Genesis

Seb

De 2007 à 2009 sont sortis des coffrets intégrales plutôt très bien faits avec des bonus très intéressants même si l’on peut toujours faire mieux (bon, ok, on aurait même pu faire beaucoup mieux sur les coffrets Lives de Movies). 

Ci-dessous, vous trouverez la liste des chansons contenues sur les disques bonus. 

Mais comme Genesis est Genesis, il a fallu que cette intégrale n’en soit pas une puisque 5 morceaux de l’époque de Ray Wilson ont été écartés. 

Tracklist "Extra Tracks 1970-1975"

1 : Happy the Man

2 : Twilight Alehouse

3 : Going Out To Get You

4 : Shepherd

5 : Pacidy

6 : Let Us Now Make Love

7 : Provocation

8 : Frustration

9 : Manipulation

10 : Resignation

 

Tracklist "Extra Tracks 1976-1982"

1 : Paperlate

2 : Evidence Of Autumn

3 : Pigeons

4 : You Might Recall

5 : Naminanu

6 : Inside and Out

7 : Vancouver

(Banks/Collins/Rutherford)


Ma would never say what happened
And we knew better than push too hard
We knew we had all the chores to tend to
Like fixing fences and helping her
Washing dishes and making coffee
Me and Virgil’d chop some wood
But we’d stop our swinging
Just to listen to her crying
It didn’t sound too good
I can remember, too well

But we never thought to pay much heed
We learned to live life the best we could
But then one day pa upped and left us
High and dry without a word
Seemed a pity
My ma was pretty
But I soon learned life ain’t that way
And I can remember hearing her weeping
While we were sleeping next to her

I can remember
I’ll never forgive and I’ll never forget
Cos pa you broke her heart
Ooh pa you broke her heart
You broke her heart
Ooh pa you broke her heart

Well the years rolled by
And ‘fore we knew it
Our sister got married and moved out west
I stayed with ma, cos I couldn’t desert her
I knew it would hurt her to be alone
So we pulled tighter
We said we’d try to make things easy
And raise a smile
But as the night came
We’d hear her crying
Praying for pa to come back again

I can remember
I’ll never forgive him and I’ll never forget
Cos pa you broke her heart
Oh pa you broke her heart

And then the winter came
I’d never known it colder
Ooh it seemed the worst for years
And the night she died I swear I saw her smiling
Saying I was a big boy now, no tears

So I packed up all we had, and Virgil got the horses
And we paid our last respects and gave the whip a crack
Ooh, seemed a big bad world, we were riding into
Me and Virgil both agreed, we best head off
And don’t look back

Nothing but desert all around
Oh it made me wonder
Lord it’s hard to carry on
When you’re sick with hunger

Weeks and months of sleeping rough
Keeping clear of danger
Seems we were miles from anywhere
And too far gone to change it
We’d best keep going, don’t look back

Well me and Virgil we beat the desert
Riding fast and riding hard
We hit the city, the past behind us
So we raised some hell, we had some fun
But real soon I met a lady oh so pretty, and oh so fine
‘fore too long I found myself married
With a home of my own and a blue eyed son
And ’til this day I can hear ma saying to me –
« You’re a big boy now »

9 : It’s Yourself

(Banks/Collins/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


There’s the Reds and there’s the Greens
Super slicks and has beens,
They’re accompanied by three men dressed in black,
One’s a whistle, two are flags, and quite often they’re the drags
Kick the ball into the goal, they put it back.

Yes Match of the Day’s
The only way, to spend your Saturday

Each side’s eleven men, with numbers on their backs
But at a distance they all tend to look the same
But some own their boutiques, well they clean up every week
Inciting riots, causing chaos, such a shame!

But Match of the Day’s
The only way
We spend our Saturday

And that’s not all, our mates the keepers
Slippin’ and sliding in the mud
Arms as long as creepers

Send him off Ref’ ***!!++??
Where are your specs Ref’ +++***!!!
Kick you to death Ref’ !!XX**??
Oi! Are you deaf Ref’ X*+X*!!?

There’s a few things before we go
That I think you ought to know
Obstruction, Body Checking, heavy tackles
So put on your hat and scarf
Have a drink, have a larf’
From the terrace you can see your men do battle

Yes Match of the Day’s
The only way
You can spend your Saturday

Don’t forget, the trainers with their sponges
Managers with open cheques, liquid business lunches

Send ‘im off Ref’ ***!!++??
Where are your specs Ref’ !***&&&!!!
Kick you to death Ref’ !!XX**??
Oi! Are you deaf Ref’ X&+X&+!!?

…Phfff! Good game ‘ey, Ron?…
…D’you see that goal in the Second Half? oh!…
…Bit of a dirty tackle that, mate!…
…I reckon I should’ve had a bet on it myself!…
…We paid 400, 000 pound for him, you realise that?…
…Oh – look out, here comes a bottle …
…Yes, fancy a pint then? My round…

11 : Open Door

12 : The Day the Light Went Out

13 Submarine

 

Tracklist "Extra Tracks 1993-1998"

1 : On the Shoreline

2 : Hearts On Fire

3 : Do the Neurotic

4 : Feeding the Fire

5 : I’d Rather Be You

(Banks/Rutherford)

Released as B-side of « Not About Us » single, 1998


And whether you want it
Or whether you hate it
And try to battle it out
Someday you may just come to discover
It was all for the best
The change has come, maybe a second chance
Anything now could be there for you
But whether you want it
Or whether you hate it
Nothing will ever be quite the same again

Everything is in it’s place
I know my limitations
I don’t want to change a thing
I know that I can live with them
Why should I care?

But then sometimes right out of the blue
News on the radio
Words on the telephone
Suddenly change everything
Nothing’s quite what it seems

And whether you want it
Or whether you hate it
And try to battle it out
Someday you may just come to discover
It was all for the best
The change has come, maybe a second chance
Anything now could be there for you
But whether you want it
Or whether you hate it
Nothing will ever be quite the same again

I got my lines, I got a part to play
I don’t want to be surprised
I like to plan from day to day
Why should I care?

But then sometimes right out of the blue
News on the radio
Words on the telephone
Suddenly change everything
Nothing’s quite what it seems

And whether you want it
Or whether you hate it
And try to battle it out
Someday you may just come to discover
It was all for the best
The change has come, maybe a second chance
Anything now could be there for you
But whether you want it
Or whether you hate it
Nothing will ever be quite the same again

——–

And whether you want it
Or whether you hate it
And try to battle it out
Someday you may just come to discover
It was all for the best
The change has come, maybe a second chance
Anything now could be there for you
But whether you want it
Or whether you hate it
Nothing will ever be quite the same again

Whether you want it
Or whether you hate it
Nothing will ever be quite the same again

Anything now…

(Banks/Rutherford)
Released as B-side of « Not About Us » single, 1998


Well I heard you sold them America
You said it was built to last
Price is right, the time is now
You said it was going fast

Well I’ve got my beliefs
And I don’t agree with a single word you say
A convincing smile, a twist of truth
You seem to get your way

And they believed you
With every word you said
It always sounded so convincing
As you signed their life away
So tell me what you’re thinking
When you lie in your bed
The suffering you’ve caused
Surely it must go around your head

Well they call you Mr Cover
A predator at heart
A man who’s reputation
Was dangerous from the start
You lie and you steal, cheat and you rob
Sold anything you could
You never had a second thought for people that you hurt

And they believed you
With every word you said
It always sounded so convincing
As you signed their life away
So tell me what you’re thinking
When you lie in your bed
The suffering you’ve caused
Surely it must go around your head

It’s been so many years
Well you’ve hurt so many people
As you’ve singed their lives away
Do you ever spare a moment’s thought about the price they have to pay?

And they believed you
With every word you said
It always sounded so convincing
As you signed their life away
So tell me what you’re thinking
When you lie in your bed
The suffering you’ve caused
Surely it must go around your head…

(Banks/Rutherford)
Released as B-side of « Not About Us » single, 1998

Ooh hear me, ooh hear me
Time to tell the truth, no more lying
By the light of a candle
Through the base of a wineglass
You could almost take me for the real thing

But I know in my heart of hearts
I could never live up to what you want me to be
In the heat of temptation in a moment of crisis
I could never, never, never be what you need

Hard as I might try
I’ve run of luck
I’ve almost run out of time

Ooh forgive me, ooh forgive me
I don’t mean to share all my fears
Like the man in the middle
Says he just passes on decision
I could always find someone to put the blame on

But I know in my heart of hearts
There is nobody else it was me from the start
As God is my witness, no matter the score
I could never, I could never not do it again

Hard as I might try
I’ve run of luck, I’ve run out of time
I’ve almost run out of tears

——–

I’ve run of luck, I’ve run out of time
I’ve almost run out of tears

——–

Ooh believe me, ooh believe me
I don’t mean to hurt you, no more crying
A wolf needs no reason to hunt and kill it’s prey
He could no more change than give up breathing

So I know in my heart of hearts
I will always be the way that I am
In the joy of a moment, in the blackest despair
I will never, never, never let anyone in

Hard as I might try
I’ve run of luck, I’ve run out of time….

B-Sides et inédit de Calling All Stations

(Banks/Rutherford)
Released as B-side of « Congo » single, 1997.


Oh Papa he said you must turn the lights down low
Oh Papa he said that way no one will ever know
And Papa he said what kind of trouble are you in?

Well Papa he said you must go down on your knees
Oh Papa he said you must do what it takes to please
Papa he said if you’ve done everything I’ve told you to
and I’ve never had the feeling in the past
and I never felt I needed to impress
I should know

Well Papa he said you must walk up the hill
Oh Papa he said if you don’t someone else will
Papa he said if you’ve done everything I’ve told you to
and I’ve never had the feeling in the past
and I’ve never felt I needed to impress

Well Papa he said you must turn the lights down low
Oh Papa he said that way no one will ever know
Papa he said if you follow him wherever he may go, don’t say no

Oh Papa he said you must walk up the hill
Papa he said if you don’t no one else will
No one else will
Turn the lights down low
No one will know
Turn the lights down low
The lights down low…

(Banks/Rutherford/Wilson)
Released as B-side of « Congo » single, 1997.


Gimme a song I know, something I can relate to
People never criticise the way I play
Show me the way to go, I need to make a breakthrough
I don’t think that I can wait another day

It’s putting years on me, I’m a young man going grey
I don’t believe that I can wait another day

This simple melody is all I have
I make my living that way
I make good friends that way
Ooh, I really can make no sense of it, as hard as I try
Is it something I do wrong please won’t you tell me why
People all seem to like it and no one knows about it more than I

I met a man today who walked in my direction
Stopped took off his hat and lit a cigarette
He listened carefully to what I had been playing
He threw a coin into my hat and walked away

Always play just what they want me to
Everybody wants the same song
If only I could do it in my own way
I feel such emotion, emotion, ooh, emotion, emotion, ooh

Say gimme a song I know, something I can relate to
And no one wants to criticise the way I play
I should just say no and play them what I want to
Cos I don’t think that I can wait another day

It’s putting years on me, I’m a young man going grey
I don’t believe that I can wait another day

This simple melody is all I have
I make my living that way
I make good friends that way
They feel my emotion, emotion, ooh, ooh
Emotion, emotion, ooh

(Banks/Rutherford)
(instrumental)

(Banks/Rutherford)
(instrumental)

(Banks/Rutherford)
Unreleased song from the « Calling All Stations » sessions.

Would it be asking too much of you
To let me stay tonight
Until I find my way back home again
Life’s been so simple lately
I don’t want to go away
There is precious little left for me to say

I’ve got nowhere else to turn
Will you help me tonight
There’s no-one to stand in our way
I just want to feel needed
Won’t you give me a chance
I know that you want me to stay

And there’s no need to be disguising all your feelings
Cos I can’t leave you alone
I’ve got nowhere else to turn

Would it be taking a liberty
In loving you tonight
I just want to hold you close again
I get so lonely sometimes
Then I think of you
There is precious little else that I can do

I’ve got nowhere else to turn
Will you help me tonight
There’s no-one to stand in our way
I just want to feel needed
Won’t you give me a chance
I know that you want me to stay

I’ve got nowhere else to turn
Will you help me tonight
There’s no-one to stand in our way
I just want to feel needed
Won’t you give me a chance
I know that you want me to stay

And there’s no need to be disguising all your feelings
Cos I can’t leave you alone
I’ve got nowhere else to turn

Would it be taking a liberty
In loving you tonight
I just want to hold you close again
I get so lonely sometimes
Then I think of you
There is precious little else that I can do

I’ve got nowhere else to turn
Will you help me tonight
There’s no-one to stand in our way
I just want to feel needed
Won’t you give me a chance
I know that you want me to stay

I’ve got nowhere else to turn
Will you help me tonight
There’s no-one to stand in our way
I just want to feel needed
Won’t you give me a chance
I know that you want me to stay

And there’s no need to be disguising all your feelings
Cos I can’t leave you alone
I’ve got nowhere else to turn
Will you help me tonight
There’s no-one to stand in our way
I just want to feel needed
Won’t you give me a chance
I know that you want me to stay….

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford)

Maman a toujours refusé de dire ce qui s’était passé
Et nous savions qu’il vallait mieux ne pas trop insister
Nous savions que nous avions toutes les corvées à faire
Comme réparer les clôtures et l’aider
À laver la vaisselle et à faire le café
Moi et Virgil, on coupait du bois
Mais nous arrétions notre rythme
Rien que pour l’entendre pleurer
Ce n’était pas très bon à entendre
Je m’en souviens trop bien

Mais nous n’avions jamais songé à prêter beaucoup d’attention
Nous avons appris à vivre la vie du mieux que nous pouvions
Mais un jour papa est parti comme ça
Nous a laissé en plan sans un mot
Ca semblait dommage
Ma maman était jolie
Mais j’ai vite appris que la vie c’tait pas comme ça
Et je me souviens de l’avoir entendue pleurer
Pendant que nous dormions près d’elle

Je me souviens
Je ne pardonnerai et je n’oublierai jamais
Car papa tu lui as brisée le coeur
Ooh papa tu lui as brisée le coeur
Tu lui as brisée le coeur
Ooh papa tu lui as brisée le coeur

Eh bien les années passèrent
Et avant qu’nous le sachions
Notre soeur s’était mariée et installée dans l’ouest
Je suis resté avec maman, car je ne pouvais pas l’abandonner
Je savais que ça lui ferait du mal de rester seule
Alors nous nous sommes encore plus serrés les coudes
Nous nous sommes dits que nous essaierions de rendre les choses faciles
Et de nous redonner le sourire
Mais tandis que la nuit tombait
Nous l’entendions pleurer
Priant pour que papa revienne

Je me souviens
Je ne pardonnerai et je n’oublierai jamais
Car papa tu lui as brisée le coeur
Oh papa tu lui as brisée le coeur

Et puis l’hiver est arrivé
Je n’en avais jamais connu d’aussi froid
Ooh il semblait être le pire depuis des années
Et la nuit où elle est morte, je jure de l’avoir vue sourire
En disant que j’étais un grand garçon maintenant, aucune larme

Alors j’ai emballé tout ce que nous avions, et Virgil est allé cherché les chevaux
Nous lui avons rendue un dernier hommage et avons fait claquer le fouet
Ooh, on aurait dit un grand monde mauvais, là où on allait
Moi et Virgil, nous étions tous les deux d’accord, on ferait mieux de partir
Et ne pas regarder en arrière

Rien que le désert tout autour
Oh ça ma fait réfléchir
Seigneur, c’est dur de continuer
Quand on est mort de faim

Des semaines et des mois à dormir à la dure
En évitant les dangers
Il me semble que nous étions à des kilomètres de nulle part
Et nous étions trop loin pour changer ça
Nous ferions mieux de continuer, sans regarder en arrière

Hé bien moi et Virgil, nous avons vaincu le désert
Chevauchant vite et difficilement
Nous avons rencontré la ville, le passé derrière nous
Alors nous avons fait un peu de boucan, nous avons rigolé un peu
Mais rapidement, j’ai rencontré une dame si jolie, et si bien
Rapidement, j’me suis retrouvé marié
Avec une maison à moi et un fils aux yeux bleus
Et depuis ce jour j’entends maman me dire –
« Tu es un grand garçon maintenant »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


Il y a les Rouges et les Verts
Les supers rusés et les ringards,
Ils sont accompagnés de trois hommes habillés de noir,
Un est sifflet, deux sont drapeaux, et assez souvent ce sont les raseurs
Frappez la balle dans les buts, ils la remettent à sa place.

Oui le match du jour, c’est
La seule façon de faire passer le samedi

De chaque côté, onze hommes, avec des numéro dans le dos
Mais de loin, ils ont tendance à tous de ressembler
Mais certains sont propriétaires de leur propre boutique, eh bien ils nettoient chaque semaine
Poussant aux émeutes, causant le chaos, quelle honte!

Mais le match du jour, c’est
Le seul moyen que nous avons
Pour passer notre samedi

Et ce n’est pas tout, nos camarades les gardiens
Glissant encore et encore dans la boue
Des bras long comme des plantes rampantes

Vire-le l’arbitre ***!!++??
Où sont tes lunettes l’arbitre +++***!!!
À mort l’arbitre !!XX**??
Hé! T’es sourd l’arbitre X*+X*!!?

Il y a certaines choses avant de partir
Que, je pense, vous devriez connaîtrer
Les obstructions, les body-checks, les mauvais tacles
Alors mets ton chapeau et ton écharpe
Bois un coup, rigole
De la terrasse tu peux voir tes joueurs se battre

Oui le match du jour, c’est
La seule façon qu’on a
De passer son samedi

N’oublie pas, les entraîneurs avec leurs éponges
Les responsables avec des chèques non barrés, les déjeuners d’affaires arrosés

Vire-le l’arbitre ***!!++??
Où sont tes lunettes l’arbitre +++***!!!
À mort l’arbitre !!XX**??
Hé! T’es sourd l’arbitre X*+X*!!? !?

…Phfff! Bon jeu hein, Ron?…
…T’as-vu c’but pendant la seconde mi-temps? oh!…
…Un p’tit mauvais tacle ça, camarade!…
…Je pense que j’aurais dû parier là-dessus moi-même!…
…On a payé 400.000 livres pour lui, tu te rends compte?…
…Oh – fais gaffe, voici une bouteille…
…Oui, une pinte ensuite? C’est ma tournée…

Seb

1/5

Catastrophe. Rien ne va. Depuis la couverture absolument affreuse, jusqu’à l’idée. Compilation maladroite sortie à l’occasion d’une pseudo réunion (première interview à 5 dans la même pièce depuis le départ de Peter Gabriel) et de la sortie du documentaire de la BBC « Together and Apart », elle est inutile. La « nouveauté » est l’intégration pour la première fois de morceaux des carrières solos des membres du groupe. Enfin, pas Ant et pas Ray, faut pas déconner non plus… Bref passez votre chemin et choisissez plutôt The Platinum Collection pour découvrir le groupe.

Tracklist

Infos générales

Compilation

Sortie le 22 septembre 2014

1 : The Knife

2 : The Musical Box

3 : Supper’s Ready

4 : The Cinema Show

5 : I Know What I Like (In Your Wardrobe)

6 : The Lamb Lies Down On Broadway

7 : Back In N.Y.C

8 : Carpet Crawlers

9 : Ace Of Wands – Steve Hackett

10 : Ripples

11 : Afterglow

12 : Solsbury Hill – Peter Gabriel

13 : Follow You Follow Me

14 : For A While – Tony Banks

15 : Every Day – Steve Hackett

16 : Biko – Peter Gabriel

17 : Turn It On Again

18 : In The Air Tonight – Phil Collins

19 : Abacab

20 : Mama

21 : That’s All

22 : Easy Lover – Phil Collins

23 : Silent Running (On Dangerous Ground) – Mike + The Mechanics*

24 : Invisible Touch

25 : Land Of Confusion

26 : Tonight Tonight Tonight

27 : The Living Years – Mike + The Mechanics*

28 : Red Day On Blue Street – Tony Banks

29 : I Can’t Dance

30 : No Son Of Mine

31 : Hold On My Heart

32 : Over My Shoulder – Mike + The Mechanics*

33 : Calling All Stations

34 : Signal To Noise – Peter Gabriel

35 : Wake Up Call – Phil Collins

36 : Nomads – Steve Hackett

37 : Siren – Tony Banks

Seb

En 2009 est sorti le coffret Live rassemblant les albums Live du groupe. Avec quelques particularités. 

L’album Live de 1973 s’est vu augmenté de titres isolés de la tournées The Lamb Lies Down On Broadway.

