Aller au contenu

Genesis

Seb

2.1/5

Ahhhh, Invisible Touch ! Définitivement, tout le monde (ou presque !) s’accorde à dire que c’est le moins bon, que c’est trop électronique, trop commercial (beurk et pas moi !). Pourtant, on s’accorde aussi pour dire que c’ est un disque à deux visages, avec le pop d’un coté (Invisible touch, In too deep, Land of confusion etc…) et le reste (du pop progressif ??) de l’autre (Tonight Tonight Tonight, Domino, The Brazilian). Le reste dure d’ailleurs autant que le pop, mais mis à part pour entendre Tonight Tonight Tonight en entier, il vaut mieux écouter les versions live, tant la production est mauvaise (Partiellement corrigé par les remix de 2007 cela dit). Deux bijoux ont été laissés de coté lors des sessions “Invisible Touch”, pour être gardés comme face b des singles : Do the Neurotic (un instrumental) et Feeding the Fire. Ces deux morceaux n’ont rien à voir avec le reste du disque, même si on reconnaît quand même la marque Padgham et auraient totalement changé la face d’Invisible Touch s’ils avaient été dessus. Cela dit, au niveau compos, il n’y a rien à dire, les chansons sont très bonnes. À des années lumières de Foxtrot, mais excellente… Seulement la production gâche tout.

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


Well I’ve been waiting, waiting here so long
But thinking nothing, nothing could go wrong, ooh now I know
She has a built in ability
To take everything she sees
And now it seems I’m falling, falling for her.

She seems to have an invisible touch yeah
She reaches in, and grabs right hold of your heart
She seems to have an invisible touch yeah
It takes control and slowly tears you apart.

Well I don’t really know her, I only know her name
But she crawls under your skin, you’re never quite the same, and now I
know
She’s got something you just can’t trust
It’s something mysterious
And now it seems I’m falling, falling for her.

She seems to have an invisible touch yeah
She reaches in, and grabs right hold of your heart
She seems to have an invisible touch yeah
It takes control and slowly tears you apart.

She don’t like losing, to her it’s still a game
And though she will mess up your life,
You’ll want her just the same, and now I know
She has a built in ability
To take everything she sees
And now it seems I’ve fallen, fallen for her.

She seems to have an invisible touch yeah
She reaches in, and grabs right hold of your heart
She seems to have an invisible touch yeah
It takes control and slowly tears you apart.

She seems to have an invisible touch…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


I’m coming down, coming down like a monkey, but it’s alright
Like a load on your back that you can’t see, ooh but it’s alright
Try to shake it loose, cut it free, just let it go, get it away from me.

Cos tonight, tonight, tonight – oh, I’m gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

I’m going down, going down, like a monkey, ooh but it’s alright
Try to pick yourself up, carry that weight that you can’t see,
Don’t you know it’s alright
It’s like a helter skelter, going down and down, round and round
But just get it away from me – oh.

Because tonight, tonight, tonight – oh
We’re gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

I got some money in my pocket, about ready to burn
I don’t remember where I got it, I gotta get it to you
So please answer the phone, cos I keep calling, but you’re never home
What am I gonna do
Tonight, tonight, tonight – oh
I’m gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

You keep telling me I’ve got everything, you say I’ve got everything I want
You keep telling me you’re gonna help me, you’re gonna help me, but you don’t
But now I’m in too deep
You see it’s got me so that I just can’t sleep
Oh get me out of here, please get me out of here
Just help me I’ll do anything, anything
If you’ll just help me get out of here.

I’m coming down, coming down like a monkey, ooh but it’s alright
It’s like a load on your back that you can’t see,
Ooh don’t you know that it’s alright
Just try to shake it loose, cut it free, let it go
But just get it away from me
Cos tonight, tonight, tonight – oh
Maybe we’ll make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

Please get me out of here
Someone get me out of here
Just help me I’ll do anything, anything
If you’ll just help get me out of here
Tonight – oh, I’m gonna make it right
Tonight, tonight, tonight – oh.

Yes tonight, tonight, tonight – oh,
Yes I’m gonna make it right, tonight, tonight, tonight – oh…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


I must’ve dreamed a thousand dreams
Been haunted by a million screams
But I can hear the marching feet
They’re moving into the street.

Now did you read the news today
They say the danger’s gone away
But I can see the fire’s still alight
There burning into the night.

There’s too many men
Too many people
Making too many problems
And not much love to go round
Can’t you see
This is a land of confusion.

This is the world we live in
And these are the hands we’re given
Use them and let’s start trying
To make it a place worth living in.

Ooh Superman where are you now
When everything’s gone wrong somehow
The men of steel, the men of power
Are losing control by the hour.

This is the time
This is the place
So we look for the future
But there’s not much love to go round
Tell me why, this is a land of confusion.

This is the world we live in
And these are the hands we’re given
Use them and let’s start trying
To make it a place worth living in.

I remember long ago –
Ooh when the sun was shining
Yes and the stars were bright
All through the night
And the sound of your laughter
As I held you tight
So long ago –

I won’t be coming home tonight
My generation will put it right
We’re not just making promises
That we know, we’ll never keep.

Too many men
There’s too many people
Making too many problems
And not much love to go round
Can’t you see
This is a land of confusion.

Now this is the world we live in
And these are the hands we’re given
Use them and let’s start trying
To make it a place worth fighting for.

This is the world we live in
And these are the names we’re given
Stand up and let’s start showing
Just where our lives are going to.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)


All that time I was searching, nowhere to run to, it started me thinking,
Wondering what I could make of my life, and who’d be waiting,
Asking all kinds of questions, to myself, but never finding the answers,
Crying at the top of my voice, and no one listening,
All this time, I still remember everything you said
There’s so much you promised, how could I ever forget.

Listen, you know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep.

So listen, listen to me,
Ooh you must believe me,
I can feel your eyes go thru me,
But I don’t know why.

Ooh I know you’re going, but I can’t believe
It’s the way that you’re leaving,
It’s like we never knew each other at all, it may be my fault,
I gave you too many reasons, being alone, when I didn’t want to
I thought you’d always be there, I almost believed you,
All this time, I still remember everything you said, oh
There’s so much you promised, how could I ever forget.

Listen, you know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep.

So listen, listen to me,
I can feel your eyes go thru me

It seems I’ve spent too long
Only thinking about myself – oh
Now I want to spend my life
Just caring bout somebody else.

Listen, you know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep.

You know I love you, but I just can’t take this,
You know I love you, but I’m playing for keeps,
Although I need you, I’m not gonna make this,
You know I want to, but I’m in too deep…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)


You know,
You decorate the garage walls,
Hang in people’s halls,
Live in secret drawers,
If you could look around you,
Wonder what you’d see.

Fiction.
That’s all you really are I know,
Editorial dreams.
They can’t make you real,
Tell me where you came from,
And where you’re going to.

I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

Oh you know,
You’ve figured in some fantasies.
You would not believe,
What you’ve had to do,
Life goes on around you and all because of you.

No I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

You know,
That in twenty years or more,
You’ll still look the same
As you do today.
You’ll still be a young girl,
When I’m old and grey.

No – I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love?

I won’t ever, no I’ll never get to know her,
Or be the cause of anything she does.
I won’t ever, no I’ll never get to hold her.
Do you think this aching could be love? (no you’ll never…)

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

In The Glow Of The Night


The grey of evening fills the room,
There’s no need to look outside,
To see or feel the rain.
Then I reach across to touch her,
But I know that she’s not there.
Rain keeps running down the window pane.
Time is running out for me.

Can’t you see what you are doing to me?
Can’t you see what you have done?
As I try to pass another long and sleepless night,
A hundred crazy voices call my name,
As I try to pass them by,
I almost can believe that she is here,
Here in the glow of the night.

Do you know what you have done?
Do you know what you’ve begun?
Do you see we shall never be together again?
All of my life.

Lonely people, empty rooms,
Pointless violence, silent tombs.
Could it be that we shall be together again?

Sheets of double glazing help to keep outside the night,
Only foreign city sirens can cut through,
Nylon sheets and blankets help to minimize the cold.
But they can’t keep out the chilling sounds.
Will the nightmare soon give way to dreaming
That she is here with me?
Here in the glow of the night.

Do you know what you have done?
Do you know what you’ve begun?
Do you see we shall never be together again?
All of my life.

Lonely people, empty rooms,
Pointless violence, silent tombs.
Could it be that we shall be together again?
Could it be that we shall be together again?

In silence and darkness
We held each other near that night
We prayed it would last forever.


The Last Domino


Blood on the windows
Millions of ordinary people are there
They gaze at the scenery
They act as if it is perfectly clear
Take a look at the mountains
Take a look at the beautiful river of blood.

The liquid surrounds me
I fight to rise from this river of hell
I stare round about me
Children are swimming and playing with boats
Their features are changing
Their bodies dissolve and I am alone.

Now see what you’ve gone and done.
Now see what you’ve gone and done.

Well now you never did see such a terrible thing
As was seen last night on T.V.
Maybe if we’re lucky, they will show it again
Such a terrible thing to see – oh
But there’s nothing you can do when you’re next in line
You’ve got to go domino.

Now I’m one with the living and I’m feeling just fine
I know just what I gotta do
Play the game of happiness and never let on
That it only lives on in a song – oh
Well there’s nothing you can do when you’re next in line
You’ve got to go domino.

Do you know what you have done?
Do you know what you’ve begun?

In silence and darkness
Hold each other near tonight
For will it last forever?
Will it last forever – forever…

There’s nothing you can do when you’re the next in line
You’ve got to go domino.

Do you know, do you know, do you know what you have done
Do you see what you’ve begun?
Cos there’s nothing, nothing, nothing
There’s nothing you can do, there’s nothing you can do
Do you see, do you see what you have done?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)


Need I say I love you
Need I say I care
Need I say that emotion’s,
Something we don’t share
I don’t want to be sitting here
Trying to deceive you
Cos you know I know baby
That I don’t wanna go.

We cannot live together
We cannot live apart
That’s the situation
I’ve known it from the start
Every time that I look at you
I can see the future
Cos you know I know babe
That I don’t wanna go.

Throwing it all away
Throwing it all away
Is there nothing that I can say
To make you change your mind
I watch the world go round and round
And see mine turning upside down
You’re throwing it all away.

Now who will light up the darkness
Who will hold your hand
Who will find you the answers
When you don’t understand
Why should I have to be the one
Who has to convince you
Cos you know I know baby
That I don’t wanna go.

Someday you’ll be sorry
Someday when you’re free
Memories will remind you
That our love was meant to be
Late at night when you call my name
The only sound you’ll hear
Is the sound of your voice calling
Calling after me.

Just throwing it all away
Throwing it all away
There’s nothing I can say
We’re throwing it all away
Yes we’re throwing it all away…

(Banks/Collins/Rutherford, main composer Banks)

(Instrumental)

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Bien, j’ai attendu, attendu ici tellement longtemps
Mais en pensant que rien, rien ne pourrait mal tourner, oh, maintenant je sais
Elle a un don inné
pour prendre tout ce qu’elle voit
Et maintenant il semble que je tombe, tombe amoureux d’elle

Elle semble avoir un touché invisible ouais
Elle atteint et prend possession de ton cœur
Elle semble avoir un touché invisible ouais
Ça prend le contrôle et te déchire lentement en deux.

Bien, je ne la connais pas vraiment, je connais juste son nom
Mais elle pénètre sous ta peau
Tu n’es plus vraiment le même, et maintenant je sais
elle a quelque chose auquel on ne peut pas se fier
C’est quelque chose de mystérieux
et maintenant il semble que je tombe, tombe amoureux d’elle

Elle semble avoir un touché invisible ouais
Elle atteint et prend possession de ton cœur
Elle semble avoir un touché invisible ouais
Ça prend le contrôle et te déchire lentement en deux.

Elle n’aime pas perdre, pour elle c’est toujours un jeu
Et bien qu’elle mette ta vie sans dessus dessous
Tu en redemandes, et maintenant je sais
elle a un don inné
pour prendre tout ce qu’elle voit
Et maintenant, il semble que je suis tombé, tombé amoureux d’elle

Elle semble avoir un touché invisible ouais
Elle atteint et prend possession de ton cœur
Elle semble avoir un touché invisible ouais
Ça prend le contrôle et te déchire lentement en deux.

Elle semble avoir un touché invisible ouais…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Je descends, je descends comme un singe, mais ça va
Comme une charge sur ton dos, que tu ne peux pas voir, ooh, mais ça va
Essaie de remuer, ça se détache, libère-le, laisse-le aller, enlève-le loin de moi.

parce que ce soir, ce soir, ce soir, oh tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

Je descends, je descends comme un singe, mais ça va
Essaie de te ramasser, transporte ce poids que tu ne peux pas voir,
Ne vois-tu pas que tout va bien
C’est pelle-mêle, allant en bas, en bas, autour, autour
Mais enlève-le juste loin de moi oh.

parce que ce soir, ce soir, ce soir,
oh tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

J’ai de l’argent dans ma poche, prêt à être dépensé
Je ne me souviens plus où je l’ai eu, certainement de toi
Alors s’il te plaît répond au téléphone, parce que je n’arrête pas d’appeler, mais tu n’es jamais chez toi
Qu’est ce que je vais faire
ce soir, ce soir, ce soir, oh
Tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

Tu n’arrêtes pas de me dire que j’ai tout ce que je veux,
Tu dis que j’ai tout ce que je veux
Tu n’arrêtes pas de me dire que tu vas m’aider,
Tu vas m’aider, mais tu ne le fais pas
Et maintenant, je suis profondément désespéré
Tu vois, ça me prend tellement que je ne peux simplement plus dormir
Alors sors-moi d’ici, s’il te plaît, sort moi d’ici
Aide-moi, juste, je ferais n’importe quoi
Si tu m’aides simplement à m’en sortir.

Je descends, je descends comme un singe, mais ça va
C’est comme une charge sur ton dos que tu ne peux pas voir,
Ne vois-tu pas que tout va bien
Essaie de remuer, ça se détache, libère-le, laisse-le aller
Mais enlève-le juste loin de moi

Car ce soir, ce soir, ce soir, oh
Peut-être que tout va rentrer dans l’ordre
ce soir, ce soir, ce soir, oh.

S’il te plaît sors-moi de là
Que quelqu’un me sorte de là
Aidez-moi, je ferais n’importe quoi, n’importe quoi
si vous m’aidez simplement à me sortir de là
Ce soir, tout va renter dans l’ordre
ce soir ce soir ce soir, oh.

Oui, ce soir ce soir ce soir, oh,
Oui, tout va rentrer dans l’ordre ce soir ce soir ce soir, oh…            

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

J’ai dû faire un millier de rêves
Être hanté par un million de cris
Mais je peux entendre la marche militaire
Ils se déplacent dans la rue.

Maintenant, avez-vous lu les journaux aujourd’hui
Ils disent que le danger est parti
Mais je peux voir que les feux sont toujours allumés
Ils brûlent dans la nuit.

Il y a beaucoup trop d’hommes,
Beaucoup trop de gens
Créant beaucoup trop de problèmes
Et pas assez d’amour aux alentours
Ne peux-tu voir
Que c’est une terre de confusion

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les mains que l’on nous a donné
Utilisons-les et commençons à essayer
de faire de cet endroit un lieu qui vaut la peine d’y vivre.

Ooh, Superman où es-tu maintenant
Quand tout semble aller mal, on ne sait comment
Les hommes d’acier, les hommes de puissance
perdent le contrôle un peu plus chaque heures.

C’est l’heure
C’est l’endroit
Alors nous regardons vers l’avenir
Mais il n’y a pas assez d’amour aux alentours
Dis-moi pourquoi c’est une terre de confusion.

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les mains que l’on nous a donné
Utilisons-les et commençons à essayer
de faire de cet endroit un lieu qui vaut la peine d’y vivre.

Je me souviens il y a bien longtemps –
Ooh, quand le soleil brillait
Oui et les étoiles étaient brillantes
Durant toute la nuit
Et le son de ton rire
Alors que je te serrais
Il y a si longtemps –

Je ne rentrerai pas à la maison ce soir
Ma génération va régler les problèmes
Nous ne faisons pas de promesses
dont nous savons que nous ne les tiendrons jamais.

Il y a beaucoup trop d’hommes,
beaucoup trop de gens
Créant beaucoup trop de problèmes
Et pas assez d’amour aux alentours
Ne peux-tu voir
Que c’est une terre de confusion.

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les mains que l’on nous a donné
Utilisons-les et commençons à essayer
de faire de cet endroit un lieu qui vaut la peine de se battre pour lui

C’est le monde dans lequel nous vivons
Et ce sont les noms que l’on nous a donné
Levons-nous et commençons à montrer
Vers où nos vies sont en train d’aller.

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Collins)

Tout ce temps j’ai cherché, nulle part où courir, ça m’a fait réfléchir,
Me demandant ce que je pourrais faire de ma vie, et qui attendait,
Me posant toutes sortes de questions, mais ne trouvant jamais les réponses,
Pleurant le plus fort que ma voix permette, et personne n’écoute,
Tout ce temps, je me souviens encore de tout ce que tu as dit
Tu as tellement promis, comment pourrais-je un jour oublier.

Écoute, tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré.

Alors écoute, écoute-moi,
Ooh, tu dois me croire,
Je peux sentir tes yeux me transpercer,
Mais je ne sais pas pourquoi.

Ooh, je sais que tu t’en vas, mais je ne peux y croire
Que c’est la façon dont tu t’en vas,
C’est comme si nous ne nous étions jamais connus, c’est peut être ma faute,
Je t’ai donné trop de raisons, d’être seul, quand je ne le voulais pas
Je pensais que tu serais toujours là, je t’ai presque cru,
Tout ce temps, je me souviens encore de tout ce que tu disais, oh
Il y a tant que tu as promis, comment pourrais-je un jour oublier.

Écoute, tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré.

Alors écoute, écoute-moi,
Je peux sentir tes yeux me transpercer

Il semble que j’ai passé trop de temps
à penser uniquement à moi, oh
Maintenant je veux passer ma vie
À prendre soin de quelqu’un d’autre.

Écoute, tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré.

Tu sais que je t’aime, mais je ne peux pas prendre ça,
Tu sais que je t’aime, mais je joue pour garder,
Bien que j’ai besoin de toi, Je ne ferai pas ceci,
Tu sais que je veux, mais je suis profondément désespéré…

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Tu sais,
Tu décores les murs du garage,
Accroché dans les halls des gens,
vivant en dessinateurs secrets,
si tu pouvais voir autour,
Je me demande ce que tu verrais.

Fiction.
C’est tout ce que tu es vraiment, je sais,
Rêves éditoriaux.
Ils peuvent te rendre réelle,
dis-moi d’où tu viens,
et où tu vas.

Jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Oh tu sais,
Tu as figuré dans quelques fantaisies.
Tu ne croirais jamais,
Ce que tu avais à faire,
La vie va tout autour de toi, mais pas à cause de toi.

Non jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Tu sais,
Dans vingt ans ou plus,
Tu seras toujours la même
que ce que tu es maintenant.
Tu seras toujours une jeune fille,
Quand je serai vieux et gris.

Non jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

Jamais je ne, non jamais je ne la connaîtrais,
ou serais la cause de quoi que ce soit qu’elle fasse.
Jamais je ne, non jamais je ne la toucherais.
Penses-tu que cette douleur puisse être de l’amour?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Banks)

Dans la lueur de la nuit


Le gris de la nuit remplit la pièce,
pas besoin de regarder dehors,
pour voir ou sentir la pluie.
Alors je traverse pour la toucher,
Mais je sais qu’elle n’est pas là.
La pluie continue de glisser le long des vitres.
Je n’ai plus beaucoup de temps.

Ne peux-tu voir ce que tu me fait?
Ne peux-tu voir ce que tu as fait?
Alors que j’essaie de passer une autre longue nuit sans sommeil,
Une centaine de voix folles appellent mon nom,
Alors que j’essaie de passer outre,
Je peux presque croire qu’elle est là,
Ici dans la lueur de la nuit.

Sais-tu ce que tu as fait?
Sais-tu ce que tu as commencé?
Sais-tu que nous ne serons plus jamais ensemble à nouveau?
Toute ma vie.

Personnes seules, pièces vides,
violence sans intérêt, tombes silencieuses.
Cela ce peut-il que nous soyons un jour ensemble à nouveau?

le double vitrage aide à garder la nuit dehors,
seules les sirènes des villes lointaines peuvent passer à travers,
Les draps en nylons et les couvertures aident à minimiser le froid.
Mais ne préservent pas des sons glaciaux.
Est-ce que le cauchemar va bientôt me conduire à rêver
Qu’elle est là avec moi?
Ici dans la lueur de la nuit.

Sais-tu ce que tu as fait?
Sais-tu ce que tu as commencé?
Sais-tu que nous ne serons plus jamais ensemble à nouveau?
Toute ma vie.

Personnes seules, pièces vides,
violence sans intérêt, tombes silencieuses.
Cela ce peut-il que nous soyons un jour ensemble à nouveau?
Cela ce peut-il que nous soyons un jour ensemble à nouveau?

Dans le silence et la pénombre
Nous nous tenions près l’un de l’autre cette nuit
Nous prions pour que ça dure toujours.


Le dernier domino


Du sang sur les vitres
Des millions de personnes ordinaires sont ici
Il fixent la scène
Ils agissent comme si tout était clair
Regarde les montagnes
Regarde cette magnifique rivière de sang.

Le liquide m’entoure
Je combat pour m’échapper de cette rivière diabolique
Je regarde autour de moi
Les enfants nagent et jouent avec des bateaux
Leur apparence change
leurs corps se dissolvent et je suis seul.

maintenant vois où tu es allé et ce que tu as fait.
maintenant vois où tu es allé et ce que tu as fait.

Bien maintenant vous ne verrez plus une chose aussi horrible
que ce que nous avons vu à la télé l’autre soir
Peut-être si nous sommes chanceux, ils le repasseront
Tellement horrible à voir, oh
Mais il n’y a rien à faire quand tu es le prochain en ligne
Tu vas tomber comme un domino.

Maintenant je suis un “vivant” et je me sens bien
Je sais ce que j’ai à faire
jouer le jeu du bonheur et ne jamais laisser dire
que ça ne vit que dans une chanson, oh
Bien mais il n’y a rien à faire quand tu es le prochain en ligne
Tu vas tomber comme un domino.

Sais-tu ce que tu as fait?
Sais-tu ce que tu as commencé?

dans le silence et la pénombre
Tenez-vous près l’un de l’autre cette nuit
Car cela durera t’il pour toujours?
Est ce que ça va durer pour toujours, toujours…

Il n’y a rien à faire quand tu es le prochain en ligne
Tu vas tomber comme un domino.

Sais-tu, sais-tu, sais tu ce que tu as fait
Sais-tu ce que tu as commencé?
Car il n’y a rien, rien, rien
Il n’y a rien à faire, il n’y a rien à faire
Vois-tu, vois-tu ce que tu as fait?

(Banks/Collins/Rutherford, main lyricist Rutherford)

Ai-je besoin de te dire que je t’aime
Ai-je besoin de te dire que je fais attention
Ai-je besoin de te dire que les émotions,
quelque chose que nous ne partageons pas
Je ne veux pas être assis ici
Essayant de te tromper
Parce que tu sais, je sais, bébé
que je ne veux pas partir.

Nous ne pouvons vivre ensemble
Nous ne pouvons vivre séparés
C’est la situation
Je le savais dès le début
Chaque fois que je te regarde
Je ne peux pas voir le futur
parce que tu sais, je sais, bébé
que je ne veux pas partir.

tout envoyer balader
tout envoyer balader
N’y a t’il rien que je puisse dire
Pour te faire changer d’avis
Je regarde le monde aller en rond en rond
Et je vois le mien sans dessus dessous
Tu envoies tout balader.

Maintenant qui va allumer la pénombre
qui va tenir ta main
qui va te trouver les réponses
quand tu ne comprends pas
pourquoi aurais-je à être le seul
qui ai à te convaincre
parce que tu sais, je sais, bébé
que je ne veux pas partir.

Un jour tu seras désolé
un jour quand tu seras libre
ta mémoire te rappellera
que notre amour était censé être
tard la nuit quand tu crieras mon nom
le seul son que tu entendras
c’est le son de ta voix appelant,
m’appelant.

Alors envoie tout balader
envoie tout balader
il n’y a rien que je puisse dire
nous envoyons tout balader
oui nous envoyons tout balader…

(Banks/Collins/Rutherford, main composer Banks)

(Instrumental)

Infos générales

Tony Banks – Claviers, Basse synthé.
Phil Collins – Batteries, Chant, Percussion.
Mike Rutherford – Guitares, Basse.

Ecrit, Enregistré et Mixé à The Farm, Surrey, 85/86
Producteurs : Genesis and Hugh Padgham
Ingénieurs du son : Hugh Padgham et Paul Gomersall

Sorti en Juin 1986

Singles:
Mai 86 – Invisible touch/The last domino
Août 86 – In too deep/Do the neurotic (UK)
Août 86 – Throwing it all away/Do the neurotic (USA)
Novembre 86 – Land of confusion/Fedding the fire
Mars 87 – Tonight tonight tonight/In the glow of the night
Avril 87 – In too deep/I’d rather be you
Juin 87 – Throwing it all away/I’d rather be you

Seb

3/5

Le second album “noir” de Genesis. Pendant très longtemps, ce disque a souffert d’un son de casserole, vraiment. Pourtant on y retrouve trois superbes morceaux : Mama, Home by the Sea et It’s Gonna Get Better, justifiant à eux seuls l’achat du disque, mais franchement, le son était vraiment mauvais. C’est aujourd’hui partiellement corrigé avec les remix de 2007 mais certains partis pris artistiques regrettables sont toujours là. Je pense notamment à la batterie électronique sur Second Home By The Sea… La deuxième face du 33 tours est d’après Tony Banks ce que Genesis a fait de moins bien. Il exagère un peu ! Elle vaut quand même vraiment le coup d’oreille, et pas seulement quand on est fan… 

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford)


I can’t see you mama
but I can hardly wait
ooh to touch and to feel you mama
oh I just can’t keep away
in the heat and the steam of the city
oh its got me running and I just can’t brake
so say you’ll help me mama
cos its getting so hard – oh

Now I can’t keep you mama
but I know you’re always there
you listen, you teach me mama
and I know inside you care
so get down, down here beside me
oh you ain’t going nowhere
no I won’t hurt you mama
but its getting so hard – oh

ha ha, ha ha ha ha, ha ha, argh
ha ha, ha ha ha ha, ha ha, argh

Can’t you see me here mama
mama mama mama please
can’t you feel my heart
can’t you feel my heart
can’t you feel my heart oh
now listen to me mama
mama mama
you’re taking away my last chance
don’t take it away
can’t you feel my heart?

ha ha, ha ha ha, ha, argh

It’s hot, too hot for me mama
but I can hardly wait
my eyes they’re burning mama
and I can feel my body shake
don’t stop, don’t stop me mama
oh make the pain, make it go away – hey
no I won’t hurt you mama
but its getting so hard – oh

Now I can’t see you mama
but I know you’re always there
you taunt, you tease me mama
but I never never can keep away
it’s the heat and the steam of the city
oh got me running and I just can’t brake
so stay don’t leave me mama
cos its getting so hard – oh

don’t go no no, don’t go
no no no, don’t go…

(Banks/Collins/Rutherford)


Just as I thought it was going alright
I find out I’m wrong, when I thought I was right
s’always the same, it’s just a shame, that’s all
I could say day, and you’d say night
tell it’s black when I know that it’s white
always the same, it’s just a shame, that’s all

I could leave but I won’t go
though my heart might tell me so
I can’t feel a thing from my head down to my toes
but why does it always seem to be
me looking at you, you looking at me
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

Turning me on, turning me off,
making me feel like I want too much
living with you’s just putting me through it all of the time
running around, staying out all night
taking it all instead of taking one bite
living with you’s just putting me through it all of the time

I could leave but I won’t go
well it’d be easier I know
I can’t feel a thing from my head down to my toes
why does it always seem to be
me looking at you, you looking at me
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

Truth is I love you
more than I wanted to
there’s no point in trying to pretend
there’s been no-one who
makes me feel like you do
say we’ll be together till the end

I could leave but I won’t go
it’d be easier I know
I can’t feel a thing from my head down to my toes
so why does it always seem to be
me looking at you, you looking at me
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

But I love you
more than I wanted to
there’s no point in trying to pretend
there’s been no-one who
makes me feel like you do
say we’ll be together till the end

But just as I thought it was going alright
I find out I’m wrong when I thought I was right
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all
Well I could say day, and you’d say night
tell me it’s black when I know that it’s white
it’s always the same, it’s just a shame, that’s all

That’s all

(Banks/Collins/Rutherford)


Creeping up the blind side, shinning up the wall
stealing thru the dark of night
Climbing thru a window, stepping to the floor
checking to the left and the right
Picking up the pieces, putting them away
something doesn’t feel quite right

Help me someone, let me out of here
then out of the dark was suddenly heard
welcome to the Home by the Sea

Coming out the woodwork, thru the open door
pushing from above and below
shadows but no substance, in the shape of men
round and down and sideways they go
adrift without direction, eyes that hold despair
then as one they sign and they moan

Help us someone, let us out of here
living here so long undisturbed
dreaming of the time we were free
so many years ago
before the time when we first heard
welcome to the Home by the Sea

Sit down Sit down
Sit down Sit down Sit down
as we relive our lives in what we tell you

Images of sorrow, pictures of delight
things that go to make up a life
endless days of summer longer nights of gloom
waiting for the morning light
scenes of unimportance, photos in a frame
things that go to make up a life

Help us someone, let us out of here
cos living here so long undisturbed
dreaming of the time we were free
so many years ago
before the time when we first heard
welcome to the Home by the Sea

Sit down Sit down
Sit down Sit down Sit down Sit down
as we relive out lives in what we tell you
let us relive out lives in what we tell you

Sit down Sit down Sit down
cos you won’t get away
no with us you will stay
for the rest of your days – Sit down
As we relive our lives in what we tell you
Let us relive our lives in what we tell you

(Banks/Collins/Rutherford)


Images of sorrow, pictures of delight
things that go to make up a life
endless days of summer longer nights of gloom
just waiting for the morning light
scenes of unimportance like photos in a frame
things that go to make up a life

As we relive our lives in what we tell you

(Banks/Collins/Rutherford)


Got out of bed, wasn’t feeling too good
With my wallet and my passport, a new pair of shoes
The sun is shining so I head for the park,
With a bottle of Tequila, and a new pack of cigarettes

I got a cousin and she got a friend,
Who thought that her aunt knew a man who could help
At his apartment I knocked on the door,
He wouldn’t come out until he got paid.
Now don’t tell anybody what I wanna do
If they find out you know that they’ll never let me through, cos

It’s no fun being an illegal alien, no
It’s no fun being an illegal alien

Down at the office had to fill out the forms
A pink one, a red one, the colours you choose,
Up to the counter to see what they think
They said “it doesn’t count man, it ain’t written in ink”.
I don’t trust anybody, least not around here, cos

It’s no fun being an illegal alien, I tell ya
It’s no fun being an illegal alien, no no no no no
It’s no fun being an illegal alien, I mean it when I tell ya that
It’s no fun being an illegal alien,
An illegal alien, O.K.

