Nursery Cryme

Seb

4/5

Anthony Philipps est parti et Genesis a fini sa valse de batteurs. Le groupe entre dans une période de stabilité avec l’arrivée de Steve Hackett et de Phil Collins. L’album commence par The Musical Box un morceau d’une dizaine de minutes qui enchaîne les périodes calmes et plus agitées et qui voit le premier solo de tapping jamais enregistré. L’album se poursuit avec notamment deux morceaux majestueux et emblématiques du Genesis de l’époque : The Return of the Giant Hogweed et Fountain of Salmacis, ainsi qu’une petite chanson humoristique et peu prisée, certainement a tort : Harold the Barrel. Il ne faut pas oublier de citer la douce beauté de Seven Stones qui est un magnifique condensé de ce que fait Genesis fait à l’époque. A noter, le premier chant solo du tout jeune recruté Phil Collins sur l’adorable For Absent Friends.

Tracklist

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford/Phillips/Barnard)


While Henry Hamilton-Smythe minor (8) was playing croquet with
Cynthia Jane De Blaise-William (9), sweet-smiling Cynthia raised
her mallet high and gracefully removed Henry’s head. Two weeks
later, in Henry’s nursery, she discovered his treasured musical
box. Eagerly she opened it and as « Old King Cole » began to play,
a small spirit- figure appeared. Henry had returned – but not for
long, for as he stood in the room his body began ageing rapidly,
leaving a child’s mind inside. A lifetime’s desires surged through
him. Unfortunately the attempt to persuade Cynthia Jane to fulfill
his romantic desire led his nurse to the nursery to investigate the
noise. Instinctively Nanny hurled the musical box at the bearded
child, destroying both.


Play me Old King Cole
That I may join with you,
All your hearts now seem so far from me
It hardly seems to matter now.

And the nurse will tell you lies
Of a kingdom beyond the skies.
But I am lost within this half-world,
It hardly seems to matter now.

Play me my song.
Here it comes again.
Play me my song.
Here it comes again.

Just a little bit,
Just a little bit more time,
Time left to live out my life.

Play me my song.
Here it comes again.
Play me my song.
Here it comes again.

Old King Cole was a merry old soul,
And a merry old soul was he.
So he called for his pipe,
And he called for his bowl,
And he called for his fiddlers three.

But the clock, tick-tock,
On the mantlepiece –
And I want, and I feel, and I know, and I touch,
Her warmth…

She’s a lady, she’s got time,
Brush back your hair, and let me get to know your face.
She’s a lady, she is mine.
Brush back your hair, and let me get to know your flesh.

I’ve been waiting here for so long
And all this time has passed me by
It doesn’t seem to matter now
You stand there with your fixed expression
Casting doubt on all I have to say.
Why don’t you touch me, touch me,
Why don’t you touch me, touch me,
Touch me now, now, now, now, now…

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)


Sunday at six when they close both the gates
a widowed pair,
still sitting there,
Wonder if they’re late for church
and it’s cold, so they fasten their coats
and cross the grass, they’re always last.

Passing by the padlocked swings,
the roundabout still turning,
ahead they see a small girl
on her way home with a pram.

Inside the archway,
the priest greets them with a courteous nod.
He’s close to God.
Looking back at days of four instead of two.
Years seem so few (four instead of two).
Heads bent in prayer
for friends not there.

Leaving twopence on the plate,
they hurry down the path and through the gate
and wait to board the bus
that ambles down the street.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)


Turn and run!
Nothing can stop them,
Around every river and canal their power is growing.
Stamp them out!
We must destroy them,
They infiltrate each city with their thick dark warning odour.

They are invincible,
They seem immune to all our herbicidal battering.

Long ago in the Russian hills,
A Victorian explorer found the regal Hogweed by a marsh,
He captured it and brought it home.
Botanical creature stirs, seeking revenge.
Royal beast did not forget.
He came home to London,
And made a present of the Hogweed to the Royal Gardens at Kew.