The Way We Walk a été remis dans l’ordre chronologique du concert (avec quelques différences, les morceaux ne sont pas exactement les mêmes). Les trois morceaux qui n’avaient pas été enregistrés lors de la tournée We Can’t Dance ont été placés après Turn It On Again, sans même prendre la peine de faire un fade out des cris du public, pouvant laisser penser qu’il s’agit du même concert… 

Un album live bonus enregistré en 1973 a été rajouté.

Extra tracks - Live at the Rainbow 1973

1 : Dancing with the Moonlit Knight

2 : The Cinema Show

3 : I Know What I Like (In Your Wardrobe)

4 : Firth of Fifth

5 : More Fool Me

6 : The Battle of Epping Forest

7 : Supper’s Ready

Remarque : Watcher Of The Skies et The Musical Box sont présents sur le DVD 5.1 compagnon du CD. Les morceaux stéréo ont été offerts en téléchargement à l’époque par le groupe. 


Nouvelle Tracklist de "Live"

1 : Watcher Of The Skies

2 : Get’Em Out By Friday

3 : The Return Of The Giant Hogweed

4 : The Musical Box

5 : The Knife

6 : Back In NYC

7 : Fly On A WindShield

8 : Broadway Melody Of 74

9 : Anyway

10 : The Chamber Of 32 Doors

 

Nouvelle Tracklist de "The Way We Walk"

1 : Land of Confusion 

2 : No Son of Mine 

3 : Driving the Last Spike 

4 : Old Medley

5 : Throwing It All Away 

6 : Fading Lights 

7 : Jesus He Knows Me

8 : Home by the Sea

9 : Hold on My Heart 

10 : Domino

11 : The Drum Thing

12 : I Can’t Dance 

13 : Tonight, Tonight, Tonight 

14 : Invisible Touch 

15 : Turn It on Again 

16 : Mama 

17 : That’s All 

18 : In Too Deep 

Seb

5/5

Genesis a toujours eu un rapport étrange avec ses albums live. La règle a toujours été de sortir des collections de chansons ET surtout surtout surtout de ne pas faire de redite. Une exception : Afterglow qui se trouvait « embarqué » dans Three Sides Live à la suite de In The Cage alors qu’elle était déjà sur Seconds Out. Sinon vous pouvez chercher, il n’y a jamais eu qu’une et une seule version officielle par chanteur (medley mis à part, puisque ce ne sont pas les chansons entière). C’est pour cela qu’il n’y avait pas Turn It On Again sur The Way We Walk. C’est pour cela qu’il n’y avait pas eu ni Carpet Crawlers, ni Firth Of Fifth, ni Los Endos sur Three Sides Live. C’est pour cela qu’il n’y avait pas eu Watcher of the skies sur Archive 1967-1974, pas plus que The Musical Box.

Cet album live est donc une double nouveauté et une double entorse dans la discographie du groupe puisque c’est la première fois que Genesis se répète sur un album live, mais aussi parce que c’est la première fois qu’ils nous offrent un concert entier, dans l’ordre et dans l’intégralité de ce qui a été joué. Rien que ce point est déjà remarquable. Mais ce n’est pas son seul atout. Le disque est constitué des « meilleures » versions des chansons jouées lors de la tournée Européenne 2007, comme l’indique le nom de l’album. À l’écoute, on a simplement l’impression d’entendre un concert fluide. Mais ça reste du live et ces versions là ne sont pas aussi parfaite que ce qu’elles avaient pu l’être dans le passé. Et c’est très bien que quelques imperfections « live » aient passé le contrôle qualité habituellement extrêmement élevé du groupe. Personnellement, le problème le plus embêtant réside dans la fin de Invisible Touch lorsque les feux-d’artifices prennent le relais de la grosse caisse. Sauf qu’on ne les entends pas et qu’on a subitement un grand « creux » dans les graves.

Certains trouvent le disque mou. Pestent contre les tempos ralentis et les changement de tonalité. C’est uniquement par souci d’intégrité que je le signale parce qu’en ce qui me concerne, le plaisir est immense et je trouve que le talent est intact. Les changements de tonalité ne me gênent pas, les ralentissement non plus, parce qu’ils sont servis par un son sans faille qui apporte le complément nécessaire pour rendre la puissance, l’ampleur, la dimension des morceaux. Certains trouvent ainsi une lourdeur et une noirceur nouvelle… Au final, je considère beaucoup de ces versions comme supérieures aux précédentes. Carpet Crawlers en tête.

Tracklist

Infos générales

Tony Banks – Claviers & Choeurs
Phil Collins – Chant et Batterie
Mike Rutherford – Guitare, Basse et Choeurs
Daryl Stuermer – Guitare, Basse & Choeurs
Chester Thompson – Batterie

Sorti le 26 novembre 2007


1 : Dukes Intro (live – Behind The Lines / Duke’s End)

2 : Turn It On Again (live)

3 : No Son Of Mine (live)

4 : Land Of Confusion (live)

5 : In The Cage (live + Cinema Show / Duke’s Travel)

6 : Afterglow (live)

7 : Hold On My Heart (live)

8 : Home By The Sea (live)

9 : Follow You Follow Me (live)

10 : Firth Of Fifth (live)

11 : I Know What I Like (In Your Wardrobe) (live)

12 : Mama (live)

13 : Ripples (live)

14 : Throwing It All Away (live)

15 : Domino (live)

16 : Conversation with 2 stools (live)

17 : Los Endos (live)

18 : Tonight Tonight Tonight (live)

19 : Invisible Touch (live)

20 : I Can’t Dance (live)

21 : The Carpet Crawlers (live)

Seb

4/5

Bon, je mets quatre étoiles parce que c’est Genesis, mais bon, je vous préviens je vais être sévère avec ce disque, parce que je suis fan et que je m’en donne le droit ! Évidemment il y a les excellentes faces b, évidemment il y a les versions live inédites, évidemment il y a un excellent work in progress de Mama, et ça, seul suffit à faire les quatre étoiles, mais franchement, où sont passées les versions live de Eleventh Earl of Mar, Tonight Tonight Tonight version longue, Keep it Dark, pourtant enchainé en concert avec It’s Gonna Get Better, présent sur le disque, ou encore In that Quiet Earth ? Que signifie cet horrible fade out à la fin de Man on the corner ? N’aurait il pas été mieux de mettre Who Dunnit? qui suivait ce morceau normalement ? Où sont passés Me and Virgil et Match of the Day, toutes deux faces b ? Était ce bien nécessaire de les sacrifier au nom des remix de Invisible touch, Tonight Tonight Tonight et Land of confusion, très dispensables ? Bref, bien qu’excellent, cet objet, destiné aux fans, laisse un goût amer d’inachevé et de peu mieux faire… Enfin, quand on est fan on peut bien faire son chieur chiant et exigeant non ?

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « I Can’t Dance » single, 1991.


Well there’s a place where two worlds collide
The pile of stone against the pull of the tide
You can stay with your feet on the ground
Or step into the water, leave the dry behind

On the shoreline
Meet me on the shoreline
Where you can only swim if you try

Well, if there’s somewhere on the other side
It might be better, it might be as bad
Someday soon you’ll have to make a move
Cos you can’t stay forever, ah just waiting

On the shoreline (on the shoreline)
Meet me on the shoreline (on the shoreline)

Take me over, lead me through

Well can you take me there, to the other side
Where everything is new, uncertain and strange
Don’t ever let me go till we’re there
I don’t know what it is I’m looking for
And until it’s found I won’t be sure…

Well, there are squares in the game of life
When you can keep on moving or turn aside
Yes, there are times when you have to decide
To put your feet in the water, or stay

On the shoreline (on the shoreline)
Meet me on the shoreline (on the shoreline)
Where you can only swim if you try
I’ll be there – oh
On the shoreline (on the shoreline)
I’ll be there on the shoreline (on the shoreline)
Where you can only swim if you try
I’ll be there
I’ll be there – oh
Yes, I’ll be there
I’ll be there…

(Banks/Collins/Rutherford)

1991. Released as B-side of « Jesus He Knows Me » single, 1992.


In life there are those decisions
Which direction you should take
It’s only later that you realize
All those simple mistakes you make
I don’t like being alone
Don’t wanna be by myself
But since you’ve gone that’s all I can think oF
I can’t think of nothing else

Oh, I said I’m sorry, soon I give it up
You know I’m sorry, soon I give it up
You know I’m sorry, soon I give it up
Cos my heart’s on fire
My heart’s on fire

Woh can you take me there
Oh, come back and take me there
Cos I need to be with you
Be there with you

Yes there is no denying
Our love is not untrue
I know I’ve lied so many times before
But deep down there’s only you
I need you here by my side
Together our love could grow
But first you have to believe that I want you
More than you’ll ever know

Woh, I said I’m sorry and I give it up (give it up)
You know I’m sorry, soon I give it up (give it up)
You know I’m sorry, soon I give it up (give it up)
Cos my heart’s on fire
My heart’s on fire

Woh can you take me there
Oh, come back and take me there
Cos I need to be with you
Be there with you

(give it up, give it up, give it up…)

With it we take our chances
What will be will be
But I don’t care what the people may think
Just as long as you’re here with me
Don’t like being alone
Don’t wanna be by myself
And since you’ve gone, well that’s all I can think of
I can’t think of nothing else

Woh, I said I’m sorry and I give it up (give it up)
You know I’m sorry soon I give it up (give it up)
You know I’m sorry soon I give it up
Cos my heart’s on fire
My heart’s on fire

Woh can you take me there
Oh, come back and take me there
Cos I need to be with you
Be there with you
You, be there with you

Hearts on fire
Hearts on fire
Hearts on fire
My heart’s on fire
Hearts on fire, hearts on fire…

(Banks/Collins/Rutherford)


What was it you said to me
Back in the days when things looked fine
’bout how we would be together
Until we left the earth behind
Oh, it’s funny how things can change
Cos there was a time I thought I’d be the one
Who’d leave and start again
But now I’d stay forever

Ooh my hopes are as the leaves upon the water
Just sunk in the night
And though I know you couldn’t care, you oughtta
Ah, the end of a life
Or maybe when you’re older, and you’re thinking back
You might recall
Now did I act carefully, did I do right?
Or were we meant to be, all of our lives
In love and harmony, all of our lives?

So now, take my hand
Come, hold me closely
As near as you can
Believing all that we could be
And all that we have been
And all that we are

Everyday seems summertime
The river flow with wine
Ooh when you were here with me
I wish we’d stayed that way forever

Oh my hopes are as the leaves upon the water
Just sunk in the night
And though I know you couldn’t care, you oughtta
Ah, the end of a life
Or maybe when you’re older, and you’re thinking back
Well you might recall
Now did I act carefully, did I do right?
Or were we meant to be, all of our lives
In love and harmony, all of our lives?

So now, take my hand
Come, hold me closely
As near as you can
Believing all that we could be
And all that we have been
And all that we are

Oh my hopes were as the leaves upon the water
Ah, sunk in the night
And though I know you couldn’t care, you oughtta
Oh, the end of a life
And maybe when you’re older, and you’re thinking back
Oh, you might recall
Now did I act carefully, did I do right?
Or were we meant to be, all of our lives
In love and harmony, all of our lives?

So now, take my hand
Come, hold me closely
As near as you can
Believing all that we could be
And all that we have been
And all that we are

(Banks/Collins/Rutherford)


Paperlate paperlate
Paperlate paperlate

Paperlate, oh I’m sorry but there is no one on the line
Paperlate, oh I’m sorry but rest easy no news is good news

Ooh it’s too easy to live like clockwork
Tick tock watching the world go by
Any change would take too long
So dry your eyes
Ooh it’s too easy to live in a cold sweat
Just sitting dripping in pools below
You can wipe your face
Kill the pain
But the fever won’t go, no no

Paperlate
Pull it together now
Put your feet back on the ground
Paperlate
Ooh don’t worry now
You’re not alone
Look around you
Paperlate
Ooh I’m sorry but there’s no one on the line
Paperlate
Ooh I’m sorry but rest easy no news is good news

Ooh it’s too easy to compute your future
Taking no risks and playing too safe
Any change would take too long
So dry your eyes
Ooh it’s too easy to talk about rocking the boat
Making changes and changing track
But you’d better not lock that door
Cos you’ll be coming back

Ah you’re breathing faster
Silence the only sound
There’s no need to be nice on the way up
Cos you’re not coming down

Paperlate paperlate
Paperlate paperlate
Paperlate paperlate
Paperlate paperlate

Paperlate
Ooh I’m sorry but there’s no one on the line
Paperlate
Oh I’m sorry but rest easy no news is good news…

(Banks)


The girl from all those songs
Who made everything feel right
She came in like an angel, into your lonely life
And filling your world with light
Oh, and everybody told you « you’re oh so lucky »

Curtains part revealing a country scene
Clothed in green and brown
Evidence of autumn
And recent rain
On a winding lane, a byway
Walking on that road is a certain girl
In all the world the one
Guaranteed to move you and turn your head
When all’s been said and done

The girl from all those songs
Who made everything feel right
She came in like an angel, into your lonely life
And filling your world with light
Oh, and everybody told you « you’re oh so lucky »

The night is clear but cool
Ooh maybe dawn is breaking as you turn to find her gone
Then you see the note
Ooh you cannot believe it
And you think you’ll go insane…

But that was many years ago
And though the pain is dim
A something still remains
Though you hardly can recall
Her face or form
Her memory lingers on
Ooh she made everything feel right
She came in like an angel (in like an angel),
Into your lonely life (into your life)
And filling your world with light
Oh and everybody told you « you’re oh so lucky »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released as B-side of « In Too Deep » single and « Land Of Confusion » CD single, 1986.

(Instrumental)

(Banks/Collins/Rutherford)

1986. Released as B-side of single « Throwing It All Away », 1987.


Ooh yeah
You know I never wanted to be closer
And I’ll still be here until it’s over
No, no I never wanted to be closer
But you’ll be back, I could’ve told you

Well I always knew
Yes I could see it coming
Your ambitious streak
You always want things beyond your reach
Well now you’ve got what you wanted
And you’re free to be the things
You always said you’d be
You’re up there looking down
Tell me what do you see – oh

Cos you know
You know I never wanted to be closer
And I’ll still be here until it’s over
No, no I never wanted to be closer
Yeah, but you’ll be back, I could’ve told you

Well it seems to me
That you’ve got to fight for yourself
In this world we live in
It’s dog-eat-dog and never give in
Why worry when you’re holding the aces
Don’t throw it away cos you know
I’d rather be you than me
Up there looking down
Tell me what do you see – oh

hey hey yeah

Ooh yeah
You know I never wanted to be closer (never wanted)
And I’ll still be here ’til it’s over
No, no I never wanted to be closer (never wanted)
Ooh but you’ll be back, I could’ve told you

It’s been a long time coming
But at last we seem to be moving on, straight ahead
We’re finally getting something done
Time flies and ‘fore you know it
You’ll be getting closer to where
You always knew you’d be
Up there looking down
Tell me what do you see – oh

Cos you know
No, no I never wanted to be closer (never wanted)
I’ll still be here until it’s over
No, you know I never wanted to be closer (never wanted)
Yeah but you’ll be back, I could’ve told you

hey hey yeah…

(Banks/Collins/Rutherford)
(instrumental)

(Banks/Collins/Hackett/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


INSIDE

Brother Seems they’re letting him out next year
He’s behaving himself, I hear
Governor Conway says it will be fine
Just as long as he can tow the line

It’s the same old story
But it says here « Mum you’re not to worry »
‘Cos some you lose and some you lose

At this party, he was on his own
All he did was say he’d take her home
But it seems they didn’t go straight there
‘cos on the porch, she told him,
« put your hand here »

Yes it’s that same old story
They told her mum she’s not to worry

Police « If what she says is so,
we’ll never let him go! »

Him « Never a word could be heard
Not even the sound of a bird
Singing it over again, telling a different story
Never the same as before
See the summer going out by the door »
Brother And now that you’ve paid for those lies
Get another disguise

« It’s twenty years now since our Kid came free
Oh I remember August ’53
But it wasn’t quite like they said
With that behind you, you can’t plan ahead
Yes it’s the same old story
They say you’re free, but don’t worry
What they said’s not so
They’ll never let you go! »

Him « Never a word could be heard
Not even the sound of a bird
Singing it over again, telling a different story
Never the same as before
See the summer going out by the door »
Brother And now that you’ve paid for those lies
Get another disguise

OUT

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « Land Of Confusion » single, 1986.


You are terrified by the smallest sound
Because you live your life in such a sheltered world
As do those who surround you
Well I have seen you stung by poisonous flies
And you suffer much too much from their bites
There you sit in your comfort watching other people get caught by the
storm

Many a thing that used to be a secret
Has become so talked about
Not worth a second thought
There’s different kinds of secrets now
Times change, it’s not enough to say
It seemed a good idea a hundred years ago
You think it’s not your problem
It really doesn’t matter at all

Every stone that’s thrown must fall to the ground
But you don’t give a thought to where they might come down
You are feeding the fire over which you’ll be roasted

Anywhere that they don’t speak the same
In any place that they don’t think the same
You think it’s not your problem
No no

You think it’s not your problem
It really doesn’t matter at all
Oh…

Maybe it’s not your fate to be a leader of men
But you just leave it all to someone else and complain
You could be so much stronger, but it really doesn’t matter any longer
Cos you’re feeding the fire over which you’ll be roasted
Cos you’re feeding the fire over which you’ll be roasted

11 : I Can’t Dance (12″)

(Banks/Collins/Rutherford)

(instrumental)

13 : Illegal Alien (live)

14 : Dreaming While You Sleep (live)

15 : It’s Gonna Get Better (live)

16 : Deep In The Motherlode (live)

17 : Ripples (live)

18 : The Brazilian (live)

19 : Your Own Special Way (live)

20 : Burning Rope (live)

21 : Entangled (live)

22 : Duke’s Travels (live)

23 : Invisible Touch (12″)

24 : Land Of Confusion (12″)

25 : Tonight Tonight Tonight (12″)

26 : No Reply At All (live)

27 : Man On The Corner (live)

28 : The Lady Lies (live)

(Rutherford)


I see your smiling face, by the open door
There’s the morning light
Shining in your hair, and in your eyes

And just a little way behind that smile of yours
I see another one, oh so far away
If only for one second, I could hold you close to me
When the Master calls for me again
There’s nothing I can say, or I can do

Goodbye, my love
Time has come to say farewell
I hear the call again
Goodbye to the world
I’ve sheltered for so long
Oh there’s so much my love, that I can never say

And in a little while, in a little while
There’s nothing left to see

As the years go by and I have not returned
And the night has come, falling all around
Ooh if you count the stars you’ll know
How many have gone out
And when the Master calls for me again
There’s nothing that I can say
Or I can do

Stand in the sun
Shut your eyes and feel the world
It’s changing every day
Goodbye my love
Each day will seem so long
Ooh there’s so much I feel, that I can never say

I can’t see you
I can’t feel you anymore
I’ve just a memory of that open door

(Banks)

Released as B-side of « Many Too Many » single, 1978.


When they went to bed that night no-one would have believed
That in the morning light would not be there
The dark hung heavy on the air like the grip of a jealous man
No place was there known to have been spared
Then panic took control of minds as fear hit everyone
The day the light went out of the daytime sky

Artificial light could hardly penetrate the gloom
Nothing out of reach could be observed
Looting, pillage, murder, rape became the rule of that day
Who hit him no one knew or whom he hit
Cars were caught in pileups and the planes could never land
The day the light went out of the daytime sky

« Now I can rest here after my journey
Now I can feed here before I continue »

Some there were who’s heads were clear who sought, tried to find
The nature of this deadly foe, the dark
It seemed the sun was still somewhere though hidden from their sight
By something, though amorphous, yet alive
And so they looked for ways to rid themselves of the parasite
The day the light went out of the daytime sky

« Now I can rest here after my journey
Now I can feed here before I continue »

They tried in many fruitless ways to see the noonday sun
By blasting with their missiles through the dark
But soon a kind of sleepy state came over everyone
Till nothing seemed to stir or even breathe
And when the darkness chose to disappear not many had survived
Then came a shadow – another had arrived
And again the light went out the daytime sky

(Collins/Rutherford)

Released as B-side of « Many Too Many » single, 1978.


