classique

Seb

5/5

Le meilleur des disques classiques de Tony et peut-être même son meilleur tout court après A Curious Feeling. 

Tracklist

1 : Prélude To A Million Years

2 : Reveille

3 : Ebb and Flow

4 : Autumn Sonata

5 : Renaissance

Infos générales

Sortie le 23 février 2018

Tony Banks : compositions et piano

Nick Ingman : direction de l’orchestre et arrangements orchestraux additionnels 

The Czech National Symphony Orchestra and Choir

Seb

3/5

Dans la suite de Seven, mais sans le piano magique de Tony. Du coup, je m’ennuie ferme. Malheureusement.

Tracklist

1 : Siren

2 : Still Waters

3 : Blade

4 : Wild Pilgrimage

5 : The Oracle

6 : City of Gold

Infos générales

2011

Tony Banks : compositions
The City of Prague Philharmonic Orchestra
Paul Englishby : direction de l’orchestre
Martin Robertson : saxophone alto
Charlie Siem : violon

WhiteWinter

4/5

« Excellent disque de musique classique, superbe adaptation du mythe d’Orphée, descendu aux Enfers pour délivrer Eurydice.

Le mini-orchestre qui joue sur ce disque est par ailleurs judicieusement appelé « The Underworld Orchestra ».

La musique est très sombre, angoissante parfois (« Eurydice taken »/ »Charon’s call »). Quelques autres perles lumineuses et romantiques viennent percer cette obscurité (« The dancing ground », « That vast life », « Lyra »…)

Au premier abord, il apparaît assez difficile d’accès et la deuxième partie peut sembler un peu moins cohérente, (personnelement au début je n’aimais pas trop « Cerberus at peace » et « Severance »), mais petit à petit on se laisse porter du début à la fin.

Très, très bel album de musique classique, de la même qualité que le « A midsummer night’s dream » de 1997. »

Tracklist

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

Infos générales

Sorti le 28 mars 2005

Steve Hackett : guitare classique, arrangement orchestraux
Christine Townsend : violon principal, alto
Lucy Wilkins : violon
Richard Stewart : violoncelle
Sarah Wilson : violoncelle
Dick Driver : double basse
John Hackett : flûte, piccolo
Colin Clagne : trompette
Richard Kennedy : cor français
Roger King : arrangements orchestraux
Jerry Peal : arrangement orchestraux (5, 6, 8, 9, 10 & 15)

Produit par Steve Hackett

Seb

5/5

Cinq étoiles, parce que je ne suis pas friand de musique classique, et j’ai énormément apprécié ce disque. Je l’ai trouvé très agréable, super reposant, et bourré d’émotions Banksiennes. Bref, franchement un bon investissement, surtout à un tel prix (6 euros en moyenne)… Une excellente surprise, vu qu’habituellement je trouve la musique classique à base de violon « sans âme »… J’ai trouvé celle là particulièrement « habitée »… Merci Tony. Pour moi c’est l’équivalent, si on peut dire ainsi, de « A Hot Night In Paris » de Phil…

Tracklist

1 : Spring Tide

2 : Black Down

3 : The Gateway

4 : The Ram

5 : Earthlight

6 : Neap Tide

7 : The Spirit of Gravity

Infos générales

Composé par Tony Banks
Enregistré entre le 3 et le 9 juillet 2002 au Air Studios par le London Philharmonic Orchestra dirigé par le chef d’orchestre Mike Dixon.
Piano par Tony Banks
Orchestration réalisée par Simon Hale
Produit par Tony et Nick Davis

Sorti en Mars 2004

WhiteWinter

4/5

« Quatrième album acoustique de Steve.

On reste dans le purement classique, avec des reprises de thèmes plus (Gnossiennes, Gymnopédies) ou moins (Pièces froides, Nocturnes) célèbres du grand compositeur Erik Satie (mort à l’aube des années 1920).

A la place du piano, ici on a uniquement une guitare et une flûte.

L’ensemble est très joli, même si certains exemples sont beaucoup moins évidents (les « Nocturnes », généralement moins appréciées que tout le reste).

Un album agréable, à écouter le soir… »

Tracklist

Infos générales

Sorti en 2000

Steve Hackett : guitare classique
John Hackett : flûte

Produit par Steve Hackett


WhiteWinter

4/5

« Exercice difficile, mais tout à fait louable pour notre cher Steve.

