Invisible Touch

Seb

2.1/5

Ahhhh, Invisible Touch ! Définitivement, tout le monde (ou presque !) s’accorde à dire que c’est le moins bon, que c’est trop électronique, trop commercial (beurk et pas moi !). Pourtant, on s’accorde aussi pour dire que c’ est un disque à deux visages, avec le pop d’un coté (Invisible touch, In too deep, Land of confusion etc…) et le reste (du pop progressif ??) de l’autre (Tonight Tonight Tonight, Domino, The Brazilian). Le reste dure d’ailleurs autant que le pop, mais mis à part pour entendre Tonight Tonight Tonight en entier, il vaut mieux écouter les versions live, tant la production est mauvaise (Partiellement corrigé par les remix de 2007 cela dit). Deux bijoux ont été laissés de coté lors des sessions « Invisible Touch », pour être gardés comme face b des singles : Do the Neurotic (un instrumental) et Feeding the Fire. Ces deux morceaux n’ont rien à voir avec le reste du disque, même si on reconnaît quand même la marque Padgham et auraient totalement changé la face d’Invisible Touch s’ils avaient été dessus. Cela dit, au niveau compos, il n’y a rien à dire, les chansons sont très bonnes. À des années lumières de Foxtrot, mais excellente… Seulement la production gâche tout.

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Well I’ve been waiting, waiting here so long
But thinking nothing, nothing could go wrong, ooh now I know
She has a built in ability
To take everything she sees
And now it seems I’m falling, falling for her.

She seems to have an invisible touch yeah
She reaches in, and grabs right hold of your heart
She seems to have an invisible touch yeah
It takes control and slowly tears you apart.

Well I don’t really know her, I only know her name
But she crawls under your skin, you’re never quite the same, and now I
know
She’s got something you just can’t trust
It’s something mysterious
And now it seems I’m falling, falling for her.

She seems to have an invisible touch yeah
She reaches in, and grabs right hold of your heart
She seems to have an invisible touch yeah
It takes control and slowly tears you apart.

She don’t like losing, to her it’s still a game
And though she will mess up your life,
You’ll want her just the same, and now I know
She has a built in ability
To take everything she sees
And now it seems I’ve fallen, fallen for her.

She seems to have an invisible touch yeah
She reaches in, and grabs right hold of your heart
She seems to have an invisible touch yeah
It takes control and slowly tears you apart.

She seems to have an invisible touch…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


I’m coming down, coming down like a monkey, but it’s alright
Like a load on your back that you can’t see, ooh but it’s alright
Try to shake it loose, cut it free, just let it go, get it away from me.

Cos tonight, tonight, tonight – oh, I’m gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

I’m going down, going down, like a monkey, ooh but it’s alright
Try to pick yourself up, carry that weight that you can’t see,
Don’t you know it’s alright
It’s like a helter skelter, going down and down, round and round
But just get it away from me – oh.

Because tonight, tonight, tonight – oh
We’re gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

I got some money in my pocket, about ready to burn
I don’t remember where I got it, I gotta get it to you
So please answer the phone, cos I keep calling, but you’re never home
What am I gonna do
Tonight, tonight, tonight – oh
I’m gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

You keep telling me I’ve got everything, you say I’ve got everything I want
You keep telling me you’re gonna help me, you’re gonna help me, but you don’t
But now I’m in too deep
You see it’s got me so that I just can’t sleep
Oh get me out of here, please get me out of here
Just help me I’ll do anything, anything
If you’ll just help me get out of here.

I’m coming down, coming down like a monkey, ooh but it’s alright
It’s like a load on your back that you can’t see,
Ooh don’t you know that it’s alright
Just try to shake it loose, cut it free, let it go
But just get it away from me
Cos tonight, tonight, tonight – oh
Maybe we’ll make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

Please get me out of here
Someone get me out of here
Just help me I’ll do anything, anything
If you’ll just help get me out of here
Tonight – oh, I’m gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

Yes tonight, tonight, tonight – oh,
Yes I’m gonna make it right, tonight, tonight, tonight – oh…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


I must’ve dreamed a thousand dreams
Been haunted by a million screams
But I can hear the marching feet
They’re moving into the street.