She packed her bags and dressed
Long before the sunrise
No one knew
She told them many times
About how she would teach them
And now it’s time
Standing quietly by the door
Her face is numb with fear
She stops and then goes on
« Leave forever – it’s now or never »

Quickly walking down the street
It’s cold and grey, dawn’s breaking
She don’t mind (she don’t mind)
Why she feels so grown up now
Her life is just beginning
She don’t know (she don’t know)
She’s standing in the pouring rain
Her make-up’s running down
She wonders now she’s here
« Where will I go? Who do I know? »

Now, now she’s not quite so sure
I may be wrong but home seems so much more friendly now
And they might worry but she doesn’t want them to
Cos causing pain, that’s not the thing that she set out to do

So she’s back in bed before
Anyone can miss her
She feels good (she feels good)
Knowing the chance was there
Deciding not to take it
That’s her choice (that’s her choice)
She’s still awake, her mum comes in
« Me and dad, we’ve had a chat
And we’re sorry for the things we said
Please forgive us – you wouldn’t leave us? »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


Who put fifty tons of shit on the Foreign Office roof?
Who suffers from nine known diseases?
Who gets up in the morning when the sun comes up
And makes their beds, paper clips, bus tickets
All around their heads?
Who congregate around Trafalgar Square
Taking pot shots at the tourists?
Oh you’ve got to watch out
When you wander round the square in the morning
Cos they’re everywhere, they’re everywhere

Here we have an honest man
A civil servant to boot
He lived high up in the Ministry
And when he wished to make a point
He knew just what to do
His window ledges were all covered in grease
« I want them out of here »

He said to me, « I want them gone »
Because you see – Oh don’t you see
None of us are getting any younger
You’ve got to follow your nose
And if it tells you that you’ve got to go
Well that’s because, they’re everywhere,
They’re everywhere

So we called in those men, those horrible men
We set them to work on the rooftops
You see their van is very plain
And I know they’re too ashamed
To wear their by appointment badges anymore
Sometimes they use vaseline, sometimes they use the pill
I’ve often seen them with a gun
But as the years go by, old habits seem to die
And nowadays they knockatize them all
Oh you’ve got to watch out
As you wander round the square in the morning
Oh they’re everywhere, they’re everywhere

(Banks/Collins/Hackett/Rutherford)

Released as B-side of singles « Ripples », 1976 and « Your Own Special Way », 1977.


Stepping out the back way
Hoping nobody sees
Feeling can be easy
Think how I feel

What will you say?
What will you do?
Why can’t you see?
It’s yourself I love

Don’t you know I’d like some answers
You could give me a call
I hardly know the reason
And I really feel no good at all

Where will you go?
Where will you be?
Where can I try?
It’s yourself I love

34 : Mama (Work In Progress)

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « I Can’t Dance » single, 1991.


Eh bien, il existe un endroit où deux mondes entrent en collision
Le tas de pierres contre la force de la marée
Et tu peux rester les pieds sur terre
Ou aller dans l’eau, laisser le sec derrière

Sur le rivage
Rencontre-moi sur le rivage
Où tu peux seulement nager si tu essayes

Eh bien, s’il y a quelque part de l’autre côté
C’est peut-être mieux, c’est peut-être aussi mauvais
Un jour, bientôt, tu devras partir
Car tu ne peux pas rester éternellement, ah simplement à attendre

Sur le rivage (Sur le rivage)
Rencontre-moi sur le rivage (Sur le rivage)

Emporte-moi, fais-moi traverser

Eh bien, peux-tu m’emmener là-bas, de l’autre côté
Là où tout est nouveau, incertain et étrange
Ne me laisse pas partir tant que nous n’y sommes pas
Je ne sais pas ce que je cherche
Et tant que je ne le trouve pas, je n’en serai pas sûr.

Eh bien, il y a des carrés dans le jeu de la vie
Quand tu peux continuer de t’écarter ou de détourner
Oui, parfois quand tu dois décider
De mettre les pieds dans l’eau, ou de rester

Sur le rivage (Sur le rivage)
Recontre-moi sur le rivage (Sur le rivage)
Où tu peux simplement nager si tu essaies
Je serai là, oh
Sur le rivage (Sur le rivage)
Je serai là sur le rivage (Sur le rivage)
Où tu peux simplement nager si tu essaies
Je serai là
je serai là, oh
Oui, je serai là
Je serai là
Je serai là

(Banks/Collins/Rutherford)

1991. Released as B-side of « Jesus He Knows Me » single, 1992.


Dans la vie il y a ces décisions
Quelle direction on devrait prendre
Ce n’est que plus tard qu’on réalise
Toutes ces erreurs bêtes qu’on fait
Je n’aime pas être seul
Je ne veux pas être tout seul
Mais depuis que tu es partie, c’est tout ce à quoi je peux penser
Je ne peux penser à rien d’autre

Oh, j’ai dit que je suis désolé, j’abandonne vite
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite
Car mon cœur est enflammé
Mon cœur est enflammé

Oh peux-tu m’emmener là
Oh, reviens et emmène-moi là
Car j’ai besoin d’être avec toi
D’être là avec toi

Oui, c’est indéniable
Notre amour n’est pas faux
Je sais que j’ai menti tant de fois auparavant
Mais au fond il n’y a que toi
J’ai besoin de toi ici à mes côtés
Ensemble notre amour pourrait grandir
mais d’abord tu dois croire que je te veux
Plus que tu ne le sauras jamais

Oh, j’ai dit que je suis désolé, et j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite (abandonne)
Car mon cœur est enflammé
Mon cœur est enflammé

Oh peux-tu m’emmener là
Oh, reviens et emmène-moi là
Car j’ai besoin d’être avec toi
D’être là avec toi

(laisse tomber, laisse tomber, laisse tomber…)

Avec ça, nous prenons notre chance
Ce qui doit arriver, arrivera
Mais je me moque de ce que les gens peuvent penser
Tant que tu es là avec moi
Je n’aime pas être seul
Je ne veux pas être tout seul
Et depuis que tu es partie, bien c’est tout ce à quoi je peux penser
Je ne peux penser à rien d’autre

Oh, j’ai dit que je suis désolé, et j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite (abandonne)
Oui tu sais je suis désolé, j’abandonne vite
Car mon cœur est enflammé
Mon cœur est enflammé

Oh peux-tu m’emmener là
Oh, reviens et emmène-moi là
Car j’ai besoin d’être avec toi
Être là avec toi
Toi, être là avec toi

Cœurs enflammés
Cœurs enflammés
Cœurs enflammés
Mon cœur est enflammé
Cœurs enflammés, cœurs enflammés…

(Banks/Collins/Rutherford)


Qu’est ce que c’était, ce que tu me disais
À cette époque où tout allait bien
À propos de de notre vie ensemble
Jusqu’à que nous abandonnions la terre
Oh, c’est drôle comme les choses peuvent changer
Car il fut une époque où je pensais que je serais celui
Qui partirais et recommencerais
Mais maintenant je resterais pour toujours

Oh mes espoirs sont commes les feuilles sur de l’eau
Simplement noyés dans la nuit
Et bien que je sache que tu t’en moquerais, tu ne devrais pas
Ah, la fin d’une vie
Ou peut-être quand tu seras plus vieux, et que tu repenses
Tu te rappeleras peut-être
Maintenant est-ce que j’ai agi prudemment, est-ce que j’ai bien fait?
Ou étions-nous faits l’un pour l’autre, toute notre vie
Dans l’amour et l’armonie, toutes notre vie?

Alors maintenant, prends ma main
Viens, serre-moi fort
Aussi près que tu le peux
Croyant tout ce que nous pourrions être
Et tout ce que nous avons été
Et tout ce que nous sommes

Chaque jour ressemble à l’été
La rivière coule avec du vin
Oh quand tu étais ici avec moi
Si seulement nous étions restés ainsi pour toujours

Oh mes espoirs sont commes les feuilles sur de l’eau
Simplement noyés dans la nuit
Et bien que je sache que tu t’en moquerais, tu ne devrais pas
Ah, la fin d’une vie
Ou peut-être quand tu seras plus vieux, et que tu repenses
Tu te rappeleras peut-être
Maintenant est-ce que j’ai agi prudemment, est-ce que j’ai bien fait?
Ou étions-nous faits l’un pour l’autre, toute notre vie
Dans l’amour et l’armonie, toutes notre vie?

Alors maintenant, prends ma main
Viens, serre-moi fort
Aussi près que tu le peux
Croyant tout ce que nous pourrions être
Et tout ce que nous avons été
Et tout ce que nous sommes

Oh mes espoirs sont commes les feuilles sur de l’eau
Simplement noyés dans la nuit
Et bien que je sache que tu t’en moquerais, tu ne devrais pas
Ah, la fin d’une vie
Ou peut-être quand tu seras plus vieux, et que tu repenses
Tu te rappeleras peut-être
Maintenant est-ce que j’ai agi prudemment, est-ce que j’ai bien fait?
Ou étions-nous faits l’un pour l’autre, toute notre vie
Dans l’amour et l’armonie, toutes notre vie?

Alors maintenant, prends ma main
Viens, serre-moi fort
Aussi près que tu le peux
Croyant tout ce que nous pourrions être
Et tout ce que nous avons été
Et tout ce que nous sommes

(Banks/Collins/Rutherford)


Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition

Dernière édition, oh je suis désolé mais il n’y a personne en ligne
Dernière édition, oh je suis désolé mais reste tranquille, « pas de nouvelles bonnes nouvelles »

Oh c’est trop facile de vivre comme une horlge
Tic toc; observant le monde passer
N’importe quel changement prendrait trop de temps
Alors essuie tes yeux
Oh c’est trop facile de vivre avec des sueurs froides
En restant assis, dégoulinant dans les flaques en-dessous
Tu peux t’essuyer le visage
Tuer la douleur
Mais la fièvre ne partira pas, non non

Dernière édition
Reprends-toi maintenant
Remets tes pieds sur terre
Dernière édition
Ooh ne t’inquiète pas maintenant
Tu n’es pas seul
Regarde autour de toi
Dernière édition, oh je suis désolé mais il n’y a personne en ligne
Dernière édition, oh je suis désolé mais reste tranquille, « pas de nouvelles bonnes nouvelles »

Oh c’est trop facile de programmer ton futur
En ne prenant aucun risque et jouant trop la sécurité
N’importe quel changement prendrait trop de temps
Alors essuie tes yeux
Oh c’est trop facile de faire des vagues
En faisant des changements et en changeant de voie
Mais tu ferais mieux de ne pas fermer cette porte
Car tu reviendras

Ah tu respires plus vite
Le silence, le seul son
Il n’y a pas besoin d’être gentil au sommet
Car tu ne vas pas redescendre

Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition
Dernière édition dernière édition

Dernière édition, oh je suis désolé mais il n’y a personne en ligne
Dernière édition, oh je suis désolé mais reste tranquille, « pas de nouvelles bonnes nouvelles »…

(Banks)


La fille de toutes ces chansons
Qui a fait que tout allait bien
Elle est entrée comme un ange, dans ta vie solitaire
Et a rempli ton monde de lumière
Oh, et tout le monde te disait « tu es si chanceux »

Les rideaux séparés révèlent une scène de campagne
Revêtue de vert et marron
Le signe de l’automne
Et la pluie récente
Sur un chemin sinueux, écarté
Marchant sur cette route, on voit une certaine jeune fille
Dans tout le monde, la seule
Qui garantit de te remuer et de te faire tourner la tête
Au bout du compte

La fille de toutes ces chansons
Qui a fait que tout allait bien
Elle est entrée comme un ange, dans ta vie solitaire
Et a rempli ton monde de lumière
Oh, et tout le monde te disait « tu es si chanceux »

La nuit est claire mais fraîche
Oh peut-être que l’aube se dissipe lorsque tu te retournes pour découvrir qu’elle est partie
Puis tu vois la note
Oh tu ne peux pas le croire
Et tu penses que tu vas devenir fou

Mais c’était il y a des années
Et bien que la douleur aie diminué
Quelque chose demeure
Bien que tu puisses à peine te rappeler
de son visage ou de sa silhouette
Son souvenir persiste
Oh elle a fait que tout allait bien
Elle est entrée comme un ange (comme un ange),
Dans ta vie solitaire (dans ta vie solitaire)
Et a rempli ton monde de lumière
Oh et tout le monde te disait « Tu es si chanceux »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released as B-side of « In Too Deep » single and « Land Of Confusion » CD single, 1986.

(Instrumental)

(Banks/Collins/Rutherford)

1986. Released as B-side of single « Throwing It All Away », 1987.


Oh ouais
Tu sais je n’ai jamais voulu être plus proche
Et je resterai toujours ici jusqu’à ce que ce soit fini
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche
Mais tu reviendras j’aurais pu te dire

Eh bien j’ai toujours su
Oui je la voyais venir
Ta tendance ambitieuse
Tu veux toujours des choses qui ne sont pas à ta portée
Eh bien maintenant tu as ce que tu voulais
Et tu es libre d’être tout
Ce que tu as toujours dit que tu serais
Tu es là-haut regardant en bas
Dis-moi ce que tu vois, oh

Car tu sais
Tu sais je n’ai jamais voulu être plus proche
Et je resterai toujours ici jusqu’à la fin
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche
Ouais, mais tu reviendras, j’aurais pu te dire

Eh bien il me semble
Que tu dois te battre pour toi
Dans ce monde où nous vivons
Les loups se mangent entre eux et il ne faut jamais céder
Pourquoi s’inquiéter quand tu as les atouts en main
Ne le gaspille pas car tu sais
Je préfèrerais mieux être toi que moi
Là-haut regardant en bas
Dis-moi ce que tu vois, oh

Hé hé ouais

Oh ouais
Tu sais je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Et je resterai toujours ici jusqu’à ce que ce soit fini
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Ouais, mais tu reviendras, j’aurais pu te dire

Ca a été long à venir
Mais enfin on dirait que nous avançons, droit devant
Nous sommes enfin en train de faire activer les choses
Le temps passe vite et avant que tu le saches
Tu te raprocheras d’où
Tu as toujours su que tu serais
Là-haut regardant en bas
Dis-moi ce que tu vois, oh

Car tu sais
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Et je resterai toujours ici jusqu’à ce que ce soit fini
Non, non je n’ai jamais voulu être plus proche (jamais voulu)
Ouais, mais tu reviendras, j’aurais pu te dire

hé hé ouais…

(Banks/Collins/Rutherford)
(instrumental)

(Banks/Collins/Hackett/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


À L’INTERIEUR

Le frère: il semble qu’ils vont le laisser sortir l’année prochaine
Il se comporte bien, j’ai entendu
Le gouverneur Conway dit que ça va aller
Tant qu’il peut rester en ligne

C’est toujours la même histoire
Mais ça dit ici « Maman tu n’as pas à t’inquiéter »
Car tu en perds certains et tu en perds certains

À cette soirée, il était seul
Tout ce qu’il a fait était, dit-il, de la ramener chez elle
Mais il semble qu’ils n’y sont pas allés directement
Car dans le porche, elle lui a dit,
« Met ta main là »

Oui c’est toujours cette vieille histoire
Ils ont dit à leur mère qu’elle n’a pas à s’inquiéter

Police: « si ce qu’elle dit est vrai,
Nous n’allons jamais le laisser partir! »

Lui: « Jamais un mot n’aurait pu être entendu
Pas même le son d’un oiseau
Chantant encore et encore, racontant une histoire différente
Jamais la même qu’auparavant
Regarde l’été sortir par la porte »
Le frère: et maintenant que tu a payé pour ces mensonges
Prends un autre déguisement

« ça fait 20 ans maintenant que notre fils a été libéré
Oh je me souviens Août 1953
Mais ce n’était pas vraiment comme ils ont dit
Avec ça derrière toi, tu ne peux pas faire de projets
Oui c’est toujours la même histoire
Ils disent que tu es libre mais ne t’inquiète pas
Ce qu’ils ont dit n’était pas vrai
Ils ne te laisseront jamais partir! »

Lui: « Jamais un mot n’aurait pu être entendu
Pas même le son d’un oiseau
Chantant encore et encore, racontant une histoire différente
Jamais la même qu’auparavant
Regarde l’été sortir par la porte »
Le frère: et maintenant que tu a payé pour ces mensonges
Prends un autre déguisement

DEHORS

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Released as B-side of « Land Of Confusion » single, 1986.


Tu es terrifié par le moindre bruit
Parce que tu vis ta vie dans un monde tellement protégé
Comme tous ceux qui t’entourent
Hé bien je t’ai vu te faire piquer par des mouches vénimeuses
Et tu souffres beaucoup trop de leurs morsures
Là tu t’asseoies dans ton confort observant les autres gens pris dans la tempête

De nombreuses choses qui, avant, étaient secrètes
Sont devenues de grands sujets de conversation
Qui ne valent pas la peine d’hésiter
Il y a plusieurs sortes de secrets maintenant
Les temps changent, ce n’est pas suffisant de dire
Que ça semblait être une bonne idée il y a 100 ans
Tu penses que ce n’est pas ton problème
ça n’a vraiment pas du tout d’importance

Toute pierre lancée doit tomber par terre
Mais tu ne songes pas à l’endroit où elles pourraient atterrir
Tu alimentes le feu sur lequel tu seras grillé

Quel que soit l’endroit où ils ne parlent pas pareil
Dans n’importe quel endroit où ils ne pensent pas pareil
Tu penses que ce n’est pas ton problème – non non

Tu penses que ce n’est pas ton problème
Que ça n’a vraiment pas du tout d’importance – oh

Peut-être que ce n’est pas ton destin, d’être un meneur d’hommes
Mais tu laisses tout à quelqu’un d’autre et te plains
Tu pourrais être tellement plus fort, mais ça n’a vraiment plus d’importance à présent
Car tu nourris le feu sur lequel tu seras grillé
Car tu nourris le feu sur lequel tu seras grillé

Je vois ton visage souriant, par la porte ouverte
Il y a la lumière du jour
Brillant dans tes cheveux, et dans tes yeux

Et juste derrière ce sourire qui est le tiens
J’en vois un autre, si loin d’ici
Si seulement pour une seconde, je pouvais te serrer dans mes bras
Quand le Maître m’appellera à nouveau
Il n’y a rien que je puisse dire, ni que je puisse faire

Au revoir, mon amour
Le temps est venu de dire adieu
J’entends l’appel encore
Au revoir au monde
J’ai crié si longtemps
Il y a tant de choses, mon amour, que je ne puisse jamais dire

Et dans quelques temps, dans un peu de temps
Il n’y aura plus rien à voir

Alors que les années passent et je ne suis pas revenu
Et la nuit est venue, tombant tout autour
Si tu comptes les étoiles tu sauras
Combien se sont éteintes
Et quand le Maître m’appellera à nouveau
Il n’y a rien que je puisse dire, ou que je puisse faire

Reste au soleil
Ferme les yeux et ressens le monde
Il change chaque jour
Au revoir mon amour
Chaque jour semblera si long
Il y a tant de choses que je ressens, que je ne puisse jamais dire

Je ne peux pas te voir
Je ne peux plus te sentir
J’ai juste le souvenir de cette porte ouverte

Quand ils sont allés au lit cette nuit-là personne n’aurait cru
Que le matin, la lumière ne serait pas là
L’obscurité planait lourdement dans l’air comme la prise d’un homme jaloux
Aucun endroit n’était connu pour avoir été épargné
Puis la panique prit le contrôle des esprits au moment où la peur frappait tout le monde
Le jour où la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

La lumière artificielle pouvait à peine pénétrer l’obscurité
Rien hors d’atteinte ne pouvait être observé
Les saccages, les pillages, les meurtres, les viols devinrent la règle ce jour-là
Qui le frappait, personne n’a su ou qui a t-il frappé
Des voitures été prises dans des carambolages et les avions ne pouvait jamais atterrir
Le jour où la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

« Maintenant je peux me reposer ici après mon voyage
Maintenant je peux manger ici avant de continuer »

Certains avaient l’esprit clair, et ont cherché, essayé de trouver
La nature de cet ennemi mortel, le noir
Il semblait que le soleil était encore quelque part, bien que caché à leurs yeux
Par quelque chose d’amorphe, mais bien vivant
Et alors ils cherchaient des solutions pour se débarrasser du parasite
Le jour où la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

« Maintenant je peux me reposer ici après mon voyage
Maintenant je peux manger ici avant de continuer »

Ils ont essayé de nombreuses choses en vain pour voir le soleil de midi
En explosant leurs missiles à travers le noir
Mais vite une sorte de torpeur s’empara de tout le monde
Jusqu’à ce que rien ne semble bouger ou même respirer
Et quand les ténèbres ont choisi de disparaître, peu avaient survécu
Puis vint une ombre – une autre était arrivée
Et encore une fois la lumière s’est éteinte du ciel dans la journée

Elle a fait ses valises et s’est habillée
Bien avant le levé du jour
Personne ne savait
Elle leur avait dit plusieurs fois
Comment elle les montrerait
Et maintenant c’est le moment
Restant silencieusement à côté de la porte
Son visage est engourdi par la peur
Elle s’arrête, et puis continue
« Pars pour toujours – C’est maintenant ou jamais »

Descendant rapidement la rue
Il fait froid et gris, l’aube pointe
Elle se moque de savoir (elle se moque de savoir)
Pourquoi elle se sent maintenant si adulte
Sa vie ne fait que commencer
Elle ne sait pas (elle ne sait pas)
Elle reste sous la pluie battante
Son maquillage coule
Elle se demande pourquoi elle est là maintenant
« Où irai-je? Qui est-ce je connais? »

Maintenant, maintenant elle n’est plus vraiment sûre
Je peux avoir tort mais la maison lui semble beaucoup plus accueillante maintenant
Et ils pourraient s’inquiéter mais elle ne le veut pas
Car faire de la peine, ce n’est pas ce qu’elle cherche à faire

Alors elle est de retour dans son lit avant
Que quelqu’un ne s’en rende compte
Elle se sent bien (elle se sent bien)
Sachant que l’opportunité était là
Décidant de ne pas la prendre
C’est son choix (c’est son choix)
Elle est toujours éveillée, sa maman entre
« Moi et papa, nous avons eu une petite conversation
Et nous sommes désolé pour les choses que nous avons dites
S’il te plaît pardonne-nous – tu ne vas pas nous quitter? »

(Banks/Collins/Rutherford)

Released on « Spot The Pigeon E.P. », 1977.


