Non classé

Nouveau Départ !

Bonjour et bienvenue sur ce nouveau site ! Ou plutôt sur cette nouvelle version d’un site déjà bien ancien. Mais pourquoi en faire aujourd’hui une nouvelle version ? Est-ce à cause de la nouvelle tournée de Genesis ? Est-ce à cause du confinement qui m’aurait laissé trop de temps libre ? La réponse à ces deux questions est non…  18 ans… Ça fait 18… Lire la suite »Nouveau Départ !

Seb

4/5

Peter est parti donc, peu donnent cher de la peau de Genesis à l’époque, mais c’était sans compter sur l’incroyable Phil Collins. Philou avait toujours été assez discret dans le groupe, même s’il était le responsable de la plupart des choeurs des précédents disques et même de deux morceaux chantés par lui tout seul, comme un grand sur les précédents disques (For Absent Friends et More Fool Me donc). Après avoir malgré tout auditionné une centaine de chanteurs pour remplacer Peter, c’est sur les conseils de sa femme d’alors qu’il décide de se proposer au groupe. Pas trop sûr au départ, on convient que Phil chantera sur le nouveau disque, le temps de l’intérim, mais que pour la tournée il retournera à sa batterie… Évidement, on sait comment ça c’est passé. En tout cas, quand sort A Trick Of The Tail, on ne peut pas dire que ce n’est pas une surprise, Genesis négocie admirablement bien le virage au détour duquel on l’attendait, et livre un superbe disque bien plus Selling England dans l’esprit que The Lamb. Bref, encore une fois, que des petits bijoux. Le disque commence avec Dance on a Volcano, un morceau très puissant, puis on y croise les brillantissimes Entangled, Mad Man Moon et surtout Ripples ; Squonk est un super morceau qui sera joué en Live pendant de longue années et puis l’incroyable Los Endos, instrumental de feu, reprenant les thèmes de Squonk et Dance on a Volcano et juste à la fin, alors que le fade out est déjà bien avancé on entend à peine Phil Chanter deux vers « There’s an angel standing in the sun, freed to get back home »… Hommage… À mon avis, seuls Robbery, Assault and Battery et la chanson titre sont en dessous du lot… Et comme pour Dusk, ça ne veut rien dire, vu que je sais que ce sont les préférées de beaucoup d’autres 😉

Tracklist

(Rutherford/Banks/Hackett/Collins)


Holy Mother of God
You’ve got to go faster than that to get to the top.
Dirty old mountain
All covered in smoke, she can turn you to stone
So you better start doing it right
better start doing it right.

You’re halfway up and you’re halfway down
And the pack on your back is turning you around.
Throw it away, you won’t need it up there, and remember
You don’t look back whatever you do.
Better start doing it right.

On your left and on your right
Crosses are green and crosses are blue
Your friends didn’t make it through.
Out of the night and out of the dark
Into the fire and into the fight
Well that’s the way the heroes go, Ho! Ho! Ho!

Through a crack in Mother Earth,
Blazing hot, the molten rock
Spills out over the land.
And the lava’s the lover who licks your boots away. Hey! Hey! Hey!
If you don’t want to boil as well.
B-B-Better start the dance
D-D-Do you want to dance with me.

You better start doing it right.

The music’s playing, the notes are right
Put your left foot first and move into the light.
The edge of this hill is the edge of the world
And if you’re going to cross you better start doing it right
better start doing it right.

You better start doing it right.

Let the dance begin.

(Hackett/Banks)


When you’re asleep they may show you
Aerial views of the ground,
Freudian slumber empty of sound.

Over the rooftops and houses,
Lost as it tries to be seen,
Fields of incentive covered with green.

Mesmerised children are playing,
Meant to be seen but not heard,
« Stop me from dreaming! »
« Don’t be absurd! »

« Well if we can help you we will,
You’re looking tired and ill.
As I count backwards
Your eyes become heavier still.
Sleep, won’t you allow yourself fall?
Nothing can hurt you at all.
With your consent
I can experiment further still. »

Madrigal music is playing,
Voices can faintly be heard,
« Please leave this patient undisturbed. »

Sentenced to drift far away now,
Nothing is quite what it seems,
Sometimes entangled in your own dreams.

« Well, if we can help you we will,
Soon as you’re tired and ill.
With your consent
We can experiment further still.

