dans la vitre.
Penses-tu que je sois blâmable?
Dis moi, penses-tu que je sois blâmable?

(Quand ils le font) tu n’es jamais là.
(Quand ils le montrent) tu t’arrêtes et regardes.
(Abacab) Il est dans n’importe quoi.
(Abacab)

si tu enrobes le monde
Parce que tu as pris la copine de quelqu’un d’autre,
Quand ils se tournent sur les oreillers,
Même quand ils répondent au téléphone,
Ne penses-tu pas qu’ils vont trouver,
Dis moi, ne penses-tu pas qu’ils vont trouver.

(Quand ils le font) tu n’es jamais là.
(Quand ils le montrent) tu t’arrêtes et regardes.
(Abacab) Il est dans n’importe quoi.
(Abacab) Ca importe peu.

Tu le veux, tu l’as eu, il faut que tu y ailles
tu le veux, tu l’as eu, maintenant tu sais

C’est une illusion, c’est un jeu,
Une réflexion venant de quelqu’un d’autre.
Quand tu te réveilles le matin,
Tu te réveilles et découvres que tu es entièrement recouvert de cellophane.

Bien, il y a un trou quelque part par là.
Ouais, il y a un trou quelque part par là.
Bébé, il y a un trou quelque part par là.
Maintenant, il y a un trou quelque part par là.

(Quand ils le font) tu n’es jamais là.
(Quand ils le montrent) tu t’arrêtes et regardes.
(Abacab) Il est dans n’importe quoi.
(Abacab)

(Banks/Collins/Rutherford)

Parle-moi, tu ne me parles jamais.
Ooh, il semble que je peux parler.
Mais je peux entendre ma voix hurler.
Mais il n’y a pas de réponse du tout.

Regarde-moi, tu ne me regardes jamais,
Ooh, je suis resté assis, à regarder, ça semble si long.
Mais tu regardes à travers moi
Comme si je n’étais pas là du tout.
Pas de réponse, il n’y a pas de réponse du tout.

Danse avec moi, tu ne danses jamais avec moi.
Ooh, il semble que je puisse bouger,
Je suis près de toi, aussi près que je puisse être.

Maintenant, il n’y a pas de réponse du tout,
Il n’y a pas de réponse du tout.

J’ai l’impression que tu essaies de me dire,
Y a t’il quelque chose que je devrais savoir?
Quelle excuse essaies-tu de me vendre?
Dois-je lire stop ou continue, je ne sais pas.

Sois avec moi, il semble que tu n’es jamais ici avec moi,
Ooh, J’ai essayé de passer par dessus ça.
Ah, mais c’est hors de porté.
Et il n’y a pas de réponse du tout.
Il n’y a pas de réponse du tout.

J’ai l’impression que tu essaies de me dire;
Y a t’il quelque chose que je devrais savoir?
Quelle excuse essaies-tu de me vendre?
Dois-je lire stop ou continue, je ne sais pas.

Peut-être très profond à l’intérieur,
J’essaie pour personne d’autre que moi.
Trop têtu pour dire « On arrête la plaisanterie ici.
Ce n’est pas ce que tu recherches. »
Mais, peut-être très profond à l’intérieur,
Je mens à personne d’autre que moi.
Oh, mais j’ai bon dos.
Je suis sur mes gardes, avec la sortie cachetée.

Ecoute-moi, tu ne m’écoutes jamais,
Ooh, et il semble qu’il n’y a pas d’issues,
j’essaie, mais on ne peut se connecter,
Et il n’y a pas de réponse du tout,
Il n’y a pas de réponse du tout,
Il n’y a pas de réponse du tout,
Pas de réponse du tout.

Est-ce que quelqu’un écoute – oh oh,
Pas de réponse du tout…

(Banks)

Les feux brûlent sur une autre terre,
Ne commence pas à compter, ne commence pas à compter.
De plus en plus froid, La glace se rapproche
Et ça me plombe.
Allant en rond en rond et descendant la même vieille piste.

Un sac sur mon dos, allant rapidement nulle part,
Le cœur dans mon oreille tapant comme un tambour.
Où vas-tu aller?

Tout par toi-même.
(hah, hah hah hah hah hah)

Et maintenant, je suis debout à l’angle de la rue.
Attendant sous la pluie,
Mais dans la lumière du soleil, sans prévenir,
J’ai inventé un nom,
Moi et Sarah Jane,
Nous avons quelque chose de spécial,
Moi et Sarah Jane.

C’était le temps d’amour et de rires,
Ca ne reviendra pas,
Nous avons eu notre tour de joie, mais après,
Alors a commencé la douleur,
Moi et Sarah Jane.
Nous avons quelque chose de spécial,
Moi et Sarah Jane,
Sarah Jane.

Cherchant un indice.
Des traces sur le sable.
D’abord je vole, allant en rond rond rond,
Puis je glisse allant en bas bas bas,
Peu importe où je commence, je finis toujours
tombant à travers cette même vieille pièce rempli de monde.