Waste no time!
They are approaching.
Hurry now, we must protect ourselves and find some shelter
Strike by night!
They are defenceless.
They all need the sun to photosensitize their venom.

Still they’re invincible,
Still they’re immune to all our herbicidal battering.

Fashionable country gentlemen had some cultivated wild gardens,
In which they innocently planted the Giant Hogweed throughout the land.
Botanical creature stirs, seeking revenge.
Royal beast did not forget.
Soon they escaped, spreading their seed,
Preparing for an onslaught, threatening the human race.


The Dance Of The Giant Hogweed


Mighty Hogweed is avenged.
Human bodies soon will know our anger.
Kill them with your Hogweed hairs
HERACLEUM MANTEGAZZIANI


Giant Hogweed lives

– ADVANCE –

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

I heard the old man tell his tale:

Tinker, alone within a storm,
And losing hope he clears the leaves beneath a tree,
Seven stones
Lay on the ground.
Within the seventh house a friend was found.
And the changes of no consequence will pick up the reins from nowhere.

Sailors, in peril on the sea,
Amongst the waves a rock looms nearer, and not yet seen.
They see a gull
Flying by.
The Captain turns the boat and he asks not why.
And the changes of no consequence will pick up the reins from nowhere.
Nowhere.

Despair that tires the world brings the old man laughter.
The laughter of the world only grieves him,
believe him,
The old man’s guide is chance.

I heard the old man tell his tale:

Farmer, who knows not when to sow,
Consults the old man clutching money in his hand.
And with a shrug,
The old man smiled,
Took the money, left the farmer wild.
And the changes of no consequence will pick up the reins from nowhere.
Nowhere.

Despair that tires the world brings the old man laughter.
The laughter of the world only grieves him,
believe him,
The old man’s guide is chance.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)


News:

A well-known Bognor restaurant-owner disappeared
early this morning.
Last seen in a mouse-brown overcoat,
suitably camouflaged,
they saw him catch a train.


Man-in-the-street:

« Father of three its disgusting »
« Such a horrible thing to do »
Harold the Barrel cut off his toes and he served them all for tea
« Can’t go far », « He can’t go far ».
« Hasn’t got a leg to stand on »
« He can’t go far ».


Man-on-the-spot:

I’m standing in a doorway on the main square
tension is mounting
There’s a restless crowd of angry people


Man-on-the-council:

« More than we’ve ever seen.
– had to tighten up security »

Over to the scene at the town hall
The Lord Mayor’s ready to speak


Lord Mayor:

« Man of suspicion, you can’t last long, the British Public
is on our side »


British Public:

« Can’t last long », « You can’t last long ».
« Said you couldn’t trust him, his brother was just the same »
« You can’t last long ».


Harold:

If I was many miles from here,
I’d be sailing in an open boat on the sea
Instead I’m on this window ledge,
With the whole world below
Up at the window
Look at the window…


Mr.Plod:
« We can help you »

Plod’s Chorus:
« We can help you »

Mr. Plod:
« We’re all your friends, if you come on down
and talk to us son »


Harold:
You must be joking
Take a running jump

The crowd was getting stronger and our Harold
getting weaker;
Forwards, backwards, swaying side to side
Fearing the very worst
They called his mother to the sight
Upon the ledge beside him
His mother made a last request.


67-yr-old Mrs Barrel:
« Come off the ledge if your father were alive he’d be very,
very, very upset.
« Just can’t jump, you just can’t jump »
« Your shirt’s all dirty, there’s a man here from
the B.B.C. »
« You just can’t jump »


Mr. Plod:
« We can help you »

Plod’s Chorus:
« We can help you »

Mr. Plod:
« We’re all your friends, if you come on down
and talk to us Harry »


Harold:
You must be joking.
Take a running jump……

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)


Came the night a mist dissolved the trees
And in the broken light colours fly, fading by.
Pale and cold as figures fill the glade
Grey is the web they spin, on and on, and on and on.
Through the flame still summer lingers on
Though her pictures soon shatter.