Now did you read the news today
They say the danger’s gone away
But I can see the fire’s still alight
There burning into the night.

There’s too many men
Too many people
Making too many problems
And not much love to go round
Can’t you see
This is a land of confusion.

This is the world we live in
And these are the hands we’re given
Use them and let’s start trying
To make it a place worth living in.

Ooh Superman where are you now
When everything’s gone wrong somehow
The men of steel, the men of power
Are losing control by the hour.

This is the time
This is the place
So we look for the future
But there’s not much love to go round
Tell me why, this is a land of confusion.

This is the world we live in
And these are the hands we’re given
Use them and let’s start trying
To make it a place worth living in.

I remember long ago –
Ooh when the sun was shining
Yes and the stars were bright
All through the night
And the sound of your laughter
As I held you tight
So long ago –

I won’t be coming home tonight
My generation will put it right
We’re not just making promises
That we know, we’ll never keep.

Too many men
There’s too many people
Making too many problems
And not much love to go round
Can’t you see
This is a land of confusion.

Now this is the world we live in
And these are the hands we’re given
Use them and let’s start trying
To make it a place worth fighting for.

This is the world we live in
And these are the names we’re given
Stand up and let’s start showing
Just where our lives are going to.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


All that time I was searching, nowhere to run to, it started me thinking,
Wondering what I could make of my life, and who’d be waiting,
Asking all kinds of questions, to myself, but never finding the answers,
Crying at the top of my voice, and no one listening,
All this time, I still remember everything you said
There’s so much you promised, how could I ever forget.

Listen, you know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep.

So listen, listen to me,
Ooh you must believe me,
I can feel your eyes go thru me,
But I don’t know why.

Ooh I know you’re going, but I can’t believe
It’s the way that you’re leaving,
It’s like we never knew each other at all, it may be my fault,
I gave you too many reasons, being alone, when I didn’t want to
I thought you’d always be there, I almost believed you,
All this time, I still remember everything you said, oh
There’s so much you promised, how could I ever forget.

Listen, you know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep.

So listen, listen to me,
I can feel your eyes go thru me

It seems I’ve spent too long
Only thinking about myself – oh
Now I want to spend my life
Just caring bout somebody else.

Listen, you know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep.

You know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)


You know,
You decorate the garage walls,
Hang in people’s halls,
Live in secret drawers,
If you could look around you,
Wonder what you’d see.

Fiction.
That’s all you really are I know,
Editorial dreams.
They can’t make you real,
Tell me where you came from,
And where you’re going to.

I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

Oh you know,
You’ve figured in some fantasies.
You would not believe,
What you’ve had to do,
Life goes on around you and all because of you.

No I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

You know,
That in twenty years or more,
You’ll still look the same
As you do today.
You’ll still be a young girl,
When I’m old and grey.

No – I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love? (no you’ll never…)

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

In The Glow Of The Night


The grey of evening fills the room,
There’s no need to look outside,
To see or feel the rain.
Then I reach across to touch her,
But I know that she’s not there.
Rain keeps running down the window pane.
Time is running out for me.

Can’t you see what you are doing to me?
Can’t you see what you have done?
As I try to pass another long and sleepless night,
A hundred crazy voices call my name,
As I try to pass them by,
I almost can believe that she is here,
Here in the glow of the night.

Do you know what you have done?
Do you know what you’ve begun?
Do you see we shall never be together again?
All of my life.

Lonely people, empty rooms,
Pointless violence, silent tombs.
Could it be that we shall be together again?

Sheets of double glazing help to keep outside the night,
Only foreign city sirens can cut through,
Nylon sheets and blankets help to minimize the cold.
But they can’t keep out the chilling sounds.
Will the nightmare soon give way to dreaming
That she is here with me?
Here in the glow of the night.

Do you know what you have done?
Do you know what you’ve begun?
Do you see we shall never be together again?
All of my life.

Lonely people, empty rooms,
Pointless violence, silent tombs.
Could it be that we shall be together again?
Could it be that we shall be together again?

In silence and darkness
We held each other near that night
We prayed it would last forever.