Me et Sarah Jane,
Nous l’avons eu arrivé
Toute la douleur,
Descendant les rues,
Et trouvant que rien n’est pareil,
Et maintenant, les lumières de la ville s’éteignent une à une,
Ca coûte trop d’argent de les garder toutes allumées.

Moi et Sarah Jane,
Des marches silencieuses le long de la côte,
Larmes de joies et rire moqueurs,
Des mots perdus dans le vent.
La marée était en train de monter,
Mais ici nous restions,
Nous n’avions pas peur de mourir
Nous n’étions pas effrayés.

Garde le secret


Trouvé, un homme qu’on croyait disparu,
Ils se prommenait dans sa maison.
Il ne semble pas trop mal si on considere
Tout ce qu’il a traversé.

Il semble qu’il ait rencontré un gang de voleurs,
Qui l’a pris pour un homme de moyen,
Ils l’ont enfermé et ont découvert qu’il n’avait pas d’argent,
Alors ils l’ont laissé repartir.
Maintenant il est de retour à la maison et content
Simplement de revoir les enfants.

J’aimerais vraiment pouvoir vous dire
Toutes les choses qui me sont arrivées
Et tout ce que j’ai vu.
Un monde plein de personnes, le cœur emplit de joie,
Des villes de lumières, sans peur de la guerre,
Et des milliers de créatures avec des vies plus heureuses,
Et des rêves d’un futur avec des moyens et aucun besoin de se cacher.

Oh, garde le secret.

Ca semble étrange d’avoir à mentir,
À propos d’un monde si brillant.
Et raconter à la place une histoire inventée,
À partir du monde de la nuit.

J’aimerais vraiment pouvoir vous dire,
Toutes les choses qui me sont arrivées
Et tout ce que j’ai vu,
Un monde plein de personnes, le cœur emplit de joie,
Des villes de lumières, sans peur de la guerre,
Et des milliers de créatures avec des vies plus heureuses,
Et des rêves d’un futur avec des moyens et aucun besoin de mentir,
Pas besoin de se haïr,
Pas besoin de se cacher.

Oh, garde le secret.

(Banks/Collins/Rutherford)

Trop gros pour voler, dodo est moche alors dodo doit mourir,
Coi, avec la peur de son coté, ne peut pas changer, ne peut pas changer la marée.
harceleur de chien, agitateur, posant des questions, il dit qu’il veut savoir pourquoi.
Il n’y a pas de raison que l’argent ne puisse acheter.
vison est beau, alors vison doit mourir, doit mourir, doit mourir.

Soleil, il donne la vie dans sa lumière,
Partie du système,
Ami des hommes, ami des arbres,
Pas ami de l’homme des neiges.
Où va-t’il que fait-il?
A-t’il rencontré la taupe, le ruisseau, le nuage
Et atterri au fond de la mer.

Poisson, il a un hameçon dans la gorge,
Poisson, il a des problèmes
Où va-t’il que fait-il?
Espère-t’il être trop petit, trop pauvre comme prise,
Qui finira renvoyé au fond de la mer.
Je suis de retour dans la mer.

Concierge, film d’horreur,
Seulement un oeil, Besoin seulement d’un bote.
douce dame, Elle sait qu’elle est belle
vide venant de la clareté et de la brute.

Gros bruit, fumée noire
Alors la tête de cochon ne pourrait pas voir la blague.
Mais ce n’est pas drôle
Demande la mouche sur le mur
C’est seulement vivre
Ca n’a pas d’importance du tout, du tout, du tout.

Proxénète, il te fait baver et grogner,
Il a une réponse.
Il a un rêve d’amour,
Aussi profond que l’océan.

Où va-t’il?
Que fait-il?
est-ce que les sirènes vont faire équipe avec Davy Jones,
et l’enfermer au fond de la mer?

Je suis de retour dans la mer.
Je suis de retour dans la mer.
Je suis de retour dans la mer.


Observateur

Pendant que j’observais à partir d’une pierre dans la boue
Deux yeux ont regardé pour voir ce que j’étais et
Alors quelque chose a parlé et voici ce qu’il m’a dit……

Des habits de cuivre et des cheveux bruns
Rarement besoin de respirer
N’a pas besoin d’ailes pour voler
Ooh et un coeur de pierre
Et une peur du feu et de l’eau
Qui suis-je?

Des habits de cuivre et des cheveux bruns
Rarement besoin de respirer
N’a pas besoin d’ailes pour voler
Ooh et un cœur de pierre
Et une peur du feu et de l’eau
Qui suis-je?

(Banks/Collins/Rutherford)

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Qui l’a fait?

Je n’ai pas, Je, Je ne l’ai pas fait…

Oh mais nous savons, nous savons, nous savons…

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce lui ou était-ce moi?
Qui l’a fait?