Well, thanks to our kindness and skill
You’ll have no trouble until
You catch your breath
And the nurse will present you the bill! »

(Rutherford/Banks)


Like father like son
Not flesh nor fish nor bone
A red rag hangs from an open mouth.
Alive at both ends but a little dead in the middle,
A-tumbling and a-bumbling he will go.
All the King’s horses and all the King’s men
Could never put a smile on that face.

He’s a sly one, he’s a shy one
Wouldn’t you be too.
Scared to be left all on his own.
Hasn’t a, hasn’t a friend to play with, the Ugly Duckling
The pressure on, the bubble will burst before our eyes.
All the while in perfect time
His tears are falling on the ground
BUT IF YOU DON’T STAND UP YOU DON’T STAND A CHANCE.

Go a little faster now, you might get there in time.

Mirror mirror on the wall,
His heart was broken long before he ever came to you.
Stop your tears from falling,
The trail they leave is very clear for all to see at night
all to see at night.

In season, out of season
What’s the difference when you don’t know the reason.
In one hand bread, the other a stone.
The Hunter enters the forest.
All are not huntsmen who can blow the huntsman’s horn
By the look of this one you’ve not got much to fear.

Here I am, I’m very fierce and frightening
Come to match my skill to yours.
Now listen here, listen to me, don’t you run away now
I am a friend, I’d really like to play with you.
Making noises my little furry friend would make
I’ll trick him, then I’ll kick him into my sack.
You better watch out… You better watch out.

I’ve got you, I’ve got you, you’ll never get away.

Walking home that night
The sack across my back, the sound of sobbing on my shoulder.
When suddenly it stopped,
I opened up the sack, all that I had
A pool of bubbles and tears – JUST A POOL OF TEARS.

All in all you are a very dying race
Placing trust upon a cruel world.
You never had the things you thought you should have had
And you’ll not get them now,
And all the while in perfect time
Your tears are falling on the ground.


The Squonk is of a very retiring disposition and due to
its ugliness, weeps constantly. It is easy prey for hunters
who simply follow a tear-stained trail. When cornered it
will dissolve itself into tears.

True or False?

(Banks)


Was it summer when the river ran dry,
Or was it just another dam.
When the evil of a snowflake in June
Could still be a source of relief.
O how I love you, I once cried long ago,
But I was the one who decided to go.
To search beyond the final crest,
Though I’d heard it said just birds could dwell so high.

So I pretended to have wings for my arms
And took off in the air.
I flew to places which the clouds never see,
Too close to the deserts of sand,
Where a thousand mirages, the shepherds of lies
Forced me to land and take a disguise.
I would welcome a horse’s kick to send me back
If I could find a horse not made of sand.

If this desert’s all there’ll ever be
Then tell me what becomes of me.
A fall of rain?
That must have been another of your dreams,
A dream of mad man moon.

Hey man,
I’m the sand man.
And boy have I news for you;
They’re gonna throw you in gaol
And you know they can’t fail
‘Cos sand is thicker than blood.
But a prison in sand
Is a haven in hell,
For a gaol can give you a goal
[and a] goal can find you a role
On a muddy pitch in Newcastle,
Where it rains so much
You can’t wait for a touch
Of sun and sand, sun and sand…

Within the valley of shadowless death
They pray for thunderclouds and rain,
But to the multitude who stand in the rain
Heaven is where the sun shines.
The grass will be greener till the stems turn to brown
And thoughts will fly higher till the earth brings them down.
Forever caught in desert lands one has to learn
To disbelieve the sea.

If this desert’s all there’ll ever be
Then tell me what becomes of me.
A fall of rain?
That must have been another of your dreams,
A dream of mad man moon.

(Banks/Collins)


The streets were deserted though the police were alerted,
They considered the phone call a hoax.
Furtively glancing then jauntily prancing
The youth caught the guards unaware.

Slipping between them he ought to have seen then
The eyes and their owner so near.
With torch shining bright he strode on in the night
Till he came to the room with the safe.

« Hello son, I hope you’re having fun. »
« You’ve got it wrong Sir, I’m only the cleaner. »
With that he fired, the other saying as he died,
« You’ve done me wrong, » it’s the same old song forever.

Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.
Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.

Picked up the diamonds and bundles of fivers
He pushed them well down in his sack.
But the alarm had been sounded, he was completely surrounded
But he had some more tricks up his sleeve.

« Come outside with your hands held high. »
« You’ll not get me alive Sir, I promise you that Sir. »
With that he fired, the other saying as he died
« You’ve done me wrong, » it’s the same old song forever.

Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.
Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.