The Last Domino


Blood on the windows
Millions of ordinary people are there
They gaze at the scenery
They act as if it is perfectly clear
Take a look at the mountains
Take a look at the beautiful river of blood.

The liquid surrounds me
I fight to rise from this river of hell
I stare round about me
Children are swimming and playing with boats
Their features are changing
Their bodies dissolve and I am alone.

Now see what you’ve gone and done.
Now see what you’ve gone and done.

Well now you never did see such a terrible thing
As was seen last night on T.V.
Maybe if we’re lucky, they will show it again
Such a terrible thing to see – oh
But there’s nothing you can do when you’re next in line
You’ve got to go domino.

Now I’m one with the living and I’m feeling just fine
I know just what I gotta do
Play the game of happiness and never let on
That it only lives on in a song – oh
Well there’s nothing you can do when you’re next in line
You’ve got to go domino.

Do you know what you have done?
Do you know what you’ve begun?

In silence and darkness
Hold each other near tonight
For will it last forever?
Will it last forever – forever…

There’s nothing you can do when you’re the next in line
You’ve got to go domino.

Do you know, do you know, do you know what you have done
Do you see what you’ve begun?
Cos there’s nothing, nothing, nothing
There’s nothing you can do, there’s nothing you can do
Do you see, do you see what you have done?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


Need I say I love you
Need I say I care
Need I say that emotion’s,
Something we don’t share
I don’t want to be sitting here
Trying to deceive you
Cos you know I know baby
That I don’t wanna go.

We cannot live together
We cannot live apart
That’s the situation
I’ve known it from the start
Every time that I look at you
I can see the future
Cos you know I know babe
That I don’t wanna go.

Throwing it all away
Throwing it all away
Is there nothing that I can say
To make you change your mind
I watch the world go round and round
And see mine turning upside down
You’re throwing it all away.

Now who will light up the darkness
Who will hold your hand
Who will find you the answers
When you don’t understand
Why should I have to be the one
Who has to convince you
Cos you know I know baby
That I don’t wanna go.

Someday you’ll be sorry
Someday when you’re free
Memories will remind you
That our love was meant to be
Late at night when you call my name
The only sound you’ll hear
Is the sound of your voice calling
Calling after me.

Just throwing it all away
Throwing it all away
There’s nothing I can say
We’re throwing it all away
Yes we’re throwing it all away…

(Banks/Collins/Rutherford, main composer Banks)

(Instrumental)

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Bien, j’ai attendu, attendu ici tellement longtemps
Mais en pensant que rien, rien ne pourrait mal tourner, oh, maintenant je sais
Elle a un don inné
pour prendre tout ce qu’elle voit
Et maintenant il semble que je tombe, tombe amoureux d’elle

Elle semble avoir un touché invisible ouais
Elle atteint et prend possession de ton cœur
Elle semble avoir un touché invisible ouais
Ça prend le contrôle et te déchire lentement en deux.

Bien, je ne la connais pas vraiment, je connais juste son nom
Mais elle pénètre sous ta peau
Tu n’es plus vraiment le même, et maintenant je sais
elle a quelque chose auquel on ne peut pas se fier
C’est quelque chose de mystérieux
et maintenant il semble que je tombe, tombe amoureux d’elle

Elle semble avoir un touché invisible ouais
Elle atteint et prend possession de ton cœur
Elle semble avoir un touché invisible ouais
Ça prend le contrôle et te déchire lentement en deux.

Elle n’aime pas perdre, pour elle c’est toujours un jeu
Et bien qu’elle mette ta vie sans dessus dessous
Tu en redemandes, et maintenant je sais
elle a un don inné
pour prendre tout ce qu’elle voit
Et maintenant, il semble que je suis tombé, tombé amoureux d’elle

Elle semble avoir un touché invisible ouais
Elle atteint et prend possession de ton cœur
Elle semble avoir un touché invisible ouais
Ça prend le contrôle et te déchire lentement en deux.