Je, je, je n’ai pas, je ne l’ai pas fait…

Mais nous savons, nous savons, nous savons…
Ouais nous ne savons pas, nous ne savons pas, nous ne savons pas…
Nous savons tous, nous savons tous, nous savons tous…

(Collins)

Regarde l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas,
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose.

Et personne ne le connaît,
Et personne ne fait attention,
Parce qu’il n’y a pas de cachettes,
Il n’y a pas de cachettes – pour toi.

Regardant partout, personne,
Il voit tout et rien à la fois, oh.
Quand il crie personne n’ecoute,
Où il mène personne n’ira, oh.

Il est l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas,
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose, oh.

Personne ne le connaît,
Et personne ne fait attention,
Parce qu’il n’y a pas de cachette,
Il n’y a pas de cachettes – pour toi et moi.

Sommes-nous juste comme tout le monde,
Nous regardons trop fort pour quelque chose qu’il a
Ou bougeons trop vite pour nous reposer.
Mais comme un singe sur ton dos tu en as besoin.
Mais l’aimes-tu assez pour laisser tomber, ah.

Juste comme l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas, oh.
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose, oh.

Qui est l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas.
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose, oh.

Qui est l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas.
Oh mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose.

(Rutherford)

Ah, ne sais-tu pas que j’ai été à ma charge
Mais je reviens à la maison.
J’aimerais que tu y sois,
Je sens un froid dans l’air,
et tu n’es pas n’importe où.
Tu es juste un autre visage, que j’ai connu.
Mais il y a toujours une chance de tenir notre amour,
Parce que je t’ai donné tout, tout ce que j’avais.

Ooh, aime le ou pas
Tu l’as fait cette fois
Et aime le ou pas, J’en ai eu assez.

Ooh aime le ou pas
Il y a beaucoup que je puisse dire
Parce que j’en ai gros sur le cœur.

Ca ne sera pas très long
Tu es juste un autre visage
que j’ai connu une fois
Et je t’ai tout donné,
Mais qu’ai-je d’autre à montrer? oh oh

Oh, aime le ou pas
tu es dehors dans la rue
Et aime le ou pas
C’est là que tu vas rester.

Oh aime le ou pas
Il y a une autre chose chérie,
Bien je ne pourrais simplement pas supporter un autre jour
Parce que si tu veux savoir,
Qu’il y a toujours une chance pour tenir notre amour
Parce que j’ai tout donné
Tout ce que j’avais, tout ce que j’avais.

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.
Oh ça a été un long, été un long long long moment
mais si j’ai raison, ou si j’ai tort, est ce que ça importe de toutes façons?

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.
Oh ça a été un long, été un long long long moment
mais si j’ai raison, ou si j’ai tort, est ce que ça importe de toutes façons?

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.
Oh ça a été un long, été un long long long moment
mais si j’ai raison, ou si j’ai tort, est ce que ça importe de toutes façons?

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.

(Banks/Collins/Rutherford)

C’est drôle tu sais,
Car il y a un vieux rocker
Il n’a nulle part où aller.
As-tu déjà pensé à le pendre à l’intérieur?
Que quelqu’un l’aide, quelqu’un s’il vous plaît.

Sort un autre disque
parce qu’il aime cette chanson.

C’est drôle tu sais,
ooh Il n’a jamais rien fait, fait de mal à personne,
A t’il pensé à changer son nom,
Mais je vais lui dire que c’est le même vieux jeu.

sort un autre disque
en rond et en rond et en rond et autour, oh
Ah, regarde il sourit.

Bien, dernièrement, je l’ai vu
Descendant la rue, en quelque sorte bougeant les pieds,
Tous ceux que je connais ont détourné les yeux
Quelqu’un l’aide, quelqu’un dit.

Sort un autre disque
en rond et en rond et en rond et autour, oh
Ah, regarde il sourit.

C’est drôle tu sais,
Par il y a un vieux rocker
Il n’a nulle part où aller.
As-tu deja pensé à le pendre à l’interieur?
Quelqu’un l’aide, quelqu’un s’il vous plait.

Sort juste un autre disque
Sort un autre disque
Sort un autre disque Parce que tu sais qu’on l’aime
Sort un autre disque Parce que tu sais qu’on l’aime…

Infos générales

Tony Banks – Claviers.
Phil Collins – Batterie, Chant.
Mike Rutherford – Basses, Guitares.

Section cuivre de Earth Wind & Fire sur ‘No Reply at All’
Arrangé par Tom Tom 84

Enregistré en mixé à The Farm, Surrey
Produit par Banks/Collins/Rutherford
Ingénieur du son : Hugh Padgham

Sorti en Septembre 1981

Singles :
Août 81- Abacab/Another Record
Octobre 81 – Keep it dark/Naminanu (UK)
Octobre 81 – No reply at all (USA)
Janvier 82 – Abacab/Whodunnit (USA)
Fevrier 82 – Man on the corner/Submarine