Who put fifty tons of shit on the Foreign Office roof?
Who suffers from nine known diseases?
Who gets up in the morning when the sun comes up
And makes their beds, paper clips, bus tickets
All around their heads?
Who congregate around Trafalgar Square
Taking pot shots at the tourists?
Oh you’ve got to watch out
When you wander round the square in the morning
Cos they’re everywhere, they’re everywhere

Here we have an honest man
A civil servant to boot
He lived high up in the Ministry
And when he wished to make a point
He knew just what to do
His window ledges were all covered in grease
« I want them out of here »

He said to me, « I want them gone »
Because you see – Oh don’t you see
None of us are getting any younger
You’ve got to follow your nose
And if it tells you that you’ve got to go
Well that’s because, they’re everywhere,
They’re everywhere

So we called in those men, those horrible men
We set them to work on the rooftops
You see their van is very plain
And I know they’re too ashamed
To wear their by appointment badges anymore
Sometimes they use vaseline, sometimes they use the pill
I’ve often seen them with a gun
But as the years go by, old habits seem to die
And nowadays they knockatize them all
Oh you’ve got to watch out
As you wander round the square in the morning
Oh they’re everywhere, they’re everywhere

Sortant de l’arrière
En espérant que personne ne voit
Sentir peut être facile
Pense à la façon dont je me sens

Que diras-tu?
Que feras-tu?
Pourquoi ne vois-tu pas?
C’est toi que j’aime

Ne sais-tu pas que j’aimerais quelques réponses
Tu pourrais m’appeler
Je connais à peine la raison
Et je ne me sens vraiment pas bien du tout

Où iras-tu?
Où seras-tu?
Où puis-je essayer?
C’est toi que j’aime

Infos générales

Sorti en Novembre 2000

Seb

5/5

Alors que Turn It On Again The Hits était un Greatest Hits, Genesis nous offre avec cette compilation un vrai best of et m’enlève par là même une énorme épine du pied… En effet, on me demande régulièrement « par quoi commencer pour bien débuter dans Genesis… quel album ??? ». Cette compilation apporte enfin une réponse simple et définitive à cette question. Trois disques qui résument parfaitement la carrière de Genesis ! Depuis Trespass jusqu’à Calling All Stations. Alors évidemment en trois disques, il manque des choses, mais franchement, c’est une belle optimisation et un très bon choix qui permettent d’apprécier toutes les facettes du groupe. Surtout qu’en plus des indispensables, il y a des surprises que je ne me serais jamais attendu à voir sur un tel disque comme Counting Out Time ou Undertow pour n’en citer que deux. Au rayon des absents, je regrette par exemple In The Cage, One for the vine, Domino ou encore Dance on a Volcano, mais comme je l’ai dit, difficile de faire mieux en seulement trois disques. Surtout que Supper’s Ready est là et qu’un disque complet est consacré à Peter Gabriel. Au passage, à part Congo et Carpet Crawler 99 (qui se trouve en version classique ici), tous les titres de « Turn It On Again The Hits » sont sur « Platinum Collection », rendant donc le greatest hits obsolète et quasi inutile, surtout au prix auquel est vendu « Platinum »… Pour finir, on pourrait objecter que cette compilation est inutile pour les fans qui ont déjà tout.  C’est vrai uniquement si vous ne possédez pas les versions remixées de 2007 parce que sur la majorité des morceaux (la quasi totalité des plus anciens), Nick Davis a effectué un travail de remixage absolument titanesque, et je pense sincèrement que tout fan digne de ce nom se doit d’avoir ça chez lui. Surtout à ce prix là, encore une fois… Voilà pourquoi je choisis de mettre 5 étoiles à cette compilation !

Tracklist

Infos générales

Sorti le 3 novembre 2004
Compilation
Nouveaux mixages de certains titres par Nick Davis

1 : No Son Of Mine

2 : I Can’t Dance

3 : Jesus He Knows Me

4 : Hold On My Heart

5 : Invisible Touch

6 : Throwing It All Away

7 : Tonight Tonight Tonight (Edit)

8 : Land Of Confusion

9 : In Too Deep

10 : Mama

11 : That’s All

12 : Home By The Sea

13 : Second Home By The Sea

14 : Illegal Alien

15 : Paperlate

16 : Calling All Stations

17 : Abacab

18 : Keep It Dark

19 : Turn It On Again

20 : Behind The Lines

21 : Duchess

22 : Misunderstanding

23 : Many Too Many

24 : Follow You Follow

25 : Undertow

26 : In That quiet Earth

27 : Afterglow

28 : Your Own Special Way

29 : A Trick Of The Tail

30 : Ripples

31 : Los Endos

32 : The Lamb Lies Down On Broadway

33 : Counting Out Time

34 : Carpet Crawlers

35 : Firth Of Fifth

36 : Cinema Show

37 : I Know what I Like

38 : Supper’s Ready

39 : The Musical Box

40 : The Knife

Seb

4/5

Quatre étoiles pour un Greatest Hits ? Ca peut effectivement paraître beaucoup, mais il faut dire que ce disque rempli son rôle, à savoir être une compilation grand public des plus grands succès commerciaux de Genesis. Ce n’est absolument pas pour les fans. Pour les fans il y a eu Archive.
Cependant, il y a quand même une particularité sur ce disque, le ré-enregistrement de Carpet Crawlers par le Line Up de 74… C’est grandiose d’entendre Phil et Peter chanter ensemble après tant de temps, même si cette version est surprenante lors des premières écoutes, notamment parce que totalement différente de la version si douce et si émouvante que nous connaissions de The Lamb. Je n’ai qu’un seul regret : Pourquoi Ray ne chante pas le dernier couplet ???

Mais maintenant il y a aussi Platinum Collection… Seules Congo et Carpet Crawler 99 ne sont pas sur Platinum Collection. Et le prix doit être quasi le même… Que penser désormais de ce disque ? Faut il le brûler ? Non… il rempli toujours son rôle de compilation grand public. Grand public qui pourrait d’ailleurs être effrayé par une compilation de trois disques… Bref, niveau grand public cette compilation est très bien là où elle est. Il y a de la place pour les deux compilations, mais certainement pas pour le même public. En tous cas, une chose est sûre c’est qu’elle restera prisée par les fans purs et durs qui se sentiront obligés de l’acheter, uniquement pour Carpet Crawlers 99…

Tracklist

1 : Turn It On Again

2 : Invisible Touch

3 : Mama

4 : Land Of Confusion

5 : I Can’t Dance

6 : Follow You, Follow Me

7 : Hold On My Heart

8 : Abacab

9 : I Know What I Like

10 : No Son Of Mine

11 : Tonight, Tonight, Tonight

12 : In Too Deep

13 : Congo

14 : Jesus He Knows Me

15 : That’s All

16 : Misunderstanding

17 : Throwing It All Away

18 : The Carpet Crawlers 1999

Infos générales

Sorti en Octobre 1999

Seb

5/5

(*****) Sorti en Juin 98, Archive 67-75 est vraiment le cadeau de Genesis à ses fans. Véritablement un superbe objet. Les deux premiers disques reprènnent l’intégralité de « The lamb lies down on broadway » Live. Comme Peter utilisait à l’époque beaucoup de déguisements sur scène, il était difficile de l’entendre chanter. Le Peter de 95 a donc entièrement rechanté the Lamb et sa voix de 95 a été mélangée à celle de 75 là où c’était nécessaire, parfois en plein milieu d’un vers, ce qui donne un aspect étrange à cet enregistrement au premier abord, mais qui devient totalement magique une fois qu’on est habitué, comme si Peter n’avait jamais quitté Genesis, un sorte de solution de continuité. Steve Hackett a lui aussi fait quelques retouches sur ses parties guitares, notamment sur le solo final de The Lamia et c’est superbe, là aussi. Le troisième disque quant à lui est principalement composé de morceaux de la tournée Selling England, et jamais entendus auparavant, dont Supper’s Ready, enfin chanté par Peter en concert ! La fin du troisième disque contient des morceaux inédits. Le quatrième disque recueille des démos du Genesis d’avant From Genesis to Revelation et on découvre ces morceaux débarrassés de violon et tout de suite, tout va mieux.

Tracklist

1 : The Lamb Lies Down On Broadway (live)

2 : Fly On A Windshield (live)

3 : Broadway Melody Of 1974 (live)

4 : Cuckoo Cocoon (live)

5 : In The Cage (live)

6 : The Grand Parade Of Lifeless Packaging (live)

7 : Back In NYC (live)

8 : Hairless Heart (live)

9 : Counting Out Time (live)

10 : The Carpet Crawlers (live)

11 : The Chamber Of 32 Doors (live)

12 : Lilywhite Lilith (live)

13 : The Waiting Room (live)

14 : Anyway (live)

15 : Here Comes The Supernatural Anaesthetist (live)

16 : The Lamia (live)

17 : Silent Sorrow In Empty Boats (live)

18 : The Colony Of Slippermen (live)

19 : Ravine (live)

20 : The Light Dies Down On Broadway (live)

21 : Riding The Scree (live)

22 : In The Rapids (live)

23 : It (live)

24 : Dancing With The Moonlit Knight (live)

25 : Firth Of Fifth (live)

26 : More Fool Me (live)

27 : Supper’s Ready (live)

28 : I Know What I Like (live)

29 : Stagnation (live)

30 : Twilight Alehouse

31 : Happy The Man

32 : Watcher Of The Skies (single edit)

(Phillips/Gabriel/Banks/Rutherford)


Leaving all the world to play they disappear
And the leaves have gathered dust to run like deer
Tearing pieces from our lives to feed the dawn
Mist surrounds the seagulls christened by the storm

Music, all I hear is music – guaranteed to please
And I look for something else
Rain drops pouring down the rooftops
Flowing in the drains
As the people run their lives
As their lives are run by time

Fighting enemies with weapons made to kill
Death is easy as a substitute for pride
Victors join together, happy in their bed
Leaving cold outside the children of the dead

Music, all I hear is music – guaranteed to please
And I look for something else
Rain drops pouring down the rooftops
Flowing in the drains
As the people run their lives
As their lives are run by time…déon

(Banks/Gabriel/Rutherford/Phillips/Mayhew)

1970.


Rise up! Take your lyre and sing
Listen! To the news I bring

Frosty breath on the window
See a friend in the snow that gently falls
Feel the truth in those sad eyes
See the smile that’s so rare
Just like the love
She waits for…

And she plays a game of her own
As she sleeps within the firelight
For her dreams are incredibly wild
But they’re lost and gone forever, with the dawn

Fair and friend of the fleece spoke
Warrior bold, shepherd wise, fair prince of peace
Someone waits in the doorway
On a white horse he comes and holds out the hand
She waits for…

So they ride through a valley of mist
To a castle in the heavens
Where he lays her down to rest
But he’s lost and gone forever, with the dawn

See her writhe in her dream, then…

Mermaids sing in the sunset
Sadly asking if beauty ever walks free
But Queen Frost only whispers
Maidens you will remain, to be free

See her writhe in her dreams…

Lord of the seven sons!
Keeper of the keys of time!
(Hear me)

(Banks/Gabriel/Rutherford/Phillips/Mayhew)

1970.


Pacidy, my love
Glowing ember of evening
Your eyes are frozen with guilt
I read my fate on your cheeks
The smoldering coals of a passion
Once a meadow of hope

Days of minstrels and bright steeds
Autumn nights and silk sheets
Your tender battle shadow on me
Scented lavender kiss-es, soft and warm
The union of strength in a love against life
Love against life

Pacidy, my love
Your touch, so limp, was once frenzied
Your argon lips were once sweet
A life has slipped through my hands
My spirits sift in a stale sigh
Did love exist as a dream?

Mother fawn of a pine wood
Shepherdess of my grief
Veils a freedom not for me
Far beyond the steep ridge, where blizzards
Blast the spirit of man, the frailest of beasts
Frailest of beasts

Where blizzards
Blast the spirit of man, the frailest of beasts
Frailest of beasts

Where blizzards
Blast the spirit of man, the frailest of beasts
Frailest of beasts

(Banks/Gabriel/Rutherford/Phillips/Mayhew)

1970.


Please, I beg you hear this humble voice
Please, pale orchid flower, music of my soul
Alone, upon the windswept way
Descends the nightingale
She swoops to soothe my aching brow
Let us now make love

Please, I beg you hear this humble voice
Please, my emerald goddess, wash away the wounds
Alone, the pilgrim thirsts and falls
The Queen runs to his call
She stoops to soothe his aching brow
Let us now make love

Make love, make love
Let us, let us, let us make love (love, love)
Love, sweet heavenly love (love, love)
I promise you life will be good (love, love)
If you just stand down and try (love, love)
To be one with, so feel pride

Let us make love till the end of time
Now and forever

Please, I beg you hear this humble voice
Please, dear oyster shell reveal your hidden pearl
Alone, the deaf, the sick, the blind
Turn grimly for the knife
The prophet stoops to soothe their brow
Let us now make love

Make love, make love
Let us, let us, let us make love (love, love)
Sweet heavenly love (love, love)
I promise you life will be good (love, love)
If you just stand down and try (love, love)
To be one with, so feel pride

Let us make love till the end of time
Now and forever

Please, I beg you hear this humble voice
Come, let’s walk the windy roads to find the truth
Revealed, each part has now been played
Your beauty will not fade
So cling to me, fulfill your vow
Let us now make love

(Love, love)
Sweet heavenly love (love, love)
I promise you life will be good (love, love)
If you just stand down and try (love, love)
To be one with, so feel pride

Let us make love till the end of time
Now and forever
Let us now make love
Till the end of time

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

I can pacify your violence
I can guarantee no pain
leave the ugly force of motion
deep inside your guilty brain

Going out to get you
Going out to get you
Going out to get you
Pulpit of the python
Chasing out the innocents defiled

Leave your weapon in the cool stream
Rest your body on the stone
Multitude will beckon to a clear sky
Rise again to follow all who came
Are you really evil?

I saw you in the Devil’s Kitchen
Cooking for the Queen of Spades
Hiding in your pretty laces
Licking fingers sunk in jam

Going out to get you
Going out to get you
Going out to get you
Pulpit of the python
Chasing out the innocents defiled

Curl your flimsy leaves around me
Sorceress you cannot still command
Burning in the orifice of Hades
Sacrifice your magic to my hand
Are you really evil?

I saw you in the hermit’s garden
picking roots to kill his flesh
Picking spells to take his body
Trapping him inside your mesh

Going out to get you
Going out to get you
Going out to get you
Pulpit of the python
Chasing out the innocents defiled

(Banks/Gabriel/Phillips/Rutherford/Mayhew)


See my hand is moving
touching all that’s real
And once it stroked love’s body
now it claws the past.

The scent of a flower,
The colours of the morning,
Friends to believe in,
Tears soon forgotten,
See how the rain drives away, another day.

If a leaf as fallen
does the tree lie broken?
And if we draw some water
does the well run dry?

The sigh of a mother,
The screaming of lovers,
Like two angry tigers,
They tear at each other,
See how for him lifetime’s fears disappear.

Once Jesus suffered,
Heaven could not see him.
And now my ship is sinking,
The captain stands alone.

A pawn on a chessboard,
A false move by God will now destroy me,
But wait, on the horizon,
A new dawn seems to be rising,
Never to recall this passerby, born to die.

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

Do you have champagne in your dreams ?
Where do you dine with Kings and Queens ?
Where have you put your plastic face ?

The highest cave was yours, not mine
The biggest slave was yours
My adoration’s on the wane
Is this your dying day?

The curtain falls, the lights go out
You move, you think, you talk, you shout
The portrait stares, your eyes fight back
The magic wand brings all you lack

The highest cave was yours, not mine
The biggest slave was yours
My adoration’s on the wane
Is this your dying day?

Build me a mountain that I may see the sky
Build me a tunnel that I may see the world

The ball’s begun; the champagne’s flat
The music swings, they do « The Jack »
The vultures scream, the storm’s ahead
The ball is over: you’re dead.

The highest cave was yours, not mine
The biggest slave was yours
My adoration’s on the wane
Is this your dying day?

Build me a mountain that I may see the sky
Build me a tunnel that I may see the world

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)


People moving about the town upside down, you know why
Little bits of coloured glass in the sky
Children pushing Mummy down to the park, in a pram
Look out the pavement’s changing to jam

See them running
Now where are they going to
To follow them, leads you nowhere
Shout to them quickly but no one can hear you
All they can do is to stare

Your bowler hats are turning green
Your city suits are coloured cream
You, you who changed my life
You made it misery, sadness reins alone
Wonder why you do this, to me
When I’ve tried so hard for you

People talking to the man who’s digging a hole, in his mind
He’s no need to worry, he’s deaf and blind
See the dustman doing his round in a Rolls made of glass
He’s gained everything because he’s got class

Friends are leaving me when I did everything
Just as they used to behave
Trying to copy them, losing my real self
Floating away in a cloud

Your minds have blown you out of step
The rules you taught you never kept
You, you who changed my life
You made it misery, sadness reins alone
Wonder why you do this, to me
When I’ve tried so hard for you

(Banks/Gabriel)


Don’t get me wrong
I think I’m in love
But the feeling in the word is more
Than your crystal eyes will ever see in me
Don’t get me wrong
Open your eyes
Although I cannot show my heart
I’ll watch and hope while you are near to me

One day I’ll capture you
And call you to my side
One day I’ll take you from
The boredom of our lives
One day we’ll fly away
To the kingdom of my dreams
One day I’ll find myself
And wrap it in my love for you

Birds of the sky, may I borrow your wings?
Very soon I’ll ask my love
To travel with me to the world outside
Cherry trees, may I borrow your bloom?
Very soon I’ll ask my love
To come inside the nest I’ll build alone

One day I’ll capture you
And call you to my side
One day I’ll take you from
The boredom of our lives
One day we’ll fly away
To the kingdom of my dreams
One day I’ll find myself
And wrap it in my love for you

Animal friends
Help me decide
When should I ask my love to leave?
I’ll beg of you that she’ll say yes to me
Breathe in deep
Now is the time
She looks at me and gently smiles
As if she knew I’d ask her all the time

One day I’ll capture you
And call you to my side
One day I’ll take you from
The boredom of our lives
One day we’ll fly away
To the kingdom of my dreams
One day I’ll find myself
And wrap it in my love for you

(Banks/Gabriel)


We’re waiting for you
Come and join us now
We need you with us
Come and join us now

Look inside your mind
See the darkness is creeping out
I can see in the softness there
Where the sunshine is gliding in
Fill your mind with love
Find the world of future glory

You can meet yourself
Where the sour turns to sweet
Leave your ugly selfish shell
To melt in the glowing flames
Can you sense the change?
See your eyes, now listen

We’re waiting for you
Come and join us now
We want you with us
Come and join us now

Paint your face all white
To show the peace inside
Drift away while the saffron burns
To the land where the rainbow ends
Can you sense the change?
See your eyes in focus

We’re waiting for you
Come and join us now
We need you with us
Come and join us now

We’re waiting for you
Come and join us now
We need you with us
Come and join us now

We want you with us
Come and join us now
We need you with us
Come and join us now

(Phillips/Gabriel)


Ocean of motion
Squirming around and up and down
Pushing together
Scattering mountains all around you

That is the sound of a new born world
And the light from a curious sky
It has begun
You’re in the hands of destiny

Thrashing with violence
Hurling its lava up and down
Furnace of frenzy
Burning with power uncontrolled

That is the sound of a new born world
And the light from a curious sky
It has begun
You’re in the hands of destiny

Is that the chariot with stallions gold?
Is that a prince of heaven on the ground?
Is that the roar of a thundercrash?
This is my world and it’s waiting to be crowned
Father, son, looks down with happiness
Life is on its way

Ocean of motion
Squirming around and up and down
Pushing together
Scattering mountains all around you

That is the sound of a new born world
And the light from a curious sky
It has begun
You’re in the hands of destiny

Is that the chariot with stallions gold?
Is that a prince of heaven on the ground?
Is that the roar of a thundercrash?
This is my world and it’s waiting to be crowned
Father, son, looks down with happiness
Life is on its way

(Phillips/Gabriel)


Ocean of motion
Squirming around and up and down
Pushing together
Scattering mountains all around you

That is the sound of a new born world
And the light from a curious sky
It has begun
You’re in the hands of destiny

Thrashing with violence
Hurling its lava up and down
Furnace of frenzy
Burning with power uncontrolled

That is the sound of a new born world
And the light from a curious sky
It has begun
You’re in the hands of destiny

Is that the chariot with stallions gold?
Is that a prince of heaven on the ground?
Is that the roar of a thundercrash?
This is my world and it’s waiting to be crowned
Father, son, looks down with happiness
Life is on its way

Ocean of motion
Squirming around and up and down
Pushing together
Scattering mountains all around you

That is the sound of a new born world
And the light from a curious sky
It has begun
You’re in the hands of destiny

Is that the chariot with stallions gold?
Is that a prince of heaven on the ground?
Is that the roar of a thundercrash?
This is my world and it’s waiting to be crowned
Father, son, looks down with happiness
Life is on its way

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

I’ll tell you the story
Of how my life ran
Well, at first it was easy, but it finished so hard.