Consideration for your fellow man
Would not hurt anybody, it sure fits in with my plan
Over the border, there lies the promised land
Where everything comes easy, you just hold out your hand

Keep your suspicions, I’ve seen that look before
But I ain’t done nothing wrong now, is that such a suprise
But I’ve got a sister who’d be willing to oblige
She will do anything now to help me get to the outside

So don’t tell anybody what I wanna do
If they find out you know that they’ll never let me through, because

It’s no fun being an illegal alien, I tell ya
It’s no fun being an illegal alien, and it’s getting me down
It’s no fun being an illegal alien, no no no no no
It’s no fun being an illegal alien, yeah yeah yeah

It’s no fun (not much fun) being an illegal alien, I tell ya that
It’s no fun being an illegal alien, I tell ya
It’s no fun being an illegal alien, no no no
It’s no fun (not bloody much fun) being an illegal alien,
It’s no fun being an illegal alien, and that’s what I am.

(Banks/Collins/Rutherford)


No not this confused again
No not the same mistakes again.
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Why can’t you see what’s going on?
I know you’d never admit
You would ever be to blame
Everything’s a game to you
The old days are gone
And they’re better left alone
I cannot help you, it’s much too late

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistakes again.
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

There’s always a reason why it happened
You never never did anything wrong, but it
It just seemed to fall apart
But you’re taking it all too hard

Now that it’s dark, all of your fears,
Like shadows creeping around.
You’re much too scared to look down
And it’s lonely out on your own

The old days are gone
And they’re better left alone
But I still miss you
I keep it to myself

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistakes again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistake again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Oh no not this confused again
No no not the same mistakes again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

Oh no not this confused again
Oh no not the same mistakes again
You’re taking it all to heart
You’re taking it all too hard

(Banks/Collins/Rutherford)


It’s no use saying that it’s alright, it’s alright.
But where were you after midnight, midnight.
Heard a Bang, Bang, Bang; Down they go
It’s just a job you do
Cos the harder they run, and the harder they fall.
I’m coming down hard on you.

Now no-one saw what you looked like, what you looked like
Like a stranger you came out of the night, out of the night
Cos someone put the word on you, and I hope my aim is true.

Cos I got a name, and I got a number, I gotta line on you
I got a name, and I got a number, I’m coming after you

Don’t keep saying that it’s alright, it’s alright,
It seems you went just a little too far this time
Heard a Bang Bang Bang, and down you go,
It’s just a job I do,
Cos the harder you run the harder you fall,
I’m coming down hard on you, hard on you – I hope my aim is true.

I got a name, and I got a number, I got a line on you
I got a name, and I got a number, and I’m coming after you

Keep running, Keep running; city to city
Even if you’re innocent,
You can cause too much embarrassment
And though your heart is breaking,
And you know there’s no mistaking.
Cos you feel your life line breaking (keep running, keep running)
You can feel your hands are shaking (keep running, keep running)
And no-one answers the telephone
You can never never ever go home alone
and though your heart is aching
and you know there’s no mistaking.
The footsteps close behind.

Now don’t pretend that you sleep at night, but sleep tight
And can’t you feel that the time is right, it’s alright.
Heard a Bang Bang Bang, and down you go
Oh no-one really cares
Cos the harder you run, and the harder you fall.
I’m coming down hard on you, hard on you – I’m hoping that my aim is
true.

I got a name, and I got a number, I got a line on you
I got a name, and I got a number, I’m coming after you

I got a name, and I got a number, I got a line on you
I got a name, and I got a number, I got a job to do.

(Banks/Collins/Rutherford)


Rivers flow uphill
blue turns into grey
winter follows springtime
morning ends the day
beyond the silver rainbow

if you’re walking home beside her
and you know what time it is
and if you avoid the puddles in your way
you haven’t been there either
to the land that lies
beyond the silver rainbow

but if you’re walking home beside her
and the sun should turn to blue
and you keep on going cos you’re unaware
ooh then you know that you are there

Beyond the silver rainbow (beyond the silver rainbow you won’t know)
you won’t know if you’re coming or going…

ooh if you’re sitting there beside her
with your arms you hold her close
and you’re wondering just how far she’ll let you go
you haven’t been there either
to the land that lies
beyond the silver rainbow

but if you’re sitting there beside her
and a bear comes in the room
and you keep on going cos you’re unaware
ooh then you know that you are there

Beyond the silver rainbow (beyond the silver rainbow you won’t know)
you won’t know if you’re coming or going…

(Banks/Collins/Rutherford)


Reach out, hands in the air,
Don’t care just what they’re saying
Hold out, just keep on hoping against hope
That it’s gonna get better
Don’t worry, there’s no hurry for you, for me,
Everything’s gonna come around
Shout out, someone will listen to you, to me,
Someone’s gonna see

He calls me over and, calls me brother and I know
always fighting and moonlighting and, well it never ends
in the city, if you’re all alone
there’s a sister and she’s standing next to her man
in the darkness you feel the sharpness of steel
and it’s always there, in the city, and you’re all alone

So reach out, hands in the air,
Don’t care just what they’re saying
Hold out, just keep on hoping against hope
That it’s gonna get better
Don’t worry, there’s not hurry for you, for me,
Everything’s gonna come around
Shout out, someone will listen to you, to me,
Someone’s gonna see…

If it’s gonna get better, it starts with a feeling
If it’s gonna get better, it’s gonna take time
If it’s gonna get better, we gotta start now
cos I know, everybody can feel it
and I know, everybody will see it
cos it shows, and that shows I’m not dreaming
cos you know, and I know, it’s time for a change

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford)

Je ne te vois pas maman
Mais je peux à peine attendre
Pour te toucher et te sentir mama
Oh, je ne peux pas rester éloigné
Dans la chaleur et la vapeur de la cité
Ca me fait courir et je ne peux m’arrêter
Alors dit que tu vas m’aider mama
Parce que ça devient si dur – oh

Maintenant je ne peux te garder mama
Mais je sais que tu es toujours là
Tu écoutes, tu m’apprends maman
Et je sais qu’au fond tu te fais du soucis
Alors descends, viens ici à mes côtés,
Non tu n’iras nulle part
Non, je ne te ferai pas de mal maman
Mais ça devient tellement dur – oh

ha ha, ha ha ha ha, ha ha, argh

Ne me vois-tu pas maman
Maman maman maman, je t’en prie
Ne sens-tu pas mon cœur
Ne sens-tu pas mon cœur
Ne sens-tu pas mon cœur oh
maintenant, écoute moi maman
maman maman
tu m’enlèves ma dernière chance
Ne l’emporte pas
Ne sens-tu pas mon cœur ?

ha ha, ha ha ha, ha, argh

Il fait chaud, trop chaud pour moi maman
mais je peux à peine attendre
mes yeux, ils brûlent maman
et je sens mon corps trembler
n’arrête pas, ne m’arrête pas maman
Oh fait que la douleur, fais-la disparaître -hé
Non, je ne te ferai pas de mal maman
Mais ça devient tellement dur oh

Maintenant, je ne te vois pas maman
Mais je sais que tu es toujours là
Tu m’accables, tu me tourmentes maman
Mais je ne peux jamais m’éloigner
c’est la chaleur et la vapeur de la ville
Oh ca me fait courir et je ne peux m’arrêter
alors reste, ne me quitte pas maman
parce que ca devient tellement dur oh…

Ne part pas, non non ne part pas.
Non non, non ne part pas…

(Banks/Collins/Rutherford)

Au moment où je pensais que tout allait pour le mieux
J’ai compris que j’avais tort, quand je pensais avoir raison
C’toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout
Je pourrais dire jour et tu dirais nuit
Dis-moi que c’est noir alors que je sais que c’est blanc
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

Je pourrais partir, mais je ne le ferai pas
Bien que mon cœur me dise le contraire
Je ne ressens rien de la tête aux pieds
mais pourquoi est-ce que cela semble toujours être
moi te regardant et toi me regardant.
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

Tu m’excites, tu me rebutes
Tu me fais sentir comme si j’en demandais trop
vivre avec toi c’est en voir de toutes les couleurs tout le temps
c’est courir dans tous les sens, rester dehors toute la nuit
c’est tout prendre plutôt qu’un morceau
vivre avec toi c’est en voir de toutes les couleurs tout le temps

Je pourrais partir, mais je ne le ferai pas
bien, ça serait plus facile je sais
Je ne ressens rien des pieds à la tête
mais pourquoi est-ce que cela semble toujours être
moi te regardant et toi me regardant.
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

La vérité c’est que je t’aime
plus que ce que je ne le voudrais
il est inutile d’essayer de faire semblant
qu’il n’y ait personne qui
me fasse me sentir comme toi
dis, nous resterons ensemble jusqu’à la fin

Je pourrais partir, mais je ne le ferai pas
bien, ça serait plus facile je sais
Je ne ressens rien des pieds à la tête
mais pourquoi est-ce que cela semble toujours être
moi te regardant et toi me regardant.
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

Mais je t’aime
plus que ce que je ne le voudrais
il est inutile d’essayer de faire semblant
qu’il n’y ait personne qui
me fasse me sentir comme toi
dis, nous resterons ensemble jusqu’à la fin

Mais au moment où je pensais que tout allait pour le mieux
J’ai compris que j’avais tort alors que je pensais avoir raison
C’toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout
Je pourrais dire jour et tu dirais nuit
Dis-moi que c’est noir alors que je sais que c’est blanc
c’est toujours la même chose, c’est dommage, c’est tout

C’est tout

(Banks/Collins/Rutherford)

S’approchant à pas de loup de l’angle mort, éclairant le mur
Traversant furtivement la pénombre nocturne
Escaladant à travers une fenêtre, avançant jusqu’au sol
regardant à gauche et à droite
ramassant les fragments et les rangeant
quelque chose ne semble pas aller comme il faut

Que quelqu’un m’aide, laissez-moi sortir d’ici
C’est alors que, surgit de la pénombre, on entendit
Bienvenue dans la maison près de la mer

Surgissant de nulle part, à travers la porte ouverte
poussant d’en dessus et d’en dessous
des ombres immatérielles, à la silhouette humaine
en rond, tombant et de travers, elles se dirigent
à la dérive, sans direction, le regard désespéré
alors, ensemble, elles signent et gémissent

Que quelqu’un nous aide, laissez nous sortir d’ici
Nous vivons ici depuis si longtemps sans être dérangés
rêvant du temps où nous étions libres
Il y a tant d’années
Avant que nous entendions pour la première fois
Bienvenue dans la maison près de la mer

Assieds toi Assieds toi
Assieds toi Assieds toi Assieds toi
Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons

Images de tristesse, images de délices
ces choses qui composent une vie
les jours sans fins d’été, des nuits obscures plus longues encore
attendant la lumière du matin
des scènes sans importance, des photos dans un cadre
des choses qui composent une vie

Que quelqu’un nous aide, laissez-nous sortir d’ici
parce que nous vivons ici depuis si longtemps sans être dérangés
rêvant du temps où nous étions libres
Il y a tant d’années
Avant que nous entendions pour la première fois
Bienvenue dans la maison près de la mer

Assieds toi Assieds toi
Assieds toi Assieds toi Assieds toi
Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons
Laisse-nous revivre nos vies dans ce que nous te disons

Assieds toi Assieds toi
Car tu n’iras nulle part
Avec nous tu resteras
Pour le reste de tes jours – Assieds toi
Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons
Laisse-nous revivre nos vies dans ce que nous te disons

(Banks/Collins/Rutherford)

Images de tristesse, images de délices
ces choses qui composent une vie
les jours sans fins d’été, des nuits obscures plus longues encore
attendant la lumière du matin
des scènes sans importance, des photos dans un cadre
des choses qui composent une vie

Alors que nous revivons nos vies dans ce que nous te disons

(Banks/Collins/Rutherford)

Je me suis levé, me sentais pas trop bien
avec mon portefeuille et mon passeport, une nouvelle paire de chaussures
Le soleil brille alors je me dirige vers le parc
Avec une bouteille de tequilla et un nouveau paquet de cigarettes

J’ai une cousine et elle a une amie
Qui pensait que sa tante connaissait un homme qui pouvait aider
À son appartement, j’ai frappé à la porte
Il ne voulait pas sortir avant d’être payé.
Maintenant, ne dites à personne ce que je veux faire
S’ils le découvrent, vous savez qu’ils ne me laisseront jamais passer, car

Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière

Plus loin, au bureau fallait remplir les formulaires
un rose, un rouge, les couleurs on les choisit,
Jusqu’au comptoir pour voir ce qu’ils en pensent
Ils m’ont dit : “Ca ne compte pas, mec, ce n’est pas écrit à l’encre.”
Je ne fais confiance à personne, surtout pas à ceux qui sont par ici, parce que

Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dit
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non non
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, je le pense [je suis sérieux] quand j’te dit que
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière,
Un étranger en situation irrégulière, OK

De la considération pour ton semblable
Ne ferait de mal à personne, ça colle bien avec mon projet
Après la frontière, il y a la terre promise
Où tout devient simple, il suffit de tendre la main

Garde tes soupçons, J’ai déjà vu ce regard
Mais j’n’ai rien fait de mal maintenant, est ce tellement surprenant
Mais j’ai une sœur qui serait très complaisante
Elle ferait n’importe quoi maintenant pour m’aider à sortir d’ici

Alors, ne dites à personne ce que je veux faire
S’ils le découvrent, vous savez qu’ils ne me laisseront jamais passer, car

Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dit
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, et ça me déprime
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non non
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, oui

Ce n’est pas drôle (pas bien drôle) d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dit que
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, j’te le dis
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, non
Ce n’est pas drôle (putain de pas drôle) d’être un étranger en situation irrégulière
Ce n’est pas drôle d’être un étranger en situation irrégulière, et c’est ce que je suis.

(Banks/Collins/Rutherford)

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs.
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Pourquoi ne vois-tu pas ce qui se passe?
Je sais que tu n’admettrais jamais
Que tu pourrais être responsable
tout est un jeu pour toi
Le bon vieux temps est loin
Et il vaut mieux le laisser de côté
Je ne peux pas t’aider, c’est beaucoup trop tard

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs.
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Il y a toujours une raison pour que ça soit arrivé
Tu n’a jamais jamais rien fait de travers, mais ça
ça semblait simplement s’effondrer
Mais tu prends tout trop au tragique

Maintenant qu’il fait noir, toutes tes peurs
comme des ombres, rampent autour de toi
Tu as bien trop peur pour baisser les yeux
Et c’est seule que tu es

Le bon vieux temps est loin
et il vaut mieux le laisser de côté
Mais tu me manques toujours
Je le garde pour moi

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

Non, pas encore cette confusion
Non, pas encore les même erreurs
Tu prends tout trop à cœur
Tu prends tout trop au tragique

(Banks/Collins/Rutherford)

Ce n’est pas la peine de dire que ça va : ça va
Mais où étais-tu après minuit, minuit
J’ai entendu boum boum boum; et leur chute
C’est juste un boulot à faire
Parce que plus vite ils courent, plus dure est la chute
Je suis là pour m’en prendre à toi

Maintenant, personne n’a vu à quoi tu ressemblais, à quoi tu ressemblais
Comme un étranger tu as surgi de la nuit, de la nuit
Car quelqu’un a parlé de toi, et j’espère que ma cible est véritable

Parce que j’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, je suis après toi

Arrête de dire que ça va, ça va
Il semble que tu sois allé un petit peu trop loin cette fois-ci
j’ai entendu boum boum boum, et ta chute
C’est juste un boulot à faire
parce que plus vite tu cours, plus dure est la chute
J’en ai après toi, après toi, j’espère que ma cible est véritable

Parce que j’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, je suis après toi

Continue de courir, continue de courir, ville après ville
Même si tu es innocent
Tu peux causer trop d’embarras
Et même si ton cœur se brise
Tu sais qu’il n’y a pas de malentendus
Parce que tu sens ta ligne de vie se briser (Continue de courir, continue de courir)
Tu sens tes mains trembler (Continue de courir, continue de courir)
Personne ne répond au téléphone
Tu ne peux plus jamais rentrer seul chez toi
Bien que ton coeur soit brisé,
Tu sais qu’il n’y a pas de malentendus.
Les bruits de pas se rapprochent

Maintenant, ne prétends pas que tu dors la nuit, mais dors à poings fermés
Ne sens-tu pas que le moment est venu, ça va bien
J’ai entendu un boum boum boum et ta chute
Oh et personne ne s’en préoccupe
parce que plus vite tu cours, plus dure est la chute
J’en ai après toi, après toi, j’espère que ma cible est véritable

J’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, je suis après toi

j’ai un nom, j’ai un numéro, je sais des choses sur toi
J’ai un nom, j’ai un numéro, j’ai un travail à faire

(Banks/Collins/Rutherford)

Les rivières coulent vers le haut des collines
Le Bleu vire au gris
L’hiver suit le printemps
Le matin finit la journée
Au-delà de l’arc-en-ciel d’argent

Si tu rentres chez toi à ses côtés
Et que tu sais l’heure qu’il est
Et si tu évites les flaques sur ton chemin
tu n’as pas été là non plus
sur la terre qui s’étend
au-delà de l’arc en ciel d’argent

mais si tu rentres chez toi à ses côtés
Et que le soleil doit virer au bleu
Et que tu continues à avancer parce que tu n’es pas conscient
Ooh alors tu sais que tu y es

Au-delà de l’arc-en-ciel d’argent (au-delà de l’arc-en-ciel d’argent tu ne sauras pas)
Tu ne sauras pas si tu vas ou viens…

Oh si tu es assis là à côté d’elle
avec tes bras tu la serres contre toi
et tu te demandes simplement jusqu’où elle te laissera aller
tu n’y as pas été non plus
sur la terre qui s’étend
au-delà de l’arc en ciel d’argent

Mais si t’assieds là à côté d’elle
et qu’un ours entre dans la pièce
et que tu continues à avancer parce que tu n’es pas conscient
ooh alors tu sais que tu y es

Au-delà de l’arc-en-ciel d’argent (au-delà de l’arc-en-ciel d’argent tu ne sauras pas)
Tu ne sauras pas si tu vas ou viens…

(Banks/Collins/Rutherford)

Lève bien les mains
Ne fais pas attention à ce qu’il disent
Tiens le coup, continue d’espérer en dépit de tout
que ça va aller mieux
Ne t’inquiète pas, rien ne presse pour toi, pour moi
Tout va s’arranger
Crie, quelqu’un va t’écouter, m’écouter
Quelqu’un va voir

Il m’appelle, me considère comme son frère, et je sais
Que toujours se battre et travailler au noir, eh bien ça ne finira jamais
dans la ville, si tu es tout seul
il y a une sœur et elle se tient près de son homme
dans la pénombre, on sent le tranchant de l’acier
et c’est toujours là, dans la ville, et tu es seul

Alors lève bien les mains
Ne fais pas attention à ce qu’il disent
Tiens le coup, continue d’espérer en dépit de tout
que ca va aller mieux
Ne t’inquiète pas, rien ne presse pour toi, pour moi
Tout va s’arranger
Crie, quelqu’un va t’écouter, m’écouter
Quelqu’un va voir

Si ça doit aller mieux, ça va commencer avec une sensation
Si ça doit aller mieux, ça va prendre du temps
Si ça doit aller mieux, nous devons commencer maintenant
Parce que je sais, tout le monde peut le sentir
Et je sais, tout le monde le verra
Parce que ça prouve, ça prouve que je ne rêve pas
Parce que tu sais, et je sais qu’il est temps de changer

Infos générales

Tony Banks – Claviers, Choeurs.
Mike Rutherford – Guitares, Basse, Choeurs.
Phil Collins – Batterie, Percussion, Chant

Enregistré et mixé à the Farm, Surrey 1983
Producteur : Genesis (avec Hugh Padgham)
Ingénieur du son : Hugh Padgham

Sorti en Octobre 1983

Singles:
Août 83 – Mama/It’s gonna get better
Novembre 83 – That’s all/Taking it all too hard (UK)
Novembre 83 – That’s all/Second home by the sea (USA)
Février 84 – Illegal alien/Turn it on again (live)
Juin 84 – Taking it all too hard/Silver rainbow

Seb

4/5

Après Abacab vient donc le temps d’un nouveau Live. La première face (du CD ! pas des 33 tours !) est un résumé des trois albums précédents avec notamment, Follow you Follow me, Abacab, Dodo, Turn it on again etc… La deuxième est spéciale : Elle n’est pas la même dans tous les coins du globe. En fait, c’est la quatrième face des trente trois tours qui diffère : une première versions comporte 5 morceaux studio, disponibles sur aucun album studio, la deuxième version comporte des morceaux live de l’époque ou Steve Hackett était encore dans le groupe (Fountain of Salmacis, It/Watcher of the skies). La version remasterisée contient les versions Live et il devient de plus en plus difficile de trouver les morceaux studio (malgré Archives 2 qui ne reprend pas Me and Virgil pourtant indispensable !). A noter que la “troisième” face contient le Medley In the cage/Cinema Show/Slippermen/Afterglow

Tracklist

1 : Turn It On Again (live)

2 : Dodo/Lurker (live)

3 : Abacab (live)

4 : Behind The Lines (live)

5 : Duchess (live)

6 : Me And Sarah Jane (live)

7 : Follow You Follow Me (live)

8 : Misunderstanding (live)

9 : In The Cage (live)

10 : Afterglow (live)

11 : One For The Vine (live)

12 : Fountain Of Salmacis (live)

13 : it/Watcher of The Skies (live)

Infos générales

Phil Collins – Batteries et Chant.
Tony Banks – Claviers et Choeur.
Mike Rutherford – Guitare, Basse, Choeur.
Daryl Stuermer – Guitare, Basse
Chester Thompson – Batterie
+ Bill Bruford – Batterie
+ Steve hackett – Guitare

Producteur : Genesis
Ingénieur du son : Craig Schertz

Sorti en Juin 1982

Seb

3/5

C’est l’album qui à mon avis marque le véritable nouveau Genesis, la différence est flagrante certes, mais contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n’est à mon avis ni un départ, ni une personalité prépondérante qui est responsable de cette évolution, mais plutôt deux nouveautés dans la famille Genesis : la première : Abacab est le premier disque enregistré dans le propre Studio de Genesis : Fisher Lane Farm, et l’air de rien, pour les trois acolytes ça change beaucoup de choses : Ils se sont amusé à faire ce disque et n’ont pas eu envie d’écrire des choses compliquées. La deuxième : L’arrivée de Hugh Padgham (qui est à mon avis le seul responsable du son des années 80 de Genesis : Il n’y a qu’à voir, les trois albums “noir” de Genesis sont ceux produits par Padgham. Quand je parle de noir, je parle de la production pas de la composition : il n’y a qu’à entendre les versions live pour se rendre compte qu’ils s’agit de superbes compositions comme toujours). Bref, à l’arrivée on a un album hybride où le pire (Another Record, Like It Or Not) côtoie le meilleur (Abacab, Me and Sarah Jane et surtout Dodo/Lurker) (et là je parle quand même un peu des compositions !)

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford)


Look up on the wall, there on the floor,
Under the pillow, behind the door.
There’s a crack in the mirror.
Somewhere there’s a hole in a window-pane.
Do you think I’m to blame?
Tell me do you think I’m to blame?

(When they do it) you’re never there.
(When they show it) you stop and stare.
(Abacab) He’s in anywhere.
(Abacab)

If you’re wrapping up the world
‘Cos you’ve taken someone elses girl,
When they turn on the pillow,
Even when they answer the telephone,
Don’t you think that by now,
Tell me, don’t you think that by now.

(When they do it) you’re never there.
(When they show it) you stop and stare.
(Abacab) He’s in anywhere.
(Abacab) Doesn’t really care.

you want it, you got it, you gotta go
you want it, you got it, now you know

It’s an illusion, It’s a game,
Or reflection of someone else’s name.
When you wake in the morning,
Wake and find you’re covered in cellophane.

Well, there’s a hole in there somewhere.
Yeah, there’s a hole in there somewhere.
Baby, there’s a hole in there somewhere.
Now there’s a hole in there somewhere.

(When they do it) you’re never there.
(When they show it) you stop and stare.
(Abacab) he’s in anywhere.
(Abacab)

(Banks/Collins/Rutherford)


Talk to me, you never talk to me.
Ooh, it seems that I can speak.
But I can hear my voice shouting out.
But there’s no reply at all.

Look at me, you never look at me,
Ooh, I’ve been sitting, staring, seems so long.
But you’re looking through me
Like I wasn’t here at all.
No reply, there’s no reply at all.

Dance with me, you never dance with me.
Ooh, it seems that I can move,
I’m close to you, close as I can get.

Yet there’s no reply at all,
There’s no reply at all.

I get the feeling you’re tryin’ to tell me,
Is there something that I should know?
What excuse are you tryin’ to sell me?
Should I be reading stop or go, I don’t know.

Be with me, seems you’re never here with me,
Ooh, I’ve been trying to get over there.
Ah, but it’s out of my reach.
And there’s no reply at all.
There’s no reply at all.

I get the feeling you’re trying to tell me;
Is there something that I should know?
What excuse are you trying to sell me?
Should I be reading stop or go, I don’t know.

Maybe deep down inside,
I’m trying for no one else but me.
Too stubborn to say, “The buck stops here.
It’s not the one you’re looking for.”
But, maybe deep down inside,
I’m lying to no one else but me.
Oh but my back is up.
I’m on my guard – with all the exits sealed.

Listen to me, you never listen to me,
Ooh, and it seems there’s no way out,
I’ve been trying, but we cannot connect,
And there’s no reply at all,
There’s no reply at all,
There’s no reply at all,
No reply at all.

Is anybody listening – oh oh,
No reply at all…

(Banks)


The fires are burning in another land,
Don’t start counting, don’t start counting.
Colder and colder, the ice is moving closer
And it gets me down.
Going round and round and down the same old track.

Pack on my back, going swiftly nowhere,
Heart in my ear beating like a drum.
Where will you go?

All by yourself.
(Hah, hah, hah, hah, hah, hah.)

And now I’m standing on the corner.
Waiting in the rain,
But then in sunlight without warning,
I invent a name,
Me and Sarah Jane,
We had a special thing going,
Me and Sarah Jane.

It was a time of love and laughter,
It wouldn’t come again,
We had our round of joy but after,
Then began the pain,
Me and Sarah Jane.
We had a special thing going,
Me and Sarah Jane,
Sarah Jane.

Searching for a clue.
Traces on the sand.
First I’m flying, going round round round,
Then I’m sliding going down down down,
Doesn’t matter where I start I always end up
Falling through those same old crowded rooms.

Me and Sarah Jane,
We had it coming
All the pain,
Walking down the streets,
And finding nothing is the same,
And now the city lights are dimming one by one,
It costs too much money to keep them all on.

Me and Sarah Jane,
In silence walk along the shore,
Tears of joy and mocking laughter,
Words lost in the wind.
The tide was rising,
But there we stayed,
We had no fear of dying
We weren’t afraid.

(Banks/Collins/Rutherford)


Found that man reported missing,
He wandered in his home.
It don’t seem to bad if you consider
Just what he’s been through.

Seems he met up with a gang of thieves,
Who mistook him for a man of means,
They locked him up then found he had no money,
So they let him go again.
Now he’s back at home and happy
Just to see the kids.

I wish that I could really tell you
All the things that happened to me
And all that I have seen.
A world full of people their hearts full of joy,
Cities of light with no fear of war,
And thousands of creatures with happier lives,
And dreams of a future with meaning and no need to hide.

Oh, keep it dark.

It seems strange to have to lie,
About a world so bright.
And tell instead a made-up story,
From the world of night.

I wish, that I could really tell you,
All the things that happened to me
And all that I have seen,
A world full of people their hearts full of joy,
Cities of light with no fear of war,
And thousands of creatures with happier lives,
And dreams of a future with meaning and no need to lie,
No need to hate,
No need to hide.