Elle semble avoir un touché invisible ouais…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Je descends, je descends comme un singe, mais ça va
Comme une charge sur ton dos, que tu ne peux pas voir, ooh, mais ça va
Essaie de remuer, ça se détache, libère-le, laisse-le aller, enlève-le loin de moi.

parce que ce soir, ce soir, ce soir, oh tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

Je descends, je descends comme un singe, mais ça va
Essaie de te ramasser, transporte ce poids que tu ne peux pas voir,
Ne vois-tu pas que tout va bien
C’est pelle-mêle, allant en bas, en bas, autour, autour
Mais enlève-le juste loin de moi oh.

parce que ce soir, ce soir, ce soir,
oh tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

J’ai de l’argent dans ma poche, prêt à être dépensé
Je ne me souviens plus où je l’ai eu, certainement de toi
Alors s’il te plaît répond au téléphone, parce que je n’arrête pas d’appeler, mais tu n’es jamais chez toi
Qu’est ce que je vais faire
ce soir, ce soir, ce soir, oh
Tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

Tu n’arrêtes pas de me dire que j’ai tout ce que je veux,
Tu dis que j’ai tout ce que je veux
Tu n’arrêtes pas de me dire que tu vas m’aider,
Tu vas m’aider, mais tu ne le fais pas
Et maintenant, je suis profondément désespéré
Tu vois, ça me prend tellement que je ne peux simplement plus dormir
Alors sors-moi d’ici, s’il te plaît, sort moi d’ici
Aide-moi, juste, je ferais n’importe quoi
Si tu m’aides simplement à m’en sortir.

Je descends, je descends comme un singe, mais ça va
C’est comme une charge sur ton dos que tu ne peux pas voir,
Ne vois-tu pas que tout va bien
Essaie de remuer, ça se détache, libère-le, laisse-le aller
Mais enlève-le juste loin de moi

Car ce soir, ce soir, ce soir, oh
Peut-être que tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

S’il te plaît sors-moi de là
Que quelqu’un me sorte de là
Aidez-moi, je ferais n’importe quoi, n’importe quoi
si vous m’aidez simplement à me sortir de là
Ce soir, tout va renter dans l’ordre
ce soir ce soir ce soir, oh.

Oui, ce soir ce soir ce soir, oh,
Oui, tout va rentrer dans l’ordre ce soir ce soir ce soir, oh…            

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

J’ai dû faire un millier de rêves
Être hanté par un million de cris
Mais je peux entendre la marche militaire
Ils se déplacent dans la rue.

Maintenant, avez-vous lu les journaux aujourd’hui
Ils disent que le danger est parti
Mais je peux voir que les feux sont toujours allumés
Ils brûlent dans la nuit.

Il y a beaucoup trop d’hommes,
Beaucoup trop de gens
Créant beaucoup trop de problèmes
Et pas assez d’amour aux alentours
Ne peux-tu voir
Que c’est une terre de confusion

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les mains que l’on nous a donné
Utilisons-les et commençons à essayer
de faire de cet endroit un lieu qui vaut la peine d’y vivre.

Ooh, Superman où es-tu maintenant
Quand tout semble aller mal, on ne sait comment
Les hommes d’acier, les hommes de puissance
perdent le contrôle un peu plus chaque heures.

C’est l’heure
C’est l’endroit
Alors nous regardons vers l’avenir
Mais il n’y a pas assez d’amour aux alentours
Dis-moi pourquoi c’est une terre de confusion.

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les mains que l’on nous a donné
Utilisons-les et commençons à essayer
de faire de cet endroit un lieu qui vaut la peine d’y vivre.

Je me souviens il y a bien longtemps –
Ooh, quand le soleil brillait
Oui et les étoiles étaient brillantes
Durant toute la nuit
Et le son de ton rire
Alors que je te serrais
Il y a si longtemps –

Je ne rentrerai pas à la maison ce soir
Ma génération va régler les problèmes
Nous ne faisons pas de promesses
dont nous savons que nous ne les tiendrons jamais.

Il y a beaucoup trop d’hommes,
beaucoup trop de gens
Créant beaucoup trop de problèmes
Et pas assez d’amour aux alentours
Ne peux-tu voir
Que c’est une terre de confusion.