Hey! You started me going,
Hey! I was so happy
Hey! You started me going inside me
I need your love right now!

Promises broken; the things I believed in
You were so nice, girl
And I couldn’t see through it.

Hey! You ended my happiness
Hey! You needed my love
Hey! You ruined the world I was planning
Hey! You left it all too late

Hey! It’s all over now
Hey! You want to apologise
Hey! Well look at me, hundreds of pieces.
Why did you lead me on?

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

Pastel colours bring the sky to life
Cleanse the night with a breath of dawn
Silence broken when a baby cries
Piercing the mist that cloaks the cool outside

The streets are beginning to moan gently now
Daylight lays on the ground
Dew drops trickle down leaves gently now
Soaking the pathway of the father’s motions

Windows opening as the postman calls
Letters to smell; letters to burn
Daily papers through the hole in the door
Sex and news fill the wisdom of a million minds

Time is a measure of strength quickly now
Speed is the cause of decay
Traffic is humble to fall on your knees
Pushing and pulling the tired
Little men in their cars

Wake up! Your conscience is calling !
Reality begins at nine
Wake up! Think what you’re missing
Hidden in the world of dawn

Rest your body with soothing sleep
Dream of the hours you left behind
Listen carefully for the break of day
The twilight’s near, silence brings the fantasy here

Silhouettes mingle with sky backed with smog
Ripples of morning flow by
The quietness flavours the glow
Breathe it in
Imagine the bliss that is glazing the warm face agleam

Wake up! Your conscience is calling !
Reality begins at nine
Wake up! Think what you’re missing
Hidden in the world of dawn

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

Hey, Sea Bee, fly through the waters as sadness
that pulls you away from me
Hey, Sea Bee, you’ll freeze in the wind that’s
gently blowing you away from me

Fly to me quickly
Soften your cold wings
I’ll find you comfort
You know you’re gonna fall down, down, down
‘Til you end up on the ground

You have no fun
You’re on your own
Where you flying now in the sky?
Can you cast your eyes below?

Hey, Sea Bee, raindrops are falling on the shadows
where you are so close to me
Hey, Sea Bee, the beauty I saw has been wrenched
from the sea of my sorrowing eyes

Swim home to me, now
You can just make it
I know you like it
You know you’re gonna fall down, down , down
‘Til you end up on the ground
You’re slipping now
You’re on your own

Drifting higher in the sky
Disappearing from my sight
Hey, Sea Bee, once in a while think of the friend that you left behind
Hey’ Sea Bee, I can’t forget you or the warmth that surrounded your
gentle heart

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

Flannan Isle is in the South on the Point of Kedgeree
Forty seven miles from land in the roughest part of the sea
On the finest day and the sea was black
And they say that no one has ever come back from there

They say that wicked spirits haunt the lighthouse in the night
Fears close to many men who’ve tried to start the warning light
Waves are hurled against the earthly rocks
Spray is changed at once to a wall of ice tern who wants to rest its
tired limbs
And is tumed to a flurry of snow

The island’s rocks have many caves that smell of dying flesh
They lure the strangers to their maze of never ending length
The empty cave is filied with sound a man is lying in the ground below

Each month a boat is sueked to perish by the rocky isle
Each tide is full recovered from the wreckage there
Boats that sail too near to Flannan feel the weather change and they tum away
If they dare to look behind them screams of disappointment fill the air

(Banks/Gabriel/Philipps/Rutherford)

See him digging, see him weeding
Every single day of the year

Coffee at eleven, four thirty tea
His security is built on routine

But inside his mind, there’s a lot going on
Planning the world but it just don’t do no good

I say: «What’s the use?»
Population, starvation,
his mind keeps working hard
Ending wars, changing laws
and all of them locked away

In cessation, repetition
funeral for an age of decay
Meditation, deep frustration
Caused our hairy friend to die

Here lies a man
Who failed to escape
Filled his small head with the worries
That plague the world

I say: «What’s the use?»

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

Cool as ice, yet brittle as glass
A nervous wreck with a sweet facade
You’re breaking up
You’re breaking up now, baby
You’re breaking up your life
Into little pieces
Baby

Vanity arrived with fame
How she loved to see her name
She is beautiful, very beautiful: look at her
And she’s a model

Hey girl, I love you but you won’t listen
to what I’m trying to say
Things won’t work out as you plan them now
Don’t throw your love away
Give it up, baby
Give it up and come back to me

Your look of majesty enables some to get more money
For them; you’re just a product
For me; you’re the one I love
Baby

Vanity arrived with fame
How she loved to see her name

She is beautiful; very beautiful: look at ber
And she’s a model

Hey girl, I love you but you won’t listen
to what I’m trying to say
Things won’t work out as you plan them now
Don’t throw your love away
Give it up, baby
Give it up and come back to me

Cool as ice, yet brittle as glass
A nervous wreck with a sweet facade
You’re breaking up
You’re breaking up now, baby
You’re breaking up your life
Into little pieces
Baby

Please don’t take my love away from my arms; no, no
I need her near me every single day
Please don’t take her away; I need my love…

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

If you see another staring straight at you
Take his life and change it
That’s what you always do

You’re still in the days of childhood
Where everything is wrong and no good
I can see, what you’re trying
what you’re trying to be
Let me tell you no

Try a little sadness baby
Try a little sadness baby
Try a little sadness or you love will never be found

Your pink Dalmatian out in to the street
So you laugh, but cry when it comes to bite your feet
You say it’s fun to live
where there’s always take and no give
Don’t you see that where you live
there’s a world of sin ?

Try a little sadness baby
Try a little sadness baby
Try a little sadness or you love will never be found

You always go and hide you lovin’
before it’s gone and too late
Things are changing, you’re remaining
Leave it and come with me…
Let me tell you now…

Try a little sadness baby
Try a little sadness baby
Try a little sadness or you love will never be found

(Banks/Gabriel/Philips/Rutherford)

(Instrumental)

Infos générales

Sorti en Juin 1998

 

Seb

4/5

Phil est donc parti, laissant libre la batterie et le micro. Mike et Tony se retrouvent donc seuls et commencent à écrire. Ils ont toujours l’envie… Il leur faut un nouveau chanteur, ce sera Ray Wilson ancien chanteur de Stillskin. L’album commence par le plus beau morceau du disque : Calling all stations. Rien que ca pour nous prouver que Genesis est bien vivant, même si, comme d’habitude il y a toujours des grincheux pour dire que ce n’est plus Genesis. Encore une fois, tant pis pour eux. Le disque se poursuit, enchaînant, le très bon et le moins bon. Plusieurs morceaux sont vraiment dignes de l’ancien Genesis et n’ont pas a rougir de quelque comparaison. Évidement, à la première écoute l’absence de Phil est cruelle. Mais, petit à petit, on s’y fait, puis on se dit que le gars Ray fait vraiment un travail formidable. Et c’est surtout sur scène qu’on s’en rend compte, sa voix colle vraiment bien avec les anciens morceaux, même si c’est surprenant parfois. Un excellent disque donc, quoi qu’on puisse raconter ailleurs !!!

Tracklist

(Banks/Rutherford)


Calling all stations
Can anybody tell me, tell me exactly where I am
I’ve lost all sense of direction
Watching the darkness closing around me
Feeling the cold all through my body
That’s why I’m calling all stations
In the hope that someone hears me
A single lonely voice

I feel the sensation disappearing
There’s a tingling in my arms
And there’s a numbness in my hands

All the broken promises
All my good intentions don’t add up to very much
And I realise whatever happened, whatever happened
I remember all the moments that I’ve wasted in my life
All the things I was always gonna do
Why is it now when it’s too late
That I’ve finally realised it’s important to me
To think that everything that’s dear to me
And is always in my heart
Could so easily be taken
And it’s tearing me apart
Going over and over in my mind
I relive it one second at a time

Calling all stations
Can anybody tell me, tell me exactly where I am
How different things look when your all on your own
Watching the darkness closing all around me
All around me
And I’m lost with feeling
Of your arms to remind me
Of everything that’s dear to me
And is always in my heart
Could so easily be taken
And it’s tearing me apart
Going over and over in my mind
I relive it one second at a time
Don’t you know there’s never been a moment
When I haven’t had the thought
That everything that’s dear to me
And is always in my heart
Could so easily be taken
And it’s tearing me apart
Going over and over in my mind
I relive it one second at a time
As I sit here in the darkness
Feeling so alone
And everything that’s dear to me
And is always in my heart…

(Banks/Rutherford)


You say that I put chains on you
But I don’t think that’s really true
But if you want to be free from me
You gotta lose me in another world

Send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Send me to the Congo you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

Like a soldier ant
I will wait for the signal to act
To take a walk right through the door
If you don’t want me here any more

Send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Send me to the Congo you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

Into my heart you came
And gave a whole new meaning to my life
Into my world you brought a light
I thought it never would go out

Send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Send me to the Congo you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

You can send me to the Congo I’m free to leave
There’s always somewhere anybody can lead
Yes you can send me to the Congo, you have to believe
You can do it if you wanna just do what you please

I would never be the one to say you had no reason
To want me somewhere else far far away
But someday you may understand, someday you will see
That someone who would die for you is all I’ve ever been

Congo the Congo, if that’s how it’s got to be
Congo the Congo, if that’s what you want from me

I would never be the one to say you had no reason
To want me somewhere else far far away
Someday you may understand someday you will see…

(Banks/Rutherford)


I’m a million miles from anywhere, where can I be
Somewhere out on the ocean
Just take a look out on the horizon, what can you see
There’s nothing there for me

I feel shipwrecked, I might as well be shipwrecked
I’m helpless and alone drifting out to sea
I can’t believe what you said to me

Even standing on the corner of a busy city street
I still feel so lonely
Why do you say you want to be with me
But the next day say you don’t

I’m shipwrecked, I might as well be shipwrecked
I’m helpless and alone drifting out to sea
I can’t believe what you said to me
Without you I feel shipwrecked
But I can’t let it show
A million miles away from anywhere, ooh, ooh, ohh

Is it my imagination
Or is it getting darker, are the waves getting higher
I’m a million miles from anywhere
A million miles from anything I know

You know that’s why I’m shipwrecked
I might as well be shipwrecked
I’m helpless and alone drifting out to sea
I can’t believe what you said to me
You know that’s why I’m shipwrecked, shipwrecked
Losing my direction
Please come and rescue me (shipwrecked)
Shipwrecked
Shipwrecked
Shipwrecked
Shipwrecked…

(Banks/Rutherford)


Woke up in the morning staggered out of bed
Thought about getting back again, but went downstairs instead
Read the daily paper have to know the truth
Slammed the door as I ran outside, looked at my watch and cried
Gotta get to work on time
Gotta get to work on time

Then the sky turned a deeper blue
Not a cloud as the sun shone through
But all around rain kept falling to the ground
The wind was blowing but the trees didn’t make a sound
Just another alien afternoon
Just another alien afternoon

Time that I was leaving while there’s still a chance
Before I start believing in what I see or hear
Nothing here to keep me, nothing anywhere
Gotta get out pack my bags before I go insane
Gotta get away in time
Gotta get away in time

Then the sky turned from blue to green
Took on colours I have never seen
Then a sound started ringing in my ears
I heard voices but in truth there’s nobody there
Just another alien afternoon
Just another alien afternoon

To be there back where I belong
To feel again the wind upon my face
To see again all that I took for granted
All that I left and everything I knew

We are home
We are your home
We are all your home

Not another alien afternoon

Never more to go wandering
Never leaving my world behind

There was never a reason
To leave my heart and my home behind
Where I was born is where I should be now
I would never be lonely
I would never be sad again

I wanted to go anywhere
I wanted to see how strange it all could be
Nothing would ever take me away again
Never more to go wandering
Never leaving my world behind
No, no, no, no
Nothing will ever take me away again, away again
No, no, no, no

(Banks/Rutherford/Wilson)


A little piece of something
Falling gently down down down
No one understands you like I do

I’d rather be beside you
Everything we know so well
Tell me what you feel now
Show me what you think of it

It’s not about us anymore
It’s all about the reasons
That we think we’re fighting for
It’s not about hate
It’s not about pain we always feel
I know we have our problems
But we’re not the only ones
It’s not about you it’s not about me
It’s not about anger
It’s more about the loneliness we feel

How can I begin to
Ask for some forgiveness
For all that we have taken
There’s nothing left now

Just a little piece of something
Falling gently down down down
No one understands you no no
Like I do
There’s nothing left now

It’s not about us anymore
It’s all about the reasons
That we think we’re fighting for
It’s not about hate
It’s not about pain we always feel
I know we have our problems
But we’re not the only ones
It’s not about you it’s not about me
It’s not about anger
It’s more about the loneliness we feel

It’s not about us
It’s not about hate
It’s more about the loneliness we feel, can you feel it
It’s not about anger
It’s not about wanting
I know we have our problems
But we’re not the only ones, we’re not the only ones
It’s not about you, it’s not about me…

(Banks/Rutherford)


Talking makes us human that’s what I was told
So why do I find it so difficult to let my feelings unfold
Had I the courage to tell you I’d promise you this

If that’s what you need
I’ll be the river I’ll be the mountain always beside you
If that’s what you need
I will be stronger I will be braver than ever before

When you came along and turned it all around
I promised myself I wouldn’t tell you
Until we stood on solid ground
Holding the candle between us I’ll tell you this

If that’s what you need
I’ll be the river I’ll be the mountain always beside you
If that’s what you need
I will be stronger I will be braver than ever before

And if there’s any kind of danger
I hear you calling out my name
You can follow in my footsteps
And I will lead you safely back again

I never understood you however hard I tried
But it took me a while until I realised
That all the problems were mine
Holding you nearer to me to tell you this

If that’s what you need
I’ll be the river I’ll be the mountain always beside you
If that’s what you need
I will be stronger I will be braver than ever before
And when things go wrong
I’ll be your conscience there to remind you all of your life
When you go wrong
I’ll be the reason you’ll be protected all of your days

(Banks/Rutherford)


There has always been a dividing line
But you choose, you choose, yes you choose not to see it
And then you wonder why you fall
It cuts through the heart of every city
If you climb to the top of the highest building
You can see where it falls ’cause the streetlights stop
The colours start to change
You hear a voice inside you
Not the words that you wanted to hear
Not the things that you wanted to see hey, hey, hey, hey

In the comfort and safety of your own home
Remember those outside in the cold
And the wind and the rain
And take in your hands a little ray of light
And turn it into a beam that pierces the darkness of the night

There has always been a dividing line
But you choose, you choose, yes you choose not to see it
Sometimes we believe if we close our eyes
The rain might wash it away
That’s why we stumble and we fall
Not the words that you wanted to hear
Not the things that you wanted to see hey, hey, hey, hey

When everything that you hold dear to you
Has finally faded away from your life
The last cold ray of sunshine slowly disappears
Round the corner of the building
And leaves you alone
When darkness covers the city and the streets are silent too
What will you turn to…

(Banks/Rutherford)

A day of uncertain weather
Captured in a frame forever
A face in a faded photograph

He must have had a life
Maybe with a family
People who meant everything to him

A sinner, a saint, a soldier
Caught up in a war he never
Had a chance to start or build a life

All gone long ago
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind
To become just a face without a name
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind

Hopes and fears important plans
Forgotten memories
Footsteps fading in the sand, ooh
Schemes and dreams small and grand
Nothing left to see
Footsteps fading in the sand, ooh

Someone who cast a shadow
Maybe just a lazy man
Doesn’t make much difference now it’s true

A day of uncertain weather
Captured in a frame forever
A face in a faded photograph

All gone long ago
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind
To become just a face without a name
One more to add to the total
Of those never heard of again

Yes he’s gone
Just a face without a name
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind
All gone
Just a face without a name
Leaving no trace
Disappearing like smoke in the wind…

(Banks/Rutherford/Wilson)


Don’t talk back to me, don’t talk back to me
Don’t talk back to me, don’t talk

Going round in circles, hearing too many points of view
Just words to tire me out, small talk I could do without
I would be amazed if you returned to see things my way
Now that you’ve been disrespectful to my sense of pride

Isn’t it a shame that you were lying when you said to me (small talk)
I was the only one, you and I were meant to be
I expect you’ll never really feel the way that I do
All of this is with regret, I’m sure you will agree

Say something to me, anything at all
I want you to mean what you say
I’ve seen all I want to see, and you mean the world to me
I’ve lived for each moment to be with you, with you, with you

Small talk, small talk, small talk, small talk

You say I don’t talk enough, that applies to both of us
Don’t try to sound me out, something I could do without
So much goes on inside your head, I often wonder
Have you heard enough to know, there’s nothing left to say

Say something to me, anything at all
I want you to mean what you say
I’ve seen all I want to see, and you mean the world to me
I’ve lived for each moment to be with you, with you, with you

Small talk
Small talk
Ooh small talk
That’s all I ever hear
Small talk

I’ll be alright
It may take sometime
But I’ll be alright (don’t talk back to me)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (don’t want to be alone, nothing worth to carry on)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (try hard to understand, you won’t seem to lend a hand)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (without you’ll fail to see, you never spare a thought for me)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (so many things you said, going round in circles)
I’ll be alright (don’t talk back to me) (I’ll rise above it all, enough to see another day)
I’ll be alright
I’ll be alright
Don’t talk back to me…

(Banks/Rutherford/Wilson)


You’re no longer part of my life
I must remind myself again
Too much has happened to us to cause each other pain
It’s over now, there’s too much guilt to share
Once there would have been a time for talking and learning

There must be some other way
To get where we have to go
There must be some other way
Please show me another way
Once it would have been so easy, to do what we have to do
There must be some other way
Please show me another way

Are we no more than parts in a play
Letting other people, strangers say our lines?
To think it should come to this, after all these years
What was mine and what should stay behind
Once there would have been a time of sharing, of caring

There must be some other way
To get where we have to go
There must be some other way
Please show me another way
Once it would have been so easy to do what we have to do (there must be some other way)
There must be some other way
Please show me, show me another way…

——

There’s nothing much left to say
We have said it once and said it all again
This time we have gone too far, it could never be the same
It’s time to carry on create new lives
Once we promised we would stay together forever

There must be some other way
To get where we have to go (there must be some other way)
There must be some other way
Please show me another way
Once it would have been so easy to do what we have to do (what we have to do)
You know there must be some other way
Please show me another way
You know there must be another way
Please show me, show me another way (there must be some other way)
You know there must be some other way…

(Banks/Rutherford)


As the buildings crumble, tumble to the ground
And the dust-filled smoke rises in the air
You know that somebody somewhere looks with pride, they’re satisfied

To all who think they know
To everyone that knows that they’re right
D’you ever wonder why
D’you never ask the question even in the depths of night?

Now as the daylight fading ends another day
For too many life will never be the same
And it is all for the reason they will never understand

To all who think they know
To everyone that knows that they’re right
D’you ever wonder why
D’you never ask the question even in the depths of night?

And on the morning after do you realise
See the ruined faces and the ruined lives
Inside your head do you never have the thought a moment of doubt?

To all who think they know
To everyone that knows that they’re right
D’you ever wonder why
D’you never ask the question even in the depths of night?