Oh, keep it dark.

(Banks/Collins/Rutherford)


Too big to fly, dodo ugly so dodo must die,
Doggo with fear on its side, can’t change, can’t change the tide.
Dog baiter, agitator, asking questions, says he wants to know why.
Ain’t no reason that money can’t buy.
Mink he pretty so mink he must die, must die, must die.

Sun he giving life in his light,
Part of the system,
Friend to man, friend to the trees,
No friend to the snowman.
Where does he go, what does he do?
Does he meet with the mole, the stream, the cloud
And end up at the bottom of the sea.

Fish he got a hook in his throat,
Fish he got problems
Where does he go, what does he do?
Does he hope he’s too small, to poor a haul,
Who’ll end up being thrown back in the sea.
I’m back in the sea.

Caretaker, horror movie,
Only one eye, only needs one boot,
Sweet lady, she knows she looks good
Vacuum coming for the bright and the brute.

Big noise, black smoke
So pig-headed couldn’t see the joke.
But it ain’t funny
Ask the fly on the wall
It’s only living
It don’t matter at all, at all, at all.

Pimp, he make you drool and grunt,
He got an answer.
One he got a dream of love,
Deep as the ocean.

Where does he go?
What does he do?
Will the siren team with Davy Jones,
And trap him at the bottom of the sea?

I’m back in the sea.
I’m back in the sea.
I’m back in the sea.

Lurker (Banks/Collins/Rutherford)

Meanwhile lurking by a stone in the mud
Two eyes looked to see what I was and
Then something spoke and this is what
It said to me…….

Clothes of brass and hair of brown
Seldom need to breathe
Don’t need no wings to fly
Ooh and a heart of stone
And a fear of fire and water
Who am I?

Clothes of brass and hair of brown
Seldom need to breathe
Don’t need no wings to fly
And a heart of stone
And a fear of fire and water
Who am I?

(Banks/Collins/Rutherford)


Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Who dunnit?

I didn’t, I, I didn’t do it….

Oh but we know, we know, we know…

So was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it A or was it B?
Or was it X or Z?

Was it you or was it me?
Or was it he or she?
Was it you or was it me?
Who dunnit?

I, I, I didn’t, I didn’t do it…

But we know, we know, we know…
Yeah we don’t know, we don’t know, we don’t know…
We all know, we all know, we all know…

(Collins)


See the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know,
But he waits everyday now.
He’s just waiting for something to show.

And nobody knows him,
And nobody cares,
‘Cos there’s no hiding place,
There’s no hiding place – for you.

Looking everywhere at no one,
He sees everything and nothing at all – oh.
When he shouts nobody listens,
Where he leads no one will go – oh.

He’s a lonely man, there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know,
But he waits everyday now.
He’s just waiting for something to show – oh.

Nobody knows him,
And nobody cares,
‘Cos there’s no hiding place,
There’s no hiding place – for you and me.

Are we just like all the rest,
We’re looking too hard for something he’s got
Or moving too fast to rest.
But like a monkey on your back you need it.
But do you love it enough to leave it – ah.

Just like the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know – oh.
But he waits every day now.
He’s just waiting for that something to show – oh.

Who’s the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know.
But he’s there every day now.
And he’s just waiting for something to show – oh.

Who’s the lonely man there on the corner,
What he’s waiting for, I don’t know.
Oh but he waits every day now.
He’s just waiting for that something to show.

(Rutherford)


Ah, don’t you know, I’ve been on my own
But I’m coming home.
And I’d like you to be there,
I feel a little cold in the air,
And you’re not anywhere.
You’re just another face, I used to know.
But there is still a chance to hold on to our love,
‘Cos I gave you everything, everything I had.

Ooh, like it or not
You have done it this time
And like it or not, I’ve had enough.

Ooh, like it or not
There’s a lot I could say
‘Cos I’ve got a lot on my mind.

It won’t be very long
You’re just another face
That I once used to know
And I gave you everything,
But what have I got to show? Oh Oh

Oh, like it or not
You are out on the street
And like it or not
That’s where you will stay.

Oh, like it or not
There’s another thing darling,
Well I just could not stand another day
‘Cos if you want to know,
That there is still a chance to hold on to our love
‘Cos I gave you everything
Everything I had – Everything I had.

It’s been a long, been a long long time
Since I held anybody, since I loved anyone.
Oh it’s been a long, been a long long long time
But if I’m right or if I’m wrong, does it matter anyway?

It’s been a long long long long time
Since I held anybody, since I loved anyone.
Ooh it’s been a long long long long time
But if I’m right or if I’m wrong, does it matter anyway?

Ooh it’s been a long long long long time
Since I held anybody, since I loved anyone.
Oh it’s been a long, been a long long long time
I’m right, if I’m wrong, does it matter anyway?

It’s been a long long, long long long time
Since I held anybody, since I held

(Banks/Collins/Rutherford)


It’s funny you know,
‘Cos there’s an old rock ‘n’ roller
He’s got nowhere to go.
Did you ever think of taking him in?
Somebody help him, somebody please.

Put another record on
‘Cos he likes that song.

It’s funny you know,
Ooh he never done nothing, done nobody wrong,
Did he think about changing his name,
But I’m gonna tell him it’s the same old game.

Put another record on
Round and round and round and around – oh
Ah – see him smile.

Well lately I’ve seen him
Walking down the street, kinda moving his feet,
Everyone I know looks the other way
Somebody help him, somebody say –

Put another record on
Round and round and round and around – oh
Ah – see him smile.

It’s funny you know,
‘Cos there’s an old rock ‘n’ roller
He’s got nowhere to go.
Did you ever think of taking him in?
Somebody help him, somebody please.

Just put another record on
Put another record on
Put another record on Cos you know we like it
Put another record on Cos you know we like it…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford)

Porte un regard sur le mur, puis sur le sol,
Sous les oreillers, derrière la porte.
Il y a une fissure dans le miroir.
Quelque part il y a un trou dans la vitre.
Penses-tu que je sois blâmable?
Dis moi, penses-tu que je sois blâmable?

(Quand ils le font) tu n’es jamais là.
(Quand ils le montrent) tu t’arrêtes et regardes.
(Abacab) Il est dans n’importe quoi.
(Abacab)

si tu enrobes le monde
Parce que tu as pris la copine de quelqu’un d’autre,
Quand ils se tournent sur les oreillers,
Même quand ils répondent au téléphone,
Ne penses-tu pas qu’ils vont trouver,
Dis moi, ne penses-tu pas qu’ils vont trouver.

(Quand ils le font) tu n’es jamais là.
(Quand ils le montrent) tu t’arrêtes et regardes.
(Abacab) Il est dans n’importe quoi.
(Abacab) Ca importe peu.

Tu le veux, tu l’as eu, il faut que tu y ailles
tu le veux, tu l’as eu, maintenant tu sais

C’est une illusion, c’est un jeu,
Une réflexion venant de quelqu’un d’autre.
Quand tu te réveilles le matin,
Tu te réveilles et découvres que tu es entièrement recouvert de cellophane.

Bien, il y a un trou quelque part par là.
Ouais, il y a un trou quelque part par là.
Bébé, il y a un trou quelque part par là.
Maintenant, il y a un trou quelque part par là.

(Quand ils le font) tu n’es jamais là.
(Quand ils le montrent) tu t’arrêtes et regardes.
(Abacab) Il est dans n’importe quoi.
(Abacab)

(Banks/Collins/Rutherford)

Parle-moi, tu ne me parles jamais.
Ooh, il semble que je peux parler.
Mais je peux entendre ma voix hurler.
Mais il n’y a pas de réponse du tout.

Regarde-moi, tu ne me regardes jamais,
Ooh, je suis resté assis, à regarder, ça semble si long.
Mais tu regardes à travers moi
Comme si je n’étais pas là du tout.
Pas de réponse, il n’y a pas de réponse du tout.

Danse avec moi, tu ne danses jamais avec moi.
Ooh, il semble que je puisse bouger,
Je suis près de toi, aussi près que je puisse être.

Maintenant, il n’y a pas de réponse du tout,
Il n’y a pas de réponse du tout.

J’ai l’impression que tu essaies de me dire,
Y a t’il quelque chose que je devrais savoir?
Quelle excuse essaies-tu de me vendre?
Dois-je lire stop ou continue, je ne sais pas.

Sois avec moi, il semble que tu n’es jamais ici avec moi,
Ooh, J’ai essayé de passer par dessus ça.
Ah, mais c’est hors de porté.
Et il n’y a pas de réponse du tout.
Il n’y a pas de réponse du tout.

J’ai l’impression que tu essaies de me dire;
Y a t’il quelque chose que je devrais savoir?
Quelle excuse essaies-tu de me vendre?
Dois-je lire stop ou continue, je ne sais pas.

Peut-être très profond à l’intérieur,
J’essaie pour personne d’autre que moi.
Trop têtu pour dire “On arrête la plaisanterie ici.
Ce n’est pas ce que tu recherches.”
Mais, peut-être très profond à l’intérieur,
Je mens à personne d’autre que moi.
Oh, mais j’ai bon dos.
Je suis sur mes gardes, avec la sortie cachetée.

Ecoute-moi, tu ne m’écoutes jamais,
Ooh, et il semble qu’il n’y a pas d’issues,
j’essaie, mais on ne peut se connecter,
Et il n’y a pas de réponse du tout,
Il n’y a pas de réponse du tout,
Il n’y a pas de réponse du tout,
Pas de réponse du tout.

Est-ce que quelqu’un écoute – oh oh,
Pas de réponse du tout…

(Banks)

Les feux brûlent sur une autre terre,
Ne commence pas à compter, ne commence pas à compter.
De plus en plus froid, La glace se rapproche
Et ça me plombe.
Allant en rond en rond et descendant la même vieille piste.

Un sac sur mon dos, allant rapidement nulle part,
Le cœur dans mon oreille tapant comme un tambour.
Où vas-tu aller?

Tout par toi-même.
(hah, hah hah hah hah hah)

Et maintenant, je suis debout à l’angle de la rue.
Attendant sous la pluie,
Mais dans la lumière du soleil, sans prévenir,
J’ai inventé un nom,
Moi et Sarah Jane,
Nous avons quelque chose de spécial,
Moi et Sarah Jane.

C’était le temps d’amour et de rires,
Ca ne reviendra pas,
Nous avons eu notre tour de joie, mais après,
Alors a commencé la douleur,
Moi et Sarah Jane.
Nous avons quelque chose de spécial,
Moi et Sarah Jane,
Sarah Jane.

Cherchant un indice.
Des traces sur le sable.
D’abord je vole, allant en rond rond rond,
Puis je glisse allant en bas bas bas,
Peu importe où je commence, je finis toujours
tombant à travers cette même vieille pièce rempli de monde.

Me et Sarah Jane,
Nous l’avons eu arrivé
Toute la douleur,
Descendant les rues,
Et trouvant que rien n’est pareil,
Et maintenant, les lumières de la ville s’éteignent une à une,
Ca coûte trop d’argent de les garder toutes allumées.

Moi et Sarah Jane,
Des marches silencieuses le long de la côte,
Larmes de joies et rire moqueurs,
Des mots perdus dans le vent.
La marée était en train de monter,
Mais ici nous restions,
Nous n’avions pas peur de mourir
Nous n’étions pas effrayés.

Garde le secret


Trouvé, un homme qu’on croyait disparu,
Ils se prommenait dans sa maison.
Il ne semble pas trop mal si on considere
Tout ce qu’il a traversé.

Il semble qu’il ait rencontré un gang de voleurs,
Qui l’a pris pour un homme de moyen,
Ils l’ont enfermé et ont découvert qu’il n’avait pas d’argent,
Alors ils l’ont laissé repartir.
Maintenant il est de retour à la maison et content
Simplement de revoir les enfants.

J’aimerais vraiment pouvoir vous dire
Toutes les choses qui me sont arrivées
Et tout ce que j’ai vu.
Un monde plein de personnes, le cœur emplit de joie,
Des villes de lumières, sans peur de la guerre,
Et des milliers de créatures avec des vies plus heureuses,
Et des rêves d’un futur avec des moyens et aucun besoin de se cacher.

Oh, garde le secret.

Ca semble étrange d’avoir à mentir,
À propos d’un monde si brillant.
Et raconter à la place une histoire inventée,
À partir du monde de la nuit.

J’aimerais vraiment pouvoir vous dire,
Toutes les choses qui me sont arrivées
Et tout ce que j’ai vu,
Un monde plein de personnes, le cœur emplit de joie,
Des villes de lumières, sans peur de la guerre,
Et des milliers de créatures avec des vies plus heureuses,
Et des rêves d’un futur avec des moyens et aucun besoin de mentir,
Pas besoin de se haïr,
Pas besoin de se cacher.

Oh, garde le secret.

(Banks/Collins/Rutherford)

Trop gros pour voler, dodo est moche alors dodo doit mourir,
Coi, avec la peur de son coté, ne peut pas changer, ne peut pas changer la marée.
harceleur de chien, agitateur, posant des questions, il dit qu’il veut savoir pourquoi.
Il n’y a pas de raison que l’argent ne puisse acheter.
vison est beau, alors vison doit mourir, doit mourir, doit mourir.

Soleil, il donne la vie dans sa lumière,
Partie du système,
Ami des hommes, ami des arbres,
Pas ami de l’homme des neiges.
Où va-t’il que fait-il?
A-t’il rencontré la taupe, le ruisseau, le nuage
Et atterri au fond de la mer.

Poisson, il a un hameçon dans la gorge,
Poisson, il a des problèmes
Où va-t’il que fait-il?
Espère-t’il être trop petit, trop pauvre comme prise,
Qui finira renvoyé au fond de la mer.
Je suis de retour dans la mer.

Concierge, film d’horreur,
Seulement un oeil, Besoin seulement d’un bote.
douce dame, Elle sait qu’elle est belle
vide venant de la clareté et de la brute.

Gros bruit, fumée noire
Alors la tête de cochon ne pourrait pas voir la blague.
Mais ce n’est pas drôle
Demande la mouche sur le mur
C’est seulement vivre
Ca n’a pas d’importance du tout, du tout, du tout.

Proxénète, il te fait baver et grogner,
Il a une réponse.
Il a un rêve d’amour,
Aussi profond que l’océan.

Où va-t’il?
Que fait-il?
est-ce que les sirènes vont faire équipe avec Davy Jones,
et l’enfermer au fond de la mer?

Je suis de retour dans la mer.
Je suis de retour dans la mer.
Je suis de retour dans la mer.


Observateur

Pendant que j’observais à partir d’une pierre dans la boue
Deux yeux ont regardé pour voir ce que j’étais et
Alors quelque chose a parlé et voici ce qu’il m’a dit……

Des habits de cuivre et des cheveux bruns
Rarement besoin de respirer
N’a pas besoin d’ailes pour voler
Ooh et un coeur de pierre
Et une peur du feu et de l’eau
Qui suis-je?

Des habits de cuivre et des cheveux bruns
Rarement besoin de respirer
N’a pas besoin d’ailes pour voler
Ooh et un cœur de pierre
Et une peur du feu et de l’eau
Qui suis-je?

(Banks/Collins/Rutherford)

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Qui l’a fait?

Je n’ai pas, Je, Je ne l’ai pas fait…

Oh mais nous savons, nous savons, nous savons…

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce A ou était-ce B?
Ou était-ce X ou Z?

Etait-ce toi ou était-ce moi?
Ou était-ce lui ou elle?
Etait-ce lui ou était-ce moi?
Qui l’a fait?

Je, je, je n’ai pas, je ne l’ai pas fait…

Mais nous savons, nous savons, nous savons…
Ouais nous ne savons pas, nous ne savons pas, nous ne savons pas…
Nous savons tous, nous savons tous, nous savons tous…

(Collins)

Regarde l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas,
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose.

Et personne ne le connaît,
Et personne ne fait attention,
Parce qu’il n’y a pas de cachettes,
Il n’y a pas de cachettes – pour toi.

Regardant partout, personne,
Il voit tout et rien à la fois, oh.
Quand il crie personne n’ecoute,
Où il mène personne n’ira, oh.

Il est l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas,
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose, oh.

Personne ne le connaît,
Et personne ne fait attention,
Parce qu’il n’y a pas de cachette,
Il n’y a pas de cachettes – pour toi et moi.

Sommes-nous juste comme tout le monde,
Nous regardons trop fort pour quelque chose qu’il a
Ou bougeons trop vite pour nous reposer.
Mais comme un singe sur ton dos tu en as besoin.
Mais l’aimes-tu assez pour laisser tomber, ah.

Juste comme l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas, oh.
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose, oh.

Qui est l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas.
Mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose, oh.

Qui est l’homme seul au coin de la rue,
Qu’est-ce qu’il attend, je ne sais pas.
Oh mais il attend tous les jours maintenant.
Il attend juste pour montrer quelque chose.

(Rutherford)

Ah, ne sais-tu pas que j’ai été à ma charge
Mais je reviens à la maison.
J’aimerais que tu y sois,
Je sens un froid dans l’air,
et tu n’es pas n’importe où.
Tu es juste un autre visage, que j’ai connu.
Mais il y a toujours une chance de tenir notre amour,
Parce que je t’ai donné tout, tout ce que j’avais.

Ooh, aime le ou pas
Tu l’as fait cette fois
Et aime le ou pas, J’en ai eu assez.

Ooh aime le ou pas
Il y a beaucoup que je puisse dire
Parce que j’en ai gros sur le cœur.

Ca ne sera pas très long
Tu es juste un autre visage
que j’ai connu une fois
Et je t’ai tout donné,
Mais qu’ai-je d’autre à montrer? oh oh

Oh, aime le ou pas
tu es dehors dans la rue
Et aime le ou pas
C’est là que tu vas rester.

Oh aime le ou pas
Il y a une autre chose chérie,
Bien je ne pourrais simplement pas supporter un autre jour
Parce que si tu veux savoir,
Qu’il y a toujours une chance pour tenir notre amour
Parce que j’ai tout donné
Tout ce que j’avais, tout ce que j’avais.

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.
Oh ça a été un long, été un long long long moment
mais si j’ai raison, ou si j’ai tort, est ce que ça importe de toutes façons?

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.
Oh ça a été un long, été un long long long moment
mais si j’ai raison, ou si j’ai tort, est ce que ça importe de toutes façons?

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.
Oh ça a été un long, été un long long long moment
mais si j’ai raison, ou si j’ai tort, est ce que ça importe de toutes façons?

Ca a été un long, été un long long moment
Depuis que j’ai tenu quelqu’un, depuis que j’ai aimé quelqu’un.

(Banks/Collins/Rutherford)

C’est drôle tu sais,
Car il y a un vieux rocker
Il n’a nulle part où aller.
As-tu déjà pensé à le pendre à l’intérieur?
Que quelqu’un l’aide, quelqu’un s’il vous plaît.

Sort un autre disque
parce qu’il aime cette chanson.

C’est drôle tu sais,
ooh Il n’a jamais rien fait, fait de mal à personne,
A t’il pensé à changer son nom,
Mais je vais lui dire que c’est le même vieux jeu.

sort un autre disque
en rond et en rond et en rond et autour, oh
Ah, regarde il sourit.

Bien, dernièrement, je l’ai vu
Descendant la rue, en quelque sorte bougeant les pieds,
Tous ceux que je connais ont détourné les yeux
Quelqu’un l’aide, quelqu’un dit.

Sort un autre disque
en rond et en rond et en rond et autour, oh
Ah, regarde il sourit.

C’est drôle tu sais,
Par il y a un vieux rocker
Il n’a nulle part où aller.
As-tu deja pensé à le pendre à l’interieur?
Quelqu’un l’aide, quelqu’un s’il vous plait.

Sort juste un autre disque
Sort un autre disque
Sort un autre disque Parce que tu sais qu’on l’aime
Sort un autre disque Parce que tu sais qu’on l’aime…

Infos générales

Tony Banks – Claviers.
Phil Collins – Batterie, Chant.
Mike Rutherford – Basses, Guitares.

Section cuivre de Earth Wind & Fire sur ‘No Reply at All’
Arrangé par Tom Tom 84

Enregistré en mixé à The Farm, Surrey
Produit par Banks/Collins/Rutherford
Ingénieur du son : Hugh Padgham

Sorti en Septembre 1981

Singles :
Août 81- Abacab/Another Record
Octobre 81 – Keep it dark/Naminanu (UK)
Octobre 81 – No reply at all (USA)
Janvier 82 – Abacab/Whodunnit (USA)
Fevrier 82 – Man on the corner/Submarine

Seb

5/5

Avec Duke, Genesis abandonne définitivement les Mellotrons, et c’est bien dommage, mais cela ne gâche vraiment pas le disque. L’histoire de Duke est particulière, c’est un semi-concept. En fait les morceaux Behind the Lines, Duchess, Guide Vocal, Turn it on again, Duke’s Travel et Duke’s End, étaient censés faire une suite de 27 minutes, mais redoutant la comparaison avec Supper’s Ready, le groupe a préféré les éparpiller tout au long du disque. Ceci a permis au passage que Turn it on again soit plus longue que ce qui était prévu au départ, ce qui finalement est un moindre mal. Sur ce disque on retrouve les premières compos de Phil Collins seul (Misunderstanding et Please don’t ask, dans laquelle il parle de son divorce). La légende veut que Phil ait joué In the air tonight à Mike et Tony pour qu’elle soit sur Duke. Ces derniers auraient refusé… Bref tout ca pour dire que ce disque est parmi les indispensables de Genesis. À la fois sombre et magnifique.

Tracklist

(Banks/Collins/Rutherford)


I held the book so tightly in my hands,
I saw your picture, heard you call my name
There was something strange, I could not look away
I wanted to be there, I wanted to go

You gave me no warning
You gave no reason
But I was with you
Right by your side
Just give me the strength, and I will help you
And they can try their hardest, cos they don’t frighten me

It is written in the book

It is hotter than I’ve known before, but I feel so cold, and I don’t
know why
But if the fire within your heart can beat the storm
Then I really believe, you could make it right

Ooh the time has come now
We must show our feelings
But I’m looking right through you
And your heart is empty

Whatever happened to you it’s too late to change now
There’s nowhere you can run to, no place to hide
Ah you let me down!

…but wait a minute, I don’t understand
It’s getting stronger, so grab my hand
Don’t wanna leave you, don’t wanna go
But I’m losing all control
Can’t you see me? I’m slipping away
I can only stay if you’ve the will to keep me here

It is written in the book

Oh so many times since I’ve read those words
Just waiting to see you, can you see me?

(Banks/Collins/Rutherford)


Times were good,
She never thought about the future, she just did what she would
Oh but she really cared
About her music, it all seemed so important then,

And she dreamed that every time that she performed
Everyone would cry for more,
That all she had to do was step into the light,
And everyone would start to roar.

And on the road,
Where all but a few fall by the wayside on the grassier verge,
She battled through
Against the others in her world, and the sleep, and the odds.

But now everytime that she performed
Oh everybody cried for more,
Soon all she had to do was step into the light,
For everyone to start to roar.
And all the people cried, you’re the one we’ve waited for.

Oh but time went by
It wasn’t so easy now, all uphill, and not feeling so strong.
Yes times were hard,
Too much thinking ’bout the future and what people might want.

And then there was the time that she performed
When nobody called for more
And soon everytime she stepped into the light,
They really let her know the score.
But she dreamed of the times when she sang all her songs
And everybody cried for more,
When all she had to do was step into the light
For everyone to start to roar.
And all the people cried, you’re the one we’ve waited for.

(Banks)


I am the one who guided you this far,
All you know and all you feel.
Nobody must know my name
For nobody would understand,
And you kill what you fear.

I call you for I must leave,
You’re on your own until the end.
There was a choice but now it’s gone,
I said you wouldn’t understand,
Take what’s yours and be damned.

(Rutherford)


I’m one of many, I speak for the rest but I don’t understand
Tonight tonight, oh tonight, tonight
He brings another day another night, another fight
Well there’s another day done and there’s another gone by
He’s a man of our times a man of our times
Tonight tonight, oh he’s burning bright

He’s a man of our times, he’s a man of our times, ooh, ooh, ooh.
And in the beating of your heart there is another beating heart

All at once I can see what we do,
Me into me and you into you
Me into me and you into you
Tonight, tonight, oh he’s s burning bright
Everyone is on their feet cos he is out, out on the street
There’s another day done and there’s another gone by.
No more me into me and you into you
Tonight tonight, oh he’s burning bright.

Man of our times, he’s a man of our times
He’s a man of our times, ooh, ooh, ooh.
And in the beating of your heart, there is another beating heart

He’s a man of our times…

(Collins)


There must be some misunderstanding
There must be some kind of mistake
I waited in the rain for hours
And you were late

Now it’s not like me to say the right thing
But you could’ve called to let me know
I checked your number twice, don’t understand it
So I went home

Well I’d been waiting for this weekend
I thought that maybe we could see a show
Never dreamed I’d have this feeling
Oh but seeing you is believing
That’s why I don’t know why
You didn’t show up that night

There must be some misunderstanding
There must be some kind of mistake
I was waiting in the rain for hours
And you were late

Since then I’ve been running around trying to find you
I went to the places that we always go
I rang your home but got no answer
Jumped in my car, I went round there
Still don’t believe it
He was just leaving

There must be some misunderstanding
There must be some kind of mistake…

(Banks)


No cloud, a sleepy calm,
Sunbaked earth that’s cooled by gentle breeze,
And trees with rustling leaves,
Only endless days without a care,
Nothing must be done.

Silent as a day can be,
Far-off sounds of others on their chosen run
As they do all those things they feel give life some meaning,
Even if they’re dull.

It’s time to stop this dreaming, must rejoin the real world
As revealed by orange lights and a smoky atmosphere.

The trees and I are shaken by the same wind but whereas
The trees will lose their withered leaves,
I just can’t seem to let them loose.
And they can’t refresh me those hot winds of the south.
Oh I feel like an alien, a stranger in an alien place.

Now the light is fading fast,
Chances slip away, a time will come to pass
When there’ll be none,
Then addicted to a perfumed poison,
Betrayed by its aftertaste,
Oh we shall lose the wonder and find nothing in return.
Many are the substitutes but they’re powerless on their own.

Beware the fisherman who’s casting out his line
Into a dried up river bed,
But don’t try to tell him ‘cos he won’t believe you.
Throw some bread to the ducks instead, it’s easier that way.
I feel like an alien, a stranger in an alien place.

The trees and I are shaken by the same wind but whereas
The trees will lose their withered leaves,
I just can’t seem to let them loose.
And they can’t refresh me those hot winds of the south.
I feel like an alien, a stranger in an alien place.

(Banks/Collins/Rutherford)


All I need is a TV show, that and the radio
Down on my luck again, down on my luck again
I can show you I can show you some of the people in my life
I can show you I can show you some of the people in my life
It’s driving me mad just another way of passing the day
I, I get so lonely when she’s not there
I, I, I…

You’re just another face that I know from the TV show
I have known you for so very long I feel you like a friend
Can’t you do anything for me, can I touch you for a while
Can I meet you another day and we will fly away

I can show you I can show you some of the people in my life
I can show you I can show you some of the people in my life
It’s driving me mad it’s just another way of passing the day
I, I get so lonely when she’s not there
I, I, I…

Turn it on, turn it on, turn it on again
Turn it on, turn it on, turn it on again I can see another face
Turn it on, turn it on, turn it on again I can see another face
Turn it on, turn it on, turn it on again

(Rutherford)


There’s nothing here that I can understand
And no one cares I’m a lonely man
I touch your face and I don’t know why
I call your name but you’re going by
Now I’m alone again.

I have no name for each and every day
Until the year is done and fades away
There’s a time in between the two
The old years gone by but it’s not the new
And I, I, I…

I know that’ll be all
Alone again, alone again tonight oh I’m
Alone again, alone again tonight oh I’m
Alone again, and it seems to me that every time I try to change
Say that you’re say that you’ll
Help me reach the other side

When the morning comes the sun is out
And warms me up again
What a funny world it is for me
And all I’ll never be

It’s not enough, it’s not enough
This feeling I’m feeling inside
Oh I know it I know tonight that I’ll be

On my own tonight, alone again tonight
Oh I’m alone again, alone again tonight
Oh I’m alone again, and it seems to me that everytime I try to change
Say that you’ll, say that you’ll
Help me reach the other side
Help me please cos I know I’m gonna be
On my own again alone again tonight…

(Banks)


Wake up now, this is the time you’ve waited for.

Far below, where shadows fester as they grow,
An army thousands strong, obsessed by right and wrong,
They sense their time is coming near.
So they turn towards the light from their region of the night,
Marching on and on,
They near the air, it won’t be long.

You know you’re on the way out,
It’s just a matter of time.
You thought you’d rule the world forever,
Long live the king, and don’t spare the loser.

After all, you’re not what you thought you were at all.
You’re just a natural fact, another cul-de-sac
On nature’s hard unfeeling trail.
Now all those dreams of old will be stories left untold,
Cut off in your prime, extinct until the end of time.

You know you’re on the way out,
It’s just a matter of time.
You thought you’d rule the world forever,
Long live the king, but don’t spare the loser now…

Now the host emerges, and a shadow starts to fall.
Not one knows what hit them, none can see at all.
Even as the end approaches still they’re not aware,
How can you fight a foe so deadly
When you don’t even know it’s there?
And now that the job is almost done
Maybe some escape, no, not even one.

You know they’re on the way out,
It’s just a matter of time.
You thought you’d rule the world forever,
Long live the king, and don’t spare the loser.