« He’s leaving via the roof, the bastard’s got away.
God always fights on the side of the bad man. »

« I’ve got clean away but I’ll be back some day,
Just the combination will have changed.
Some day they’ll catch me, to a chain they’ll attach me,
Until that day I’ll ride the old crime wave.

If they try to hold me for trial
I’ll stay out of gaol by paying my bail
And after I’ll go to the court of appeal saying
« You’ve done me wrong, » it’s the same old song forever. »

Done me wrong – same old song – done me wrong.

(Rutherford/Banks)


Bluegirls come in every size
Some are wise and some otherwise,
They got pretty blue eyes.
For an hour a man may change
For an hour her face looks strange –
Looks strange, looks strange.

Marching to the promised land
Where the honey flows and takes you by the hand,
Pulls you down on your knees,
While you’re down a pool appears.
The face in the water looks up,
And she shakes her head as if to say
That it’s the last time you’ll look like today.

Sail away, away
Ripples never come back.
Gone to the other side.
Sail away, away.

The face that launched a thousand ships
Is sinking fast, that happens you know,
The water gets below.
Seems not very long ago
Lovelier she was than any that I know.

Angels never know it’s time
To close the book and gracefully decline,
The song has found a tale.
My, what a jealous pool is she.
The face in the water looks up
She shakes her head as if to say
That the bluegirls have all gone away.

Sail away, away
Ripples never come back.
They’ve gone to the other side.
Look into the pool,
Ripples never come back,
Dive to the bottom and go to the top
To see where they have gone
Oh, they’ve gone to the other side…

Sail away, away
Ripples never come back.
Gone to the other side.
Look into the pool,
The ripples never come back, come back,
Dive to the bottom and go to the top
To see where they have gone
They’ve gone to the other side
Ripples never come back
Sail away, away…

(Banks)


Bored of the life on the city of gold
He’d left and let nobody know.
Gone were the towers he had known from a child,
Alone with the dream of a life
He travelled the wide open road,
The blinkered arcade,
In search of another to share in his life.
Nowhere.
Everyone looked so strange to him.

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence.
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance, he cried

And wept as they led him away to a cage
Beast that can talk, read the sign.
The creatures they pushed and they prodded his frame
And questioned his story again.
But soon they grew bored of their prey
Beast that can talk?
More like a freak or publicity stunt.
Oh
No.

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence.
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance, he cried

And broke down the door of the cage and marched on out.
He grabbed a creature by the scruff of his neck, pointing out:
There, beyond the bounds of you weak imagination
Lie the noble towers of my city, bright and gold.
Let me take you there, show you a living story
Let me show you others such as me
Why did I ever leave?

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance, he cried
And wept.

And so we set out with the best and his horns
And his crazy description of home.
After many days journey we came to a peak
Where the beast gazed abroad and cried out.
We followed his gaze and we thought that maybe we saw
A spire of gold – no, a trick of the eye that’s all,
But the beast was gone and a voice was heard:

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance

Hello friend, welcome home.

(Collins/Hackett/Rutherford/Banks)


There’s an angel standing in the sun.

There’s an angel standing in the sun,
Free to get back home.

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type « mot à mot » afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Rutherford/Banks/Hackett/Collins)

Sainte Mère de Dieu
Tu dois aller plus vite que ça pour arriver au sommet
Sale vieille montagne
Toute couverte de fumée, elle peut te changer en pierre
Donc tu ferais mieux de commencer à le faire correctement
Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement

Tu à mi-hauteur et à mi-pente
Et le sac que tu as sur le dos te fait te retourner.
Jette-le, tu n’en auras pas besoin là-haut, et souviens-toi
Ne regarde pas en arrière quoique tu fasses
Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement.

Sur ta gauche et sur ta droite
Des croix sont vertes et des croix sont bleues
Tes amis n’y sont pas arrivés.
Hors de la nuit et hors de l’obscurité
Dans le feu et dans la bataille
Eh bien, c’est le chemin que les héros prennent, Ho! Ho! Ho!

À travers une fissure dans la Terre Mère,
En feu, la roche en fusion
Se répand sur les terres.
Et la lave est l’amante qui détruit tes bottes en les léchant. Hé! Hé! Hé!
Si tu ne veux pas bouillir aussi
T-T-Tu ferais mieux de commencer la danse
V-V-Veux-tu danser avec moi.

Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement.

La musique joue, les notes sont correctes
Mets d’abord ton pied gauche et avance dans la lumière.
Le bord de cette colline est le bord du monde
Et si tu comptes traverser, tu ferais mieux de commencer à le faire correctement
Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement

Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement

Que la danse commence.