There are only dreams one like any other
What means the earth to one or few means nothing to another
There are only dreams like any other

Drawing lines upon the sand, on the land, on the sea
Then dying to defend them seems quite meaningless to me

Don’t you know what means the earth to some or only one
Can mean just nothing nothing nothing to another

There are only dreams like any other
There are only differences, worth living but not dying for

One man’s joy makes another man weep
Nothing you can do is ever gonna change it
One man’s saint is another man’s fool
One man’s hot is another man’s cool

And when the war is over, won
Will there be peace for evermore?

Statues carved right out of stone, out of wood, made from gold
Praying for their mercy that won’t save their souls

Don’t you know what means the earth to some or only one
Can mean just nothing nothing nothing to another

There are only dreams like any other
There are only hopes and beliefs one like any other (there are only dreams like any other)
Worth living but not dying for
Living but not dying for not killing for
There are only dreams like any other like any other

To all of those who think that they know
All I can say yes all I can say

One man’s joy makes another man weep
Nothing you can do is ever gonna change it
One man’s saint is another man’s fool
One man’s hot is another man’s cool

There are only dreams like any other
There are only hopes and beliefs, one like any other
There are only dreams like any other…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Rutherford)

Appelant toutes les stations
Est-ce que quelqu’un peut me dire, me dire exactement où je suis
J’ai perdu tout sens d’orientation
Regardant la pénombre m’entourant
Ressentant le froid à travers tout mon corps
C’est pourquoi j’appelle toutes les stations
Dans l’espoir que quelqu’un m’entende
Une simple voix seule

Je sens la sensation disparaître
Il y a un picotement dans mes bras
Et un engourdissement dans mes mains
Toutes les promesses brisées
Toutes mes bonnes intentions ne s’ajoutent pas beaucoup
Et je réalise que quoi qu’il arrive, quoi qu’il arrive
Je me souviens de tous les moments que j’ai gâché dans ma vie
Toutes les choses que j’allais toujours faire
Pourquoi est-ce maintenant, quand c’est trop tard
Que je réalise finalement ce qui est important pour moi
Pour penser que tout ce qui m’est cher
Et qui est toujours dans mon cœur
Peut être pris si simplement
et ça me déchire
Ca va et vient et revient dans mon esprit
Je le revis à chaque secondes

Appelant toutes les stations
Est-ce que quelqu’un peut me dire, me dire exactement où je suis
Comme les choses semblent différentes quand on est seul
Regardant la pénombre tout autour de moi
Tout autour de moi
Et je suis perdu avec le sentiment
De mes bras qui me rappellent
Tout ce qui m’est cher
Peut être pris si facilement
Et ça me déchire
Faisant des va et vient et revient dans mon esprit
Je le revis à chaque secondes

Ne sais-tu pas qu’il n’y a jamais eu un instant
Durant lequel je n’ai pas eu la pensée
Que tout ce qui m’est cher
Et est toujours dans mon cœur
Pouvait être pris si facilement
Et ça me déchire
Faisant des va et vient et revient dans mon esprit
Je le revis à chaque secondes
Alors que je suis assis dans la pénombre
Me sentant si seul
Et tout ce qui m’est cher
Et est toujours dans mon cœur…

(Banks/Rutherford)

Tu dis que je t’enchaîne
mais je ne pense pas que ça soit vraiment vrai
mais si tu veux te libérer de moi
il faudra que tu me perdes dans un autre monde

Envoie-moi au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
envoie-moi au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Comme un fourmi-soldat
j’attendrai le signal pour agir
pour marcher à travers la porte
si tu ne me veux plus ici du tout

Envoie-moi au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
envoie-moi au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Tu es venue dans mon cœur
et tu as donné un nouveau sens à ma vie
dans mon monde tu as amené une lumière
je pensais qu’elle ne partirai jamais

Envoie-moi au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
envoie-moi au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Tu peux m’envoyer au Congo, je suis libre de partir
il y a toujours quelque part où personne ne peut mener
Oui tu peux m’envoyer au Congo, il faut que tu crois
que tu peux le faire si tu veux juste faire ce qu’il te plaît

Je ne serai jamais celui qui dira que tu n’avais pas de raison
De me voir autre part, loin loin au loin
Mais un jour il se peut que tu comprennes, un jour tu verras
que quelqu’un qui peut mourir pour toi est tout ce que j’ai toujours été.

Congo le Congo, si c’est comme ça que ca doit être
Congo le Congo, si c’est ce que tu veux de moi

Je ne serai jamais celui qui dira que tu n’avais pas de raison
De me voir autre part, loin loin au loin
Mais un jour il se peut que tu comprennes, un jour tu verras…

(Banks/Rutherford)

Je suis à un million de kilomètres de n’importe où, où pourrais-je être
Quelque part sur l’océan
Regarde l’horizon, que peux-tu voir
Il n’y a rien là-bas pour moi

Je me sens naufragé, je peux aussi bien être naufragé
Je suis désemparé et seul dérivant sur la mer
Je ne peux pas croire ce que tu disais

Même debout, au coin d’une rue d’une ville très affairée
Je me sens quand même si seul
Pourquoi dis-tu que tu veux être avec moi
Mais le jour suivant tu dis que tu ne veux plus

Je me sens naufragé, je peux aussi bien être naufragé
Je suis désemparé et seul dérivant sur la mer
Je ne peux pas croire ce que tu disais.
Sans toi je me sens naufragé
Mais je ne peux le laisser paraître
Un million de kilomètres de n’importe où, ooh ooh ooh

Est-ce mon imagination
Ou est-ce que ça devient plus sombre, est-ce que les vagues deviennent plus hautes
Je suis à un million de kilomètres de n’importe où
Un million de kilomètres de n’importe quoi que je connaisse

Tu sais, c’est pour ça que je suis naufragé
Je pourrais aussi bien être naufragé
Je suis désemparé et seul, dérivant sur la mer
Je ne peux pas croire ce que tu me disais
Tu sais, c’est pour ça que je suis naufragé, naufragé
Perdant ma direction
S’il te plaît, viens et sauve-moi (naufragé)
Naufragé
Naufragé
Naufragé
Naufragé…

(Banks/Rutherford)

Je me suis réveillé ce matin, tombant du lit
j’ai pensé à retourner encore, mais je suis descendu à la place
J’ai lu le journal du jour, fallait que je connaisse la vérité
J’ai claqué la porte alors que je sortais, j’ai regardé ma montre et j’ai crié
Il faut que je sois à l’heure au boulot
Il faut que je sois à l’heure au boulot

C’est alors que le ciel a viré vers un bleu plus profond
Pas un seul nuage puisque le soleil brillait
Mais tout autour la pluie continuait de tomber sur le sol
Le vent soufflait, mais les arbres ne faisaient pas un bruit
Juste un autre après-midi étranger
Juste un autre après-midi étranger

Il était temps que je parte tant qu’il y avait encore une chance
Avant que je commence à croire en ce que je vois ou entends
Rien ici pour me retenir, rien nulle part
Il faut que je fasse mes bagages avant que je devienne fou
Il faut que je parte dans les temps
Il faut que je parte dans les temps

Alors le ciel vira du bleu au vert
Pris des couleurs que je n’avais jamais vues
Alors un son commença à retentir dans mes oreilles
J’entendais des voix, mais en réalité il n’y avait personne
Juste un autre après-midi étranger
Juste un autre après-midi étranger

Pour retourner de nouveau, là où j’appartiens
Pour sentir de nouveau le vent sur mon visage
Pour voir de nouveau que tout ce que je prenais pour sûr
Tout ce que j’avais quitté et tout ce que je connaissais

Nous sommes chez toi
Nous sommes ton chez toi
Nous sommes tous ton chez toi

Pas un autre après-midi étranger

Plus jamais errer
Jamais laisser mon monde derrière

Il n’y avait pas de raison
De laisser mon cœur et ma maison derrière
Là où je suis né est là où je devrais être maintenant
Je ne serais jamais seul
Je ne serais jamais triste de nouveau

Je voulais aller n’importe où
Je voulais voir à quel point tout ça pouvait être étrange
Plus jamais errer
Jamais laisser mon monde derrière
non, non, non, non
Rien ne me fera plus jamais partir de nouveau, partir de nouveau
non, non, non, non

(Banks/Rutherford/Wilson)

Un petit bout de quelque chose
Tombant doucement en bas, bas bas
Personne ne te comprends comme je le fais

Je ferais mieux d’être derrière toi
Tout ce que nous connaissons si bien
Dis-moi ce que tu ressens maintenant
Montre-moi ce à quoi tu penses

Il n’est plus question de nous à présent
C’est juste à propos des raisons
Pour lesquelles nous pensons combattre
Il n’est pas question de haine
Il n’est pas question de la douleur que nous ressentons
Je sais que nous avons nos problèmes
Mais nous ne sommes pas les seuls
Il n’est pas question de toi, Il n’est pas question de moi
il n’est pas question de colère
Il est plus question de la solitude que nous ressentons

Comment puis-je commencer
à te demander quelques pardons
Pour tout ce que nous avons pris
Il ne reste plus rien maintenant

Juste un petit bout de quelque chose
Tombant doucement en bas, bas bas
Personne ne te comprends non non
Comme je te comprends
Il ne reste plus rien maintenant

Il n’est plus question de nous à présent
C’est juste à propos des raisons
Pour lesquelles nous pensons combattre
Il n’est pas question de haine
Il n’est pas question de la douleur que nous ressentons
Je sais que nous avons nos problèmes
Mais nous ne sommes pas les seuls
Il n’est pas question de toi, Il n’est pas question de moi
il n’est pas question de colère
Il est plus question de la solitude que nous ressentons

Il n’est pas question de toi
Il n’est pas question de haine
Il est plus question de la solitude que nous ressentons, peux-tu la sentir
Il n’est pas question de colère
Ce n’est pas à propos de vouloir
Je sais que nous avons nos problèmes
Mais nous ne sommes pas les seuls, nous ne sommes pas les seuls
Ce n’est pas à propos de toi, ce n’est pas à propos de moi…

(Banks/Rutherford)

Parler nous rend humain, c’est ce qu’on m’a dit
Alors pourquoi est-ce que je trouve si difficile de laisser mes sentiments
éclater au grand jour
Ai-je eu le courage de te dire que je te le promettais

Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai la rivière je serai la montagne toujours derrière toi
Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai plus fort, je serai plus brave que jamais

Quand tu viens et que tu remues tout
Je me promet que je ne te dirai pas
Tant que nous ne serons pas sur la terre ferme
Tenant une bougie entre nous, Je te dirai ceci

Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai la rivière je serai la montagne toujours derrière toi
Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai plus fort, je serai plus brave que jamais

Et si il y a n’importe quel sorte de danger
J’entends que tu appelles mon nom
Tu peux me suivre à la trace
Et je te ramènerai sans danger

Je ne t’ai jamais compris, aussi fort que j’ai essayé
Mais cela m’a pris un certain temps pour réaliser
Que tous les problèmes étaient les miens
Te tenant plus près de moi pour te dire ceci

Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai la rivière je serai la montagne toujours derrière toi
Si c’est ce dont tu as besoin
Je serai plus fort, je serai plus brave que jamais.
Et quand les choses iront mal
Je serai ta conscience ici, pour te rappeler toute ta vie
Quand tu feras fausse route
Je serai la raison tu seras protégé pour tous tes jours

(Banks/Rutherford)

Il y a toujours eu une ligne de division
Mais tu choisis, tu choisis, oui tu choisis de ne pas la voir
Et alors tu te demandes pourquoi tu tombes
Elle coupe à travers le cœur de chaque ville
Si tu grimpes jusqu’au somment du plus haut building
Tu peux voir où elle est parce que la lumière des rues s’arrête
Les couleurs commencent à changer
Tu entends la voix à l’intérieur de toi
Pas les mots que tu voulais entendre
Pas les choses que tu voulais voir hey, hey, hey, hey

Dans le confort et la sécurité de ton chez toi
Rappelle-toi de ceux qui sont dehors, dans le froid
Et le vent et la pluie
Et prend dans tes mains un petit rayon de lumière
Et transforme-le en un faisceau qui perce à travers la noirceur de la nuit

Il y a toujours eu une ligne de division
Mais tu choisis, tu choisis, oui tu choisis de ne pas la voir
Parfois, nous croyons quand on ferme nos yeux
Que la pluie va laver tout ça
C’est pour ça que l’on trébuche et que l’on tombe
Pas les mots qu’on voulait entendre
Pas les choses qu’on voulait voir hey, hey, hey, hey

Quand tout ce qui t’es cher
A finalement disparu de ta vie
Le dernier rayon froid du soleil disparaît lentement
Autour des coins du building
Et te laisse seul
Quand l’obscurité recouvre la ville et que aussi les rues sont silencieuses
Que vas-tu devenir…

Contenu (Banks/Rutherford)

Un jour de temps incertain
Capturé dans un cadre pour toujours
Un visage dans une photo pâlie

Il devait avoir une vie
Peut-être une famille
Des gens qui étaient tout pour lui

Un pêcheur, un saint, un soldat
Pris dans une guerre il n’a jamais
eu la chance de démarrer ou construire une famille

Tout est parti il y a bien longtemps
Ne laissant aucune trace
Disparaissant comme la fumée dans le vent
Pour devenir juste un visage sans nom
Ne laissant aucune trace
Disparaissant comme la fumée dans le vent

Espoirs et peurs, plans importants
Souvenirs oubliés
Traces de pas s’effaçant dans le sable, ooh
projets et rêves, petits et grandioses
Il ne reste plus rien à voir
Traces de pas s’effaçant dans le sable, ooh

Quelqu’un qui projette une ombre
Peut-être juste un homme faignant
Ca ne fait pas beaucoup de différences maintenant, c’est vrai

Un jour de temps incertain
Capturé dans un cadre pour toujours
Un visage dans une photo pâlie

Tout est parti il y a bien longtemps
Ne laissant aucune trace
Disparaissant comme la fumée dans le vent
Pour devenir juste un visage sans nom
Un de plus à ajouter au total
De ceux dont on n’entendit plus jamais parler

Oui il est parti
Juste un visage sans nom
Ne laissant pas de traces
Disparaissant comme la fumée dans le vent
Tout est parti
Juste un visage sans nom
Ne laissant pas de traces

(Banks/Rutherford/Wilson)

Ne me réponds pas, Ne me réponds pas
Ne me réponds pas, Ne parle pas

Faisant des ronds, écoutant beaucoup trop de points de vue
Juste des mots pour me fatiguer, des banalités dont je pourrais me passer
Je serais impressionné si tu te venais à voir les choses comme moi
Maintenant que tu as été irrespectueux envers mon sens de l’honneur

N’est-ce pas une honte que tu m’ais menti quand tu m’as dit (banalité)
J’étais le seul, toi et moi signifiait quelque chose
Je suppose que tu ne ressentiras vraiment jamais ce que je ressens
Tout cela c’est avec des regrets, je suis sûr que tu seras d’accord.

Dis-moi quelque chose, n’importe quoi
Je veux que tu penses ce que tu dis
J’ai vu tout ce que je voulais voir et tu représentes le monde pour moi
J’ai vécu chaque moment pour être avec toi, avec toi, avec toi

Banalité, banalité, banalité, banalité

Tu dis que je ne parle pas assez, c’est vrai pour tous les deux
n’essaye pas de me sonder, quelque chose dont je pourrais me passer
Tellement de choses se passent dans ta tête, je me demande souvent
as-tu assez écouter pour savoir qu’il ne reste rien à dire

Dis-moi quelque chose, n’importe quoi
Je veux que tu penses ce que tu dis
J’ai vu tout ce que je voulais voir et tu représentes le monde pour moi
J’ai vécu chaque moment pour être avec toi, avec toi, avec toi

Banalité
Banalité
Ooh, Banalité
C’est tout ce que j’ai jamais entendu
Banalité

Je vais aller bien
Ca prendra peut être du temps
Mais je vais aller bien (ne me réponds pas)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(ne veux pas être seul, rien ne vaut de continuer)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(essaye dur de comprendre, tu ne sembles pas vouloir me donner la main)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(sans tu ne verras plus, tu gâcheras pas une pensée pour moi)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(tellement de choses que tu dis, faisant des ronds)

Je vais aller bien (ne me réponds pas)
(Je vais briller au delà de tout ça, assez pour voir un autre jour)

Je vais aller bien
Je vais aller bien
Ne me réponds pas…

(Banks/Rutherford/Wilson)

Tu ne fais désormais plus partie de ma vie
Je dois me rappeler encore
Que trop de choses nous sont arrivées pour causer de la douleur à l’autre
C’est fini maintenant, il y a trop de culpabilité à partager
Autrefois il y aurait eu du temps pour parler et apprendre

Il doit y avoir un autre chemin
Pour aller là où on doit aller
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît, montre-moi un autre chemin
Autrefois il aurait été si facile de faire ce que nous avions à faire
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin

Ne sommes-nous plus que des parties dans un jeu
Laissant les autres personnes, étrangères dire nos lignes?
Pour penser que ça devait en arriver là, après toutes ces années
Qu’est-ce qui était mien et qu’est ce qui devrait rester derrière
Autrefois il y aurait eu du temps pour partager et faire attention

Il doit y avoir un autre chemin
Pour aller la où on doit aller
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît, montre-moi un autre chemin
Autrefois il aurait été si facile de faire ce que nous avions à faire (il doit y avoir un autre chemin)
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin…

Il ne reste plus rien à dire
Nous l’avons dit une fois et dit tout encore
Cette fois nous sommes allé trop loin, ça ne pourra jamais être pareil
Il est temps de continuer et créer de nouvelles vies
Autrefois nous avons promis que nous resterions ensemble pour toujours

Il doit y avoir un autre chemin
Pour aller là où on doit aller (il doit y avoir un autre chemin)
Il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît, montre-moi un autre chemin
Autrefois il aurait été si facile de faire ce que nous avions à faire (ce que nous avions à faire)
Tu sais il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin
Tu sais il doit y avoir un autre chemin
S’il te plaît montre-moi un autre chemin (il doit y avoir un autre chemin)
Tu sais il doit y avoir un autre chemin…

(Banks/Rutherford)

Alors que les bâtiments s’écroulent, chutent sur le sol
Et que la fumée remplie de poussière s’élève dans l’air
Tu sais que quelqu’un, quelque part regarde avec fierté, ils sont satisfait

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
À tous ceux qui savent qu’ils ont raison
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi
Vous êtes-vous déjà posé la question même dans les profondeurs de la nuit?

Maintenant alors que la lumière du jour disparaissant finie un autre jour
Car trop de vies ne seront plus jamais les mêmes
Et c’est pour toute la raison qu’ils ne comprendront jamais

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
À tous ceux qui savent qu’ils ont raison
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi
Vous êtes-vous déjà posé la question même dans les profondeurs de la nuit?

Et le lendemain matin, réalisez-vous
voyez-vous les visages détruits et les vies détruites
Dans vos têtes, n’avez-vous jamais la pensée d’un moment de doute?

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
À tous ceux qui savent qu’ils ont raison
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi
Vous êtes-vous déjà posé la question même dans les profondeurs de la nuit?

Il y a seulement des rêves, un comme n’importe quel autre
Ce que signifie la terre pour un ou peu, ne signifie rien à un autre
Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre

Dessinant des lignes sur le sable, la terre, la mer
Et mourir pour les défendre me semble assez sans aucun sens

Ne savez-vous pas que ce que signifie la terre pour quelques un ou seulement un
peut signifier seulement rien rien rien pour un autre

Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre
Il y a seulement des différences qui valent la peine de vivre et pas de mourir pour elles.

La joie d’un homme fait pleurer un autre
Rien que tu puisses faire ne pourra jamais changer ceci
La bonté d’un homme est la bêtise d’un autre
La chaleur d’un homme est la froideur d’un autre

Et quand la guerre est finie, gagnée
Y aura t’il la paix à jamais?