(Collins)


Ooh please don’t ask me how I feel, I feel fine
Oh I cry a bit, I don’t sleep too good, but I’m fine
When can I see you?
When can I touch you?

Again and again I ask myself was I wrong?
Oh but time’s a healer, and heaven knows I’ve been strong
Maybe we could try
Maybe we would work this time

Oh I can remember when it was easy to say I love you
But things have changed since then, now I really can’t say if I still do
But I can try
Cos I know the kids are well, yes you’re a mother to the world
Oh but I miss my boy
I hope he’s good as gold

But enough of me, tell me how are you? You look good
Oh you’ve lost some weight I can see, your hair looks nice, you look
good
Maybe we should try, don’t say it! I know why

But y’know, I can remember when it was easy to say I love you
But things have changed since then, now I really can’t say if I still do
But I can try
Cos I know the kids are well, yes you’re a mother to the world
But I miss my boy
Oh I hope he’s good as gold

(Banks/Collins/Rutherford)


I am the one who guided you this far,
All you know and all you feel.
Nobody must know my name
For nobody would understand,
And you kill what you fear,
And you fear what you don’t understand.

I call you for I must leave,
You’re on your own until the end.
There was a choice but now it’s gone,
I said you wouldn’t understand,
Take what’s yours and be damned.

(Banks/Collins/Rutherford)

(Instrumental)

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Rutherford)

Je tenais le livre si fermement dans mes mains,
J’ai vu ta photo, entendu appeler mon nom
Il y avait quelque chose d’étrange, je ne pouvais voir au loin
Je voulais être là, je voulais y aller

Tu ne m’as pas donné d’avertissements
Tu ne m’as pas donné de raison
Mais j’étais avec toi
Juste à tes côtés
Donne-moi simplement la force, et je vais t’aider
Et ils peuvent essayer du mieux qu’ils peuvent, car ils ne m’effraient pas

C’est écrit dans le livre

C’est plus chaud maintenant que tout ce que j’ai connu auparavant, mais je me sens si froid, et je ne sais pourquoi
Mais si le feu dans ton cœur peut vaincre cette tempête
Alors je croirais vraiment que l’on peut y arriver

Oh, le temps est venu
Nous devons montrer nos sentiments
Mais je regarde à travers toi
Et ton cœur est vide

Quoi qu’il te soit arrivé, il est trop tard pour changer maintenant
Il n’y a nulle part où tu puisses courir, pas d’endroit pour te cacher
Ah tu m’abandonnes!

…mais attend une minute, je ne comprends pas
Ca devient plus fort, alors prend ma main
Je ne veux pas te quitter, je ne veux pas y aller
Mais je perds tout contrôle
Ne peux-tu me voir? Je glisse au loin
Je pourrais rester seulement si tu avais la volonté de me garder ici

C’est écrit dans le livre

Oh, tant de fois depuis que j’ai lu ces mots
Attendant juste de te voir, peux-tu me voir?

(Banks/Collins/Rutherford)

Les temps étaient bons,
Elle ne pensait jamais au futur, elle faisait juste ce qu’elle voulait
Oh, mais elle faisait vraiment attention
À sa musique, cela semblait si important alors,

Et elle rêvait que chaque fois qu’elle ferait des concerts
Tout le monde en redemanderait,
Que tout ce qu’elle aurait à faire serait d’entrer dans la lumière,
Et que tout le monde commencerait à hurler.

Et sur la route,
Où tous sauf quelques uns tombent sur le bas coté de la route, le bas coté qui a le plus d’herbe,
Elle s’est battue
Contre les autres, dans son monde, et le sommeil, et les inégalités.

Mais maintenant chaque fois qu’elle faisait un concert
Oh tout le monde en redemandait,
Bientôt tout ce qu’elle avait à faire, c’était de rentrer dans la lumière,
Et tout le monde commençait à hurler.
Et tout le monde criait, tu es celle qu’on attendait.

Oh, mais le temps passait
Ce n’était pas aussi facile maintenant, tout en haut, et ne se sentant pas si fort.
Oui, les temps étaient difficiles,
Trop de pensées à propos du futur et de ce que les gens voudraient.

Et alors il y a eu un temps où, alors qu’elle donnait des concerts
Personne n’en redemandait
Et bientôt chaque fois qu’elle entrait dans la lumière,
Ils la mettaient vraiment au courant.
Mais elle rêvait de l’époque quand elle chantait toutes ses chansons
Et tout le monde en redemandait,
Quand elle n’avait qu’à entrer dans la lumière
Pour que tout le monde commence à hurler.
Et tout le monde criait, tu es celle qu’on attendait.

(Banks)

Je suis celui qui t’as mené si loin,
Tout ce que tu sais et tout ce que tu ressens.
Personne ne doit connaître mon nom
Car personne ne comprendrait,
Et tu tues ce que tu crains.

Je t’appelle parce que je dois partir,
Tu te débrouilleras seule jusqu’à la fin.
Il y avait un choix, mais il est parti,
J’ai dit que tu ne comprendrais jamais,
Prend ce qui est à toi et sois maudite.

(Rutherford)

Je suis un parmi beaucoup, je parle pour le reste, mais je ne comprends pas
Ce soir, ce soir oh ce soir, ce soir
Il apporte un autre jour, une autre nuit, un autre combat
Bien il y a un autre jour de fait et un autre jour qui s’en va
C’est un homme de notre temps, un homme de notre temps
Ce soir ce soir, oh il brûle brillamment

C’est un homme de notre temps, C’est un homme de notre temps, oh oh oh.
Et dans les battements de ton cœur, il y a un autre cœur qui bat

Tout d’un coup je peux voir ce qu’on fait,
Moi dans moi et toi dans toi
Moi dans moi et toi dans toi
Ce soir, ce soir, oh il brûle brillamment
Tout le monde est sur ses pieds car il est dehors, dehors dans la rue
Il y a un autre jour de fait et un autre jour de parti.
Plus de moi dans moi et de toi dans toi
Ce soir ce soir, oh il brûle brillamment.

Homme de notre temps, c’est un homme de notre temps
C’est un homme de notre temps, oh, oh, oh.
Et dans le battement de ton cœur, il y a un autre cœur qui bat

C’est un homme de notre temps…

(Collins)

Il doit y avoir des malentendus
Il doit y avoir certaines sortes d’erreurs
J’ai attendu sous la pluie pendant des heures
Et tu étais en retard

Maintenant ce n’est pas comme si je disais la chose à faire
Mais tu aurais pu m’appeler pour me prévenir
J’ai vérifié ton numéro deux fois, je ne l’ai pas compris
Alors je suis rentré chez moi

Alors j’avais attendu ce week-end
Je pensais que peut-être on pourrait aller voir un spectacle
Je n’avais jamais rêvé que je pourrais avoir ce sentiment
Oh, mais te voir c’est croire
C’est pour cela que je ne sais pas pourquoi
Tu ne t’es pas montré cette nuit

Il doit y avoir des malentendus
Il doit y avoir certaines sortes d’erreurs
J’attendais sous la pluie pendant des heures
Et tu étais en retard

Depuis j’ai couru partout pour te trouver
Je suis allé dans les endroits où nous allons toujours
J’ai appelé chez toi, mais je n’ai pas eu de réponse
J’ai sauté dans ma voiture, fait des tours par là
Et je n’y croyais toujours pas
Il était juste parti

Il doit y avoir des malentendus
Il doit y avoir certaines sortes d’erreurs…

(Banks)

Pas de nuages, un calme dormeur,
De la terre baignée de soleil, rafraîchie par une douce brise,
Et des arbres avec des feuilles bruissantes,
Que des jours interminables sans une attention,
Rien ne doit être fait.

Silencieux comme peut l’être un jour
Des bruits lointains d’autres dans leur course choisie
Comme il font toutes ces choses, ils pensent donner à la vie un peu de sens
Même s’ils sont engourdis.

Il est temps d’arrêter le rêve, on doit rejoindre le monde réel
Comme indiqué par les lumières oranges et l’atmosphère enfumée.

Les arbres et moi sommes secoués par le même vent, mais alors que
Les arbres vont perdre leur feuilles flétries,
Je ne peux apparemment pas les laisser se détacher.
Et ils ne peuvent me rafraîchir ses vents chauds du sud.
Oh, je me sens comme un étranger, un étranger dans un endroit étranger.

Maintenant la lumière disparaît rapidement,
Les chances s’en vont au loin, et le temps va passer
Quand il n’y aura personne,
Alors accoutumé à un poison parfumé,
Trahi par son arrière goût,
Oh, nous perdrons la merveille et trouverons rien en retour.
Nombreux sont les substituts mais ils sont eux-même sans pouvoir.

Attention au pêcheur qui jette sa ligne
Dans le lit d’une rivière asséchée,
Mais n’essaye pas de lui dire car il ne te croira pas.
Jette un peu de pain aux canards à la place, c’est plus facile comme ça.
Je me sens comme un étranger, un étranger dans un endroit étranger.

Les arbres et moi sommes secoués par le même vent, mais alors que
Les arbres vont perdre leur feuilles flétries,
Je ne peux apparemment pas les laisser se détacher.
Et ils ne peuvent me rafraîchir ses vents chauds du sud.
Oh, je me sens comme un étranger, un étranger dans un endroit étranger.

(Banks/Collins/Rutherford)

Tout ce dont j’ai besoin c’est un show télé, ça et la radio
Je m’en remets à ma chance encore, je m’en remets à ma chance encore
Je peux te montrer, je peux te montrer certaines des personnes de ma vie
Je peux te montrer, je peux te montrer certaines des personnes de ma vie
Ca me rend fou, juste une autre manière de passer la journée
Je, je deviens si seul quand elle n’est pas là
Je, je, je…

Tu es juste un autre visage que je connais par mon show télé
Je te connais depuis très longtemps, je te ressens comme un ami
Ne peux-tu rien faire pour moi, puis-je te toucher pendant un moment
Puis-je te rencontrer un autre jour, et nous nous envolerons au loin

Je peux te montrer, je peux te montrer certaines des personnes de ma vie
Je peux te montrer, je peux te montrer certaines des personnes de ma vie
Ca me rend fou, juste une autre manière de passer la journée
Je, je deviens si seul quand elle n’est pas là
Je, je, je…

Remet-le, remet-le, remet-le encore
Remet-le, remet-le, remet-le encore Je peux voir un autre visage
Remet-le, remet-le, remet-le encore Je peux voir un autre visage
Remet-le, remet-le, remet-le encore

(Rutherford)

Il n’y a rien ici que je ne puisse comprendre
Et personne ne fait attention au fait que je suis un homme seul
Je touche ton visage et je ne sais pourquoi
J’appelle ton nom et tu t’en vas
Maintenant je suis seul de nouveau.

Je n’ai pas de nom pour chacun et tous les jours
Jusqu’à ce que l’année soit finie et disparaisse
Il y a un temps entre les deux
La vieille année s’en va, mais ce n’est pas la nouvelle
Et je, je, je…

Je sais que je serais tout
Seul encore, seul encore ce soir, oh je suis
Seul encore, seul encore ce soir, oh je suis
Seul encore, et il me semble que chaque fois que j’essaye de changer
Dis que tu es, dis que tu vas m’aider à atteindre l’autre coté

Quand vient le matin, le soleil est sorti
Et me réchauffe de nouveau
Quel monde marrant c’est pour moi
Et tout ce que je ne serais jamais

Ce n’est pas assez, ce n’est pas assez
Ce sentiment que je ressens en moi
Oh je sais que je sais que ce soir je me débrouillerai
Seul ce soir, encore seul ce soir

Oh je suis seul encore, seul encore ce soir
Seul encore, et il me semble que chaque fois que j’essaye de changer
Dis que tu vas, dis que tu vas
m’aider à atteindre l’autre coté
Aide-moi s’il te plaît parce que je sais que je vais me débrouiller
Tout seul encore seul ce soir…

(Banks)

Réveille-toi maintenant, c’est le moment que tu attendais.

Bien en dessous, là où les ombres s’enveniment alors qu’elles grossissent,
Une armée de milliers de force, obsédée par le bien et le mal,
Ils sentent que leur temps approche.
Alors ils tournent vers la lumière depuis leur région de la nuit,
Marchant et marchant,
Ils sont près de l’air, ça ne sera pas long.

Vous savez que vous êtes en direction de la sortie,
C’est juste une question de temps.
Tu pensais que tu dirigerais le monde à jamais,
Longue vie au roi, et n’épargnez pas les perdants.

Après tout, tu n’es pas du tout ce que tu pensais être.
Tu es juste un fait naturel, un autre cul de sac
Sur la dure traînée insensible de la nature.
Maintenant tous les rêves de vieux seront des histoires laissées de côté
Fauché à la fleure de l’âge disparu jusqu’à la fin des temps.

Vous savez que vous êtes en direction de la sortie,
C’est juste une question de temps.
Tu pensais que tu dirigerais le monde à jamais,
Longue vie au roi, et n’épargnez pas les perdants…

Maintenant les hôtes émergent et une ombre commence à tomber.
Personne n’a su ce qui les frappait, personne ne peux rien voir.
Même quand la fin approche, ils ne sont toujours pas au courant,
Comment peux-tu combattre un ennemi à mort à ce point
Quand tu ne sais même pas qu’il est là?
Et maintenant que le travail est presque fini
Peut-être quelque échappatoire, non, même pas une.

Vous savez que vous êtes en direction de la sortie,
C’est juste une question de temps.
Tu pensais que tu dirigerais le monde à jamais,
Longue vie au roi, et n’épargnez pas les perdants.

(Collins)

Oh s’il te plaît ne me demande pas comment je me sens, je me sens bien
Oh je pleure un peu, et je ne dors pas trop bien, mais ça va
Quand pourrais-je te voir?
Quand pourrais-je te toucher?

Encore et encore, je me demande si j’avais tort?
Oh, mais le temps est un remède, et Dieu seul sait, que j’ai été fort
Peut-être on devrait essayer
Peut-être ça marcherait cette fois

Oh je peux me souvenir quand il était facile de dire “je t’aime”
Mais les choses ont changées depuis, maintenant je ne peux vraiment dire si je peux encore
Mais je peux essayer
Parce que je sais que les enfants vont bien, oui tu es une mère pour le monde
Mais mon garçon me manque
J’espère qu’il est aussi bon que l’or

Mais assez parlé de moi, dis-moi comment tu vas? Tu as une bonne apparence
Oh, tu as perdu du poids je vois, tes cheveux sont jolis, tu as une bonne apparence
Peut-être on devrait essayer, ne dit rien! Je sais pourquoi!

Oh tu sais, je peux me souvenir quand il était facile de dire “je t’aime”
Mais les choses ont changées depuis, maintenant, je ne peux vraiment dire si je peux encore
Mais je peux essayer
Parce que je sais que les enfants vont bien, tu es une mère pour le monde
Mais mon garçon me manque
J’espère qu’il est aussi bon que l’or

(Banks/Collins/Rutherford)

Je suis celui qui t’as mené si loin,
Tout ce que tu sais et tout ce que tu ressens.
Personne ne doit connaître mon nom
Car personne ne comprendrait,
Et tu tues ce que tu crains,
Et tu crains ce que tu ne comprends pas.

Je t’appelle parce que je dois partir,
Tu te débrouilleras seule jusqu’à la fin.
Il y avait un choix, mais il est parti,
J’ai dit que tu ne comprendrais jamais,
Prend ce qui est à toi et sois maudite.

(Banks/Collins/Rutherford)

(Instrumental)

Infos générales

Tony Banks – Claviers, Choeurs, 12 cordes, canard.
Mike Rutherford – Basses, Guitares, Choeurs
Phil Collins – Batterie, Chant, Boite à Rythme, canard.

David Hentschel – Choeurs

Enregistré au Polar Studios, Suède
Mixé à la Maison Rouge, Londres
Produit par David Hentschel et Genesis
Assistant : Dave Bascombe
Ingénieur du son : David Hentschel
Masterisé par Ray Staff au Trident

Sorti en Mars 1980

Singles:
Mars 80 – Turn it on again/Behind the lines
Mai 80 – Duchess/Open door (UK)
Mai 80 – Misunderstanding/Behind the lines (USA)
Septembre 80 – Misunderstanding/Evidence of autumn (UK)
Septembre 80 – Turn it on again/Evidence of autumn (USA)

Seb

3/5

Et voilà donc le nouveau Genesis qui arrive, celui qui va connaître la gloire. Hackett est loin, parti s’occuper de sa carrière solo… Pour certains ce disque sera le dégout définitif du groupe pour d’autre ce sera uniquement ‘No Hackett Required’ ! Ce disque, fut un véritable tournant dans la carrière de Genesis. Ca y est ! Ils ont enfin un hit ! Follow you Follow me, à elle seule fait doubler les ventes de l’album ! Derrière ce joli succès commercial se cache des morceaux très beau et injustement méprisé par les fans en général. Pour ne faire que les citer : Undertow, Scene’s from a night dream ou encore Many too many. D’autres sont passé à la postérité et au live, même s’ils restent quand même très discrets par rapport au reste de la discographie de Genesis : Burning Rope, Deep in the Motherlode et The Lady Lies.

Tracklist

(Collins/Banks/Rutherford)


It’s good to be here! How’ve you been?
Check my bags, boy! Where’s my room?
I sit on the phone, that’s my game,
Keep up the pressure all the way!

I don’t want to beat about the bush
but none of us are getting any younger.
There’s people out there who could take your place.
A more commercial view! A fresher face!

I need a shower, take a nap
I’ll meet you in the bar, we must have a rap.
There’s a lot on the line, a lot to say.
There’s something I must tell you today.

You and I both know the score,
you can’t go on like this forever.
So it’s with regret that I tell you now
that from this moment on,
you’re on your own!

I don’t talk round corners, it’s right between the eyes
If you’re slow they’ll run past you,
Stand tall, see them falling over.
I walk a straight line, it’s right between the eyes.
Well show me the door, show me someone who’ll do it better.

The drinks are on me, be my guest.
Smoke a cigar? Take the best.
Don’t hedge your bets, we can make a deal,
you got it in your pocket, how do you feel?

So glad that’s over, now you know,
but I’m only acting under orders.
And looking down on you from way up here.
You’ve got to sink or swim, get off the floor!

I don’t talk round corners, it’s right between the eyes
If you’re slow they’ll run past you,
Stand tall, see them falling over,
I walk a straight line, right between the eyes.
Well show me the door, show me someone who’ll do it better.

(Banks)


The curtains are drawn
Now the fire warms the room.
Meanwhile outside
Wind from the north-east chills the air,
It will soon be snowing out there.

And some there are
Cold, they prepare for a sleepless night.
Maybe this will be their last fight.

But we’re safe in each other’s embrace,
All fears go out as I look on your face –

Better think awhile
Or I may never think again.
If this were the last day of your life, my friend,
Tell me, what do you think you would do then?

Stand up to the blow that fate has struck upon you,
Make the most of all you still have coming to you, [or]
Lay down on the ground and let the tears run from you,
Crying to the grass and trees and heaven finally on your knees

Let me live again, let life come find me wanting.
Spring must strike again against the shield of winter.
Let me feel once more the arms of love surround me,
Telling me the danger’s past, I need not fear the icy blast again.

Laughter, music and perfume linger here
And there, and there,
Wine flows from flask to glass and mouth,
As it soothes, confusing our doubts.

And soon we feel,
Why do a single thing to-day,
There’s tomorrow sure as I’m here.

So the days they turn into years
And still no tomorrow appears.

Better think awhile
Or I may never think again.
If this were the last day of your life, my friend,
Tell me, what do you think you would do then?

Stand up to the blow that fate has struck upon you,
Make the most of all you still have coming to you, [or]
Lay down on the ground and let the tears run from you,
Crying to the grass and trees and heaven finally on your knees

Let me live again, let life come find me wanting.
Spring must strike again against the shield of winter.
Let me feel once more the arms of love surround me,
Telling me the danger’s past, I need not fear the icy blast again.t. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

(Collins/Banks/Rutherford)


Big Jim Cooley commanded respect, whatever he wanted he could get.
The badge on his waistcoat shone in the sun.
It ain’t no lie that Big Jim was feared by everyone.

In the saloon one evening Big took a bet
with a rancher whose name I forget.
He wanted a herd taken over the plain,
and he called Jim `yellow’, he’ll never do that again.

He got mad!
He threw his badge on the floor and walked out,
he’s gonna give it a try, he left no doubt.

“Must be mad, he must be mad”!
The people wished him well, and good luck.
“Well I don’t need it”! He laughed,
got on his horse and rode away.

Out on the trail, Jim ‘n’ his crew of five
were trying their best to keep the cattle alive.
The weather was hard, but so were the men,
Though I don’t think even Big will try this trip again.

His horses were edgy, sensing trouble ahead,
but the trouble didn’t start until the men were in bed
A-whooping and a-hollering, flashing their knives,
Big and his men were jumped by an all-star Indian tribe.

He was scared, Big Jim was scared
Alive, they called him lucky, but not today.
Cos he died like all good cowboys with his boots on next to his men.

Big Jim, he still won’t lie down,
for him the bet is still on.
Some say he rides there, cursing still.
Some say they’ve seen him.

(Rutherford)


Lay your body down upon the midnight snow,
Feel the cold of winter in your hair
Here in a world of your own,
In a casing that’s grown
To a children’s delight
That arrived overnight.

And here they come to play their magic games
Carving names upon your frozen hand.
Here in a world of your own,
Like a sleeper whose eyes
Sees the pain with surprise
As it smothers your cries
They’ll never never know.

Hey there’s a Snowman
Hey, Hey what a Snowman
Pray for the Snowman
Ooh, Ooh what a Snowman
They say a snow year’s a good year
Filled with the love of all who lie so deep.

Smiling faces tear your body to the ground
Covered red that only we can see.
Here in a ball that they made
From the snow on the ground,
See it rolling away
Wild eyes to the sky
They’ll never, never know.

Hey there’s a Snowman
Hey what a Snowman
Pray for the Snowman
Ooh, Ooh what a Snowman
They say a snow year’s a good year
Filled with the love of all who lie so deep.

Hey there goes the Snowman
Hey there what a Snowman
Hey there lies the Snowman
Hey he was a Snowman
They say a snow year’s a good year
Filled with the love of all who lie so deep.

(Banks)


The warming sun, the cooling rain,
The snowflake drifting on the breath of the breeze,
The lightning bolt that frees the sky for you
Yet only eagles seem to pass on through.
The words of love, the cries of hate,
And the man in the moon who seduced you
Then finally loosed you.

You climbed upon a burning rope to escape the mob below,
But you had put the flaming out so that others could not follow,
To be out of the bounds and the barks of those who do not wish you well.

You must blaze a trail of your own, unknown, alone,
But keep in mind
Don’t live today for tomorrow like you were immortal.
The only survivors on this world of ours are
The warming sun, the cooling rain,
The snowflake drifting on the breath of the breeze,
The lightning bolt that frees the sky for you
Yet only eagles seem to pass on through.
The words of love, the cries of hate,
And the man in the moon who seduced you
Then finally loosed you.

You’re old and disillusioned now as you realise at last,
That all all you have accomplished here will have soon all turned to
dust.
You dream of a future after life, well that’s as maybe, I don’t know.
But you can’t take what you left behind, you’re all alone.
So keep in mind
Don’t live today for tomorrow like you were immortal.
The only survivors on this world of ours are
The warming sun, the cooling rain,
The snowflake drifting on the breath of the breeze,
The lightning bolt that frees the sky for you
Yet only eagles seem to pass on through.
The words of love, the cries of hate,
And the man in the moon…

(Rutherford)


Get out of the way fat man. You got something to do
Go fill up your hands till they’re shining up at you.
You gotta get out while there’s gold in the air
It’s falling like water, coming down from the hills.

Go West young man
Earn a dollar a day just like your family said.
You’re rolling your days right on into the night
The head of the line’s going way out of sight.
Go West young man like your family said

All along the wagons
All along the dusty trail.
Seventeen years not over a day
Like children in the wild.
Your mother’s milk still wet on your face
And no one to pray for your safe journey home.

Out beyond the desert
Across the mountains by the fall.
Servants who leave their masters house
Are walking all the way.
The golden fields that beckoned you
Are darkened by the years.

Go West Young Man
If you knew then what you know today
You’d be back where you started a happier man
And leave all the glory to those who have remained.

So Go West Young Man
Go West Young Man, like your family said.

(Banks)


Many too many have stood where I stand
Many more will stand here too,
I think what I find strange is the way you built me up
Then knocked me down again.

The part was fun but now it’s over,
Why can’t I just leave the stage?
Maybe that’s because you securely locked me up
Then threw away the key.

Oh mama,
Please would you find the key.
Oh pretty mama,
Please won’t you let me go free.
I thought I was lucky
I thought that I’d got it made.
How could I be so blind?

You said good-bye on a corner
That I thought led to the straight.
You set me on a firmly laid and simple course
Then removed the road.

Oh mama,
Please help me find my way.
Oh pretty mama,
Please lead me through the next day.
I thought I was lucky
Oh I thought that I’d got it made.
How could I be so blind? Oh no…

(Collins/Banks)


Little Nemo rubbed his eyes and got out of bed,
trying hard to piece together a broken dream.
His visions lifelike and full of imagination
it’s strange to think they came from such a tiny head.

Dragons breathing fire, but friendly.
Mushrooms tall as houses.
Giant Nymphs and goblins playing,
scenes from a night’s dream, poor Little Nemo!

Eating all kinds of food so close to bedtime
they always made him have these nightmares, it seemed.

Helped young Washington in the garden,
cut the cherry tree down.
Now we all know that’s not history,
scenes from a night’s dream, poor Little Nemo!

“Nemo, get out of bed!”
“Don’t tell me stories, I don’t want to know!”
“Come on you sleepy head, we’re waiting to go!”

Once he went to the ‘Carnival of Nations’
dancing with the princess through the night.

Found themselves on a moving platform
ten ton weights above them,
seeking audience with King Morpheus.
Scenes from a night’s dream, poor little Nemo!

“Nemo, get out of bed!”
“Don’t tell me stories, I don’t want to know!”
“Come on you sleepy head, we’re waiting to go!”

(Rutherford)


Say it’s alright Joe,
I need another drink
To blow on the glass so I know I’m alive

Play me a song Joe
To fill the hours till morning
Then never again will I bother you
Ooh, Build myself a tower
No way in no way out.
Then my friends can visit me
Once in a while.

Say it’s alright Joe,
I need some reassurance
You never know what you might find in the night.
Ooh I’m just a busy bee, still alive in my hive,
I’m looking for some other world
To dream out my dreams.

There were Kings who were laughing in the rain
And they told me I’d come here to lead the parade
All the colours were changing, The sky was in ruins
The lights are all shining on me and on you
Oh, Shine on……..

Say it’s alright Joe
The night will soon be over
And nothing and no one will ever know.
Open my eyes Joe
I’d like to see the daylight
The clock on the wall says it’s time to leave.
Never seen the same face twice
Never walked the same way
The little love that I have known
I keep to myself.

If there’s a fire it’s asleep in my bed
I must leave it to burn till it burns itself out
Catch as you can I’m not staying here long
I’ll be coming back early or never at all
Shine on……..

(Banks)


The man steps out in the moonlight
At the sound of a scream from below.
He thinks he is a warrior
So he picks up his sword and goes.

From the mouth of the monster
He rescues the maiden fair.
But we know she’s a demon
Come to lure him to demon’s lair.

Through restless foliage and tall trees he leads
To a house in a clearing, a place in her fear she calls home.

“Come with me, I need you,
I fear the dark and I live all alone.
I’ll give you wine and food too
And something special after if you like.”

And though his body bids him
To enter in with her,
There was something in her manner
That his mind could not ignore.

Also it is whispered
In the kingdom far and wide,
To beware a little cottage
In the forest in a glade.

For who knows what magic takes place in his world?
So he just thanks her kindly preparing to go on his way.

“Come with me, I need you,
I fear the dark and I live all alone.
I’ll give you wine and food too
And something special after if you like.

Come to my garden,
Taste the fruits and the spices of love.
You can’t resist me,
I’m the kind that your dreams tell you of.”

“So glad you could make it
We had everything arranged.
So glad you saw fit to pay a call.”

Some men never listen,
And others never learn,
But why this man did as he did
Only he will ever know.

He knew he was walking
Into a waiting trap,
Neatly set up for him
With a bait so richly wrapped.

So he went inside there to take on what he found
But he never escaped them, for who can escape what he desires?

“Come with me, I need you,
I fear the dark and I live all alone.
I’ll give you wine and food too
And something special after if you like.”

(Rutherford/Banks/Collins)


Stay with me,
My love I hope you’ll always be
Right here by my side if ever I need you
Oh my love

In your arms,
I feel so safe and so secure
Everyday is such a perfect day to spend
Alone with you

I will follow you will you follow me
All the days and nights that we know will be
I will stay with you will you stay with me
Just one single tear in each passing year

With the dark,
Oh I see so very clearly now
All my fears are drifting by me so slowly now
Fading away

I can say
The night is long but you are here
Close at hand, oh I’m better for the smile you give
And while I live

I will follow you will you follow me
All the days and nights that we know will be
I will stay with you will you stay with me
Just one single tear in each passing year there will be

I will follow you will you follow me
All the days and nights that we know will be
I will stay with you will you stay with me
Just one single tear in each passing year…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Collins/Banks/Rutherford)

C’est bon d’être ici! Comment ça va depuis le temps?
Occupe-toi de mes bagages, garçon! Où est ma chambre?
Je m’assieds sur le téléphone, c’est mon jeu,
Je maintiens la pression jusqu’au bout!