All, always the same.
But there appears in the shades of dawning,
Though your eyes are dim,
All of the pieces in the sky.

There was once a harvest in this land.
Reap from the turquoise sky, harlequin, harlequin,
Dancing round, three children fill the glade,
Theirs was the laughter in the winding stream, and in between.
Close your door, the picture fades again
From the flames in the firelight.

All, always the same,
But there appears in the shades of dawning,
Though your eyes are dim,
All of the pieces in the sky.

All, all is not lost,
And light appears in the shades of dawning
When your eyes can see
Order the pieces, put them back, put them back.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)


Hermaphrodite: a flower containing both male and female organs;
a person or animal of both sexes.

The child Hermaphroditus was the son of Hermes and Aphrodite,
the result of a secret love affair. For this reason he was
entrusted to the nymphs of the isolated Mount Ida, who allowed
him to grow up as a wild creature of the woods. After his
encounter with the water-nymph Salmacis, he laid a curse upon
the water. According to fable, all persons who bathed in the
water became hermaphrodites.


From a dense forest of tall dark pinewood,
Mount Ida rises like an island.
Within a hidden cave, nymphs had kept a child;
Hermaphroditus, son of gods, so afraid of their love.

As the dawn creeps up the sky
The hunter caught sight of a doe.
In desire for conquest,
He found himself within a glade he’d not beheld before.

Hermaphroditus: Narrator:
« Where are you, my father? « Then he could go no farther
Give wisdom to your son » Now lost, the boy was guided by the sun »

And as his strength began to fail
He saw a shimmering lake.
A shadow in the dark green depths
Disturbed the strange tranquility.

Salmacis: Narrator:
« The waters are disturbed « The waters are disturbed
Some creature has been stirred » Naiad queen Salmacis has been stirred »

As he rushed to quench his thirst,
A fountain spring appeared before him
And as his heated breath brushed through the cool mist,
A liquid voice called, « Son of gods, drink from my spring ».

The water tasted strangely sweet.
Behind him the voice called again.
He turned and saw her, in a cloak of mist alone
And as he gazed, her eyes were filled with the darkness of the lake.

Salmacis: Narrator:
« We shall be one « She wanted them as one
We shall be joined as one » Yet he had no desire to be one »

Hermaphroditus: « Away from me cold-blooded woman
Your thirst is not mine »
Salmacis: « Nothing will cause us to part
Hear me, O Gods »

Unearthly calm descended from the sky
And then their flesh and bones were strangely merged
Forever to be joined as one.

The creature crawled into the lake.
A fading voice was heard:
« And I beg, yes I beg that all who touch this spring
May share my fate »

Salmacis: Narrator:
« We are the one « The two are now made one,
We are the one » Demi-god and nymph are now made one »

Both had given everything they had.
A lover’s dream had been fulfilled at last,
Forever still beneath the lake.

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford/Phillips/Barnard)

Joue-moi « Old King Cole »
Que je puisse te rejoindre,
Tous tes cœurs maintenant semblent si loin de moi
Il semble à peine que ça ait de l’importance maintenant.

Et la nounou va te raconter des mensonges
sur un royaume au delà des cieux.
Mais je suis perdu dans cette moitié de monde,
Il semble à peine que ça ait de l’importance maintenant.

Joue-moi ma chanson.
Ici elle vient encore.
Joue-moi ma chanson.
Ici elle vient encore.

Juste un petit bout,
Juste un petit peu plus de temps,
Le temps restant pour vivre ma vie.

Joue-moi ma chanson.
Ici elle vient encore.
Joue-moi ma chanson.
Ici elle vient encore.