Des statues sculptées directement dans la pierre, le bois, faites d’or
Priant pour leur pitié qui ne sauvera pas leurs âmes

Ne savez-vous pas que ce que signifie la terre pour quelques un ou seulement un
peut signifier seulement rien rien rien pour un autre

Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre
Il y a seulement des espoirs et des croyances comme n’importes quelles autres (il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre)
Valant la peine de vivre mais pas de mourir pour eux
Vivre, mais pas mourir, pas tuer pour eux
Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre, n’importe quel autre

À tous ceux qui pensent qu’ils savent
Tous ce que je peux dire, oui tout ce que je peux dire

La joie d’un homme fait pleurer un autre
Rien que tu puisses faire ne pourra jamais changer ceci
La bonté d’un homme est la bêtise d’un autre
La chaleur d’un homme est la froideur d’un autre

Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre
Il y a seulement des espoirs et des croyance comme n’importes quelles autres
Il y a seulement des rêves comme n’importe quel autre…

Infos générales

Ray Wilson – Chant
Tony Banks – Claviers
Mike Rutherford – Guitares

Batteries : Nir Zidkyahu sauf sur les plage 4 (première moitié), 6, 8 et 9 – Nick D’Virgilio

Enregistré à The Farm, Surrey.
Producteur : Nick Davis, Tony Banks et Mike Rutherford
Ingénieurs du son : par Nick Davis et Ian Huffam
Assisté par Ian Huffam

Sorti en Septembre 1997

Singles:
Septembre 97 – Congo/Papa he said/Banjo man
Decembre 97 – Shipwrecked/No son of mine (live)/Lover’s leap (live)/Turn it on again (live)
Février 98 – Not about us/Dancing with the moonlit knight (live)/Follow you, Follow me (live)

Seb

4/5

Sorti dans la foulée du précédent, celui là s’adresse aux amateurs de l’ancien Genesis, avec un fabuleux Old Medley de 19 minutes faisant honneur aux années 70. Le reste c’est des morceaux de plus de 10 minutes appartenant aux trois derniers albums, dont Home by the sea, avec une version puissante à souhait et qui écrase la version studio (forcement). Le tout dernier morceau est le duo de batterie que Phil faisait avec Chester Thompson sur scène. Phil pour la dernière fois derrière la batterie, pour la dernière fois sur un disque de Genesis… Dernière ?

Tracklist

1 : Old Medley (live)

2 : Driving The Last Spike (live)

3 : Domino (live)

4 : Fading Lights (live)

5 : Home By The Sea (live)

6 : Drum Duet (live)

Infos générales

Phil Collins – Chant et Batterie
Tony Banks – Claviers & Choeurs
Mike Rutherford – Guitare, Basse et Choeurs
Daryl Stuermer – Guitare, Basse & Choeurs
Chester Thompson – Batterie

Sorti en Janvier 1993

Seb

3/5

Pas grand chose à dire sur celui là, si ce n’est que c’est une collection des plus gros succès de Genesis depuis l’album éponyme. Le son est bon, les morceaux ont la pêche. Mais, dommage pour les progs-integristes, il n’y a pas une note qui rappelle les années 70 là dessus. Et alors ? Évidemment, pour tout ce qui est morceaux provenant d’Invisible Touch ou de l’album éponyme, les versions live explosent les versions studio…

Tracklist

1 : Land Of Confusion (live)

2 : No Son Of Mine (live)

3 : Jesus He Knows Me (live)

4 : Throwing It All Away (live)

5 : I Can’t Dance (live)

6 : Mama (live)

7 : Hold On My Heart (live)

8 : That’s All (live)

9 : In Too Deep (live)

10 : Tonight Tonight Tonight (live)

11 : Invisible Touch (live)

Infos générales

Phil Collins – Chant et Batterie
Tony Banks – Claviers & Choeurs
Mike Rutherford – Guitare, Basse et Choeurs
Daryl Stuermer – Guitare, Basse & Choeurs
Chester Thompson – Batterie

Sorti en Novembre 1992

Seb

4/5

Après cinq ans d’absence et du succès solo à la pelle pour Phil, un peu moins pour Mike et pas du tout pour Tony, Genesis revient avec We Can’t Dance, premier disque de Genesis écrit pour être sur un CD, c’est à dire au format 70 minutes. Padgham n’est plus là et ça s’entend. C’est un véritable bonheur après Invisible touch. On trouve de tout sur ce disque du très bon et du mauvais, du long et du court, du sérieux et du drôle… Trois ou quatre morceaux se détachent quand même : No son of mine, Driving the last spike, Dreaming while you sleep et Fading Light : Superbes. Le format 70 minutes est inhabituel pour Genesis, et à la première écoute on a l’impression qu’il y a beaucoup de remplissage. Avec plus de recul, on se dit que le disque aurait été meilleur à être plus concis en adoptant un format vinyle autour de 45 minutes… Ce disque a généré énormément de tubes comme I can’t dance, Jesus he knows me ou Hold on my heart, et même si cela peut sembler éloigné de ce que Genesis a fait auparavant, certains morceaux n’ont rien envier à ceux des premiers temps. Se passer de ce disque sous prétexte qu’il y a du Genesis pop dessus serait se passer de très bonne musique.

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Well the key to my survival
was never in much doubt
the question was how I could keep sane
trying to find a way out

Things were never easy for me
peace of mind was hard to fin
and I needed a place where I could hide
somewhere I could call mine

I didn’t think much about it
til it started happening all the time
soon I was living with the fear everyday
of what might happen that night

I couldn’t stand to hear the
crying of my mother
and I remember when
i swore that, that would be the
Last they’d see of me
And I never went home again

they say that time is a healer
and now my wounds are not the same
I rang the bell with my heart in my mouth
I had to hear what he’d say

He sat me down to talk to me
he looked me straight in the eyes

he said:

You’re no son, you’re no son of mine
You’re no son, you’re no son of mine
You walked out, you left us behind
and you’re no son, no son of mine

oh, his words how they hurt me, I’ll never forget it
and as the time, it went by, I lived to regret it

You’re no son, you’re no son of mine
but where should I go,
and what should I do
you’re no son, you’re no son of mine
but I came here for help, oh I came here for you

Well the years they passed so slowly
I thought about him everyday
what would I do, if we passed on the street
would I keep running away

in and out of hiding places
soon I’d have to face the facts
we’d have to sit down and talk it over
and that would mean going back

they say that time is a healer
and now my wounds are not the same
I rang that bell with my heart in my mouth
I had to hear what he’d say

He sat me down to talk to me
he looked me straight in the eyes

he said:

You’re no son, you’re no son of mine
You’re no son, you’re no son of mine
When you walked out, you left us behind
and you’re no son, you’re no son of mine

oh, his words how they hurt me, I’ll never forget it
and as the time, it went by, I lived to regret it

You’re no son, you’re no son of mine
But where should I go and what should I do
You’re no son, you’re no son of mine
But I came here for help, oh I was looking for you
You’re no son, you’re no son of mine – oh
You’re no son – ha yeah, ha yeah, ha yeah, ha yeah
You’re no son, you’re no son of mine

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


You see the face on the TV screen
coming at you every Sunday
see that face on the billboard
that man is me

On the cover of the magazine
there’s no question why I’m smiling
you buy a piece of paradise
you buy a piece of me

I’ll get you everything you wanted
I’ll get you everything you need
don’t need to believe in hereafter
just believe in me

Cos Jesus he knows me
and he knows I’m right
I’ve been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I’m right
and he’s been telling me
everything is alright

I believe in the family
with my ever loving wife beside me
but she don’t know about my girlfriend
or the man I met last night

Do you believe in God
cos that’s what I’m selling
and if you wanna get to heaven
I’ll see you right

You won’t even have to leave your house
or get outta your chair
you don’t even have to touch that dial
cos I’m everywhere

And Jesus he knows me
and he knows I’m right
I’ve been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I’m right
well he’s been telling me
everything’s gonna be alright

Won’t find me practising what I’m preaching
won’t find me making no sacrifice
but I can get you a pocketful of miracles
if you promise to be good, try to be nice
God will take good care of you
just do as I say, don’t do as I do

I’m counting my blessings,
I’ve found true happiness
cos I’m getting richer, day by day
you can find me in the phone book,
just call my toll free number
you can do it anyway you want
just do it right away

There’ll be no doubt in your mind
you’ll believe everything I’m saying
if you wanna get closer to him
get on your knees and start paying

Cos Jesus he knows me
and he knows I’m right
I’ve been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I’m right
well he’s been telling me
everything’s gonna be alright, alright

Heal……Heal……Heal
And everything’s gonna be alright
Now I believe that the Lord came to me
He said « Give me 18 million dollars by the weekend »
So that I may build that theme park for the Lord
So that I may put gasoline into all of my limousines
For the Lord, would I lie to you?

Jesus he knows me
Jesus he knows me, you know…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

In the early 1800’s, large groups of mainly unskilled labourers built England’s Railways. The cost in human terms alone was very high…


Leaving my family behind me
not knowing what lay ahead
waving goodbye, as I left them in tears
remembering all we’d said

I looked to the sky, I offered my prayers
I asked Him for guidance and strength
but the simple beliefs of a simple man
lay in His hands, and on my head

I gave everything that they wanted
but still they wanted more
we sweat and we toiled
good men lost their lives
I don’t think they knew what for

I sold them my heart
I sold them my soul
I gave everything I had
ah but they couldn’t break my spirit
my dignity fought back,
fightback
can you hear me
can you see
Don’t you hear me
don’t you see

We worked in gangs for all we were worth
the young boys pulling the wagons
we were digging the tunnel, shifting the earth
it was then that it happened.

No-one knew how the cracks appeared
but as it fell they all disappeared
stone fell like rain

Can you hear me,
Can you see
Don’t you hear me
Can you breathe

The smoke cleared, the dust it settled
No one knew how many had died
all around there were broken men
they’d said it was safe, they’d lied
you could hear the cries, you could smell the fear
but good fortune that day was mine
and it occurred to me the heart of a good man
it seems is hard to find.

Can you hear me,
can you see
Don’t you hear me
don’t you see

We worked, how we worked like
the devil for our pay
through the wind, through the snow,
and through the rain

Blasting and cutting through Gods country like a knife
sweat stinging my eyes, there has to be a better life

Ah but I can hear my childrens’ cry
I can see the tears in their eyes
memories of those I’ve left behind
still ringing in my ears
Will I ever go back again
Will I ever see her face again
I’ll never forget that night
As they waved goodbye to their fathers

We came from the North,
and we came from the South
with picks and with spades
and a new kind of order
showing no fear of what lies up ahead
They’ll never see the likes of us again

Driving the last spike,
lifting and laying the track
with blistering hands,
the sun burning your back

Oh but I can hear my childrens’ cry
I can see the tears in their eyes
memories of those I’ve left behind
still ringing in my ears
Well I’ll always remember that night,
As they waved goodbye to their fathers

We followed the rail, we slept under the stars
digging in darkness, and living with danger
showing no fear of what lies up ahead
they’ll never see the likes of us again

can you hear me
can you see
Don’t you hear me
don’t you see

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Hot sun beating down
burning my feet just walking around.

Hot sun making me sweat
‘Gators getting close, hasn’t got me yet

I can’t dance, I can’t talk.
Only thing about me is the way I walk.
I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling everything.

Blue jeans sitting on the beach,
her dog’s talking to me, but she’s out of reach.

She’s got a body under that shirt,
but all she wants to do is rub my face in the dirt.

Cos, I can’t dance, I can’t talk.
Only thing about me is the way I walk.
I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling.

Oh and checking everything is in place,
you never know who’s looking on.

Young punk spilling beer on my shoes,
fat guy’s talking to me trying to steal my blues.

Thick smoke, see her smiling through.
I never thought so much could happen just shooting pool.

But I can’t dance, I can’t talk.
The only thing about me is the way that I walk.
I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling

Oh and checking everything is in place
You never know who’s looking on
A perfect body with a perfect face – uh-huh.

No, I can’t dance, I can’t talk.
The only thing about me is the way I walk.
No, I can’t dance, I can’t sing
I’m just standing here selling everything.

But I can walk.
No I can’t dance.
No no no I can’t dance
No I said I can’t sing.
But I can walk.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


There is never a time to say
cos it seems to me we’ve lost our way
so we carry on, down the road
and we live our lives haunted by
all the things we say and do
keep on missing, when I’m alone with you

No there’s never a time to change
you don’t get a chance to re-arrange
it’s a long long long way to go
just to find out something, we both know
can’t you see what’s going on
it’s so sad, that a love so strong, has gone

All I know is what is true
All I ask is for you
To just look around and see

You live your life locked in a dream
Where nothing is real, and not what it seems
We can’t go on another day
Just being afraid to say

It’s a long long way to fall
When we both thought we had it all
Well you know it’s the time to say
cos we’re all played out, we’ve lost our way
oh, I hoped that you would be
oh so understanding
and by now you’d see, but oh no
so sad, oh so sad, that’s the way that it goes
I know, I’m gonna tell you right now

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


In and out of darkness, in and out of sleep
trying to keep my hands upon the wheel.
Never saw the corner in the driving rain.
I never saw her step into the street.

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep
memories to keep
dreaming while you sleep

I can never understand what went thru my mind
I didn’t stop to see what I had done.
Had to keep on driving deep into the night
the miles between would somehow put it right

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep
memories to keep
dreaming while you sleep

All my life you lie silently there
All my life in a world so unfair
All my life and only I’ll know why
and it will live inside of me,
I will never be free all my life,
trapped in her memory all my life
Till the day that you open your eyes,
please open your eyes

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep

Heard it on the radio, saw it on TV,
but could I take my secret to the grave.
If I had another chance, would I do the same.
Would I still deny that it was me.

Dreaming while you sleep
dreaming while you sleep
Dreaming while you sleep,
Are you dreaming while you sleep?

All my life I’ll be haunted by
all my life just one moment in time
all my life until the day I die
and it will live inside of me
Oh I will never be free all my life
trapped in her memory all my life
Till the day that you open your eyes

All of my life – you lie silently there
All my life – in a world so unfair
All my life – and only I know why
And it will live inside of me
I will never be free all my life
Trapped in her memory – all my life
Till the day that you open your eyes.

All of my life.
Just one moment of time, all my life.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Mothers crying in the street
Children dying at their feet, tell me why, ooh tell me why
People starving everywhere
There’s too much food but there’s none to spare,
Tell me why, oh tell me why

Can you see that shaft of sunlight
can you see it in my eyes
I can feel the fire that’s burning
anger and hope so deep
so deep within my heart but before my eyes
for some it’s too late
cos it seems there’s no-one listening

People sleeping in the streets
no roof above, no food to eat, tell me why, oh tell me why
see the questions in their eyes
listen to their children’s cries,
Tell me why, please tell me why

If there’s a God, is he watching
can he give a ray of hope
so much pain and so much sorrow
tell me what does he see
when he looks at you
when he looks at me
what would he say
cos it seems there’s no-one listening

Who would think it still could happen
even in this time and place
politicians, they may save themselves
ah but they won’t save their face
so hope against hope it’s not too late

You say there’s nothing you can do
is there one rule for them and one for you,
tell me why, just tell my why

Listen can you see that shaft of sunlight
can you see it in my eyes
I can feel the fire that’s burning
anger and hope so deep
so deep within my heart but before my eyes
for some it’s too late
and it seems there’s no-one listening

Hurry for me, hurry for me
Hurry for me, hurry for me, they cry, they cry…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)


I’m feeling so confused today
they’ve gone and changed the rules again
cos in my life I’m trying hard
to do it all so I can remain
healthy and sane

I’ll live forever, always one more tomorrow
living forever, always one more tomorrow

I heard it on the radio
too much of what they said wasn’t so
and now we’ve got to do those things
that they thought before were so wrong
to be healthy and strong

and live forever, always one more tomorrow
living forever, always one more tomorrow

I know we don’t need you
I know we don’t believe you
you don’t really have the answers
you think you know better
you think it really matters
you just want to rule over everybody’s lives

I think I’ll change my life today
gone are the times of taking care
and I really don’t need a reason why
all I need is all in a day
survive in a way

or just till tomorrow, there’s always one more tomorrow
living forever, do you really want to live forever

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Hold on my heart
just hold on to that feeling
we both know we’ve been here before
we both know what can happen

Hold on my heart
cos I’m looking over your shoulder
ooh please don’t rush in this time
don’t show her how you feel

Hold on my heart
throw me a lifeline
I’ll keep a place for you
somewhere deep inside

So hold on my heart
please tell her to be patient
cos there has never been a time
that I wanted something more

If I can recall this feeling
and I know there’s a chance
oh I will be there
yes I will be there
be there for you
whenever you want me to
whenever you call oh I will be there
Yes I will be there

Hold on my heart
don’t let her see you crying
no matter where I go
she’ll always be with me

So hold on my heart
just hold on to that feeling
we both know we’ve been here before
we both know what can happen
So hold on my heart…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


If you take the tears from crying eyes
will the hurt just disappear
put a weapon in the hands of a frightened man
will he show no fear
so we stand and we watch as the city lights go out one by one
Mother Nature sits on the other side with a loaded gun

Why is there blue sky
why is there red sky,
now’s the time to ask the reason,
should the blue sky, meet the red sky
should the rules have to change at all
we all know whatever they say, time is on our side
Ooh this world has been here before just going round and round

We all agree as far as we can see
It’s just the way of the world,
that’s how it’s meant to be
There’s right and there’s wrong
There’s weak – oh and there’s strong
It’s just the way of the world
and that’s how it’s meant to be

Take the motion from a spinning wheel and watch it stop
Take the danger out of a naked flame and what have you got
If you take the anger out of a broken heart, you feel no pain
Could you swear if you had that second chance you wouldn’t do it again.

Why is there blue sky
why is there red sky,
now’s the time to ask the reason,
should the blue sky, meet the red sky
should the rules have to change at all
we all know whatever they say, time is on our side
This world has been here before just going round and round

We all agree as far as we can see
It’s just the way of the world,
and that’s how it’s meant to be
There’s right and there’s wrong
There’s weak – oh and there’s strong
It’s just the way of the world
and that’s how it’s meant to be

We all agree as far as we can see
It’s just the way of the world,
and that’s how it’s meant to be
There’s right and there’s wrong
There’s weak – oh and there’s strong
Cos it’s just the way of the world
and that’s how it’s meant to be…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


It seems in a moment, your whole world can shatter
like morning dreams they just disappear
like dust in your hand falling to the floor
how can life ever be the same

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since you’ve been gone

It’s all too easy to take so much for granted
oh but it’s so hard to find the words to say
like a castle in the sand the water takes away
but how can life ever be the same

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since I’ve lost you

oh now you’ll never see
oh you’ll never know
all the things I planned for you
things for you and me

Held your hand so tightly
that I couldn’t let it go
Now how can life ever be the same

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since you’ve been gone

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since I’ve lost you

cos my heart is broken in pieces
yes my heart is broken in pieces
since you’ve been gone

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)


Another time it might have been so different
oh if only we could do it all again
but now it’s just another fading memory
out of focus, though the outline still remains

Far away, away, fading distant lights
leaving us all behind, lost in a changing world
and you know that these are the days of our lives
remember

Like the story that we wish was never ending
We know sometime we must reach the final page
still we carry on just pretending
that there’ll always be one more day to go

Far away, away, fading distant lights
leaving us all behind, lost in a changing world
and you know that these are the days of our lives
so remember…

Another chance hello, another goodbye
and so many things we’ll never see again
days of life that seemed so unimportant
they seem to matter but to count much later on

Far away, away, fading distant lights
leaving us all behind, lost in a changing world
and you know that these are the days of our lives
remember

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Eh bien, la clé de ma survie
N’avait jamais été remise en question
La question était de savoir comment je pourrais rester sensé
En essayant de trouver une issue

Les choses n’ont jamais été faciles pour moi
La tranquillité d’esprit était dure à trouver
Et j’avais besoin d’un endroit où me cacher
Un endroit que je pourrais considérer à moi

Je n’y avais pas vraiment pensé
Jusqu’à que ça commence à se produire tout le temps
Rapidement, j’ai vécu avec la crainte tous les jours
De ce qui pourrait arriver la nuit

Je ne supportais pas d’entendre ma mère pleurer
Et je me rappelle quand
J’ai juré que ce serait la dernière fois qu’ils me verraient
Je n’ai jamais remis les pieds à la maison

On dit que le temps guérit les plaies
Maintenant mes blessures ne sont pas les mêmes
J’ai agité la sonnette, le cœur dans la bouche
Je devais entendre ce qu’il voulait dire

Il m’a fait m’asseoir pour me parler
Il m’a regardé droit dans les yeux

Il m’a dit :

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu es parti, tu nous as laissé
Et tu n’es pas, tu n’es pas mon fils

Oh, ses mots, comme ils m’ont fait mal, je ne les oublierai jamais
Et comme le temps, c’est passé, j’ai vécu pour le regretter

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais où devrais-je aller, et que devrais-je faire
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais je suis venu ici pour demander de l’aide, oh je suis venu ici pour toi

Hé bien les années passaient lentement
Je pensais à lui tous les jours
Que devrais-je faire, si nous nous croisions dans la rue
Devrais-je continuer à fuir

Toujours dans des endroits cachés
Je devrais bientôt faire face aux faits
Il faudrait qu’on s’assoie et qu’on en parle des heures
Cela voudrait dire qu’il reviendrait

On dit que le temps guérit les plaies
Maintenant mes blessures ne sont pas les mêmes
J’ai agité la sonnette, le cœur dans la bouche
Je devais entendre ce qu’il voulait dire

Il m’a fait m’asseoir pour me parler
Et il m’a regardé droit dans les yeux

Il m’a dit :