Je ne veux pas tourner autour du pot
Mais aucun de nous ne rajeunit.
Il y a des personnes partout qui pourraient prendre ta place.
Un air plus commercial! Un nouveau visage!

J’ai besoin d’une douche, fais une sieste
Je te rencontrerai au bar, il faut qu’on trinque.
Il y a beaucoup en jeu, beaucoup à dire.
Il y a quelque chose que je dois te dire aujourd’hui.

Toi et moi connaissons le score,
Tu ne peux pas continuer comme ça éternellement.
Donc c’est avec regrets que je te dis maintenant
Qu’à partir de maintenant,
Tu te débrouilles seul!

Je ne parle pas en coin, c’est droit dans les yeux
Si tu es lent, il vont te dépasser,
Garde la tête haute, laisse-les se casser la figure.
Je marche en ligne droite, c’est droit dans les yeux.
Bien, montre-moi la porte, montre-moi quelqu’un qui le fera mieux.

Les boissons sont pour moi, sois mon invité.
Envie d’un cigare? Prends le meilleur.
Ne couvre pas tes arrières, on peut faire un marché,
Tu l’as dans ta poche, comment te sens-tu?

J’suis tellement content que ce soit fini, maintenant tu sais,
Mais j’obéis seulement à des ordres.
Et te dominant de là-haut.
Il faut que tu coules ou que tu nages, dégage le plancher!

Je ne parle pas en coin, c’est droit dans les yeux
Si tu es lent, il vont te dépasser,
Garde la tête haute, laisse-les se casser la figure.
Je marche en ligne droite, c’est droit dans les yeux.
Eh bien, montre-moi la porte, montre-moi quelqu’un qui le fera mieux.

(Banks)

Les rideaux sont tirés
Maintenant le feu réchauffe la pièce.
Pendant que dehors
Le vent du nord-est glace l’air,
Il va bientôt neiger.

Et certains sont
Froid, et se préparent pour une nuit blanche.
Peut-être que ce sera leur dernier combat.

Mais nous sommes en sécurité tous enlacés,
Toutes les peurs disparaissent quand je regarde ton visage –

Il vaut mieux prendre un peu le temps de réfléchir
Ou il se peut que je ne pense plus jamais.
Si c’était le dernier jour de ta vie, mon ami,
Dis-moi, que penses-tu que tu ferais alors?

Résiste au vent que le destin a placé devant toi,
Profite le plus possible de tout ce qui te revient,
Allonge-toi sur le sol et laisse tes larmes couler,
Pleurant devant l’herbe et les arbres et les cieux et finalement à genoux

Laisse-moi vivre encore, laisse la vie venir trouver ce que je veux.
Le printemps doit encore combattre contre le bouclier de l’hiver.
Laisse-moi sentir une fois de plus les bras de l’amour m’entourer,
Et me dire que le danger est passé, que je n’ai plus besoin de craindre le souffle glacé une fois de plus.

Rire, musique et parfum traînent ici
Et ça et là,
Du vin coule des bouteilles aux verres et aux bouches,
Alors qu’il apaise, troublant nos esprits.

Et bientôt nous sentons,
Pourquoi faire une seule chose aujourd’hui,
Il y a demain aussi sûrement que je suis là.

Alors les jours deviennent des années
Et aucun demain n’apparaît jamais.

Il vaut mieux prendre un peu le temps de réfléchir
Ou il se peut que je ne pense plus jamais.
Si c’était le dernier jour de ta vie, mon ami,
Dis-moi, que penses-tu que tu ferais alors?

Résiste au vent que le destin a placé devant toi,
Profite le plus possible de tout ce qui te revient,
Allonge-toi sur le sol et laisse tes larmes couler,
Pleurant devant l’herbe et les arbres et les cieux et finalement à genoux

Laisse-moi vivre encore, laisse la vie venir trouver ce que je veux.
Le printemps doit encore combattre contre le bouclier de l’hiver.
Laisse-moi sentir une fois de plus les bras de l’amour m’entourer,
Et me dire que le danger est passé, que je n’ai plus besoin de craindre le souffle glacé une fois de plus.

(Collins/Banks/Rutherford)

Big Jim Cooley inspirait le respect, quoi qu’il veuille, il pouvait l’obtenir.
L’insigne sur son gilet brillait au soleil.
Ce n’est pas un mensonge que de dire que Big Jim était craint par tout le monde.

Dans le saloon, un soir Big prit un pari
Avec un rancher dont j’ai oublié le nom.
Il voulait un troupeau conduit à travers la plaine,
Il appela Jim “foie jaune”, il ne refera plus jamais ça.

Il devint fou!
Il jeta son insigne sur le sol et sorti,
Il va essayer, ça ne fait aucun doute.

“Il doit être fou, il doit être fou”!
Les gens lui souhaitèrent du bien, et bonne chance.
“Bien, je n’en ai pas besoin”! Il rit,
Il monta sur son cheval et s’en alla.

Sur la piste, Jim et ses 5 équipiers
Faisaient de leur mieux pour garder le bétail en vie.
Le temps était dur, mais les hommes aussi,
Bien que je ne pense pas que même Big rentente ce voyage un jour.

Les chevaux étaient énervés, sentant des problèmes devant,
Mais les problèmes n’arrivèrent que lorsque les hommes furent dans leurs lits
Hurlant et braillants, sortant leurs couteaux,
Une tribu des plus grands indiens sautait par dessus Big et ses hommes.

Il était apeuré, Big Jim était apeuré
Vivant, on aurait dit de lui qu’il était chanceux, mais pas cette fois.
Car il mourût comme tous les bons cow-boys avec ses boots et près de ses hommes.

Big Jim, il ne va toujours pas se coucher,
Pour lui son pari tient toujours.
Certains disent qu’il chevauche là, jurant encore.
Certains disent qu’ils l’ont vu.

(Rutherford)


Allonge ton corps sur la neige de minuit,
Sens le froid de l’hiver dans tes cheveux
Ici dans un monde à toi,
Dans un manteau qui s’est formé
Pour le plaisir des enfants
Et qui est arrivé pendant la nuit.

Et ici ils viennent pour jouer à leurs jeux magiques
Sculptant des noms sur ta main gelée.
Ici dans un monde à toi,
Comme un dormeur dont les yeux
Voit la douleur avec surprise
Alors que ça étouffe tes pleurs
Ils ne sauront jamais jamais.

Hé, il y a un bonhomme de neige
Hé, hé quel bonhomme de neige
Prie pour le bonhomme de neige
Oh, oh quel bonhomme de neige
Ils disent qu’une année avec de la neige est une bonne année
Remplie de l’amour de tout ceux qui gisent si profondément.

Des visages souriant déchirent ton corps jusqu’au sol
Couvert de rouge que seulement nous pouvons voir.
Ici dans une boule qu’ils ont fait
À partir de la neige du sol,
Regarde-la rouler au loin
Des yeux sauvages dans le ciel
Ils ne sauront jamais, jamais.

Hé, il y a un bonhomme de neige
Hé hé quel bonhomme de neige
Prie pour le bonhomme de neige
Oh oh quel bonhomme de neige
Ils disent qu’une année avec de la neige est une bonne année
Remplie de l’amour de tout ceux qui gisent si profondément.

Hé, ici va un bonhomme de neige
Hé ici quel bonhomme de neige
Hé, ici gît le bonhomme de neige
Hé il était un bonhomme de neige
Ils disent qu’une année avec de la neige est une bonne année
Remplie de tout ceux qui gisent si profondément.

(Banks)

Le soleil chauffant, la pluie rafraîchissante,
La flaque de neige dérivant sous le souffle de la brise,
L’éclair qui libère le ciel pour toi
Encore seuls les aigles semblent passer au travers.
Les mots d’amour, les pleurs de haine,
Et l’homme dans la lune qui te séduit
Et qui finalement te délivre.

Tu grimpes à une corde qui brûle pour échapper à la foule en dessous,
Mais tu avais mis la flamme dehors, de sorte que les autres peuvent maintenant suivre,
Pour être hors des attaches et des critiques de ceux qui ne te souhaitent pas du bien.

Tu dois te frayer ton propre chemin, inconnu, seul,
Mais garde à l’esprit
Ne vis pas aujourd’hui pour demain comme si tu étais immortel.
Les seuls survivants dans notre monde sont
Le soleil chauffant, la pluie rafraîchissante,
La flaque de neige dérivant sous le souffle de la brise,
L’éclair qui libère le ciel pour toi
Encore seuls les aigles semblent passer au travers.
Les mots d’amour, les pleurs de haine,
Et l’homme dans la lune qui te séduit
Et qui finalement te délivre.

Tu es vieux et sans illusions maintenant alors que tu réalises enfin,
Que tout ce que tu as accompli jusqu’à présent ne sera bientôt que poussières.
Tu rêves d’un futur après la vie, bien c’est comme un peut-être, je ne sais pas.

Mais tu ne peux pas prendre tout ce que tu as laissé derrière, tu es tout seul.
Alors garde à l’esprit
Ne vis pas aujourd’hui pour demain comme si tu étais immortel.
Les seuls survivants dans notre monde sont
Le soleil chauffant, la pluie rafraîchissante,
La flaque de neige dérivant sous le souffle de la brise,
L’éclair qui libère le ciel pour toi
Encore seuls les aigles semblent passer au travers.
Les mots d’amour, les pleurs de haine,
Et l’homme dans la lune…

(Rutherford)

Hors de mon chemin, homme gras. Tu as quelque chose à faire
Va remplir tes mains jusqu’à ce qu’elles brillent.
Il faut que tu sortes tant qu’il y a encore de l’or dans l’air
Ca tombe comme de l’eau, coulant d’une rivière venant des collines.

Va à l’ouest jeune homme
Gagne un dollar par jour comme ta famille a dit.
Tu roules la journée et tout de suite après la nuit
La tête du cortège s’en va hors de vue.
Va à l’ouest jeune homme, comme ta famille a dit

Tout au long des wagons
Tout au long des rails poussiéreux.
Dix sept ans pas dépassé d’un jour
Comme des enfants à l’état sauvage.
Le lait de ta mère encore humide sur ton visage
Et personne pour prier pour un retour sans danger à la maison.

Dehors, au delà du desert
À travers les montagnes près de la cascade.
Des serviteurs qui quittent la maison de leurs maîtres
Marchent tout le long du chemin.
Les champs dorés qui t’ont appelés
S’assombrissent chaque année.

Va vers l’ouest jeune homme
Si tu avais su alors ce que tu sais maintenant
Tu serais de retour là où tu as commencé, un homme plus heureux
Et tu laisserais la gloire à ceux qui sont restés.

Alors va vers l’ouest jeune homme
Va vers l’ouest jeune homme, comme ta famille a dit.

(Banks)

Beaucoup beaucoup trop se sont tenus là où je me tiens
Beaucoup plus se tiendront là aussi,
Je pense que ce que je trouve bizarre c’est la façon dont tu me construis
Et me détruis encore.

La partie était plaisante, mais maintenant c’est fini,
Pourquoi est-ce que je ne peux simplement pas quitter la scène?
Peut-être parce que tu m’as sûrement enfermé
Et ensuite jeté la clé au loin.

Oh Maman,
S’il te plait pourrais-tu trouver la clé.
Oh jolie Maman,
S’il te plait, ne me laisseras-tu pas aller librement.
Je pensais que j’étais chanceux
Je pensais que je l’avais fait.
Comment ai-je pu être si aveugle?

Tu dis au revoir au coin de la rue
Qui je pensais menait tout droit.
Tu m’as mis sur une direction simple et fermement posée
Et ensuite tu as enlevé la route.

Oh Maman,
S’il te plait aide-moi à trouver mon chemin.
Oh Jolie Maman,
S’il te plaît conduis-moi jusqu’au jour suivant.
Je pensais être chanceux
Oh je pensais que je l’avais fait.
Comment ai-je pu être si aveugle? Oh non…

(Collins/Banks)

Petit Nemo se frotta les yeux et sorti de son lit,
Essayant de faire de son mieux pour recoller les morceaux d’un rêve brisé.
Ses visions comme dans la vraie vie et pleine d’imagination
C’est étrange de penser qu’elles viennent d’une si petite tête.

Des dragons crachant du feu, mais amicalement.
Des champignons grands comme des maisons.
Des nymphes géantes et des gobelins jouant,
Des scènes d’un rêve nocturne, pauvre petit Nemo!

Manger toute ces sortes de nourriture si près de l’heure d’aller au lit
Elle lui ont toujours donné ces cauchemars, il semblait.

Aidé le jeune Washington dans le jardin,
À abattre le cerisier.
Maintenant nous savons tous que ce n’est pas de l’histoire,
Des scènes d’un rêve nocturne, pauvre petit Nemo!

“Nemo sort de ton lit!”
“Ne me raconte pas d’histoire, je ne veux pas savoir!”
“Allez, espèce d’endormi, on attend pour partir!”

Une fois il est allé au ‘Carnaval des Nations’
Dansant avec les princesses toute la nuit.

Ils se sont retrouvés sur une plate-forme en mouvement
Dix tonnes de poids au dessus d’eux,
Demandant audience au roi Morphée.
Des scènes d’un rêve nocturne, pauvre petit Nemo!

“Nemo sort de ton lit!”
“Ne me raconte pas d’histoire, je ne veux pas savoir!”
“Allez, espèce d’endormi, on attend pour partir!”

(Rutherford)

Dis que tout va bien Joe,
J’ai besoin d’un autre verre
De souffler sur le verre pour savoir que je suis en vie

Joue-moi une chanson Joe
Pour remplir les heures jusqu’au matin
Et puis plus jamais je ne t’ennuierai
Oh, construis-moi une tour
Sans entrée ni sortie.
Et puis mes amis pourront me rendre visite
Une fois de temps en temps.

Dis que tout va bien Joe,
J’ai besoin de réconfort
Tu ne sais jamais ce que tu peux trouver dans la nuit.
Oh, je suis juste une abeille occupée, toujours en vie dans ma ruche,
Je recherche quelque autre monde
Pour rêver mes rêves.

Il y avait des rois qui riaient sous la pluie
Et ils m’ont dit que je viendrais ici pour mener la parade
Toutes les couleurs changeaient, le ciel était en ruines
Les lumières brillent toutes sur moi et sur toi
brillent………

Oh, dis que tout va bien Joe
La nuit va bientôt être finie
Et rien ni personne ne saura jamais.
Ouvre mes yeux Joe
Je voudrais voir la lumière du jour
L’horloge sur le mur dit qu’il est temps de partir.
Jamais vu deux fois le même visage
Jamais pris le même chemin
Le peu d’amour que j’ai connu
Je l’ai gardé pour moi.

S’il y a un feu il est endormi dans mon lit
Je dois le laisser brûler jusqu’à ce qu’il s’éteigne
Attrape tant que tu peux, je ne reste pas longtemps ici
Je reviendrai dans peu de temps ou jamais
Brille………

(Banks)

L’homme sort dans la lumière de la lune
Au son d’un cri venu d’en dessous.
Il pense qu’il est un guerrier
Alors il attrape son épée et s’en va.

De la bouche du monstre
Il sauve la juste jeune fille.
Mais nous savons qu’elle est un démon
Venue l’attirer dans l’antre du démon.

À travers le feuillage agîté et les grands arbres il conduit
À une maison dans une clairière, un endroit que dans sa peur elle nomme “maison”.

“Viens avec moi, j’ai besoin de toi,
J’ai peur du noir et je vis toute seule.
Je te donnerai du vin et de la nourriture aussi
Et quelque chose de spécial ensuite si tu aimes.”

Et bien que son corps lui interdise
D’entrer avec elle,
Il y avait quelque chose dans ses manières
Que son esprit ne pouvait ignorer.

Aussi on chuchote
Dans le royaume de partout,
De craindre un petit cottage
Dans la forêt dans une clairière.

Car qui sait quelle place prend la magie dans son monde?
Alors il la remercie juste gentiment, se préparant à suivre son chemin.

“Viens avec moi, j’ai besoin de toi,
J’ai peur du noir et je vis toute seule.
Je te donnerai du vin et de la nourriture aussi
Et quelque chose de spécial ensuite si tu aimes.

Viens dans mon jardin,
Goûte les fruits et les épices de l’amour.
Tu ne peux me résister,
Je suis le genre dont tes rêves t’ont parlés.”

“Si contente que tu aies pu le faire
Nous avons tout arrangé.
Si contente que tu ais voulu nous rendre visite.”

Certains hommes n’écoutent jamais,
D’autres n’apprennent jamais,
Mais pourquoi cet homme à agît comme il a fait
Seul lui le sait.

Il savait qu’il marchait
Dans un piège à retardement,
Adroitement mis en place pour lui
Avec un hameçon si richement enveloppé.

Alors il alla à l’intérieur pour assumer ce qu’il avait trouvé
Mais il ne s’est jamais échappé, car qui peut s’enfuir de ce qu’il désire?

“Viens avec moi, j’ai besoin de toi,
J’ai peur du noir et je vis toute seule.
Je te donnerai du vin et de la nourriture aussi
Et quelque chose de spécial ensuite si tu aimes.”

(Rutherford/Banks/Collins)

Reste avec moi,
Mon amour, j’espère que tu seras toujours
Juste là à mes cotés si jamais un jour j’ai besoin de toi
Oh mon amour

Dans tes bras,
Je me sens tellement en sûreté et à l’abris
Chaque jour est un tel jour parfait à passer
Seul avec toi

Je vais te suivre, me suivras-tu
Tous les jours et nuits que nous savons qu’il y aura
Je vais rester avec toi resteras-tu avec moi
Juste une simple larme pour chaque année passée

Avec le noir,
Oh je vois si clairement maintenant
Toutes mes peurs dérivent près de moi, si lentement maintenant
S’éteignant au loin

Je peux dire
La nuit est longue mais tu es là
Tout contre toi, Oh je suis meilleur pour le sourire que tu as donné
Et tant que je vis

Je vais te suivre, me suivras-tu
Tous les jours et nuits que nous savons qu’il y aura
Je vais rester avec toi resteras-tu avec moi
Juste une simple larme pour chaque année passée

Je vais te suivre, me suivras-tu
Tous les jours et nuits que nous savons qu’il y aura
Je vais rester avec toi resteras-tu avec moi
Juste une simple larme pour chaque année passée…

Infos générales

Tony Banks – Orgue, Mellotron, Piano, Piano Électrique, 12 cordes, Chant.
Phil Collins – Batterie, Chant, Percussions.
Mike Rutherford – Basse, Pedales Basses, 12 cordes, Chant, Violoncelle.

Enregistré au Relight Studios, Hilvarenbeek, Hollande.
Produit par David Hentschel et Genesis.
Assistant : Pierre Geoffroy Chateau
Mixé au Trident Studios, Londres.
Assistant : Steve Short

Sorti en Avril 1978

Singles :

Mars 78 – Follow you follow me/Ballad of Big (UK)
Mars 78 – Follow you follow me/Inside and out (USA)
Juin 78 – Many too many/The day the light went out in Vancouver
Juillet 78 – Scene from a night’s dream/Deep in the motherlode

Seb

5/5

Et voilà LE live… Le meilleur endroit pour débuter avec Genesis, de l’avis de tous : Une superbe collection de morceau et des interprétations irréprochables. Evidemment, on trouve toujours des grincheux pour dire que c’est pas Peter et qu’ils ne comprennent pas comment Phil Collins ose chanter Supper’s Ready, on trouve aussi des grincheux pour dire que le disque est froid, qu’on n’entend pas le public etc etc etc… Tant pis pour eux, ils se privent de quelque chose de grand… Il n’en reste pas moins que les versions de The Musical Box ou de Carpet Crawlers sont parmi les meilleures. A noter que ce disque a été enregistré à Paris, et qu’on entend très nettement le Public français, a la fin de certains morceaux. Phil chante ‘I love Paris in the Springtime’ au beau milieu d’I know what I like et remercie le public en Français ! Petite anecdote qui n’a rien à voir et qui ne concerne que moi : les concerts à Paris avaient lieu les 11, 12, 13 et 14 Juin 1977. Je suis né le 13… Ca vous fait rien, mais moi ça me fait tout drôle d’avoir ce témoignage là. Chouette cadeau d’anniversaire. Je suis né à 21 heures… Que jouaient t’ils à ce moment là ?!

Tracklist

1 : Squonk (live)

2 : The Carpet Crawlers (live)

3 : Robbery Assault & Battery (live)

4 : Afterglow (live)

5 : Firth Of Fifth (live)

6 : I Know What I Like (live)

7 : The Lamb Lies Down On Broadway (live)

8 : The Musical Box (closing section) (live)

9 : Supper’s Ready (live)

10 : Cinema Show (live)

11 : Dance On A Volcano (live)

12 : Los Endos (live)

Infos générales

Tony Banks – RMI piano électrique, Hammond T. Orgue, ARP Pro soloist, Mellotron 400, Epiphone 12 cordes, choeurs
Mike Rutherford – Shergold 12 cordes électrique & Basse, Basse 8 cordes, Alvarez 12 cordes, Moog Taurus pedale Basse, Choeurs
Steve Hackett – Gibson Les Paul, Hokada 12 cordes
Phil Collins – Chant, Batteries Premier et Gretsch
Chester Thompson- Batterie Pearl et percussion
Bill Bruford – Batteries Ludwig et Hayman, Percussion (courtesy of E.G. Records Ltd.)

Toutes les parties de batterie par Chester sauf :

Robbery, Assault and Battery – Phil pendant le solo de piano
Firth of Fifth – Phil & Chester
The Musical Box – Chester & Phil
Supper’s Ready – Apocalypse 9/8 Chester & Phil
Cinema Show- Bill Bruford, Phil (à partir du solo clavier)
Los Endos- Phil & Chester

Enregistré à Paris 76/77 avec le Manor Mobile
Mixé au Trident, Londres
Produit par Hentschel & Genesis
Assisté par by Neil Ross

Sorti en Octobre 1977

Seb

5/5

Moins d’un an après Trick, Genesis se retrouve en studio pour sortir quelques mois après ce disque qui reste évidement un des plus beau, mais surtout le plus british de tous. Le disque commence avec Eleventh Earl of Mar, et une superbe intro, le morceau est assez rythmé, mais une partie lente est intégrée au milieu et c’est du plus bel effet. Ensuite vient One for the Vine, un des morceaux préféré des fans en général et joué en concert pendant très longtemps, tout comme Afterglow qui termine l’album, ces deux morceaux sont des compositions Banksiennes. Puis tour à tour on croise une des premières balades de Mike Rutherford (Your own special way), un instrumental cosigné Phillou qui fait plus Brand X que Genesis ou encore le texte le plus britannique de Genesis (Blood on the Rooftops). Cependant, même si le disque est tres bon, tout n’est pas rose dans l’univers de Genesis, Steve Hackett décide de quitter le groupe après la tournée qui suit, et avec lui, Genesis perd définitivement quelque chose et quelqu’un de grand… Même si tout le monde n’est pas d’accord sur le quelque chose (au choix : le talent, l’inspiration, le son etc…) tout le monde est d’accord sur le quelqu’un. Juste après ce disque sort un tour petit EP de trois titres : Spot the Pigeon, contenant la dernière participation studio de Steve à Genesis : le magnifique Inside and Out, qui donne son nom à ce site d’ailleurs. Les deux autres chansons sont plus oubliables et sont cosignées du trio qui va constituer alors Genesis…

Tracklist

(Banks/Hackett/Rutherford)


The sun had been up for a couple of hours,
Covered the ground with a layer of gold.
Spirits were high and the raining had stopped,
The larder was low, But boy that wasn’t all.
Eleventh Earl of Mar
Couldn’t get them very far.
Daddy! Oh Daddy, You Promised.

Out on the road in the direction of Perth,
Backwards and forwards in a circle they went.
Found a city half open and ready to greet,
The conquering heroes, with blisters on their feet.
Eleventh Earl of Mar
Somehow got them all this far.
Daddy! You Promised, You Promised.

See the Stewart all dressed up
He’s got eyes in the back of his head.
Who came in a cockleshell boat
That could only just float,
Couldn’t even lift a sword.
Dressed too fine and smelling of wine.

Daddy you’ve got to go!
Here comes the bishop all dressed up
He’s gonna bless you if you’re ready to pay.
One wave of his funny old stick,
There’s a band of light across your eyes.

Waited a week still they hadn’t appeared,
That glorious timing that everyone feared.
So they’re riding along on the crest of a wave,
They’re headed for London, And that will be their grave.
Eleventh Earl of Mar
Well he couldn’t get them down that far
Daddy! I’m waiting, I’m waiting

Time to go to bed now
Never seems too keen
To be a guest now
In a house of dreams

Flying from a hillside
Beckoning the trees
A sailboat’s awning
Mimicking the breeze

I’m fighting gravity falling
My Daddy won’t let them get me
A voice screams seems to be calling
The face turns features are burning.

Daddy, you’ve got to go!
See the fifteen going by,
Tell the Lairds and the Lords
They’re running backwards today,
And once again you stand alone.

Bury your memories bury your friends,
Leave it alone for a year or two.
Till the stories go hazy and the legends come true,
Then do it again. Some Things never end.
Eleventh Earl of Mar
Won’t be going very far.
You Promised, You Promised, You Promised.
DADDY!

(Banks)


Fifty thousand men were sent to do the will of one.
His claim was phrased quite simply, though he never voiced it loud,
I am he, the chosen one.

In his name they could slaughter, for his name they could die.
Though many there were believed in him, still more were sure he lied,
But they’ll fight the battle on.

Then one whose faith had died
Fled back up the mountainside,
But before the top was made,
A misplaced footfall made him stray
From the path prepared for him.
Off of the mountain,
On to a wilderness of ice.

This unexpected vision made them stand and shake with fear,
But nothing was his fright compared with those who saw him appear.
Terror filled their minds with awe.

Simple were the folk who lived
Upon this frozen wave.
So not surprising was their thought,
This is he, God’s chosen one,
Who’s come to save us from
All our oppressors.
We shall be kings on this world.

Follow me!
I’ll play the game you want me,
Until I find a way back home.

Follow me!
I give you strength inside you,
Courage to win your battles –

No, no, no, this can’t go on,
This will be all that I fled from.
Let me rest for a while.

He walked into a valley,
All alone.
There he talked with water, and then with the vine.

They leave me no choice.
I must lead them to glory or most likely to death.

They travelled cross the plateau of ice, up to its edge.
Then they crossed a mountain range and saw the final plain.
Still he urged the people on.

Then, on a distant slope,
He observed one without hope
Flee back up the mountainside.
He thought he recognised him by his walk,
And by the way he fell,
And by the way he
Stood up, and vanished into air.

(Rutherford)


Go far enough and you will reach,
A place where the sea runs underneath.
We’ll see our shadow, high in the sky,
Dying away in the night.

I’ve sailed the world for seven years,
And left all I love behind in tears.
Oh, won’t you come here, wherever you are,
I’ve been all alone long enough.

You, you have your own special way,
Of holding my hand keep it way ‘bove the water,
Don’t ever let go – Oh no, no, no.

You, you have your own special way,
Of turning the world so it’s facing
The way that I’m going. Don’t ever
Don’t ever stop.

Whose seen the wind not you or I,
But when the ship moves she’s passing by.
Between you and me I really don’t think,
She knows where she’s going at all.

You, you have your own special way,
Of carrying me twice round the world
Never closer to home than the day,
The day I started.

You, you have your own special way,
Hold onto my hand keep it way ‘bove the water,
Don’t ever let go no, no, no.

What mean the dreams night after night.
The man in the moon’s a blinding light.
Won’t you come out whoever you are,
You’ve followed me quiet long enough.

You, you have your own special way,
Of holding my hand, Don’t ever let go.
You, you have your own special way,
Of turning the world so it’s facing
The way that I’m going, Don’t ever,
Don’t ever leave me.

(Collins/Banks)

(Instrumental)

(Banks)


Loving Couple:

I can’t see you but I know you’re there.
Got to get beside you cos it’s really cold out here.
Come up close to me you’ll soon be warm.
Hold me tightly like we’re sheltering from a storm.


Mouse:

Think I might go out for a stroll
Into the night, and out of this hole.
Maybe find me a meal.
Walking along this new shag pile
Presents a problem all the while.
Nearly the door.

Suddenly he bumps into wood, the door is closed.
A voice from the bed, he’ll be exposed.
Which way to run, must make for the hole,
The light’s been turned on, he’s blind as a mole in coal.

Now I can see they’re coming at me,
They’ve blocked off my door, I haven’t a chance in hell.


Couple:

Come on baby let the poor thing go.
I’m not sleeping with that thing around here, no.
Alright then, I’ll fetch a box from below,
Guard him carefully, they’re very quick you know.


Mouse:

The door’s been opened, my chance to escape.
Must run out quick, better sorry than late.
I’m out on the stairs.
They won’t catch me now, I’ve the run of the house now.
I’ll make it downstairs and into the breadbin.
That would be nice.

Suddenly he bumps into fur, that’s very unwise,
A cat is much quicker than men and their eyes.
The chase that ensues can have only one end,
Unless outside help steps in for our friend in need.

But now the cat comes in for the kill,
His paw is raised, soon blood will spill, yes it will.


Cat:

Hard luck mouse, this is the end of your road.
The signpost says inside me, let me bear your heavy load.

But it’s not to be, that final pounce
Knocks a jar upon his head, and lays him out.

But it’s all in a mouse’s night
To take on all those who would fight.


Cat’s Story:

There I was with my back to the wall,
Then comes this monster mouse, he’s ten feet tall,
With teeth and claws to match.
It only took one blow.