« Old King Cole » était une joyeuse vieille âme,
Et une joyeuse vieille âme il était.
Alors il appela pour son tuyau,
Et il appela pour sa boule,
Et il appela pour ses trois joueurs de violons.

Mais l’horloge tic toc,
Sur la pièce de manteau –
Et je veux et je sens, et je connais et je touche,
Sa chaleur…

C’est une dame, elle a le temps,
Coiffe tes cheveux en arrière, et laisse-moi connaître ton visage.
C’est une dame, elle est mienne.
Coiffe tes cheveux en arrière, et laisse-moi connaître ta chair.

J’ai attendu ici depuis si longtemps
Et tout ce temps est passé sans que je m’en rende compte
Il semble que ça n’a plus d’importance maintenant
Tu te tiens là avec ton expression figée
Jetant des doutes sur tout je que j’ai à dire.
Pourquoi est ce que tu ne me touches pas, touche-moi,
Pourquoi est ce que tu ne me touches pas, touche-moi,
Touche-moi maintenant, maintenant, maintenant, maintenant…

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Dimanche, à six heures quand ils ont fermé les deux portes
Une paire de veuves,
Encore assise ici,
Se demandent si elles sont en retard pour l’église
Et il fait froid, alors elles ferment leurs manteaux
Et traversent la pelouse, elles sont toujours en retard.

Passant par la porte à battant cadenassé,
Le carrousel tournant toujours,
Devant elles voient une petite fille
en route vers chez elle avec un landau.

À l’intérieur du couloir voûté,
Le prêtre les accueille avec une inclinaison de la tête courtoise.
Il est pries de Dieu.
Portant un regard sur les jours de quatre au lieu de deux.
Les années semblent si peu (quatre au lieu de deux).
Les têtes se penchent dans la prière
Pour les amis non présents.

Laissant vingt centimes sur l’assiette,
Elle se dépêchent sur le chemin du retour et à travers la porte
Et attendent pour prendre le bus
qui descend tranquillement la rue.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Tourne et cours!
Rien ne peut les stopper,
Autour de chaque rivières et canaux, leur puissance grandit.
Ecrasez-les!
Nous devons les détruire,
Elles pénètrent chaque cités avec leur sombre, épaisse odeur alarmante.

Elles sont invincibles,
Elles semblent immunisées contre tout nos traitements herbicides.

Il y a bien longtemps dans les collines russes,
Un explorateur victorien a trouvé la majestueuse plante gloutonne près d’un marais,
Il l’a capturé et la ramené à la maison.
La créature botanique avance, cherchant la revanche.
Les bêtes royales n’oublient pas.
Il revient chez lui, à Londres,
Et fit présent de la plante gloutonne aux jardins royaux à Kew.

Ne perdons pas de temps!
Elles approchent.
Dépêchons maintenant, nous devons nous protéger et trouver quelque abris
Touchées par la nuit!
Elles sont sans défenses.
Elles ont toutes juste besoin du soleil pour photosynthétiser leur venin.

Encore elles sont invincibles,
Encore elles sont immunisées contre nos traitements herbicides.

Les gentilshommes à la mode du pays avait des jardins sauvages cultivés,
Dans lesquels ils ont innocemment planté la Géante plante gloutonne à travers les terres.
La créature botanique avance, cherchant la revanche.
Les bêtes royales n’oublient pas.
Peu après elles se sont échappées répendant leurs graines,
Se préparant pour l’assaut, terrifiant la race humaine.

La danse de la géante plante gloutonne

La puissante plante gloutonne est vengée.
Les corps humains vont bientôt connaître notre colère.
Tuez-les avec vos poils de plante gloutonne
HERACLEUM MANTEGAZZIANI

La géante plante gloutonne vie

– AVANCE –

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

J’ai entendu le vieil homme raconter son conte:

Un bohémien, seul dans une tempête,
Et perdant espoir d’enlever les feuilles sous un arbre,
Sept pierres
disposées sur le sol.
Avec la septième maison un ami était trouvé.
Et les changements sans conséquences prendront les rênes de nulle part.