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les mains que l’on nous a donné
Utilisons-les et commençons à essayer
de faire de cet endroit un lieu qui vaut la peine de se battre pour lui

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les noms que l’on nous a donné
Levons-nous et commençons à montrer
Vers où nos vies sont en train d’aller.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Tout ce temps j’ai cherché, nulle part où courir, ça m’a fait réfléchir,
Me demandant ce que je pourrais faire de ma vie, et qui attendait,
Me posant toutes sortes de questions, mais ne trouvant jamais les réponses,
Pleurant le plus fort que ma voix permette, et personne n’écoute,
Tout ce temps, je me souviens encore de tout ce que tu as dit
Tu as tellement promis, comment pourrais-je un jour oublier.

Écoute, tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré.

Alors écoute, écoute-moi,
Ooh, tu dois me croire,
Je peux sentir tes yeux me transpercer,
Mais je ne sais pas pourquoi.

Ooh, je sais que tu t’en vas, mais je ne peux y croire
Que c’est la façon dont tu t’en vas,
C’est comme si nous ne nous étions jamais connus, c’est peut être ma faute,
Je t’ai donné trop de raisons, d’être seul, quand je ne le voulais pas
Je pensais que tu serais toujours là, je t’ai presque cru,
Tout ce temps, je me souviens encore de tout ce que tu disais, oh
Il y a tant que tu as promis, comment pourrais-je un jour oublier.

Écoute, tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré.

Alors écoute, écoute-moi,
Je peux sentir tes yeux me transpercer

Il semble que j’ai passé trop de temps
à penser uniquement à moi, oh
Maintenant je veux passer ma vie
À prendre soin de quelqu’un d’autre.

Écoute, tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré.

Tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Tu sais,
Tu décores les murs du garage,
Accroché dans les halls des gens,
vivant en dessinateurs secrets,
si tu pouvais voir autour,
Je me demande ce que tu verrais.

Fiction.
C’est tout ce que tu es vraiment, je sais,
Rêves éditoriaux.
Ils peuvent te rendre réelle,
dis-moi d’où tu viens,
et où tu vas.

Jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Oh tu sais,
Tu as figuré dans quelques fantaisies.
Tu ne croirais jamais,
Ce que tu avais à faire,
La vie va tout autour de toi, mais pas à cause de toi.

Non jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Tu sais,
Dans vingt ans ou plus,
Tu seras toujours la même
que ce que tu es maintenant.
Tu seras toujours une jeune fille,
Quand je serai vieux et gris.

Non jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Dans la lueur de la nuit


Le gris de la nuit remplit la pièce,
pas besoin de regarder dehors,
pour voir ou sentir la pluie.
Alors je traverse pour la toucher,
Mais je sais qu’elle n’est pas là.
La pluie continue de glisser le long des vitres.
Je n’ai plus beaucoup de temps.

Ne peux-tu voir ce que tu me fait?
Ne peux-tu voir ce que tu as fait?
Alors que j’essaie de passer une autre longue nuit sans sommeil,
Une centaine de voix folles appellent mon nom,
Alors que j’essaie de passer outre,
Je peux presque croire qu’elle est là,
Ici dans la lueur de la nuit.

Sais-tu ce que tu as fait?
Sais-tu ce que tu as commencé?
Sais-tu que nous ne serons plus jamais ensemble à nouveau?
Toute ma vie.

Personnes seules, pièces vides,
violence sans intérêt, tombes silencieuses.
Cela ce peut-il que nous soyons un jour ensemble à nouveau?

le double vitrage aide à garder la nuit dehors,
seules les sirènes des villes lointaines peuvent passer à travers,
Les draps en nylons et les couvertures aident à minimiser le froid.
Mais ne préservent pas des sons glaciaux.
Est-ce que le cauchemar va bientôt me conduire à rêver
Qu’elle est là avec moi?
Ici dans la lueur de la nuit.

Sais-tu ce que tu as fait?
Sais-tu ce que tu as commencé?
Sais-tu que nous ne serons plus jamais ensemble à nouveau?
Toute ma vie.

Personnes seules, pièces vides,
violence sans intérêt, tombes silencieuses.
Cela ce peut-il que nous soyons un jour ensemble à nouveau?
Cela ce peut-il que nous soyons un jour ensemble à nouveau?

Dans le silence et la pénombre
Nous nous tenions près l’un de l’autre cette nuit
Nous prions pour que ça dure toujours.