(Hackett/Collins)


Dark and grey, an English film, the Wednesday Play
We always watch the Queen on Christmas Day
Won’t you stay?

Though your eyes see shipwrecked sailors you’re still dry
The outlook’s fine though Wales might have some rain
Saved again.

Let’s skip the news boy (I’ll make some tea)
The Arabs and the Jews boy (too much for me)
They get me confused boy (puts me off to sleep)
And the thing I hate – Oh Lord!
Is staying up late, to watch some debate, on some nation’s fate.

Hypnotised by Batman, Tarzan, still surprised!
You’ve won the West in time to be our guest
Name your prize!

Drop of wine, a glass of beer dear what’s the time?
The grime on the Tyne is mine all mine all mine
Five past nine.

Blood on the rooftops – Venice in the Spring
Streets of San Francisco – a word from Peking
The trouble was started – by a young Errol Flynn
Better in my day – Oh Lord!
For when we got bored, we’d have a world war, happy but poor

So let’s skip the news boy (I’ll go make that tea)
Blood on the rooftops (too much for me)
When old Mother Goose stops – they’re out for 23
Then the rain at Lords stopped play
Seems Helen of Troy has found a new face again.

(Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Hackett/Rutherford/Banks/Collins)

(Instrumental)

(Banks)


Like the dust that settles all around me,
I must find a new home.
The ways and holes that used to give me shelter,
Are all as one to me now.
But I, I would search everywhere
Just to hear your call,
And walk upon stranger roads than this one
In a world I used to know before.
I miss you more.

Than the sun reflecting off my pillow,
Bringing the warmth of new life.
And the sounds that echoed all around me,
I caught a glimpse of in the night.
But now, now I’ve lost everything,
I give to you my soul.
The meaning of all that I believed before
Escapes me in this world of none, no thing, no one.

And I would search everywhere
Just to hear your call,
And walk upon stranger roads than this one
In a world I used to know before.
For now I’ve lost everything,
I give to you my soul.
The meaning of all that I believed before
Escapes me in this world of none,
I miss you more.

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Hackett/Rutherford)

Le soleil s’était levé depuis quelques heures
Il recouvrait le sol d’une couche d’or
Les esprits étaient joyeux et la pluie s’était arrêtée
Les vivres étaient faibles, mais bon sang mon garçon ce n’était pas tout
Le onzième conte de Mar
Ne pouvait pas les emmener aussi loin
Papa, Oh Papa tu as promis

Sur la route en direction de Perth,
En avant et en arrière ils tournaient en rond
Ils trouvèrent une cité à moitié ouverte et prête à accueillir
Les héros victorieux avec des ampoules aux pieds
Le onzième comte de Mar
D’une manière ou d’une autre les a emmenés aussi loin
Papa, tu as promis, tu as promis

Regarde Stewart tout habillé
Il a des yeux derrière la tête
Qui est venu dans une coquille de noix
Pouvant à peine flotter
Il pouvait à peine soulever une épée
Trop bien habillé et sentant le vin

Papa tu dois partir !
Voilà l’évêque tout habillé
Il va te bénir si tu es prêt à payer
Un geste avec son vieux bâton étrange
Et tu auras un cercle de lumière autour des yeux

Ils ont attendu une semaine et il n’était toujours pas apparu,
Ce glorieux moment que tout le monde craignait.
Alors ils chevauchent sur la crête d’une vague
Ils mettent le cap sur Londres, et ce sera leur tombe
Le onzième comte de Mar
Eh bien, il n’a pas pu les emmener aussi loin
Papa, j’attends, j’attends

C’est l’heure de se coucher maintenant
On ne semble jamais avoir hâte
D’être invité maintenant
Dans une maison de rêves

Volant du flanc d’une colline
Faisant signe aux arbres
Le taud d’un voilier
Imitant la brise

Je combats la pesanteur en tombant
Mon papa ne les laissera pas m’avoir
Une voix crie semblant appeler
Le visage se retourne, les traits sont en flammes.

Papa tu dois partir !
Regarde les quinze qui passent,
Dis-le aux propriétaires et aux seigneurs
Ils battent en retraite aujourd’hui
Et une fois de plus tu restes seul

Enterre tes souvenirs, enterre tes amis
Laisse tout ça en paix pendant un an ou deux
Jusqu’à ce que les histoires deviennent floues et que la légende devienne vraie,
Ensuite recommence. Certaines choses ne finissent jamais
Le onzième comte de Mar
N’ira pas très loin
Tu as promis, Tu as promis, Tu as promis
Papa !

(Banks)

Cinquante milles hommes furent envoyés pour réaliser la volonté d’un seul.
Sa demande était exprimée assez simplement, bien qu’il ne l’eut jamais prononcée à voix haute
Je suis lui, l’élu.

En son nom ils pouvaient massacrer, en son nom ils pouvaient mourir
Bien que beaucoup croient en lui, un plus grand nombre était sûr qu’il mentait
Mais ils allaient continuer de se battre.

Un jour, un dont la foi avait disparu
S’enfuit sur le versant de la montagne
Mais avant qu’il n’atteigne le sommet
Un pas mal placé le fit dévier
Du chemin qui l’attendait
Hors de la montage
Jusque dans un désert de glace

Cette vision inattendue le fit se lever et trembler de peur
Mais sa frayeur n’était rien comparée à celle de ceux qui l’avaient vu apparaître.
La terreur rempli leur esprit de respect

Simple était le peuple qui vivait
Sur cette vague gelée.
Alors peu surprenantes furent leurs pensées
C’est lui, l’élu de Dieu
Qui est venu pour nous sauver
De nos oppresseurs
Nous serons les rois de ce monde

Suivez moi !
Je jouerai le jeu que vous voulez que je joue
Jusqu’à ce que je trouve un chemin pour rentrer chez moi

Suivez moi !
Je vous donnerai la force
Et le courage de gagner vos batailles

Non non non ! Cela ne peut continuer
Ceci ressemblera à tout ce que j’ai fuit
Laissez-moi me reposer un moment

Il marcha jusqu’à une vallée,
Seul
Là, il parla à l’eau puis à la vigne.

Ils ne me laissent pas le choix
Je dois les mener à la gloire ou plus probablement à la mort

Ils traversèrent le plateau de glace, jusqu’à sa limite
Puis ils traversèrent une chaîne de montagnes et virent la plaine finale.
Immobile, il exhorta les gens

Puis, au loin, sur une pente
Il remarqua un homme sans espoir
S’enfuyant par la montagne
Il pensa le reconnaître à sa façon de marcher
À sa façon de tomber
À sa façon de se relever et de se volatiliser.

(Rutherford)

Va assez loin et tu atteindras
Un endroit où la mer coule sous la terre
Nous verrons nos ombre, haut dans le ciel
Disparaître dans la nuit

J’ai fait le tour du monde en bateau durant 7 ans
Et laissé tout ceux que j’aimais derrière en pleurs
Oh, ne veux-tu pas venir, où que tu sois
J’ai été seul assez longtemps

Toi, tu as ta manière bien à toi
De tenir ma main et de la maintenir au dessus des flots
Ne la lâche jamais – oh non non non

Toi, tu as ta manière bien à toi
De tourner le monde de sorte qu’il fasse face
Au chemin que je parcours. Jamais
N’arrête jamais.

Qui a vu le vent ni toi ni moi
Mais quand le bateau avance, il se détourne
Entre toi et moi, je ne pense vraiment pas
Qu’il sache du tout où il va

Toi, tu as ta manière bien à toi,
De me faire faire deux fois le tour de la terre
Jamais plus proche de la maison que le jour
Le jour où je suis parti.

Toi, tu as ta manière bien à toi,
Tiens-moi la main, maintiens-la au dessus des flots
Ne la laisse jamais, non non non

Que signifient les rêves, nuit après nuit
L’homme dans la lune est une lumière aveuglante
Ne vas tu pas sortir, qui que tu sois
Tu m’as suivi bien assez longtemps

Toi, tu as ta manière bien à toi
De me tenir la main, ne la laisse jamais partir
Toi, tu as ta manière bien à toi
De tourner le monde de sorte qu’il fasse face
Au chemin que j’emprunte, jamais,
Ne me laisse jamais.

(Collins/Banks)

(Instrumental)

(Banks)

Couple heureux :

Je ne peux te voir, mais je sais que tu es là
Je dois me mettre à côté de toi car il fait vraiment froid ici
Vient, plus près de moi, tu seras bientôt réchauffé
Serre-moi contre toi comme pour nous protéger d’une tempête


Souris :

Je pense que je devrais sortir faire un petit tour
Dans la nuit et hors de ce trou
Peut être trouver un repas
Marcher le long de ce tapis à longues mèches
Présente une difficulté tout le long
Près de la porte

Soudain, elle se cogne contre le bois, la porte est fermée
Une voix venant du lit, il va être exposé
Dans quelle direction aller, elle doit atteindre le trou
La lumière est allumée, il est aveugle comme une taupe dans du charbon

Maintenant je les vois venir vers moi
Ils ont bloqué ma porte, je n’ai pas une chance en enfer


Couple :

Vient bébé, laisse la pauvre chose aller
Je ne dors pas avec cette chose par ici non
D’accord, je vais chercher une boite en bas
Surveille-là attentivement, elles sont très rapides tu sais.


La souris :

La porte est ouverte, c’est ma chance de m’échapper
Je dois sortir vite, mieux vaut tard que jamais
Je suis dans les escaliers
Ils ne vont pas m’attraper maintenant, j’ai l’avantage de la maison maintenant
Je vais atteindre le bas des escaliers et entrer dans la corbeille à pain
Ca serait bien.

Soudain, elle bute dans de la fourrure, c’est très imprudent
Un chat est plus rapide qu’un homme et ses yeux
La poursuite qui s’ensuit ne peut avoir qu’une fin
À moins qu’une aide extérieur n’intervienne en faveur de notre amie dans le besoin.

Mais maintenant le chat vient pour tuer,
Sa patte est levée, bientôt le sang va se répandre, oui, il va.


Chat :

Pas de chance, souris, c’est la fin de ta route
Quelque chose en moi me dit que tu dois me laisser porter ta lourde charge

Mais ça ne sera pas, l’assaut final
Casse une jarre sur sa tête et le couche par terre.

Mais c’est tout dans la nuit d’une souris
D’accepter le défi de tout ceux qui veulent se battre


L’histoire du chat :

J’étais appuyé contre le mur
Et voilà cette souris monstrueuse, elle mesure dix pieds
Avec des dents et des griffes pour s’opposer
Ca n’a duré que l’instant d’un souffle

(Banks)

Sombre et gris, un film anglais, la pièce du Mercredi
Nous regardons toujours la reine le jour de Noël
Ne vas-tu pas rester ?

Bien que tes yeux voient des marins échoués, tu es encore à sec
L’horizon est clair, bien que le pays de Galles puisse avoir de la pluie
Encore sauvé.

Zappons le garçon des infos (Je vais faire du thé)
Les garçons arabes et juif (trop pour moi)
Ils me désorientent mon garçon (ça m’empêche de dormir)
Et la chose dont j’ai horreur ! Oh Seigneur !
C’est de se coucher tard pour regarder des débats sur le destin de quelque nation

Hypnotisé par Batman, Tarzan, toujours surpris
Tu as gagné l’ouest en temps voulu pour être notre invité
Nomme ton prix !

Une goutte de vin, un verre de bière, cheri quelle heure est t’il ?
La vase sur la Tyne est mienne, toute mienne, toute mienne
Neuf heure cinq.

Du sang sur les toits – Venise au printemps
Les rues de San Francisco – Un mot de Pekin
Les problèmes ont commencé – à cause d’un jeune Errol Flynn
C’était mieux de mon temps – Oh Seigneur !
Car quand nous nous ennuyions, nous avions une guerre mondiale, heureux mais pauvres

Alors zappons le garçon des infos (je vais faire ce thé)
Du sang sur les toits (trop pour moi)
Quand la vieille mère l’oie s’arrête, ils n’ont marqué que 23 points
Puis la pluie au stade “Lords” arrête le jeu
Ils semble qu’Hélène de Troie ait trouvé un nouveau visage à nouveau

(Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Hackett/Rutherford/Banks/Collins)

(Instrumental)

(Banks)

Comme la poussière qui s’accumule autour de moi
Je dois trouver un nouveau chez moi
Les chemins et les trous qui me servaient d’abri
Sont tous les mêmes pour moi maintenant
Mais moi, je chercherais partout
Pour entendre ton appel
Et je marcherais sur des routes plus étranges que celle là
Dans un monde que je connaissais avant
Tu me manques encore plus.

Que le soleil se reflétant sur mon oreiller
Amenant la chaleur d’une vie nouvelle
Et les sons qui résonnaient autour de moi
J’en ai eu un aperçu dans la nuit
Mais maintenant, maintenant que j’ai tout perdu
Je te donne mon âme.
La signification de tout ce en quoi je croyais auparavant
M’échappe dans ce monde de solitude, de rien, de personne

Et je chercherais partout
Juste pour entendre ton appel
Et je marcherais sur des routes plus étranges que celle là
Dans un monde que je connaissais avant
Car maintenant que j’ai tout perdu
Je te donne mon âme
La signification de tout ce en quoi je croyais auparavant
M’échappe dans ce monde de solitude
Tu me manques encore plus.

Infos générales

Phil Collins – Chant, Batterie, Cymbales, Percussions.
Steve Hackett – Guitares électriques, Nylon Classique et 12 cordes, Kalimba, Harpe automatique.
Mike Rutherford – Basses, 4, 6 et 8 Cordes. Guitares Électriques et 12 cordes acoutisques, Pedales basses.
Tony Banks – Steinway Grand Piano. ARP 2600 et Pro-Soloist Synthetiseurs. Orgue Hammond, Mellotron, Roland String Synthesiser, Fender Rhodes Piano, etc.

Enregistré au Relight Studios, Hilvarenbeek, Hollande.
Co-Produit par David Hentschel et Genesis.
Ingénieur du son : David Hentschel
Assistant : Pierre Geoffroy Chateau
Remixé au Trident Studios, London.
Assistant : Nick “Cod” Bradford
“Tape Operators” : John, Geoff, Neil and Steve

Sorti en Janvier 1977

Singles :

Fevrier 77 – Your own special way/It’s yourself (UK)
Fevrier 77 – Your own special way/…In that quiet earth (USA)

Seb

4/5

Peter est parti donc, peu donnent cher de la peau de Genesis à l’époque, mais c’était sans compter sur l’incroyable Phil Collins. Philou avait toujours été assez discret dans le groupe, même s’il était le responsable de la plupart des choeurs des précédents disques et même de deux morceaux chantés par lui tout seul, comme un grand sur les précédents disques (For Absent Friends et More Fool Me donc). Après avoir malgré tout auditionné une centaine de chanteurs pour remplacer Peter, c’est sur les conseils de sa femme d’alors qu’il décide de se proposer au groupe. Pas trop sûr au départ, on convient que Phil chantera sur le nouveau disque, le temps de l’intérim, mais que pour la tournée il retournera à sa batterie… Évidement, on sait comment ça c’est passé. En tout cas, quand sort A Trick Of The Tail, on ne peut pas dire que ce n’est pas une surprise, Genesis négocie admirablement bien le virage au détour duquel on l’attendait, et livre un superbe disque bien plus Selling England dans l’esprit que The Lamb. Bref, encore une fois, que des petits bijoux. Le disque commence avec Dance on a Volcano, un morceau très puissant, puis on y croise les brillantissimes Entangled, Mad Man Moon et surtout Ripples ; Squonk est un super morceau qui sera joué en Live pendant de longue années et puis l’incroyable Los Endos, instrumental de feu, reprenant les thèmes de Squonk et Dance on a Volcano et juste à la fin, alors que le fade out est déjà bien avancé on entend à peine Phil Chanter deux vers “There’s an angel standing in the sun, freed to get back home”… Hommage… À mon avis, seuls Robbery, Assault and Battery et la chanson titre sont en dessous du lot… Et comme pour Dusk, ça ne veut rien dire, vu que je sais que ce sont les préférées de beaucoup d’autres 😉

Tracklist

(Rutherford/Banks/Hackett/Collins)


Holy Mother of God
You’ve got to go faster than that to get to the top.
Dirty old mountain
All covered in smoke, she can turn you to stone
So you better start doing it right
better start doing it right.

You’re halfway up and you’re halfway down
And the pack on your back is turning you around.
Throw it away, you won’t need it up there, and remember
You don’t look back whatever you do.
Better start doing it right.

On your left and on your right
Crosses are green and crosses are blue
Your friends didn’t make it through.
Out of the night and out of the dark
Into the fire and into the fight
Well that’s the way the heroes go, Ho! Ho! Ho!

Through a crack in Mother Earth,
Blazing hot, the molten rock
Spills out over the land.
And the lava’s the lover who licks your boots away. Hey! Hey! Hey!
If you don’t want to boil as well.
B-B-Better start the dance
D-D-Do you want to dance with me.

You better start doing it right.

The music’s playing, the notes are right
Put your left foot first and move into the light.
The edge of this hill is the edge of the world
And if you’re going to cross you better start doing it right
better start doing it right.

You better start doing it right.

Let the dance begin.

(Hackett/Banks)


When you’re asleep they may show you
Aerial views of the ground,
Freudian slumber empty of sound.

Over the rooftops and houses,
Lost as it tries to be seen,
Fields of incentive covered with green.

Mesmerised children are playing,
Meant to be seen but not heard,
“Stop me from dreaming!”
“Don’t be absurd!”

“Well if we can help you we will,
You’re looking tired and ill.
As I count backwards
Your eyes become heavier still.
Sleep, won’t you allow yourself fall?
Nothing can hurt you at all.
With your consent
I can experiment further still.”

Madrigal music is playing,
Voices can faintly be heard,
“Please leave this patient undisturbed.”

Sentenced to drift far away now,
Nothing is quite what it seems,
Sometimes entangled in your own dreams.

“Well, if we can help you we will,
Soon as you’re tired and ill.
With your consent
We can experiment further still.

Well, thanks to our kindness and skill
You’ll have no trouble until
You catch your breath
And the nurse will present you the bill!”

(Rutherford/Banks)


Like father like son
Not flesh nor fish nor bone
A red rag hangs from an open mouth.
Alive at both ends but a little dead in the middle,
A-tumbling and a-bumbling he will go.
All the King’s horses and all the King’s men
Could never put a smile on that face.

He’s a sly one, he’s a shy one
Wouldn’t you be too.
Scared to be left all on his own.
Hasn’t a, hasn’t a friend to play with, the Ugly Duckling
The pressure on, the bubble will burst before our eyes.
All the while in perfect time
His tears are falling on the ground
BUT IF YOU DON’T STAND UP YOU DON’T STAND A CHANCE.

Go a little faster now, you might get there in time.

Mirror mirror on the wall,
His heart was broken long before he ever came to you.
Stop your tears from falling,
The trail they leave is very clear for all to see at night
all to see at night.

In season, out of season
What’s the difference when you don’t know the reason.
In one hand bread, the other a stone.
The Hunter enters the forest.
All are not huntsmen who can blow the huntsman’s horn
By the look of this one you’ve not got much to fear.

Here I am, I’m very fierce and frightening
Come to match my skill to yours.
Now listen here, listen to me, don’t you run away now
I am a friend, I’d really like to play with you.
Making noises my little furry friend would make
I’ll trick him, then I’ll kick him into my sack.
You better watch out… You better watch out.

I’ve got you, I’ve got you, you’ll never get away.

Walking home that night
The sack across my back, the sound of sobbing on my shoulder.
When suddenly it stopped,
I opened up the sack, all that I had
A pool of bubbles and tears – JUST A POOL OF TEARS.

All in all you are a very dying race
Placing trust upon a cruel world.
You never had the things you thought you should have had
And you’ll not get them now,
And all the while in perfect time
Your tears are falling on the ground.


The Squonk is of a very retiring disposition and due to
its ugliness, weeps constantly. It is easy prey for hunters
who simply follow a tear-stained trail. When cornered it
will dissolve itself into tears.

True or False?

(Banks)


Was it summer when the river ran dry,
Or was it just another dam.
When the evil of a snowflake in June
Could still be a source of relief.
O how I love you, I once cried long ago,
But I was the one who decided to go.
To search beyond the final crest,
Though I’d heard it said just birds could dwell so high.

So I pretended to have wings for my arms
And took off in the air.
I flew to places which the clouds never see,
Too close to the deserts of sand,
Where a thousand mirages, the shepherds of lies
Forced me to land and take a disguise.
I would welcome a horse’s kick to send me back
If I could find a horse not made of sand.

If this desert’s all there’ll ever be
Then tell me what becomes of me.
A fall of rain?
That must have been another of your dreams,
A dream of mad man moon.

Hey man,
I’m the sand man.
And boy have I news for you;
They’re gonna throw you in gaol
And you know they can’t fail
‘Cos sand is thicker than blood.
But a prison in sand
Is a haven in hell,
For a gaol can give you a goal
[and a] goal can find you a role
On a muddy pitch in Newcastle,
Where it rains so much
You can’t wait for a touch
Of sun and sand, sun and sand…

Within the valley of shadowless death
They pray for thunderclouds and rain,
But to the multitude who stand in the rain
Heaven is where the sun shines.
The grass will be greener till the stems turn to brown
And thoughts will fly higher till the earth brings them down.
Forever caught in desert lands one has to learn
To disbelieve the sea.

If this desert’s all there’ll ever be
Then tell me what becomes of me.
A fall of rain?
That must have been another of your dreams,
A dream of mad man moon.

(Banks/Collins)


The streets were deserted though the police were alerted,
They considered the phone call a hoax.
Furtively glancing then jauntily prancing
The youth caught the guards unaware.

Slipping between them he ought to have seen then
The eyes and their owner so near.
With torch shining bright he strode on in the night
Till he came to the room with the safe.

“Hello son, I hope you’re having fun.”
“You’ve got it wrong Sir, I’m only the cleaner.”
With that he fired, the other saying as he died,
“You’ve done me wrong,” it’s the same old song forever.

Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.
Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.

Picked up the diamonds and bundles of fivers
He pushed them well down in his sack.
But the alarm had been sounded, he was completely surrounded
But he had some more tricks up his sleeve.

“Come outside with your hands held high.”
“You’ll not get me alive Sir, I promise you that Sir.”
With that he fired, the other saying as he died
“You’ve done me wrong,” it’s the same old song forever.

Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.
Robbery, assault and battery,
The felon and his felony.

“He’s leaving via the roof, the bastard’s got away.
God always fights on the side of the bad man.”

“I’ve got clean away but I’ll be back some day,
Just the combination will have changed.
Some day they’ll catch me, to a chain they’ll attach me,
Until that day I’ll ride the old crime wave.

If they try to hold me for trial
I’ll stay out of gaol by paying my bail
And after I’ll go to the court of appeal saying
“You’ve done me wrong,” it’s the same old song forever.”

Done me wrong – same old song – done me wrong.

(Rutherford/Banks)


Bluegirls come in every size
Some are wise and some otherwise,
They got pretty blue eyes.
For an hour a man may change
For an hour her face looks strange –
Looks strange, looks strange.

Marching to the promised land
Where the honey flows and takes you by the hand,
Pulls you down on your knees,
While you’re down a pool appears.
The face in the water looks up,
And she shakes her head as if to say
That it’s the last time you’ll look like today.

Sail away, away
Ripples never come back.
Gone to the other side.
Sail away, away.

The face that launched a thousand ships
Is sinking fast, that happens you know,
The water gets below.
Seems not very long ago
Lovelier she was than any that I know.

Angels never know it’s time
To close the book and gracefully decline,
The song has found a tale.
My, what a jealous pool is she.
The face in the water looks up
She shakes her head as if to say
That the bluegirls have all gone away.

Sail away, away
Ripples never come back.
They’ve gone to the other side.
Look into the pool,
Ripples never come back,
Dive to the bottom and go to the top
To see where they have gone
Oh, they’ve gone to the other side…

Sail away, away
Ripples never come back.
Gone to the other side.
Look into the pool,
The ripples never come back, come back,
Dive to the bottom and go to the top
To see where they have gone
They’ve gone to the other side
Ripples never come back
Sail away, away…

(Banks)


Bored of the life on the city of gold
He’d left and let nobody know.
Gone were the towers he had known from a child,
Alone with the dream of a life
He travelled the wide open road,
The blinkered arcade,
In search of another to share in his life.
Nowhere.
Everyone looked so strange to him.

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence.
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance, he cried

And wept as they led him away to a cage
Beast that can talk, read the sign.
The creatures they pushed and they prodded his frame
And questioned his story again.
But soon they grew bored of their prey
Beast that can talk?
More like a freak or publicity stunt.
Oh
No.

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence.
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance, he cried

And broke down the door of the cage and marched on out.
He grabbed a creature by the scruff of his neck, pointing out:
There, beyond the bounds of you weak imagination
Lie the noble towers of my city, bright and gold.
Let me take you there, show you a living story
Let me show you others such as me
Why did I ever leave?

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance, he cried
And wept.

And so we set out with the best and his horns
And his crazy description of home.
After many days journey we came to a peak
Where the beast gazed abroad and cried out.
We followed his gaze and we thought that maybe we saw
A spire of gold – no, a trick of the eye that’s all,
But the beast was gone and a voice was heard:

They’ve got no horns and they’ve got no tail
They don’t even know of our existence
Am I wrong to believe in a city of gold
That lies in the deep distance

Hello friend, welcome home.

(Collins/Hackett/Rutherford/Banks)


There’s an angel standing in the sun.

There’s an angel standing in the sun,
Free to get back home.

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Rutherford/Banks/Hackett/Collins)

Sainte Mère de Dieu
Tu dois aller plus vite que ça pour arriver au sommet
Sale vieille montagne
Toute couverte de fumée, elle peut te changer en pierre
Donc tu ferais mieux de commencer à le faire correctement
Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement

Tu à mi-hauteur et à mi-pente
Et le sac que tu as sur le dos te fait te retourner.
Jette-le, tu n’en auras pas besoin là-haut, et souviens-toi
Ne regarde pas en arrière quoique tu fasses
Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement.

Sur ta gauche et sur ta droite
Des croix sont vertes et des croix sont bleues
Tes amis n’y sont pas arrivés.
Hors de la nuit et hors de l’obscurité
Dans le feu et dans la bataille
Eh bien, c’est le chemin que les héros prennent, Ho! Ho! Ho!

À travers une fissure dans la Terre Mère,
En feu, la roche en fusion
Se répand sur les terres.
Et la lave est l’amante qui détruit tes bottes en les léchant. Hé! Hé! Hé!
Si tu ne veux pas bouillir aussi
T-T-Tu ferais mieux de commencer la danse
V-V-Veux-tu danser avec moi.

Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement.

La musique joue, les notes sont correctes
Mets d’abord ton pied gauche et avance dans la lumière.
Le bord de cette colline est le bord du monde
Et si tu comptes traverser, tu ferais mieux de commencer à le faire correctement
Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement

Tu ferais mieux de commencer à le faire correctement

Que la danse commence.

(Hackett/Banks)


Lorsque tu dors ils peuvent te montrer
Des vues aériennes du sol
Un sommeil Freudien vide de sons.

Au-dessus des toits et des maisons,
Perdu alors qu’il essaie d’être vu,
Des champs de motivation couverts de vert.

Des enfants hypnotisés jouent,
Faits pour être vus mais pas entendus,
“Empêchez-moi de rêver!”
“Ne soyez pas absurde!”

“Et bien si nous pouvons vous aider nous le ferons,
Vous avez l’air fatigué et malade.
Pendant que je compte à rebours
Vos paupières deviennent de plus en plus lourdes.
Dormez, n’allez-vous pas vous permettre de tomber?
Rien ne peut vous blesser.
Avec votre consentement
Je peux aller encore plus loin.”

De la musique madrigale joue,
Des voix peuvent vaguement être entendues,
“Veuillez laisser ce patient tranquille”
Maintenant condamné à dériver au loin,
Rien n’est tout à fait ce qu’il y paraît,
Parfois embrouillé dans vos propres rêves

“Et bien si nous pouvons vous aider nous le ferons,
Dès que vous serez fatigué et malade,
Avec votre consentement
Nous pourrons aller encore plus loin.

Et bien, grâce à notre gentillesse et notre savoir-faire
Vous n’aurez plus de problèmes jusqu’à ce que
Vous reteniez votre souffle
Et que l’infirmière vous présente la note!”

(Rutherford/Banks)

Tel père tel fils
Pas de chair ni de poisson ni d’os
Un chiffon rouge pend d’une bouche ouverte.
Vivant aux deux bouts mais un peu mort au milieu,
Culbutant et titubant il s’en ira.
Tous les chevaux et les hommes du Roi
Ne pourraient donner le sourire à ce visage.

C’est un rusé, c’est un timide
Ne le serais-tu pas aussi ?
Craignant d’être laissé tout seul.
Il n’a pas, il n’a pas d’amis pour jouer avec lui, le vilain petit Canard
La pression en marche, la bulle explosera devant nos yeux.
Tout le temps à temps
Ses larmes tombent sur le sol
MAIS SI TU NE TE LÈVES PAS TU N’AS AUCUNE CHANCE

Va un peu plus vite maintenant, tu pourrais y arriver à temps.

Miroir, miroir sur le mur,
Son coeur était brisé bien avant qu’il ne vienne à toi.
Empêche tes larmes de tomber,
Le chemin qu’elles laissent est très clair pour que tous le voient la nuit
Que tous le voient la nuit.