Marins, en danger sur la mer,
Parmi les vagues un rocher apparaît indistinctement plus près et pas encore aperçu.
Ils voient une mouette
Volant autour.
Le Capitaine fit tourner le bateau et ne demanda pas pourquoi.
Et les changements sans conséquences prendront les rênes de nulle part.
Nulle part.

Les désespoirs qui fatiguent le monde amènent le rire du vieil homme.
Le rire du monde seul le chagrine,
crois-le,
L’indication du vieil homme est la chance.

J’ai entendu le vieil homme raconter son conte:

Fermier, qui sait quand semer,
Consulte le vieil homme agrippant l’argent dans sa main.
Et avec un haussement d’épaule,
Le vieil homme sourit,
Pris l’argent, laissa le fermier sauvage.
Et les changements sans conséquences prendront les rênes de nulle part.
Nulle part.

Les désespoir qui fatigue le monde amènent le rire du vieil homme.
Le rire du monde seul le chagrine,
crois-le,
L’indication du vieil homme est la chance.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Nouvelles:

Le propriétaire d’un restaurant bien connu de Bognor a disparu
Tôt ce matin.
Vu pour la dernière fois dans un pardessus gris souris,
Camouflage convenable,
Ils l’ont vu prendre un train.

Un homme dans la rue:

« Un père de trois enfants c’est dégoûtant »
« Quelle chose horrible à faire »
Harold le tonneau coupa ses orteils et les servi pour le thé
« Il ne peut pas aller loin », « il ne peut pas aller loin ».
« Il n’a pas de jambe sur laquelle s’appuyer »
« Il ne peut pas aller loin ».

Un homme dans la lumière:

Je me trouve sous la porte dans la place principale
La tension monte
Il y a une foule nerveuse de personnes en colère

Un homme du conseil:

« Plus que nous n’en avons jamais vu.
– Il a fallu que nous renforcions la sécurité »

Au-dessus de la scène à la mairie
Le Maire est prêt à parler

Le maire:

« Homme soupçonné, tu ne peux pas durer longtemps, le public britannique
est de notre côté »

Public Britannique:

« Tu ne peux pas durer longtemps », « tu ne peux pas durer longtemps ».
« Ils ont dit qu’on ne pouvait pas lui faire confiance, son frère était pareil »
« Tu ne peux pas durer longtemps ».

Harold:

Si j’étais à des milliers de kilomètres d’ici,
Je naviguerais sur un bateau dans la mer
À la place de ça je suis sur le bord de la fenêtre,
Avec le monde entier en-dessous
Jusqu’à la fenêtre
Regarde la fenêtre…

Mr Pénible:
« Nous pouvons t’aider »

La chorale de Pénible:
« Nous pouvons t’aider »

Mr Pénible:
« Nous sommes tous tes amis, si tu descends et nous parle fils »

Harold:
Tu plaisantes
Prend l’élan

La foule devenait plus forte et notre Harrold devenait plus faible;
En avant en arrière se balançant d’un coté, de l’autre
Craignant le pire
Ils appelèrent sa mère sur les lieux
Sur le rebords, derrière lui
Sa mère fit la dernière requête.

Madame Tonneau, 67 ans:
« Descend du rebord, si ton père était vivant il serait très, très, très énervé »
« Tu ne peux simplement pas sauter, tu ne peux simplement pas sauter »
« Ta chemise est toute sale et il y a quelqu’un de la BBC. »
« Tu ne peux simplement pas sauter »

Mr Pénible:
« Nous pouvons t’aider »

La chorale de Pénible:
« Nous pouvons t’aider »

Mr Pénible:
« Nous sommes tous tes amis, si tu descends et nous parle Harry »

Harold:
Tu plaisantes
Prend l’élan…

Arlequin


Vint la nuit, une brume dissout les arbres
Et dans la lumière brisée les couleurs volent, s’estompant.
Pâles et froides comme les silhouettes remplissent la clairière
Gris est la couleur qu’ils font tourner encore et encore, et encore et encore.
À travers les flammes l’été s’attarde un peu
Bien que son image s’écroule bientôt.