(Hackett/Banks)


Lorsque tu dors ils peuvent te montrer
Des vues aériennes du sol
Un sommeil Freudien vide de sons.

Au-dessus des toits et des maisons,
Perdu alors qu’il essaie d’être vu,
Des champs de motivation couverts de vert.

Des enfants hypnotisés jouent,
Faits pour être vus mais pas entendus,
« Empêchez-moi de rêver! »
« Ne soyez pas absurde! »

« Et bien si nous pouvons vous aider nous le ferons,
Vous avez l’air fatigué et malade.
Pendant que je compte à rebours
Vos paupières deviennent de plus en plus lourdes.
Dormez, n’allez-vous pas vous permettre de tomber?
Rien ne peut vous blesser.
Avec votre consentement
Je peux aller encore plus loin. »

De la musique madrigale joue,
Des voix peuvent vaguement être entendues,
« Veuillez laisser ce patient tranquille »
Maintenant condamné à dériver au loin,
Rien n’est tout à fait ce qu’il y paraît,
Parfois embrouillé dans vos propres rêves

« Et bien si nous pouvons vous aider nous le ferons,
Dès que vous serez fatigué et malade,
Avec votre consentement
Nous pourrons aller encore plus loin.

Et bien, grâce à notre gentillesse et notre savoir-faire
Vous n’aurez plus de problèmes jusqu’à ce que
Vous reteniez votre souffle
Et que l’infirmière vous présente la note! »

(Rutherford/Banks)

Tel père tel fils
Pas de chair ni de poisson ni d’os
Un chiffon rouge pend d’une bouche ouverte.
Vivant aux deux bouts mais un peu mort au milieu,
Culbutant et titubant il s’en ira.
Tous les chevaux et les hommes du Roi
Ne pourraient donner le sourire à ce visage.

C’est un rusé, c’est un timide
Ne le serais-tu pas aussi ?
Craignant d’être laissé tout seul.
Il n’a pas, il n’a pas d’amis pour jouer avec lui, le vilain petit Canard
La pression en marche, la bulle explosera devant nos yeux.
Tout le temps à temps
Ses larmes tombent sur le sol
MAIS SI TU NE TE LÈVES PAS TU N’AS AUCUNE CHANCE

Va un peu plus vite maintenant, tu pourrais y arriver à temps.

Miroir, miroir sur le mur,
Son coeur était brisé bien avant qu’il ne vienne à toi.
Empêche tes larmes de tomber,
Le chemin qu’elles laissent est très clair pour que tous le voient la nuit
Que tous le voient la nuit.

De saison, hors saison
Quelle est la différence quand on ne connaît pas la raison.
Dans une main le pain, dans l’autre une pierre.
Le Chasseur entre dans la forêt.
Tous ne sont pas des chasseurs qui savent jouer du cor de chasse
À l’allure de celui-ci, tu n’as pas grand-chose à craindre.

Me voici, je suis très féroce et effrayant
Viens confronter mon adresse à la tienne.
Maintenant écoute, écoute-moi, ne t’enfuis pas maintenant
Je suis un ami, j’aimerais vraiment jouer avec toi.
Faire du bruit mon petit ami poilu en ferait
Je le duperai, ensuite je le ferai entrer dans mon sac à coups de pied.
Tu ferais mieux d’être prudent… Tu ferais mieux d’être prudent.

Je t’ai eu, je t’ai eu, tu ne t’en sortiras jamais.

En rentrant à la maison cette nuit
Le sac sur le dos, le son des sanglots sur mon épaule.
Quand soudain ça s’est arrêté,
J’ai ouvert le sac, tout ce que j’avais
Une mare de bulles et de larmes – JUSTE UNE MARE DE LARMES

L’un dans l’autre, vous êtes une race mourante
De faire confiance à un monde cruel
Vous n’avez jamais eu ce que vous pensiez vous revenir
Et vous ne l’aurez pas maintenant,
Et tout le temps à temps
Vos larmes tombent sur le sol.


Le Squonk est d’une nature très réservée et à cause de sa laideur, il pleure constamment. C’est une proie facile pour les chasseurs qui suivent simplement une piste tâchée de larmes. Quand il est acculé, il fond en larmes.

Vrai ou Faux ?