Le dernier domino


Du sang sur les vitres
Des millions de personnes ordinaires sont ici
Il fixent la scène
Ils agissent comme si tout était clair
Regarde les montagnes
Regarde cette magnifique rivière de sang.

Le liquide m’entoure
Je combat pour m’échapper de cette rivière diabolique
Je regarde autour de moi
Les enfants nagent et jouent avec des bateaux
Leur apparence change
leurs corps se dissolvent et je suis seul.

maintenant vois où tu es allé et ce que tu as fait.
maintenant vois où tu es allé et ce que tu as fait.

Bien maintenant vous ne verrez plus une chose aussi horrible
que ce que nous avons vu à la télé l’autre soir
Peut-être si nous sommes chanceux, ils le repasseront
Tellement horrible à voir, oh
Mais il n’y a rien à faire quand tu es le prochain en ligne
Tu vas tomber comme un domino.

Maintenant je suis un « vivant » et je me sens bien
Je sais ce que j’ai à faire
jouer le jeu du bonheur et ne jamais laisser dire
que ça ne vit que dans une chanson, oh
Bien mais il n’y a rien à faire quand tu es le prochain en ligne
Tu vas tomber comme un domino.

Sais-tu ce que tu as fait?
Sais-tu ce que tu as commencé?

dans le silence et la pénombre
Tenez-vous près l’un de l’autre cette nuit
Car cela durera t’il pour toujours?
Est ce que ça va durer pour toujours, toujours…

Il n’y a rien à faire quand tu es le prochain en ligne
Tu vas tomber comme un domino.

Sais-tu, sais-tu, sais tu ce que tu as fait
Sais-tu ce que tu as commencé?
Car il n’y a rien, rien, rien
Il n’y a rien à faire, il n’y a rien à faire
Vois-tu, vois-tu ce que tu as fait?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

Ai-je besoin de te dire que je t’aime
Ai-je besoin de te dire que je fais attention
Ai-je besoin de te dire que les émotions,
quelque chose que nous ne partageons pas
Je ne veux pas être assis ici
Essayant de te tromper
Parce que tu sais, je sais, bébé
que je ne veux pas partir.

Nous ne pouvons vivre ensemble
Nous ne pouvons vivre séparés
C’est la situation
Je le savais dès le début
Chaque fois que je te regarde
Je ne peux pas voir le futur
parce que tu sais, je sais, bébé
que je ne veux pas partir.

tout envoyer balader
tout envoyer balader
N’y a t’il rien que je puisse dire
Pour te faire changer d’avis
Je regarde le monde aller en rond en rond
Et je vois le mien sans dessus dessous
Tu envoies tout balader.

Maintenant qui va allumer la pénombre
qui va tenir ta main
qui va te trouver les réponses
quand tu ne comprends pas
pourquoi aurais-je à être le seul
qui ai à te convaincre
parce que tu sais, je sais, bébé
que je ne veux pas partir.

Un jour tu seras désolé
un jour quand tu seras libre
ta mémoire te rappellera
que notre amour était censé être
tard la nuit quand tu crieras mon nom
le seul son que tu entendras
c’est le son de ta voix appelant,
m’appelant.

Alors envoie tout balader
envoie tout balader
il n’y a rien que je puisse dire
nous envoyons tout balader
oui nous envoyons tout balader…

(Banks/Collins/Rutherford, main composer Banks)

(Instrumental)

Infos générales

Tony Banks – Claviers, Basse synthé.
Phil Collins – Batteries, Chant, Percussion.
Mike Rutherford – Guitares, Basse.

Ecrit, Enregistré et Mixé à The Farm, Surrey, 85/86
Producteurs : Genesis and Hugh Padgham
Ingénieurs du son : Hugh Padgham et Paul Gomersall

Sorti en Juin 1986

Singles:
Mai 86 – Invisible touch/The last domino
Août 86 – In too deep/Do the neurotic (UK)
Août 86 – Throwing it all away/Do the neurotic (USA)
Novembre 86 – Land of confusion/Fedding the fire
Mars 87 – Tonight tonight tonight/In the glow of the night
Avril 87 – In too deep/I’d rather be you
Juin 87 – Throwing it all away/I’d rather be you