De saison, hors saison
Quelle est la différence quand on ne connaît pas la raison.
Dans une main le pain, dans l’autre une pierre.
Le Chasseur entre dans la forêt.
Tous ne sont pas des chasseurs qui savent jouer du cor de chasse
À l’allure de celui-ci, tu n’as pas grand-chose à craindre.

Me voici, je suis très féroce et effrayant
Viens confronter mon adresse à la tienne.
Maintenant écoute, écoute-moi, ne t’enfuis pas maintenant
Je suis un ami, j’aimerais vraiment jouer avec toi.
Faire du bruit mon petit ami poilu en ferait
Je le duperai, ensuite je le ferai entrer dans mon sac à coups de pied.
Tu ferais mieux d’être prudent… Tu ferais mieux d’être prudent.

Je t’ai eu, je t’ai eu, tu ne t’en sortiras jamais.

En rentrant à la maison cette nuit
Le sac sur le dos, le son des sanglots sur mon épaule.
Quand soudain ça s’est arrêté,
J’ai ouvert le sac, tout ce que j’avais
Une mare de bulles et de larmes – JUSTE UNE MARE DE LARMES

L’un dans l’autre, vous êtes une race mourante
De faire confiance à un monde cruel
Vous n’avez jamais eu ce que vous pensiez vous revenir
Et vous ne l’aurez pas maintenant,
Et tout le temps à temps
Vos larmes tombent sur le sol.


Le Squonk est d’une nature très réservée et à cause de sa laideur, il pleure constamment. C’est une proie facile pour les chasseurs qui suivent simplement une piste tâchée de larmes. Quand il est acculé, il fond en larmes.

Vrai ou Faux ?

(Banks)

Etait-ce l’été quand la rivière s’est asséchée,
Ou était-ce juste un autre barrage.
Quand le démon d’un flocon de neige en juin
Pouvait encore être une source de soulagement.
Oh comme je t’aime, j’ai pleuré une fois il y a longtemps,
Mais je suis celui qui a décidé de partir.
Pour fouiller au-delà de la dernière crête,
Bien que je l’aie entendu dire que seul les oiseaux pouvait rester aussi haut.

Alors j’ai prétendu que mes bras étaient des ailes
Et je me suis envolé dans les airs.
Je suis allé dans des endroits que les nuages ne voient jamais,
Trop proches des déserts de sable,
Où un millier de mirages, les bergers des mensonges
M’ont forcé à atterrir et à me déguiser.
Je serais heureux de recevoir une ruade de cheval pour me renvoyer
Si je pouvais trouver un cheval qui n’est pas fait de sable.

Si ce désert est tout ce qu’il y a
Alors dis-moi ce que je vais devenir.
Une chute de pluie?
Ca doit être un autre de tes rêves,
Un rêve d’homme de la lune fou.

Hé mec,
Je suis l’homme de sable.
Et bigre, quelles nouvelles j’ai pour toi;
Ils vont te mettre en prison
Et tu sais qu’ils ne vont pas échouer
Car le sable est plus épais que le sang.
Mais une prison de sable
Est un refuge en enfer,
Car une prison peut te donner un but
[Et un] but peut te faire trouver un rôle
Sur un terrain boueux à Newcastle,
Où il pleut tellement,
Tu ne peux pas attendre de toucher
Le soleil et le sable, le soleil et le sable…

Dans la vallée de la mort sans ombres
Ils prient pour des nuages orageux et la pluie,
Mais, pour la foule qui reste sous la pluie
Le paradis se trouve là où le soleil brille.
L’herbe sera plus verte quand les troncs deviendront marron
Et les pensées voleront plus haut jusqu’à ce que la terre les ramène au sol.
Eternellement pris dans les terres désertiques, on doit apprendre
À ne pas croire la mer.

Si ce désert est tout ce qu’il y a
Alors dis-moi ce que je vais devenir.
Une chute de pluie?
Ca doit être un autre de tes rêves,
Un rêve d’homme de la lune fou.

(Banks/Collins)

Les rues étaient désertes bien que la police soit sur le qui-vive,
Ils considéraient que le coup de téléphone était un canular.
Regardant furtivement puis marchant d’un pas leste
Le jeune garçon a pris les gardes par surprise.

Se glissant entre eux il aurait dû voir alors
Les yeux et leur propriétaire aussi proches.
Avec sa torche brillante, il a avancé à grands pas dans la nuit
Jusqu’à ce qu’il arrive dans la pièce où se trouve le coffre-fort.

“Salut fiston, j’espère que tu t’amuses.”
“Vous vous trompez Monsieur, je ne suis que l’agent de service.”
Ensuite il a tiré, et l’autre a dit en mourant,
“Tu m’as eu,” c’est toujours le même vieux refrain.

Vol et voies de fait
Le criminel et son crime
Vol et voies de fait
Le criminel et son crime.

Il a pris les diamants et les liasses de billets de cinq livres
Il les a bien entassés au fond de son sac.
Mais l’alarme a été donnée, il était complètement cerné
Mais il avait encore quelques tours dans son sac.

“Sors de là les mains en l’air.”
“Vous ne m’aurez pas vivant Monsieur, je vous le promets Monsieur.”
Ensuite il a tiré, et l’autre a dit en mourant
“Tu m’as eu,” c’est toujours le même vieux refrain.

Vol et voies de fait
Le criminel et son crime
Vol et voies de fait
Le criminel et son crime.

“Il s’en va par le toit, le bâtard a filé.
Dieu se met toujours du côté des méchants.”

“J’ai dû m’en aller mais un jour je reviendrai,
Juste la combinaison aura changé.
Un jour ils m’attraperont, à une chaîne ils m’attacheront,
Jusqu’à ce jour je surferai sur la vieille vague du crime.

S’ils essaient de me faire un procès
J’éviterai la prison en payant ma caution
Et ensuite j’irai en cours d’appel en disant
“Vous m’avez eu,” c’est toujours le même vieux refrain.”

Vous m’avez eu – le même vieux refrain – vous m’avez eu.

(Rutherford/Banks)

Les jeunes filles bleues arrivent dans toutes les dimensions
Certaines sont sages et d’autres différentes,
Elles ont de jolis yeux bleus.
Pendant une heure un homme peu changer
Pendant une heure son visage est étrange –
Est étrange, est étrange.

Marchant vers la terre promise
Où le miel coule et te prend par la main,
Te met à genou,
Pendant que tu es à terre, une mare apparaît.
Le visage dans l’eau lève les yeux,
Et elle secoue la tête comme pour dire
Que c’est la dernière fois que tu ressembleras à aujourd’hui.

Vogue au loin, au loin
Les vagues ne reviennent jamais.
Parties de l’autre côté.
Vogue au loin, au loin

Le visage qui a lancé un millier de navires
Coule rapidement, ça arrive tu sais,
L’eau diminue.
Il n’y a pas très longtemps apparemment
Plus belle elle était que toutes celles que je connais.

Les anges ne savent jamais que c’est le moment
De fermer le livre et de s’incliner avec grâce,
La chanson a trouvé une histoire.
Mon dieu, quelle mare jalouse elle fait.
Le visage dans l’eau lève les yeux
Elle secoue la tête comme pour dire
Que les jeunes filles bleues sont toutes parties.

Vogue au loin, au loin
Les vagues ne reviennent jamais.
Elles sont parties de l’autre côté.
Regarde dans la mare,
Les vagues ne reviennent jamais
Plonge jusqu’au fond et va au sommet
Pour voir où elles sont allées
Oh, elles sont allées de l’autre côté…

Vogue au loin, au loin
Les vagues ne reviennent jamais.
Parties de l’autre côté.
Regarde dans la mare,
Les vagues ne reviennent jamais, revient,
Plonge jusqu’au fond et va jusqu’au sommet
Pour voir où elles sont allées
Elles sont allées de l’autre côté
Les vagues ne reviennent jamais
Vogue au loin, au loin…

(Banks)

Ennuyé par la vie dans la ville d’or
Il était parti sans prévenir personne.
Finies les tours qu’il avait connu enfant,
Seul avec le rêve d’une vie
Il est parti sur la route dégagée,
Le passage étroit,
À la recherche de quelqu’un d’autre pour partager sa vie.
Nulle part.
Tout le monde était tellement étrange pour lui.

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence.
Ai-je tort de croire en une ville d’or
Qui existe quelque part au loin, cria-t-il

Et il a pleuré quand ils l’ont emmené dans une cage
Bête qui peut parler, lit les signes.
Les créatures, elles ont poussé et poignardé son corps
Et ont contesté encore son histoire.
Mais bientôt elles ont commencé à se lasser de leur proie
Une bête qui peut parler?
Plus un monstre ou un coup de publicité.
Oh Non.

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence.
Ai-je tort de croire en une ville d’or
Qui existe quelque part au loin, cria-t-il

Et il a enfoncé la porte de la cage et est sorti d’un pas énergique.
Il a attrapé une créature par la peau du cou, et a indiqué :
Là, au-delà des limites de ta faible imagination
Se trouvent les nobles tours de ma ville, brillante et en or.
Laisse-moi t’y emmener, te montrer une histoire vivante
Laisse-moi te montrer d’autres personnes comme moi
Pourquoi suis-je parti ?

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence
Ai-je tort de croire en une ville d’or
Qui existe quelque part au loin, cria-t-il
Et il pleura.

Et donc nous sommes partis avec le meilleur et ses cornes
Et sa folle description de son chez-soi.
Après de nombreux jours de voyage nous sommes arrivés à un pic
Où la bête a fixé le lointain et a poussé un cri.
Nous avons suivi son regard et nous avons pensé apercevoir
Une flèche d’or – non, une illusion des yeux c’est tout,
Mais la bête était partie et on a entendu une voix :

Ils n’ont pas de cornes et ils n’ont pas de queue
Ils ne connaissent même pas notre existence
Ai-je tort de croire en une ville en or
Qui existe quelque part au loin

Salut l’ami, bienvenue à la maison.

(Collins/Hackett/Rutherford/Banks)

Un ange se tient face au soleil.

Un ange se tient face au soleil,
Libre de rentrer chez lui.

Infos générales

Mike Rutherford – Guitare 12 Cordes, Basses, Pedales Basses
Tony Banks- Pianos, Synthétiseurs, Orgue, Mellotron, Guitare 12 Cordes, Choeurs.
Phil Collins – Batterie, Percussion, Chant.
Steve Hackett – Guitare Électrique, Guitares 12 Cordes

Enregistré au Trident Studios, Londres, Octobre/Novembre 1975
Produit par David Hentshel et Genesis
Ingénieurs du son : David Hentschel & Nick haddock Bradford

Sorti en Février 1976

Singles :
Mars 76 – A trick of the tail/Ripples (USA)
Mars 76 – Ripples/Entangled (UK)

Seb

5/5

Ah ! The Lamb Lies Down On Broadway… Le Mythe… Un Disque exceptionnel, mais terriblement dur d’accès, ce n’est définitivement pas un bon choix pour quelqu’un qui débute dans Genesis, mais qu’est ce que c’est bon. Pourquoi ? Je ne sais pas, peut être parce que c’est le seul double album de Genesis ? Peut-être aussi parce que c’est le seul concept de Genesis… Quoi qu’il en soit, une fois qu’on arrive à se plonger dans l’univers de Rael, et qu’on commence un peu à comprendre ce que raconte l’histoire (sans même essayer de parler d’interprétation) on n’arrive plus à en décrocher. Une histoire magnifique, mais décidément trop complexe pour être expliquée voire même racontée en quelques lignes. Des pages entières y suffiraient-elles d’ailleurs ?

Vous l’aurez donc compris, aussi bien lyriquement (Peter Gabriel a écrit seul la quasi-totalité de l’histoire) que musicalement, The Lamb marque une étape essentielle de l’histoire de Genesis, Quelque chose à part, mais tellement grand. Une musique comme jamais ils n’en avaient écrit et comme ils n’en écriront jamais plus.

Enfin, plutôt que de vous boursoufler le cortex avec ça, que vous ne l’ayez jamais entendu (et alors je vous conseille d’y prêter un jour une oreille) ou que vous le connaissiez par cœur, (alors, je ne peux que vous conseiller de le réécouter), je préfère vous dire qu’écouter The Lamb est une véritable épopée, quelque chose qui se vit et dont on ne ressort pas pareil, et chaque écoute est nouvelle.

Mesurez lorsque retentit la dernière note de It le chemin parcouru depuis la première note de The Lamb Lies Down On Broadway pour en prendre conscience.

Dernière note, pour signaler juste la présence de deux des plus belles chansons de Genesis à mon goût : The Carpet Crawlers et The Lamia.

Voilà pour The Lamb, on laisse en chemin Peter Gabriel aller à sa carrière solo, certains fans se détourneront à jamais du Groupe, tant pis pour eux…Comme on dit, le roi est mort, Vive le Roi, Ici commence le second chapitre de l’histoire de Genesis…

Tracklist

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)


And the lamb lies down on Broadway.

Early morning Manhattan,
Ocean winds blow on the land.
Movie-Palace is now undone,
The all-night watchmen have had their fun.
Sleeping cheaply on the midnight show,
It’s the same old ending – time to go.

Get out!
It seems they cannot leave their dream.
There’s something moving in the sidewalk steam,
And the lamb lies down on Broadway.

Nightime’s flyers feel their pains.
Drugstore take down the chains.
Metal motion comes in bursts,
The gas station can quench that thirst.
Suspension cracked on unmade road
The trucker’s eyes read ‘Overload’

And out on the subway,
Rael Imperial Aerosol Kid
Exits into daylight, spraygun hid,
And the lamb lies down on Broadway.

The lamb seems right out of place,
Yet the Broadway street scene finds a focus in its face.
Somehow it’s lying there,
Brings a stillness to the air.
Though man-made light, at night is very bright,
There’s no whitewash victim,
As the neons dim, to the coat of white.

Rael Imperial Aerosol Kid
Wipes his gun – he’s forgotten what he did,
And the lamb lies down on Broadway.

Suzanne tired her work all done,
Thinks money – honey – be on – neon.
Cabman’s velvet glove sounds the horn
And the sawdust king spits out his scorn.
Wonder women you can draw your blind!
Don’t look at me! I’m not your kind.
I’m Rael!

Something inside me has just begun,
Lord knows what I have done,
And the lamb lies down on Broadway.
On Broadway –

They say the lights are always bright on Broadway.
They say there’s always magic in the air.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

There’s something solid forming in the air,
And the wall of death is lowered in Times Square.
No-one seems to care,
They carry on as if nothing was there.

The wind is blowing harder now,
Blowing dust into my eyes.
The dust settles on my skin,
Making a crust I cannot move in
And I’m hovering like a fly, waiting for the windshield on the freeway.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Echoes of the Broadway Everglades,
With her mythical madonnas still walking in their shades:
Lenny Bruce, declares a truce and plays his other hand.
Marshall Mcluhan, casual viewin’, head buried in the sand.
Sirens on the rooftops wailing, but there’s no ship sailing.
Groucho, with his movies trailing, stands alone with his punchline
failing.
Klu Klux Klan serve hot soul food and the band plays ‘In the Mood’
The cheerleader waves her cyanide wand, there’s a smell of
peach blossom and bitter almonde.
Caryl Chessman sniffs the air and leads the parade, he knows
in a scent, you can bottle all you made.
There’s Howard Hughes in blue suede shoes, smiling at the
majorettes smoking Winston Cigarettes.
And as the song and dance begins, the children play at home
with needles; needles and pins.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Wrapped up in some powdered wool – I guess I’m losing touch.
Don’t tell me this is dying, ‘cos I ain’t changed that much.
The only sound is water drops, I wonder where the hell I am,
Some kind of jam?
Cuckoo Cocoon have I come to, too soon for you?

There’s nothing I can recognise; this is nowhere that I’ve known.
With no sign of life at all, I guess that I’m alone,
And I feel so secure that I know this can’t be real
but I feel good.
Cuckoo cocoon have I come to, too soon for you?

I wonder if I’m a prisoner locked in some Brooklyn jail
– or some sort of Jonah shut up inside the whale.
No – I’m still Rael and I’m stuck in some kind of cave.
what could’ve saved me?
Cuckoo cocoon have I come to, too soon for you?

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

I got sunshine in my stomach
Like I just rocked my baby to sleep.
I got sunshine in my stomach
But I can’t keep me from creeping sleep,
Sleep, deep in the deep.

Rockface moves to press my skin
White liquid turn sour within
Turn fast – turn sour
Turn sweat – turn sour.
Must tell myself that I’m not here.
I’m drowning in a liquid fear.
Bottled in a strong compression,
My distortion shows obsession
In the cave.
Get me out of this cave!

If I keep my self-control,
I’ll be safe in my soul.
And the childhood belief
Brings a moment’s relief,
But my cynic soon returns
And the lifeboat burns.
My spirit just never learns.

Stalactites, stalagmites
Shut me in, lock me tight.
Lips are dry, throat is dry.
Feel like burning, stomach churning,
I’m dressed up in a white costume
Padding out leftover room.
Body stretching, feel the wretching
In the cage
Get me out of the cage!

In the glare of a light,
I see a strange kind of sight;
Of cages joined to form a star
Each person can’t go very far;
All tied to their things
They’re netted by their strings,
Free to flutter in memories of their wasted wings.

Outside the cage I see my Brother John,
He turns his head so slowly round.
I cry out Help! before he can be gone,
And he looks at me without a sound.
And I shout out ‘John please help me!’
But he does not even want to try to speak.
I’m helpless in my violent rage
And a silent tear of blood dribbles down his cheek,
And I watch him turn away and leave the cage.
My little runaway.

(Raindrops keep failing on my head, they keep falling on my…)

In a trap, feel a strap
Holding still. Pinned for kill.
Chances narrow that I’ll make it,
In the cushioned straight-jacket.
Just like 22nd Street,
They got me by my neck and feet.
Pressures building, can’t take more.
My headaches charge, earaches roar.
In this pain
Get me out of this pain.

If I could change to liquid,
I could fill the cracks up in the rocks.
I know that I am solid
And I am my own bad luck.

Outside John disappears, my cage dissolves,
without any reason my body revolves.

Keep on turning,
Keep on turning,
Turning around,
spinning around.

(round, round, round, round…)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

“It’s the last great adventure left to mankind”
– Screams a drooping lady
offering her dreamdolls at less than extortionate prices,
and as the notes and coins are taken out
I’m taken in, to the factory floor.

for the Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

Got people stocked in every shade,
Must be doing well with trade.
Stamped, addressed, in odd fatality.
That evens out their personality.
With profit potential marked by a sign,
I can recognise some of the production line,
No bite at all in labour bondage,
Just wrinkled wrappers or human bandage.

Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

The hall runs like clockwork
Their hands mark out the time;
Empty in their fullness
Like a frozen pantomime.
Everyone’s a sales representative
Wearing slogans in their shrine.
Dishing out failsafe superlative,
Brother John is No. 9.

it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

The decor on the ceiling
has planned out their future day
I see no sign of free will,
so I guess I have to pay,
pay my way,
for the Grand Parade…
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– All ready to use
it’s the Grand Parade of Lifeless Packaging
– I just need a fuse.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

I see faces and traces of home back in New York City –
So you think I’m a tough kid? Is that what you heard?
Well I like to see some action and it gets into my blood.
The call me the trail blazer – Rael – electric razor
I’m the pitcher in the chain gang, we don’t believe in pain
‘cos we’re only as strong, yes we’re only as strong,
as the weakest link in the chain.

Let me out of Pontiac when I was just seventeen,
I had to get it out of me, if you know what I mean, what I mean.
You say I must be crazy, ‘cos I don’t care who I hit, who I hit.
But I know it’s me that’s hitting out and I’m, I’m not full of shit.
I don’t care who I hurt, I don’t care who I do wrong.
This is your mess I’m stuck in, I really don’t belong.
When I take out my bottle, filled up high with gasoline,
You can tell by the night fires where Rael has been, has been.

As I cuddled the porcupine
He said I had none to blame, but me.
Held my heart, deep in hair,
Time to shave, shave it off, it off.
No time for romantic escape,
When your fluffy heart is ready for rape. No!
Off we go…

Your sitting in your comfort you don’t believe I’m real,
You cannot buy protection from the way that I feel.
Your progressive hypocrites hand out their trash,
But it was mine in the first place, so I’ll burn it to ash.
And I’ve tasted all the strongest meats,
And laid them down in coloured sheets (laid them down in coloured sheets).
Who needs illusion of love and affection
When you’re out walking the streets with your mainline connection?
connection.

As I cuddled the porcupine
He said I had none to blame, but me.
Held my heart, deep in hair.
Time to shave, shave it off, it off.
No time for romantic escape,
When your fluffy heart is ready for rape. No!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

I’m counting out time,
Got the whole thing down by numbers.
All those numbers!
Give me guidance!
O Lord I need that now.

The day of judgement’s come,
And you can bet that I’ve been resting,
for this testing,
Digesting every word the experts say.
Erogenous zones I love you.
Without you, what would a poor boy do?

Found a girl I wanted to date,
Thought I’d better get it straight.
Went to buy a book before it’s too late.
Don’t leave nothing to fate.
I studied every line, every page in the book,
Now, I’ve got the real thing here, I’m gonna take a look, take a look.

This is Rael!

I’m counting out time, hoping it goes like I planned it,
‘cos I understand it. Look! I’ve found the hotspots, Figs 1-9.
– still counting out time, got my finger on the button,
“Don’t say nuttin – just lie there still
And I’ll get you turned on just fine.”
Erogenous zones I love you.
Without you, what would a poor boy do?

Touch and go with 1-6.
Bit of trouble in zone No. 7.
Gotta remember all of my tricks.
There’s heaven ahead in No. 11!
Getting crucial responses, dilation of the pupils.
“Honey get hip! It’s time to unzip, to unzip, zip, zip-a-zip-a-zip.
Whipee!”
(Put it away Mr. Guitar)
– Move over Casanova –

I’m counting out time, reaction none to happy,
Please don’t slap me,
I’m a red blooded male and the book said I could not fail.
I’m counting out time, I got unexpected distress from my mistress,
I’ll get my money back from the bookstore right away.
Erongenous zones I question you –
Without you, what would a poor boy do?
Without you, what would a poor boy do?
Without you, mankind handkinds thru’ the blues.

Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

There is lambswool under my naked feet.
The wool is soft and warm,
– gives off some kind of heat.
A salamander scurries into flame to be destroyed.
Imaginary creatures are trapped in birth on celluloid.
The fleas cling to the golden fleece,
Hoping they’ll find peace.
Each thought and gesture are caught in celluloid.
There’s no hiding in my memory.
There’s no room to avoid.

The crawlers cover the floor in the red ochre corridor.
For my second sight of people, they’ve more lifeblood than before.
They’re moving in time to a heavy wooden door,
Where the needle’s eye is winking, closing in on the poor.
The carpet crawlers heed their callers:
“We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out.”

There’s only one direction in the faces that I see;
It’s upward to the ceiling, where the chamber’s said to be.
Like the forest fight for sunlight, that takes root in every tree.
They are pulled up by the magnet, believing they’re free.
The carpet crawlers heed their callers:
“We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out.”

Mild mannered supermen are held in kryptonite,
And the wise and foolish virgins giggle with their bodies glowing bright.
Through a door a harvest feast is lit by candlelight;
It’s the bottom of a staircase that spirals out of sight.
The carpet crawlers heed their callers:
“We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out.”

The porcelain mannikin with shattered skin fears attack.
The eager pack lift up their pitchers – they carry all they lack.
The liquid has congealed, which has seeped out through the crack,
And the tickler takes his stickleback.
The carpet crawlers heed their callers:
“We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out
We’ve got to get in to get out.”

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

At the top of the stairs, there’s hundreds of people,
running around to all the doors.
They try to find, find themselves an audience;
their deductions need applause.

The rich man stands in front of me,
The poor man behind my back.
They believe they can control the game,
but the juggler holds another pack.

I need someone to believe in, someone to trust.
I need someone to believe in, someone to trust.

I’d rather trust a countryman than a townman,
You can judge by his eyes, take a look if you can,
He’ll smile through his guard,
Survival trains hard.
I’d rather trust a man who works with his hands,
He looks at you once, you know he understands,
Don’t need any shield,
When you’re out in the field.

But down here,
I’m so alone with my fear,
With everything that I hear.
And every single door, that I’ve walked through
Brings me back here again,
I’ve got to find my own way.

The priest and the magician,
Singing all the chants that they have ever heard;
and they’re all calling out my name,
Even academics, searching printed word.

My father to the left of me,
My mother to the right,
Like everyone else they’re pointing
But nowhere feels quite right.

And I need someone to believe in, someone to trust.
I need someone to believe in, someone to trust.

I’d rather trust a man who doesn’t shout what he’s found,
There’s no need to sell if you’re homeward bound.
If I choose a side,
He won’t take me for a ride.

Back inside
This chamber of so many doors;
I’ve nowhere, nowhere to hide.
I’d give you all of my dreams, if you’d help me,
Find a door
That doesn’t lead me back again
– take me away.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

The chamber was in confusion – all the voices shouting loud.
I could only just hear, a voice quite near say, “Please help me
through the crowd”
‘Said if I helped her thru’ she could help me too, but I could
see that she was wholly blind.
But from her pale face and her pale skin, a moonlight shined.

Lilywhite Lilith,
She gonna take you thru’ the tunnel of night
Lilywhite Lilith,
She gonna lead you right.

When I’d led her through the people, the angry noise began to grow.
She said “Let me feel the way the breezes blow, and I’ll show
you where to go.”
So I followed her into a big round cave, she said “They’re
coming for you, now don’t be afraid.”
Then she sat me down on a cold stone throne, carved in jade.

Lilywhite Lilith,
She gonna take you thru’ the tunnel of night.
Lilywhite Lilith,
She gonna lead you right.

She leaves me in my darkness,
I have to face, face my fear,
And the darkness closes in on me,
I can hear a whirring sound growing near.
I can see the corner of the tunnel,
Lit up by whatever’s coming here.
Two golden globes float into the room
And a blaze of white light fills the air.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

All the pumping’s nearly over for my sweet heart,
This is the one for me,
Time to meet the chef,
O boy! running man is out of death.
Feel cold and old, it’s getting hard to catch my breath.
‘s back to ash, ‘now, you’ve had your flash boy’
The rocks, in time, compress
your blood to oil,
your flesh to coal,
enrich the soil,
not everybody’s goal.

Anyway, they say she comes on a pale horse,
But I’m sure I hear a train.
O boy! I don’t even feel no pain –
I guess I must be driving myself insane.
Damn it all! does earth plug a hole in heaven,
Or heaven plug a hole in earth – ‘how wonderful to be so profound,
when everything you are is dying underground.’

I feel the pull on the rope, let me off at the rainbow.
I could have been exploding in space
Different orbits for my bones
Not me, just quietly buried in stones,
Keep the deadline open with my maker!
See me stretch; for God’s elastic acre
The doorbell rings and its
“Good morning Rael
So sorry you had to wait.
It won’t be long, yeh!
She’s very rarely late.”

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Here comes the supernatural anaesthetist.
If he wants you to snuff it,
All he has to do is puff it
– he’s such a fine dancer.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

The scent grows richer, he knows he must be near,
He finds a long passageway lit by chandelier.
Each step he takes, the perfumes change
From familiar fragrance to flavours strange.
A magnificent chamber meets his eye.

Inside, a long rose-water pool is shrouded by fine mist.
Stepping in the moist silence, with a warm breeze he’s gently kissed.

Thinking he is quite alone,
He enters the room, as if it were his own
But ripples on the sweet pink water
Reveal some company unthought of –

Rael stands astonished doubting his sight,
Struck by beauty, gripped in fright;
Three vermilion snakes of female face
The smallest motion, filled with grace.
Muted melodies fill the echoing hall,
But there is no sign of warning in the siren’s call:
“Rael welcome, we are the Lamia of the pool.
We have been waiting for our waters to bring you cool.”

Putting fear beside him, he trusts in beauty blind,
He slips into the nectar, leaving his shredded clothes behind.
“With their tongues, they test, taste and judge all that is mine.
They move in a series of caresses
That glide up and down my spine.

As they nibble the fruit of my flesh, I feel no pain,
Only a magic that a name would stain.
With the first drop of my blood in their veins
Their faces are convulsed in mortal pains.
The fairest cries, ‘We all have loved you Rael’.”

Each empty snakelike body floats,
Silent sorrow in empty boats.
A sickly sourness fills the room,
The bitter harvest of a dying bloom.
Looking for motion I know I will not find,
I stroke the curls now turning pale, in which I’d lain entwined
“O Lamia, your flesh that remains I will take as my food”
It is the scent of garlic that lingers on my chocolate fingers.

Looking behind me, the water turns icy blue,
The lights are dimmed and once again the stage is set for you.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)
The Arrival

Rael:

I wandered lonely as a cloud,
Till I came upon this dirty street.
I’ve never seen a stranger crowd;
Slubberdegullions on squeaky feet,

Continually pacing,
With nonchalant embracing,
Each orifice disgracing
And one facing me moves to say “hellay”.

His skin’s all covered in slimy lumps.
With lips that slide across each chin.
His twisted limbs like rubber stumps
Are waved in welcome say ‘Please join in.’

My grip must be flipping,
Cos his handshake keeps slipping,
My hopes keep on dipping
And his lips keep on smiling all the time.

“We, like you, have tasted love.
Don’t be alarmed at what you see,
You yourself are just the same
As what you see in me.”


Rael:
Me, like you? like that!


Slipperman:
“You better watch it son, your sentence has only just begun
You better run and join your brother John.”