(Banks)

Etait-ce l’été quand la rivière s’est asséchée,
Ou était-ce juste un autre barrage.
Quand le démon d’un flocon de neige en juin
Pouvait encore être une source de soulagement.
Oh comme je t’aime, j’ai pleuré une fois il y a longtemps,
Mais je suis celui qui a décidé de partir.
Pour fouiller au-delà de la dernière crête,
Bien que je l’aie entendu dire que seul les oiseaux pouvait rester aussi haut.

Alors j’ai prétendu que mes bras étaient des ailes
Et je me suis envolé dans les airs.
Je suis allé dans des endroits que les nuages ne voient jamais,
Trop proches des déserts de sable,
Où un millier de mirages, les bergers des mensonges
M’ont forcé à atterrir et à me déguiser.
Je serais heureux de recevoir une ruade de cheval pour me renvoyer
Si je pouvais trouver un cheval qui n’est pas fait de sable.

Si ce désert est tout ce qu’il y a
Alors dis-moi ce que je vais devenir.
Une chute de pluie?
Ca doit être un autre de tes rêves,
Un rêve d’homme de la lune fou.

Hé mec,
Je suis l’homme de sable.
Et bigre, quelles nouvelles j’ai pour toi;
Ils vont te mettre en prison
Et tu sais qu’ils ne vont pas échouer
Car le sable est plus épais que le sang.
Mais une prison de sable
Est un refuge en enfer,
Car une prison peut te donner un but
[Et un] but peut te faire trouver un rôle
Sur un terrain boueux à Newcastle,
Où il pleut tellement,
Tu ne peux pas attendre de toucher
Le soleil et le sable, le soleil et le sable…

Dans la vallée de la mort sans ombres
Ils prient pour des nuages orageux et la pluie,
Mais, pour la foule qui reste sous la pluie
Le paradis se trouve là où le soleil brille.
L’herbe sera plus verte quand les troncs deviendront marron
Et les pensées voleront plus haut jusqu’à ce que la terre les ramène au sol.
Eternellement pris dans les terres désertiques, on doit apprendre
À ne pas croire la mer.

Si ce désert est tout ce qu’il y a
Alors dis-moi ce que je vais devenir.
Une chute de pluie?
Ca doit être un autre de tes rêves,
Un rêve d’homme de la lune fou.

(Banks/Collins)

Les rues étaient désertes bien que la police soit sur le qui-vive,
Ils considéraient que le coup de téléphone était un canular.
Regardant furtivement puis marchant d’un pas leste
Le jeune garçon a pris les gardes par surprise.

Se glissant entre eux il aurait dû voir alors
Les yeux et leur propriétaire aussi proches.
Avec sa torche brillante, il a avancé à grands pas dans la nuit
Jusqu’à ce qu’il arrive dans la pièce où se trouve le coffre-fort.

« Salut fiston, j’espère que tu t’amuses. »
« Vous vous trompez Monsieur, je ne suis que l’agent de service. »
Ensuite il a tiré, et l’autre a dit en mourant,
« Tu m’as eu, » c’est toujours le même vieux refrain.

Vol et voies de fait
Le criminel et son crime
Vol et voies de fait
Le criminel et son crime.

Il a pris les diamants et les liasses de billets de cinq livres
Il les a bien entassés au fond de son sac.
Mais l’alarme a été donnée, il était complètement cerné
Mais il avait encore quelques tours dans son sac.

« Sors de là les mains en l’air. »
« Vous ne m’aurez pas vivant Monsieur, je vous le promets Monsieur. »
Ensuite il a tiré, et l’autre a dit en mourant
« Tu m’as eu, » c’est toujours le même vieux refrain.

Vol et voies de fait
Le criminel et son crime
Vol et voies de fait
Le criminel et son crime.

« Il s’en va par le toit, le bâtard a filé.
Dieu se met toujours du côté des méchants. »

« J’ai dû m’en aller mais un jour je reviendrai,
Juste la combinaison aura changé.
Un jour ils m’attraperont, à une chaîne ils m’attacheront,
Jusqu’à ce jour je surferai sur la vieille vague du crime.

S’ils essaient de me faire un procès
J’éviterai la prison en payant ma caution
Et ensuite j’irai en cours d’appel en disant
« Vous m’avez eu, » c’est toujours le même vieux refrain. »

Vous m’avez eu – le même vieux refrain – vous m’avez eu.

(Rutherford/Banks)

Les jeunes filles bleues arrivent dans toutes les dimensions
Certaines sont sages et d’autres différentes,
Elles ont de jolis yeux bleus.
Pendant une heure un homme peu changer
Pendant une heure son visage est étrange –
Est étrange, est étrange.