Cet album est son troisième en acoustique mais, cette fois, il s’offre les services de non pas un ou deux musiciens, mais d’un grand orchestre anglais réputé.

Le but était d’adapter le « Songe d’une nuit d’été » de William Shakespeare en musique.

Il faut reconnaître que c’est plutôt réussi. Un album touchant par son romantisme et la sensibilité de nombre de ses thèmes (connaissant Steve, on n’en attendait pas moins).
Et pour couronner le tout, le fidèle John qui avec sa flûte, vient de temps en temps magnifier le tout.

A noter que d’anciens thèmes de Steve, « Beja flor », « Bacchus » et « End of day », sont présents au cours de l’album, mais renommés différemment.

Steve n’a décidément pas non plus renié son passé avec Genesis, en glissant un clin d’oeil (même tout petit) aux fans, notamment ceux de « The lamb lies down on Broadway »…
Pour cela, écoutez la piste 12… »

Tracklist

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

(instrumental)

Infos générales

Sorti en 1997

Steve Hackett : guitare classique
John Hackett : flûte
Roger King : orgue
The Royal Philarmonic Orchestra

Produit par Steve Hackett

WhiteWinter

3/5

« Second album acoustique de Steve, qui a porté le malheur de faire suite au génial « Bay of kings », de se retrouver isolé dans une période de non-production pour Steve (entre GTR, 1986 et Time lapse live, 1992) et en plus d’avoir été plus ou moins oublié.

L’ensemble est toujours très agréable à écouter, mais peu de morceaux se détachent du lot. Il n’y a pas cette diversité que l’on retrouvait jusque dans le son de la guitare sur « Bay of kings ».

En revanche, la flûte et le mellotron sont présents, même si sur deux morceaux seulement : « Cavalcanti » et « Concert for Munich », vraiment magnifiques, et incontestablement deux grandes pièces parmi les principales de l’ensemble.

Notons aussi quelques jolis thèmes de çi de là comme « Portrait of a brazilian lady » (encore un hommage à la belle Kim), « Last rites of innocence », « A bed, a chair and a guitar », « The sleeping sea »…

On trouve aussi une certaine ambiance feutrée propre à tous les albums acoustiques du « Maître ».

Mais on sent qu’il manque quelque chose à cet opus, comme un aboutissement, et d’ailleurs Steve n’en jouera que très peu en concert par la suite… »

Tracklist

Infos générales

Sorti en 1988

Steve Hackett : guitare classique et mellotron (Stepp DGI)
John Hackett : flûte (1, 6)

Produit par Steve Hackett et John Acock

octopus92

5/5

Attention !
Ce disque est le premier album acoustique de Steve, avec donc beaucoup de guitare classique et juste des nappes de claviers discrètes et le frère John à la flûte sur quelques morceaux…

Mais quel bijou ! Une petite merveille de rêveries, parfaite pour la relaxation, avec ce son de guitare très ample (merci la réverbération…) et ces perles mélodiques toutes simples, immédiatement accessibles.

Pour bercer, on a rarement fait mieux »

Whitewinter

5/5

« Je dirais même plus, comme début, on a fait pire !

Bien sûr, il faut pour tout amateur de pop rock et ou de rock progressif une attention toute particulière à cet album, qui ouvre la voie vers une des plus belles facettes de son compositeur, même si pas la plus évidente. John l’accompagne sur deux morceaux (« Kim » et « Second chance »), et le travail des claviers est partagé entre Steve et Nick Magnus. On peut les entendre sur une reprise de « Kim », encore plus belle que l’originale, et les magnifiques « The journey » et « Calmaria ». Du reste, cet album contient de nombreuses pépites de guitare seule, à commencer par « Bay of kings », « Black light », « Cast adrift », « Marigold »… Ce qu’il y a de bien et d’original, c’est que ces sons de guitare sont assez variés, gommant toute possibilité d’ennui (sauf pour les plus récalcitrants à ce style).

Le premier album acoustique de Steve est une parfaite réussite, c’est tout simplement mon album préféré de lui… »

Tracklist

Infos générales

Sorti en 1983

Steve Hackett : guitare acoustique et claviers
John Hackett : flûte (3, 7)
Nick Magnus : claviers (2, 3, 12)

Produit par Steve Hackett et John Acock