Tout, toujours pareil.
Mais ici apparaissent dans les formes naissantes,
Bien que tes yeux soient diminués,
Toutes les pièces dans le ciel.

Il y avait autrefois une récolte dans cette terre.
Moissonnant à partir du ciel turquoise, arlequin, arlequin,
Dansant en rond, trois enfants remplissent la clairière,
Les leurs étaient le rire dans le courant venteux, et entre eux.
Ferme ta porte, l’image disparaît encore
Depuis les flammes dans la lumière du feu.

Tout, toujours pareil,
Mais ici apparaissent dans les formes naissantes,
Bien que tes yeux soient diminués,
Toutes les pièces du ciel.

Tout, tout n’est pas perdu,
Et la lumière apparaît dans les formes naissantes
Quand tes yeux peuvent voir
Commande les pièces, range-les, range-les.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

D’une dense forêt de pins sombres et grands,
Le mont Ida émerge comme un île.
Dans une grotte cachée, les nymphes ont gardé un enfant;
Hermaphrodite, fils des dieux, tellement effrayé par leur amour.

Alors que l’aube gagnait sur le ciel
Le chasseur vit une biche.
Dans l’espoir de la conquérir,
Il se trouva dans une clairière qu’il n’avait jamais vu avant.

Hermaphrodite:
« Où es-tu mon père?
Donne de la sagesse à ton fils »

Alors que sa force commençait à tomber
Il vit un lac miroitant.
Une ombre dans les profondeurs vertes sombres
Perturba l’étrange tranquillité.

Salmacis:
« Les eaux ont été dérangées
Quelques créatures ont été émues »

Alors qu’il se dépêchait pour apaiser sa soif,
Une fontaine apparu devant lui
Et alors que son souffle chaud passa à travers la fraîche brume,
Une voix liquide appela, « Fils des dieux, bois de mon eau ».

L’eau était étrangement douce.
Derrière lui la voix appela encore.
Il se retourna et la vit, dans un manteau de brume seule
et alors qu’il la fixait, ses yeux se sont remplis de l’obscurité du lac.

Salmacis:
« Nous devons être un
Nous devons être uni en un »

Hermaphrodite:
« Loin de moi, femme au sang froid
Ta soif n’est pas la mienne »
Salmacis:
« Rien ne nous obligera à nous séparer
Dieux, entendez-moi »

Un calme extra-terrestre descendit du ciel
Et alors leurs chairs et os ont été étrangement mêlés
Pour toujours uni en un.

La créature disparu dans le lac.
Une voix s’atténuant fut entendue:
« Et je supplie, oui je supplie que tout ceux qui toucheront cette fontaine
connaissent mon sort »

Salmacis:
« Nous sommes un
Nous sommes un »

Les deux ont donné tout ce qu’ils avaient.
Un rêve d’amoureux a finalement été réalisé,
Restant pour toujours sous le lac.

Infos générales

Tony Banks – Orgue, Mellotron, Piano, Piano Électrique, Guitare 12 Cordes, Choeurs.
Mike Rutherford – Basse, Pedales Basses, Guitare 12 Cordes, Choeurs.
Peter Gabriel – Chant, Flûte, Tambourin et Grosse caisse.
Steve Hackett – Guitare Électrique, Guitare 12 Cordes
Phil Collins – Batterie, Chant, Percussions.

Enregistré au Trident Studios, Londres, Août 1971
Producteur : John Anthony
Ingénieur du son : David Hentschel
« Tape Jockey » – Mike Stone

Sorti en Novembre 1971

Singles :
Octobre 72 : Happy the man/Seven Stones