Marchant vers la terre promise
Où le miel coule et te prend par la main,
Te met à genou,
Pendant que tu es à terre, une mare apparaît.
Le visage dans l’eau lève les yeux,
Et elle secoue la tête comme pour dire
Que c’est la dernière fois que tu ressembleras à aujourd’hui.

Vogue au loin, au loin
Les vagues ne reviennent jamais.
Parties de l’autre côté.
Vogue au loin, au loin

Le visage qui a lancé un millier de navires
Coule rapidement, ça arrive tu sais,
L’eau diminue.
Il n’y a pas très longtemps apparemment
Plus belle elle était que toutes celles que je connais.

Les anges ne savent jamais que c’est le moment
De fermer le livre et de s’incliner avec grâce,
La chanson a trouvé une histoire.
Mon dieu, quelle mare jalouse elle fait.
Le visage dans l’eau lève les yeux
Elle secoue la tête comme pour dire
Que les jeunes filles bleues sont toutes parties.

Vogue au loin, au loin
Les vagues ne reviennent jamais.
Elles sont parties de l’autre côté.
Regarde dans la mare,
Les vagues ne reviennent jamais
Plonge jusqu’au fond et va au sommet
Pour voir où elles sont allées
Oh, elles sont allées de l’autre côté…

Vogue au loin, au loin
Les vagues ne reviennent jamais.
Parties de l’autre côté.
Regarde dans la mare,
Les vagues ne reviennent jamais, revient,
Plonge jusqu’au fond et va jusqu’au sommet
Pour voir où elles sont allées
Elles sont allées de l’autre côté
Les vagues ne reviennent jamais
Vogue au loin, au loin…

(Banks)

Ennuyé par la vie dans la ville d’or
Il était parti sans prévenir personne.
Finies les tours qu’il avait connu enfant,
Seul avec le rêve d’une vie
Il est parti sur la route dégagée,
Le passage étroit,
À la recherche de quelqu’un d’autre pour partager sa vie.
Nulle part.
Tout le monde était tellement étrange pour lui.

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence.
Ai-je tort de croire en une ville d’or
Qui existe quelque part au loin, cria-t-il

Et il a pleuré quand ils l’ont emmené dans une cage
Bête qui peut parler, lit les signes.
Les créatures, elles ont poussé et poignardé son corps
Et ont contesté encore son histoire.
Mais bientôt elles ont commencé à se lasser de leur proie
Une bête qui peut parler?
Plus un monstre ou un coup de publicité.
Oh Non.

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence.
Ai-je tort de croire en une ville d’or
Qui existe quelque part au loin, cria-t-il

Et il a enfoncé la porte de la cage et est sorti d’un pas énergique.
Il a attrapé une créature par la peau du cou, et a indiqué :
Là, au-delà des limites de ta faible imagination
Se trouvent les nobles tours de ma ville, brillante et en or.
Laisse-moi t’y emmener, te montrer une histoire vivante
Laisse-moi te montrer d’autres personnes comme moi
Pourquoi suis-je parti ?

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence
Ai-je tort de croire en une ville d’or
Qui existe quelque part au loin, cria-t-il
Et il pleura.

Et donc nous sommes partis avec le meilleur et ses cornes
Et sa folle description de son chez-soi.
Après de nombreux jours de voyage nous sommes arrivés à un pic
Où la bête a fixé le lointain et a poussé un cri.
Nous avons suivi son regard et nous avons pensé apercevoir
Une flèche d’or – non, une illusion des yeux c’est tout,
Mais la bête était partie et on a entendu une voix :

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence
Ai-je tort de croire en une ville en or
Qui existe quelque part au loin

Salut l’ami, bienvenue à la maison.

(Collins/Hackett/Rutherford/Banks)

Un ange se tient face au soleil.

Un ange se tient face au soleil,
Libre de rentrer chez lui.

Infos générales

Mike Rutherford – Guitare 12 Cordes, Basses, Pedales Basses
Tony Banks- Pianos, Synthétiseurs, Orgue, Mellotron, Guitare 12 Cordes, Choeurs.
Phil Collins – Batterie, Percussion, Chant.
Steve Hackett – Guitare Électrique, Guitares 12 Cordes

Enregistré au Trident Studios, Londres, Octobre/Novembre 1975
Produit par David Hentshel et Genesis
Ingénieurs du son : David Hentschel & Nick haddock Bradford

Sorti en Février 1976

Singles :
Mars 76 – A trick of the tail/Ripples (USA)
Mars 76 – Ripples/Entangled (UK)