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu es parti, tu nous as laissé
Et tu n’es pas, tu n’es pas mon fils

Oh, ses mots, comme ils m’ont fait mal, je ne les oublierai jamais
Et comme le temps, c’est passé, j’ai vécu pour le regretter

Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais où devrais-je aller et que devrais-je faire
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Mais je suis venu ici pour demander de l’aide, oh je te cherchais
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Tu n’es pas – ah ouais, ah ouais, ah ouais, ah ouais, ah ouais
Tu n’es pas, tu n’es pas mon fils
Oh oh, oh oh, oh oh
Oh oh, oh oh, oh oh, oh oh
Tu n’es pas mon fils – oh oh
Oh oh, pas mon fils
Oh oh, tu n’es pas, pas mon fils
Oh oh, oh oh, oh oh, oh oh…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

As-tu vu le visage sur l’écran de la télé
Venant à toi chaque dimanche
As-tu vu le visage sur le panneau d’affichage
Cet homme c’est moi

Sur la couverture du magazine
On ne se demande pas pourquoi je souris
Tu achètes une partie du paradis
Tu achètes une partie de moi

Je te procurerai tout ce que tu voulais
Je te procurerai tout ce dont tu as besoin
Pas besoin de croire en l’au-delà
Crois simplement en moi

Car Jésus il me connaît et il sait que j’ai raison
J’ai parlé à Jésus toute ma vie
Oh oui il me connaît et il sait que j’ai raison
Et il m’a dit que tout va bien

Je crois en la famille
Avec ma femme chérie à mes côtés
Mais elle n’est pas au courant pour ma petite amie
Ni de l’homme que j’ai rencontré la nuit dernière

Crois-tu en Dieu
Car c’est ce que je vends
Et si tu veux aller au paradis
Je te verrais bientôt

Tu n’auras même pas à quitter ta maison
Ou de bouger de ta chaise
Tu n’as même pas à toucher ce téléphone
Car je suis partout

Car Jésus il me connaît et il sait que j’ai raison
J’ai parlé à Jésus toute ma vie
Oh oui il me connaît et il sait que j’ai raison
Et il m’a dit que tout va aller bien

Tu ne me trouveras pas en train de pratiquer ce que je prêche
Tu ne me trouveras pas à ne pas faire de sacrifice
Mais je peux t’obtenir un paquet de miracles
Si tu promets d’être bon, essaye d’être gentil
Dieu prendra soin de toi
Fais ce que je dis, pas ce que je fais

Je compte mes bénédictions, j’ai trouvé le vrai bonheur
Car je m’enrichie, jour après jour
Tu peux me trouver dans l’annuaire,
Appelle simplement mon numéro vert
Tu peux le faire de la façon que tu veux
Fais le simplement sur le champs

Il n’y aura pas de doute dans ta pensée
Tu croiras à tout ce que je dis
Si tu veux t’approcher de lui
Mets-toi sur tes genoux et commence à payer

Car Jésus il me connaît et il sait que j’ai raison
J’ai parlé à Jésus toute ma vie
Oh oui il me connaît et il sait que j’ai raison
Et il m’a dit que tout va aller bien

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Au début du 19ème siècle, des grands groupes principalement composés de travailleurs non qualifiés ont construit les chemins de fer anglais. Le prix à payer en vies humaines fut très haut…


Laissant ma famille derrière moi
Ne sachant pas ce qui m’attend
Leur disant au revoir, alors que je les laissais en larmes
Me souvenant de tout ce que nous nous dîmes

J’ai regardé vers le ciel, j’ai offert mes prières
J’ai demandé force et assistance
Mais les simples croyances d’un homme simple
Réside dans Ses mains, et sur ma tête

Je leur ai donné tout ce qu’ils voulaient
Mais ils voulaient toujours plus
Nous avons sué et peiné de bons hommes ont perdu la vies
Je ne pense pas qu’ils aient jamais su pourquoi

Je leur ai vendu mon cœur
Je leur ai vendu mon âme
Je leur ai donné tout ce que j’avais
Mais ils n’ont pas pu casser mon esprit
Ma dignité les a combattues,
Les combats
Peux-tu m’entendre
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Ne vois-tu pas

Nous travaillions en groupes selon nos qualifications
Les jeunes garçons tiraient les chariots
Nous creusions les tunnels, retournant la terre
Et c’est alors que ça s’est produit.

Personne n’a su comment les fissures sont apparues
Mais pendant l’éboulement ils ont tous disparu
La roche est tombée comme la pluie.

Peux-tu m’entendre,
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Peux-tu respirer

La fumée dégagée, la poussière est retombée
Personne n’a su combien étaient morts
Tout autour il y avaient des hommes brisés
Ils avaient dit que c’était sans danger, ils avaient menti
On pouvait entendre les pleurs, on pouvait sentir la peur
Mais ce jour là, la bonne fortune était mienne
Il m’est venu à l’esprit le cœur d’un homme bon
Il semble que c’est dur à trouver.

Peux-tu m’entendre,
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Ne vois-tu pas

Nous avons travaillé, à quel point nous avons travaillé comme le diable pour notre salaire
À travers le vent, sous la neige, et sous la pluie

Explosant et coupant la terre de dieu comme avec un couteau
La sueur me pique les yeux, il doit y avoir une meilleure vie

Mais je peux entendre le cri de mes enfants
Je peux voir les larmes dans leurs yeux
Le souvenir de ceux j’ai laissés
Résonne encore dans mes oreilles
Vais-je jamais rentrer à la maison
Vais-je jamais revoir leurs visages
Je n’oublierai jamais cette nuit
Lorsqu’ils ont dit au-revoir à leur père

Nous sommes venus du sud, et nous sommes venus du nord
Avec des piquets et des bêches et un nouvel état d’esprit
Ne montrant aucune peur de ce qui nous attendait au tournant
Ils ne reverront plus jamais des hommes tels que nous

Plantant le dernier clou, soulevant et posant la voie ferrée
Avec nos mains pleines s’ampoules, le soleil nous brûlant le dos

Mais je peux entendre le cri de mes enfants,
Je peux voir les larmes dans leurs yeux
Le souvenir de ceux j’ai laissés
Résonne encore dans mes oreilles.
Je me souviendrai toujours cette nuit,
Lorsqu’ils ont dit au revoir à leur père.

Nous avons le tracé du rail, nous avons dormi sous les étoiles
Creusant dans l’obscurité, et vivant avec le danger
Ne montrant aucune peur de ce qui nous attendait au tournant
Ils ne reverront plus jamais des hommes tels que nous

Peux-tu m’entendre,
Peux-tu me voir
Ne m’entends-tu pas
Ne vois-tu pas.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Le soleil cognait dur
Brûlant mes pieds alors que je me promenais

Le soleil chaud me fait transpirer
Les crocodiles se rapprochent, ils ne m’ont pas encore

Je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste ici à tout vendre.

Un jean est assis sur la plage,
Son chien me parle, mais elle est hors d’atteinte.

Elle a un corps sous ce T-shirt,
Mais tout ce qu’elle veut faire c’est mettre ma tête dans la saleté.

Car, je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Non, je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste juste ici à vendre.

Et à vérifier que tout est en place,
On ne sait jamais qui regarde.

Un jeune punk renverse sa bière sur mes chaussures,
Un gros me parle tout en essayant de voler mon jean.

À travers la fumée épaisse, je la vois sourire.
Je n’aurais jamais pensé que tout ça se passe simplement en jouant au billard.

Mais je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste ici à vendre

Et à vérifier que tout est en place
On ne sait jamais qui regarde
Un corps parfait avec un visage parfait – hmm

Non, je ne sais pas danser, je ne sais pas parler.
La seule chose en ce qui me concerne, c’est ma façon de marcher.
Non, je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter
Je reste ici à tout vendre.

Mais je sais marcher.
Non je ne sais pas danser.
Non non je ne sais pas danser.
Mais je sais marcher.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

On n’a jamais le temps de parler
Car il me semble que nous avons perdu notre chemin
Alors nous avançons, sur la route
Et nous vivons notre vie hantés par le fait que
Tout ce que nous disons et faisons
Continue de manquer, quand je suis seul avec toi

Non on n’a jamais le temps de changer
Tu n’as aucune chance de ré-arranger
C’est un long, long chemin à parcourir
Et juste pour découvrir quelque chose, que nous connaissons tous les deux
Ne vois-tu pas ce qui se passe?
C’est tellement triste qu’un amour aussi fort se soit envolé

Tout ce que je sais, c’est ce qui est vrai.
Tout ce que je te demande
C’est de regarder autour de toi et de voir

Tu vis ta vie enfermé dans un rêve
Où rien n’est réel et tout est trompeur
Nous ne pouvons pas continuer un autre jour
D’avoir juste peur de dire

Car la chute est longue
Quand nous avons cru tous les deux que nous avions tout
Eh bien tu sais qu’il est temps de dire
Car nous sommes éreintés, nous avons perdu notre chemin
Oh, j’avais espéré que tu serais tellement compréhensive
Et qu’aujourd’hui, tu verrais, mais oh non,
C’est tellement triste, tellement triste, c’est comme ça
Je sais, je vais tout te dire sur le champs

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

Allant et venant dans les ténèbres, somnolant
Essayant de garder mes mains sur le volant.
Je n’ai pas réussi à voir le virage sous cette pluie battante.
Je ne l’ai pas vue descendre du trottoir.

Révant en dormant
Révant en dormant
Des souvenirs à garder en mémoire
Révant en dormant

Je n’arrive pas à comprendre ce qui s’est passé dans ma tête
Je ne me suis pas arrêté pour voir ce que j’avais fait.
Je devais continuer à conduire en pleine nuit
Les kilomètres entre elles et moi arrangeraient les choses d’une façon ou d’une autre

Révant en dormant
Révant en dormant
Des souvenirs à garder en mémoire
Révant en dormant

Toute ma vie, tu seras étendue là
Toute ma vie, dans un monde aussi injuste
Toute ma vie et moi seulement, je saurai pourquoi
Et cela restera au fond de moi,
Je ne serai jamais libre de toute ma vie,
Pris au piège dans sa mémoire toute ma vie,
Jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux,
S’il te plait, ouvre les yeux

Révant en dormant
Révant en dormant

Je l’ai entendu à la radio, vu à la télé,
Mais pourrais-je emmener mon secret jusque dans ma tombe.
Si j’avais une autre chance, ferais-je la même chose.
Continuerais-je à nier que c’était moi ?

Révant en dormant,
Révant en dormant
Révant en dormant,
Est-ce que tu rêves en dormant ?

Toute ma vie je serai hanté par
Toute ma vie un seul instant
Toute ma vie jusqu’au jour de ma mort
Et ça restera au fond de moi
Je ne serai jamais libre de toute ma vie
Piégé dans sa mémoire toute ma vie
Jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux

Toute ma vie, tu seras étendue là
Toute ma vie, dans un monde aussi injuste
Toute ma vie et moi seulement, je saurai pourquoi
Et cela restera au fond de moi
Je ne serai jamais libre de toute ma vie
Pris au piège dans sa mémoire toute ma vie
Jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux

Toute ma vie.
Rien qu’un instant, toute ma vie.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Des mères pleurent dans la rue
Les enfants meurent à leurs pieds, dis-moi pourquoi, oh dis-moi pourquoi
Des gens meurent de faim partout
Il y a trop de nourriture mais il ne reste rien à donner, dis-moi pourquoi, oh dis-moi pourquoi

Vois-tu ce rayon de soleil
Le vois-tu dans mes yeux ?
Je sens le feu brûler
Colère et espoir si profond
Si profondément dans mon coeur mais devant mes yeux
Pour certains c’est trop tard
Car il semble que personne n’écoute

Des gens dorment dans les rues
Pas d’abri, pas de quoi manger, dis-moi pourquoi, dis-moi pourquoi
Regarde les questions dans leurs yeux
Ecoute les pleurs de leurs enfants, dis-moi pourquoi, s’il te plaît dis-moi pourquoi

S’il y a un Dieu, observe-t-il
Peut-il donner une lueur d’espoir
Tant de douleur et tant de chagrin
Dis-moi ce qu’il voit
Quand il te regarde
Quand il me regarde
Que dirait-il ?
Car il semble que personne n’écoute

Qui aurait pensé que cela existe encore
Même de nos jours et ici
Les hommes politiques, ils peuvent toujours se sauver
Ah, mais ils perdront la face
C’est juste de l’espoir en dépit de tout, qu’il n’est pas trop tard

Tu dis qu’il n’y a rien que tu puisses faire
Y’a-t-il une règle pour eux et une pour toi, dis-moi pourquoi, mais dis-moi donc pourquoi

Écoute vois-tu ce rayon de soleil
Le vois-tu dans mes yeux ?
Je sens le feu brûler
Colère et espoir si profond
Si profondément dans mon coeur mais devant mes yeux
Pour certains c’est trop tard
Et il semble que personne n’écoute

Dépèche-toi pour moi, dépèche-toi pour moi
Dépèche-toi pour moi, dépèche-toi pour moi, ils pleurent, ils pleurent…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Eh bien, je me sens désorienté aujourd’hui
Ils sont partis et ont encore changé les règles
Car dans ma vie, j’essaie vraiment
De tout faire pour rester en bonne santé et sensé

Je vivrai pour toujours, toujours un lendemain de plus
Vivre éternellement, toujours un lendemain de plus

J’ai entendu ça à la radio
Beaucoup de ce qu’ils ont dit n’était pas vrai
Et maintenant on doit faire toutes ces choses
Qu’on pensait auparavant être mauvaises pour être en bonne santé et fort

Et vivre pour toujours, toujours un lendemain de plus
Vivre éternellement, toujours un lendemain de plus

Mais je sais que nous n’avons pas besoin de toi
Je sais que nous te croyons pas
Tu n’as pas vraiment les réponses
Tu penses que tu sais mieux
Tu penses que ça a vraiment de l’importance
Tu veux simplement diriger la vie des gens

Je pense que je vais changer ma vie aujourd’hui
Le temps n’est plus où l’on faisait attention
Et je n’ai pas besoin de savoir pourquoi
Tout ce dont j’ai besoin c’est un jour entier
Pour survivre d’une certaine façon

Ou simplement jusqu’à demain, oui toujours un lendemain de plus
Vivre éternellement, veux-tu vraiment vivre éternellement ?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Accroche-toi à mon cœur
Accroche-toi à cette sensation
Nous savons tous les deux que nous avons déjà connu ça
Nous savons tous les deux ce qui peut se passer

Accroche-toi à mon cœur
Car je regarde par dessus ton épaule
S’il te plait ne te précipite pas cette fois
Ne lui montre pas comment tu te sens

Accroche-toi à mon cœur
Viens-moi en aide
Je garderai une place pour toi
Quelque part au fond de moi

Alors accroche-toi à mon cœur
S’il te plait dis-lui d’être patiente
Car il n’est jamais arrivé
Que je veuille quelque chose de plus

Si je peux me rappeler de cette sensation
Et je sais qu’il y ait une chance
Oh je serai là
Oui je serai là
Je serai là pour toi
Chaque fois que tu me désireras
Chaque fois que tu m’appelleras
Oui je serai là

Accroche-toi à mon cœur
Ne la laisse pas te voir pleurer
Peu importe où je vais
Elle sera toujours avec moi

Alors accroche-toi à mon cœur
Résiste à cette sensation
Nous savons tous les deux que nous avons déjà connu ça
Nous savons tous les deux ce qui peut se passer
Alors accroche-toi à mon cœur…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

Si on prend les larmes d’yeux pleurant, la souffrance disparaîtra-t-elle
Si on met une arme dans les mains d’un homme effrayé, ne montrera-t-il aucune crainte
Nous attendons et observons pendant que les lumières de la ville s’éteignent les unes après les autres
Mère nature s’assied de l’autre côté avec un pistolet chargé

Pourquoi y’a t-il du ciel bleu, pourquoi y’a t-il du ciel rouge,
Il est temps de demander la raison,
Le ciel bleu devrait-il rencontrer le ciel rouge
Les règles devraient-elles changer
Nous savons tous que, quoi qu’ils disent, le temps est avec nous
Oh ce monde était là avant tournant en rond encore et encore

Nous sommes tous d’accord aussi loin que nous pouvons voir
C’est simplement la façon dont va le monde,
Ca a été décidé ainsi
Il y a le bien et le mal
Il y a la faiblesse – et la force
C’est simplement la façon dont va le monde
Et ça a été décidé ainsi

Prenons le mouvement d’un rouet et observons-le s’arrêter
Écartons le danger d’une flamme (nue) et qu’avons-nous
Si on retire la colère d’un cœur brisé, on ne ressent pas la douleur
Pourrais-tu jurer, si tu avais cette seconde chance, que tu ne le referais pas

Pourquoi y’a t-il du ciel bleu pourquoi y’a t-il du ciel rouge,
Maintenant il est temps de demander la raison,
Le ciel bleu devrait-il rencontrer le ciel rouge
Les règles devraient-elles changer
Nous savons tous que, quoi qu’ils disent, le temps est avec nous
Oh ce monde était là avant tournant en rond encore et encore

Nous sommes tous d’accord aussi loin que nous pouvons voir
C’est simplement la façon dont va le monde,
Ca a été décidé ainsi
Il y a le bien et le mal
Il y a la faiblesse – et la force
C’est simplement la façon dont va le monde
Et ça a été décidé ainsi

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Il semble qu’en un instant tout ton univers peut s’écrouler
Comme les rêves du matin, ils disparaissent simplement
Comme la poussière qui, de ta main, tombe sur le sol
Oh, comment la vie peut-elle changer sans cesse

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que tu es parti

C’est trop facile de considérer les choses comme acquises
Mais, c’est tellement difficile de trouver les mots pour dire
Comme un château de sable emporté par l’eau
Mais, comment la vie peut-elle changer sans cesse

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que je t’ai perdu

Oh, maintenant tu ne verras jamais
Oh maintenant tu ne sauras jamais
Tout ce que j’avais prévu pour toi
Tout ce que j’avais prévu pour toi et moi

Je tenais ta main tellement serrée
Que je ne pouvais la lâcher
Maintenant, comment la vie peut-elle changer sans cesse

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que je t’ai perdu

Car mon cœur est brisé en morceaux
Oui mon cœur est brisé en morceaux
Depuis que tu es parti

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

À un autre moment, cela aurait pu être tellement différent
Si seulement nous pouvions tout recommencer
Mais maintenant, c’est juste un autre souvenir qui s’efface
Flou, bien que le contour soit toujours là

Loin, loin, les lumières au loin s’effacent
Nous abandonnant, perdus dans un monde en mutation
Et tu sais que ce sont les jours de nos vies
Souviens-toi

Comme l’histoire que nous voudrions interminable
Nous savons qu’un jour nous devrons arriver à la dernière page
Mais nous continuons de faire semblant de croire
Qu’il y aura toujours un jour de plus à passer

Loin, loin, les lumières au loin s’effacent
Nous abandonnant, perdus dans un monde en mutation
Et tu sais que ce sont les jours de nos vies
Alors souviens-toi

Une autre occasion de dire bonjour, un autre au revoir
Et tant de choses que nous ne reverrons jamais
Des jours dans une vie qui semblaient tellement insignifiants
Ils semblent avoir de l’importance et compter beaucoup plus tard

Loin, loin, les lumières au loin s’effacent
Nous abandonnant, perdus dans un monde en mutation
Et tu sais que ce sont les jours de nos vies
Souviens-toi

Infos générales

Tony Banks – Claviers
Phil Collins – Chant et Batteries
Mike Rutherford – Guitares et Basses

Enregistré à The Farm, Surrey, Mars-Septembre 1991
Producteurs : Genesis & Nick Davis
Ingénieurs du son : Nick Davis et Mark Robinson

Sorti en Novembre 1991

Singles:
Octobre 91- No son of mine/Living forever
Janvier 92 – I can’t dance/On the shoreline
Avril 92 – Hold on my heart/Way of the world
Juillet 92 – Jesus he knows me/Hearts of fire
Février 93 – Tell me why/Dreaming while you sleep
Avril 93 – Never a time/Turn it on again (live)

Tony Banks – Claviers
Phil Collins – Chant et Batteries
Mike Rutherford – Guitares et Basses

Enregistré à The Farm, Surrey, Mars-Septembre 1991
Producteurs : Genesis & Nick Davis
Ingénieurs du son : Nick Davis et Mark Robinson

Sorti en Novembre 1991

Singles:
Octobre 91- No son of mine/Living forever
Janvier 92 – I can’t dance/On the shoreline
Avril 92 – Hold on my heart/Way of the world
Juillet 92 – Jesus he knows me/Hearts of fire
Février 93 – Tell me why/Dreaming while you sleep
Avril 93 – Never a time/Turn it on again (live)