Live Over Europe 2007

Seb

5/5

Genesis a toujours eu un rapport étrange avec ses albums live. La règle a toujours été de sortir des collections de chansons ET surtout surtout surtout de ne pas faire de redite. Une exception : Afterglow qui se trouvait « embarqué » dans Three Sides Live à la suite de In The Cage alors qu’elle était déjà sur Seconds Out. Sinon vous pouvez chercher, il n’y a jamais eu qu’une et une seule version officielle par chanteur (medley mis à part, puisque ce ne sont pas les chansons entière). C’est pour cela qu’il n’y avait pas Turn It On Again sur The Way We Walk. C’est pour cela qu’il n’y avait pas eu ni Carpet Crawlers, ni Firth Of Fifth, ni Los Endos sur Three Sides Live. C’est pour cela qu’il n’y avait pas eu Watcher of the skies sur Archive 1967-1974, pas plus que The Musical Box.

Cet album live est donc une double nouveauté et une double entorse dans la discographie du groupe puisque c’est la première fois que Genesis se répète sur un album live, mais aussi parce que c’est la première fois qu’ils nous offrent un concert entier, dans l’ordre et dans l’intégralité de ce qui a été joué. Rien que ce point est déjà remarquable. Mais ce n’est pas son seul atout. Le disque est constitué des « meilleures » versions des chansons jouées lors de la tournée Européenne 2007, comme l’indique le nom de l’album. À l’écoute, on a simplement l’impression d’entendre un concert fluide. Mais ça reste du live et ces versions là ne sont pas aussi parfaite que ce qu’elles avaient pu l’être dans le passé. Et c’est très bien que quelques imperfections « live » aient passé le contrôle qualité habituellement extrêmement élevé du groupe. Personnellement, le problème le plus embêtant réside dans la fin de Invisible Touch lorsque les feux-d’artifices prennent le relais de la grosse caisse. Sauf qu’on ne les entends pas et qu’on a subitement un grand « creux » dans les graves.

Certains trouvent le disque mou. Pestent contre les tempos ralentis et les changement de tonalité. C’est uniquement par souci d’intégrité que je le signale parce qu’en ce qui me concerne, le plaisir est immense et je trouve que le talent est intact. Les changements de tonalité ne me gênent pas, les ralentissement non plus, parce qu’ils sont servis par un son sans faille qui apporte le complément nécessaire pour rendre la puissance, l’ampleur, la dimension des morceaux. Certains trouvent ainsi une lourdeur et une noirceur nouvelle… Au final, je considère beaucoup de ces versions comme supérieures aux précédentes. Carpet Crawlers en tête.

Tracklist

Infos générales

Tony Banks – Claviers & Choeurs
Phil Collins – Chant et Batterie
Mike Rutherford – Guitare, Basse et Choeurs
Daryl Stuermer – Guitare, Basse & Choeurs
Chester Thompson – Batterie

Sorti le 26 novembre 2007


1 : Dukes Intro (live – Behind The Lines / Duke’s End)

2 : Turn It On Again (live)

3 : No Son Of Mine (live)

4 : Land Of Confusion (live)

5 : In The Cage (live + Cinema Show / Duke’s Travel)

6 : Afterglow (live)

7 : Hold On My Heart (live)

8 : Home By The Sea (live)

9 : Follow You Follow Me (live)

10 : Firth Of Fifth (live)

11 : I Know What I Like (In Your Wardrobe) (live)

12 : Mama (live)

13 : Ripples (live)

14 : Throwing It All Away (live)

15 : Domino (live)

16 : Conversation with 2 stools (live)

17 : Los Endos (live)

18 : Tonight Tonight Tonight (live)

19 : Invisible Touch (live)

20 : I Can’t Dance (live)

21 : The Carpet Crawlers (live)