A Visit To The Doktor

Slipperman:

“You’re in the colony of slippermen.
There’s no who? why? what? or when?
You get out if you’ve got the gripe
To see, Doktor Dyper, reformed sniper – he’ll whip off your
windscreenwiper”


Rael:
John and I are able
To face the Doktor and his marble table.


The Doktor:
Understand Rael, that’s the end of your tail.


Rael:
“Don’t delay, dock the dick!”
I watch his countdown timer tick….


The Raven

He places the number into a tube,
It’s a yellow plastic “shoobedoobe”.
It says: “Though your fingers may tickle
You’ll be safe in our pickle.”

Suddenly, black cloud come down from the sky.
It’s a supersized black bird that sure can fly…

The raven brings on darkness and night
He flies right down, gives me one hell of a fright.
He take the tube right out of my hands
Man, I’ve got to find out where that black bird lands.

“Look here John, I’ve got to run
I need you now, you going to come?”

He says to me:

John:
“Now can’t you see
Where the raven flies there’s jeopardy.

We’ve been cured on the couch
Now you’re sick with your grouch.
I’ll not risk my honey pouch
Which my slouch will wear slung very low.”

He walks away and leaves me once again.
Even though I never learn,
I’d hoped he’d show just some concern.

I’m in the agony of Slipperpain
I pray my undercarriage will sustain.
The chase is on, the pace is hot
But I’m running so very hard with everything that I’ve got.
He leads me down an underpass
Though it narrows, he still flies very fast,
When the tunnel stops
Catch sight of the tube, just as it drops.
I’m on top of a bank too steep to climb
I see it hit the water just in time
to watch it float away…

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

As he walks along the gorge’s edge,
He meets a sense of yesteryear.
A window in the bank above his head
Reveals his home amidst the streets.

Subway sounds, the sounds of complaint
The smell of acid on his gun of paint.
As it carves out anger in a blood-red band,
Destroyed tomorrow by an unknown hand;
– My home.
Is this the way out from the endless scene?
Or just an entrance to another dream?
And the light dies down on Broadway.

But as the skylight beckons him to leave,
He hears a scream from far below.
Within the raging water, writhes the form
Of brother John, he cries for help.

The gate is fading now, but open wide.
But John is drowning, I must decide
Between the freedom I had in the rat-race,
Or to stay forever in this forsaken place;
Hey John!
He makes for the river and the gate is gone,
Back to the void where it came from.
And the light dies down on Broadway.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Struggling down the slope,
There’s not much hope.
I begin to try to ride the scree
but the rocks are tumbling all around me.

If I want John alive,
I’ve got to ditch my fear – take a dive
While I’ve still got my drive to survive.

Evel Knievel you got nothing on me.
Here I go!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Moving down the water
John is drifting out of sight,
Its only at the turning point
That you find out how you fight.

In the cold, feel the cold
all around
And the rush of crashing water
Surrounds me with its sound.

Striking out to reach you
I can’t get through to the other side,
When you’re racing in the rapids
There’s only one way, thats to ride.

Taken down, taken down
by the undertow
I’m spiralled down the river bed,
My fire is burning low.
Catching hold of a rock that’s firm,
I’m waiting for John to be carried past.
We hold together, hold together and shoot the rapids fast.

And when the waters slow down
The dark and the deep
have no-one, no-one, no-one, no-one
no-one left to keep.
Hang on John! We’re out of this at last.
Somethings changed, that’s not your face.
It’s mine – it’s mine!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

When its cold, it come slow
it is warm, just watch it grow
– all around me
it is here. it is now.

Just a little bit of it can bring you up or down.
Like the supper it is cooking in your hometown.
it is chicken, it is eggs,
it is in between your legs.
it is walking on the moon,
leaving your cocoon.

it is the jigsaw. it is purple haze.
it never stays in one place, but it’s not a passing phase,
it is in the singles bar, in the distance of the face
it is in between the cages, it is always in a space
it is here. it is now.

Any rock can be made to roll
If you’ve enough of it to pay the toll
it has no home in words or goal
Not even in your favourite hole
it is the hope for the dope
Who rides the horse without a hoof
it is shaken not stirred;
Cocktails on the roof.

When you eat right through it you see everything alive
it is inside spirit, with enough grit to survive
If you think that its pretentious, you’ve been taken for a ride.
Look across the mirror sonny, before you choose decide
it is here. it is now
it is Real. it is Rael

‘cos it’s only knock and knowall, but I like it…

Traductions

Attention ! Ces traductions ne sont pas des traductions officielles. Elles ont été faites par des fans, et contiennent sans aucun doute des erreurs et des sens faussés. N’hésitez pas à nous le signaler si vous en trouvez. Par ailleurs, les traductions ont été faites sur le principe d’être le plus fidèle possible au texte d’origine, c’est pourquoi le parti pris a été d’utiliser au maximum une traduction de type “mot à mot” afin de pouvoir facilement faire le parallèle avec le texte anglais, ce que n’aurait pas permis une traduction plus littéraire et plus globale. Ces traductions proviennent du site EOAIAO www.genesis-fr.com – Elles sont le fruit de nombreuses heures de travail. Merci de les respecter et de ne pas les reproduire sur vos sites.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Et l’Agneau se couche sur Broadway

Manhattan, tôt le matin
Les vents de l’ocean soufflent sur les terres
Movie-Palace est maintenant déchu
Les gardiens de nuit se sont amusés
Dormant à peu de frais pendant la projection de minuit
Toujours la même ritournelle, c’est l’heure d’y aller

Sors d’ici !

Il semble qu’ils ne puissent sortir de leur rêves
Quelque chose se déplace dans la brume des trottoirs
Et l’Agneau se couche sur Broadway

La faune nocturne ressent ses douleurs
Les pharmacies enlèvent leurs chaînes
Les bruits du métal explosent
La station d’essence peut apaiser cette soif
Les suspensions gémissante sur les pavés inégaux
Les yeux du camionneur lisent “Surchargé”

Et à la sortie du métro

Rael, le jeune empereur des bombes aérosols
Emmerge a la lumiere du jour, sa bombe a peinture achée.
Et l’Agneau se couche sur Broadway

L’agneau ne semble pas avoir sa place ici
Pourtant, la faune urbaine de Broadway peut lire la résolution dans son visage
Il ne fait que gésir là
Apaisant l’atmosphère
Bien que la lumière artificielle brille de tous ses feux la nuit
Il n’y a pas de contours de victimes tracés à la craie
Alors que les neons s’eteignent dans un manteau de blanc.

Rael, le jeune empereur des bombes aérosols
Essuie sa bombe, il a oublié ce qu’il a fait
Et l’Agneau se couche sur Broadway

Suzanne, fatiguée, son travail fini
Pense argent-amant, soit dessus-néon (intraduisible jeu de mots)
Le gant de velours du chauffeur de taxi klaxonne
Et le roi de la sciure de bois crache son mepris
Femmes merveilleuses, baissez vos stores
Ne me regarde pas, je ne suis pas ton genre.

Je suis Rael!

Quelque chose en moi vient juste de commencer
Dieu sait ce que j’ai fait
Et l’Agneau se couche sur Broadway

Sur Broadway –

Ils disent que les lumieres sont toujours brillantes a Broadway
Ils disent qu’il y a toujours de la magie dans l’air.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Quelque chose de solide se forme dans l’air
Et le mur de la mort se rabaisse dans Time Square.
Personne ne semble faire attention (s’en rendre compte)
Ils continuent comme si de rien n’était
Le Vent Souffle plus fort maintenant
Projetant de la poussière dans mes yeux.
La poussière sédimente sur ma peau
Formant une croute dans laquelle je ne peux bouger
Et je tournoie comme une mouche, attendant le pare-brise sur l’autoroute

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Echos des terrains marécageux de Broadway
Avec leurs mythiques madones marchant encore sous leurs ombres
Lenny Bruces déclare la trêve et joue son autre main
Marshall Mcluhan, l’œil indifférent, la tête enterrée dans le sable
Des sirènes hurlant sur les toits, mais aucun navire ne quitte
Groucho, avec ses extraits de films, reste seul en piste avec sa farce qui rate
Le Klu Klux Klan sert des mets afro-américains chauds et l’orchestre joue “in the mood”
La meneuse de claques agite son sceptre de cyanure, il y a une odeur de pêche et d’amandes amères dans l’air
Caryl Chessman renifle l’air et mène la parade, il sait que d’un reniflement
On peut embouteiller tout ce qu’on a fait
Howard Hughes, en chaussures de suède bleu, sourit aux majorettes en fumant des Winston
Et alors que la chanson et la danse commencent, les enfant jouent a la maison avec des aiguilles, des aiguilles et des épingles.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Engourdi dans de la laine poudreuse, je suppose que je perd le sens du toucher.
Ne me dites pas que c’est cela mourir car je n’ai pas change tant que ca.
Le seul bruit est celui des gouttes d’eau, Je me demande où diable je suis,
Un genre de bordel?
Salut le cocon est ce que j’arrive trop tôt, trop tôt pour toi ?

Il n’y a rien que je reconnaisse, ce n’est nul part que je connaisse.
Sans signe de vie, aucun, je suppose que je suis seul.
Et je me sens tellement en sécurité que je sais que ce n’est pas possible, mais je me sens bien.
Salut le cocon est ce que j’arrive trop tôt, trop tôt pour toi ?

Je me demande si je suis prisonnier, enfermé dans une cellule de Brooklyn.
– Ou une sorte de Jonas, enfermé dans la baleine.
Non, je suis toujours Rael et je suis pris dans une sorte de grotte.
Qu’est ce qui aurait pu me sauver?
Salut le cocon est ce que j’arrive trop tôt, trop tôt pour toi ?

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

J’ai du soleil dans l’estomac
Comme si je venais d’endormir mon bébé en le berçant
J’ai du soleil dans l’estomac
Mais je ne peux empêcher le sommeil s’insinuant en moi
Dormir, profondement, dans les profondeurs.

Des visages de pierre s’apprêtent à presser ma peau
Le liquide blanc devient tout aigre
tournant vite, tournant aigre
Tournant sueur, tournant aigre
Je dois me dire que je ne suis pas là
Je me noie dans une peur liquide.
Mis en bouteille sous forte pression
Ma distorsion montre de l’obsession
Dans cette grotte
Faites moi sortir de cette grotte

Si je garde le contrôle de moi-même
Je serai sain et sauf dans mon âme
Et la croyance de l’enfance
Amène un soulagement momentané
Mais mon cynisme revient vite
Et le canot de sauvetage brûle
Mon esprit n’apprend donc jamais

Stalactites, Stalagmites
M’enferment, m’emprisonnent
Les lèvres sont sèches, ma gorge est sèche
C’est comme si je brûlais, mon estomac bouillonne
Je suis habillé dans un costume blanc
Oublié dans une pièce bien matelassée
Mon corps se tend, je me sens misérable
Dans cette cage
Faites-moi sortir de cette cage

Dans un halo de lumière
Je vois une scène étrange
De cages jointes qui forment une étoile
Chaque personne ne peut aller très loin
Toutes attachées à leur choses
Elles sont filetées par leurs cordes
Libre de voleter en mémoire de leur ailes gaspillées

Hors de la cage je vois mon frère John
Il tourne sa tête si lentement
Je pleure ” à l’aide ” avant qu’il ne puisse partir
Il me regarde sans bruit
Et je cris ‘John aide moi s’il te plait’
Mais il ne veut même pas essayer de parler
Je suis sans ressource dans ma rage violente
Et une larme de sang silencieuse s’écoule sur sa joue
Et je le vois faire demi-tour et quitter la cage
Mon petit évadé

(Des gouttes de pluies n’arrêtent pas de tomber sur ma tête, elles continuent de tomber sur ma tête)

Pris au piège, je sens une corde
Immobilisé, épinglé pour la mise à mort
Peu de chances que je survive
Dans cette camisole de force molletonnée
Tout comme dans la 22eme rue
Ils me tiennent par le cou et les pieds
La pression monte, je ne peux en supporter plus
Mon mal de tête s’amplifie, mon mal d’oreille hurle
Dans cette douleur
Faites-moi sortir de cette douleur

Si je pouvais me changer en liquide
je pourrais remplir les craquelures des rochers
Mais je sais que je suis solide
Et que je suis ma propre poisse
Dehors, John disparaît, et ma cage se dissout
Sans aucune raison, mon corps se met à tourner
Continue de tourner
Continue de tourner
Tourner en rond
Tourner en rond

(en rond en rond en rond en rond…)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

“C’est la dernière grande aventure laissée au genre humain”
– Hurle une languissante dame
offrant ses poupées de rêve à des prix moins qu’exorbitants
et, alors que les billets et les pièces sont sorties
Je rentre vers l’étage de manufacture

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt à l’usage
La grande parade de l’emballage sans vie
– j’ai juste besoin d’une mèche

Il y des personnes stockées dans toutes les ombres
Elles doivent bien se vendre
Timbrées, adressée, une étrange destinée
Qui aplanit leurs personnalités
Avec potentiel de profit, désigné par un symbole
Je peux reconnaître certains des produits fabriqués
Pas de mordant dans le travail d’esclave
Seulement des emballages froissés ou des pansements humains

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt a l’emploi
la grande parade de l’emballage sans vie
– j’ai juste besoin d’une mèche

Le hall fonctionne comme une horloge
leurs mains battent la mesure
vides dans leur plénitude
comme un pantomime gelé

Tout le monde est un vendeur
Portant des slogans dans leur temple
Crachant des superlatifs rassurants
Mon frère John est numéro 9

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt à l’emploi
la grande parade de l’emballage sans vie
– j’ai juste besoin d’une mèche

Le décor sur le plafond
a planifié leur lendemain
Je ne vois aucun signe de volonté libre
Donc je suppose qu’il faut que je paye
paye mon passage

Pour la grande parade de l’emballage sans vie
– prêt a l’emploi
la grande parade de l’emballage sans vie
-j’ai juste besoin d’une mèche

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Je vois des visages et des traces qui me rappellent chez moi, à New York City
Alors tu penses que je suis un dur? C’est ce que t’as entendu dire?
Eh bien, j’aime bien voir de l’action, ça s’infiltre en moi
C’est qu’ils m’appellent le cavalier de la piste, Rael, le rasoir électrique
Je suis un lanceur de balle dans le gang, nous ne croyons pas en la douleur
Parce que nous sommes seulement aussi fort,
Oui nous ne sommes seulement aussi fort que le maillon le plus faible de la chaîne.

Ils m’ont libéré de Pontiac alors que je n’avais que 17 ans
Il fallait que ça me sorte du sang, si tu vois ce que je veux dire, ce que je veux dire
Tu dis que je dois être fou, parce que je me fous de qui je frappe, qui je frappe
Mais je sais que c’est moi qui frappe, et je ne suis pas, je ne suis pas plein de merde.
Je me fous de qui je blesse, je me fous de celui à qui je fais du mal
C’est ton problème dans lequel je suis empêtré, je n’y appartiens vraiment pas

Quand je sors ma bouteille, remplie d’essence,
Tu peux dire par les incendies nocturnes par où Rael est passé, est passé

Alors que je serre l’hérisson contre moi
Il dit que je n’ai personne a blâmer sauf moi
Tiens mon cœur, profondément chevelu
Temps de raser, tout raser, tout raser
Pas le temps pour une escapade romantique
Quand ton cœur duveté est prêt pour le viol. Non!

Allons-y

Tu es assis confortablement, tu crois que je n’existe pas
Tu ne peux pas acheter de protection contre ma façon d’être
Vos hypocrites progressistes distribuent leurs rebuts
Mais c’était à moi d’abord, je les brûles jusqu’aux cendres
Et j’ai goûté les viandes les plus fortes
Et je les ai couchées en feuilles colorées (laissées en feuilles colorées)
Qui a besoin d’illusion d’amour et d’affection
Quand tu descends les rues avec ta principale ligne de connexion ?
Connexion

Alors que je serrais l’hérisson contre moi
Il dit que je n’ai personne a blâmer sauf moi
Tiens mon cœur, profondément chevelu
Temps de raser, tout raser, tout raser
Pas de temps pour une escapade romantique
Quand ton cœur duveté est prêt pour le viol. Non!

Allons-y!

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Je décompte le temps
J’ai tout organisé par numéros
Tous ces chiffres
me guident
O Dieu j’en ai besoin maintenant

Le jour du jugement arrive
Et tu peux être sûr que je me suis reposé
pour cette épreuve
digérant chaque mot que les experts ont dit

Zones érogènes je vous aime
Sans vous que ferait un pauvre garçon?

J’ai trouvé une fille avec laquelle je voulais sortir
J’ai pensé qu’il valait mieux que je sois direct
Je suis allé acheter un livre avant qu’il ne soit trop tard.
Pour ne rien laisser au hasard

J’ai étudié toutes les lignes, toutes les pages du livre
Maintenant j’ai la vraie chose devant moi, je vais me rincer l’œil, me rincer l’œil

C’est Rael

Je décompte le temps, espérant que tout se passera comme je l’ai prévu
Parce que je l’ai compris, regardé, j’ai trouvé les points chauds : illustrations un à neuf
– toujours décomptant le temps, j’ai mon doigt sur le bouton,
” Ne dis rien, allonge-toi là
Et je vais t’exciter juste comme il faut”

Zones érogènes, je vous aime
Sans vous que ferait un pauvre garçon?

Sans problèmes de 1 à 6
Petit problème avec le numéro 7
Il faut que je me rappelle de tous mes tours
Le paradis approche avec le numéro 11
Obtenant des réactions cruciales et dilatation de pupilles
“Chéri, branche-toi, c’est le temps de te déshabiller, biller-biller-biller. Youpi!

(Finis-moi ça, madame guitare)

– Casse toi Casanova –

Je décompte le temps, réaction malheureuse
S’il te plait ne me gifle pas
Je suis un male au sang chaud et le livre a promis que je ne peux échouer
Je décompte le temps j’ai une détresse inattendue de la part de ma maîtresse
Je vais de ce pas récupérer mon argent a la librairie

Zone érogènes je vous demande
Sans vous que ferait un pauvre garçon ?
Sans vous que ferait un pauvre garçon ?
Sans vous, l’humanité tâtonne par le blues.

Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Il y a de la laine d’agneau sous mes pieds nus
la laine est douce et chaude
-me donne une impression de chaleur
une salamandre galope vers une flamme pour se détruire
Des créatures imaginaires sont prisonnières de leur naissance dans du celluloïd

Les puces s’accrochent à la toison d’or
Espérant y trouver la paix
Chaque pensée et geste sont pris sur le celluloïd
Il n’y a pas de cachette dans ma mémoire
Il n’y a pas moyen de l’éviter

les rampeurs recouvrent le sol dans le couloir rouge ocre
Pour ma seconde vision de gens, il y a plus de vie qu’avant
Ils se déplacent en rythme vers une lourde porte en bois
Où l’oeil des aiguilles fait un clignement, se refermant sur les pauvres

Les rampeurs du tapis répondent à ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

Il n’y a qu’une seule direction dans les visages que je vois
C’est par delà le plafond, là où la chambre est sensée être
Comme le combat dans la foret pour la lumière du soleil, qui prend racine dans chaque arbre
Ils sont attiré par l’aimant, croyant être libres

Les rampeurs du tapis écoutent ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

Les supermans aux douces manières sont pris dans la kryptonite
Et les vierges sages et insensées ricanent alors que leurs corps brillent
A travers la porte, un festin de la moisson est éclairé par une bougie
C’est le bas d’un escalier qui s’étend a perte de vue.

Les rampeurs du tapis écoutent ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

Le mannequin de porcelaine à la peau déchirée craint une attaque
Le groupe passionné soulève leurs pichets – Il transportent tout ce dont ils manquent
Le liquide s’est congelé, qui s’est infiltré a travers la fissure,
et le chatouilleur reprend son cordonnier

Les rampeurs du tapis écoutent ceux qui les appellent

Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir
Ils faut que nous rentrions pour nous en sortir

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

En haut des escaliers, il y a des centaines de personnes
Courant tout autour, vers toutes les portes
Ils essayent de trouver, de se trouver un public
Leurs déductions méritent des applaudissement

Le riche se tient en face de moi
Le pauvre dans mon dos
Ils croient qu’ils peuvent contrôler le jeu
Mais le jongleur tient un autre paquet

J’ai besoin de quelqu’un en qui croire, en qui avoir confiance
J’ai besoin de quelqu’un en qui croire, en qui avoir confiance

J’aime mieux faire confiance à un campagnard qu’à un citadin
Tu peux le juger dans son regard, regarde si tu peux
Il sourira a travers sa garde
La survie est un bon entraînement

J’aime mieux faire confiance à un gars qui travaille avec ses mains
Il te regarde une seule fois, tu sais qu’il comprend
Pas besoin de bouclier
Quand tu es dans le champ

Mais ici bas
Je suis si seul avec ma peur
Avec tout ce que j’entends
Et chaque porte que j’ai traversé
Me renvoie encore ici
Il faut que je trouve mon propre chemin

Le prêtre et le magicien
Chantant tous les chants qu’ils ont jamais entendu
Et tous deux m’appellent
Même les académiciens, cherchant des mots imprimés

Mon père à ma gauche
Ma mère à ma droite
Comme tous les autres ils pointent
Mais nulle part ne me semble assez bien

Et j’ai besoin de croire en quelqu’un, en qui avoir confiance
J’ai besoin de croire en quelqu’un, en qui avoir confiance

J’aime mieux faire confiance à quelqu’un qui ne crie pas sur tous les toits sa trouvaille
Pas besoin de vendre si tu retournes chez toi
Si je choisis un camp
Il ne m’amènera pas faire un tour

De retour dans
Cette chambre avec tant de portes
Je n’ai nulle part, nulle part où me cacher
Je te donnerais tous mes rêves si tu m’aides
à trouver une porte
Qui ne me reconduirait pas encore une fois à l’intérieur
– Emmène-moi au loin

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

La chambre était en confusion, Toutes les voix criant de partout
Je pouvais tout juste entendre une voix dire “s’il te plaît aide-moi à travers la foule”
Elle m’a dit que si je l’aidais à passer, elle pourrait m’aider en retour, mais j’ai vu qu’elle était totalement aveugle.
Mais de son visage et de sa peau pâles, un rayon de lune émanait
Lilywhite Lilith,
Va te guider a travers le tunnel de la nuit
Lilywhite Lilith
Elle va te mener à bon port

Alors que je la guidais a travers la foule, la clameur grandit
Elle dit “laisse-moi sentir où souffle la brise et je te dirai par où partir.”
Alors je l’ai suivie dans une grotte grande et ronde, elle dit “Ils viennent te chercher, maintenant n’aie pas peur”
Alors, elle m’assit sur un trône de pierre froide, sculpté dans le jade

Lilywhite Lilith,
Va te guider a travers le tunnel de la nuit
Lilywhite Lilith
Elle va te mener à bon port

Elle me laissa dans ma pénombre
Je dois y faire face, faire face à ma peur
Et la noirceur m’oppresse
Je peux entendre un son vrombissant, s’approchant

Je peux voir l’angle du tunnel
Allumé par ce qui approche
Deux globes dorés flottent dans la pièce
Et une bouffée de lumière blanche envahit l’atmosphère.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

La pompe de mon doux cœur est sur le point de s’arrêter
Elle est faite pour moi
Temps de rencontrer le chef
Oh Mon Dieu! L’homme qui court est ressuscité

je me sens froid et vieux, il devient difficile de prendre ma respiration
Poussière tu redeviendras, mon garçon, tu as eu ta chance
Les rocs, à l’unisson, compriment
ton sang en pétrole
ta chair en charbon
Enrichit la terre
Ce n’est pas l’objectif de tout le monde
Quoi qu’il en soit, ils disent qu’elle viendra sur un cheval pâle
Mais je suis sûr d’entendre un train
Oh Mon Dieu! Je ne ressens même pas la douleur –

Je pense que je deviens fou
Au diable tout ça! Est ce que la terre bouche un trou au paradis?
Ou bien le paradis bouche un trou dans la terre – C’est bien d’être si profond
Quand tout ce que tu es se meurt sous terre.

Je sens la traction de la corde, laissez-moi à l’arc-en-ciel
J’aurais pu exploser dans l’espace
Différentes orbites pour mes ossements
Très peu pour moi, juste enterré dignement sous les pierres

Laissant l’échéance ouverte à mon créateur!
Regardez-moi m’étirer; pour les champs élastiques de Dieu
La sonnette sonne et c’est
“Bonjour Rael
Désolé de t’avoir fait attendre
Ca ne sera pas long
Elle est rarement en retard”

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Voici venir l’anesthésiste surnaturel
S’il veut que tu y passes
Tout ce qu’il à faire c’est te la souffler
– c’est un si bon danseur

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

La senteur s’intensifie, il sait qu’il approche
Il trouve un long passage éclairé par un chandelier
À chaque pas, le parfum change
de senteurs familières à des saveurs étranges
Son regard aperçut une chambre magnifique

À l’intérieur, une longue piscine d’eau de rose est recouverte par une fine brume
Avançant dans le silence humide, il est gentiment caressé par une chaude brise
Pensant qu’il est seul
Il entre dans la pièce, comme si c’était la sienne
mais des rides sur la douce et rose eau
révéla une présence insoupçonnée

Rael reste ébahit, n’en croyant pas ses yeux
figé par la beauté, pris par la peur
3 Serpents vermeils à têtes de femmes
Le moindre mouvement empli de grâce
Des mélodies assourdies résonnent dans le hall
Mais il n’y a aucun avertissement dans l’appel des sirènes :
“Rael, soit le bienvenu, nous sommes les Lamia de la Piscine
Nous avons attendu que nos eaux te rafraîchissent”

Rejetant la peur, il fit confiance à la beauté aveugle
Il glissa dans le nectar laissant ses vêtements en lambeaux derrière lui
“Avec leurs langues, elles tâtent, goûtent et jaugent tout ce qui est mien
Elle bougent, dans une série de caresses
Qui montaient et descendaient le long de ma colonne
Alors qu’elle goûtent la fleur de ma chair, je ne ressens aucune douleur
Qu’une magie, que nommer ternirait
Avec la première goutte de mon sang dans leur veines
Leurs visages se tordent en douleurs mortelles
La plus juste s’écrie : “Nous t’avons toutes aimées, Rael”

Chaque carcasse reptilienne vide flotte sans vie
Tristesse silencieuse dans un bateau vide
Une malsaine aigreur remplit la salle
La moisson aigre d’une floraison mourante
Cherchant un signe de vie qui, je sais n’existe plus
Je caresse doucement les boucles pâlissantes, dans lesquelles je m’étais entremêlé
“Oh Lamia, ta chair qui reste, je vais m’en nourrir”
C’est l’odeur d’ail qui reste sur mes doigts en chocolat.

Regardant derrière moi, l’eau vire au bleu glace
Les lumière s’éteignent et une fois de plus la scène est prête pour toi

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)
L’arrivée :

Rael :

J’errais aussi seul qu’un nuage
Jusqu’à ce que j’arrive dans cette rue sale
Je n’ai jamais vu une foule si étrange
des caoutchoucs dégoulinants sur des pieds grinçants

Arpentant continuellement
en embrassades nonchalantes
Chaque orifice disgracieux
L’un d’entre eux, face à moi, s’élance pour me saluer

Sa peau recouverte de pustules suintantes
Avec des lèvres qui pourfendent chaque menton
Ses membres tordus comme des moignons de caoutchouc
Sont accueillis en disant “Joins-toi à nous”

Je dois perdre l’esprit
Car sa poignée de main n’arrête pas de glisser
Mon espoir continue de diminuer
et ses lèvres n’arrêtent pas de sourire

Pantouflard :
“Comme toi nous avons goûté l’amour
Ne soit pas effrayé par ce que tu vois
Tu es tout comme
ce que tu vois de moi”

Rael :
Moi comme toi? comme ça !

Pantouflard:
“Tu ferais mieux de faire attention, mon garçon, ta peine vient juste de commencer
Tu ferais mieux de courir et de rejoindre ton frère John.”

Une visite au Doktor :

Pantouflard :
“Tu es dans la colonie des pantouflards
Il n’y a ni qui? ni Pourquoi? ni Quoi? ou Quand?
Tu t’en sortiras si tu as le courage
D’aller voir le Doktor Dyper, sniper repenti – Il t’enlèvera tes essuie-glaces

Rael :
John et moi sommes capables
De faire face au docteur Dyper et à sa table de marbre

The Doktor :
Comprends bien Rael, c’est la fin de ta queue

Rael :
Ne perd pas de temps, coupe la bite !
Je vois son compte à rebours

Le Corbeau :

Il placa la pièce dans une éprouvette
C’est un plastique jaune “shoobedoobe”
Il dit :” bien que tes doigts puissent te piquer
Tu sera en sûreté dans notre cornichon.”

Soudain, un nuage noir descend du ciel
C’est un Oiseau noir géant qui apparemment peut voler

Le corbeau amène Noirceur et nuit
Il descend en piqué, me fout la trouille du diable
Il prend l’éprouvette de mes mains
Mec, il faut que je trouve ou atterrit cet oiseau noir
“Attention, John, il faut que je coure
J’ai besoin de toi, tu viens?”
Il me dit :

John :
Ne vois-tu pas :
Là ou atterrit le corbeau il y a du danger
Nous avons été guéris sur le divan du médecin
Maintenant tu es malade avec ton ronchonneur
Je ne vais pas risquer ma bourse chérie
Que ma démarche va porter en bandoulière très bas

Rael :
Il part au loin et me laisse seul une fois de plus
Même si je n’apprends jamais
J’espérais qu’il montre un peu de compassion

Je suis dans l’agonie de la douleur pantouflarde
Je prie pour que mon châssis tienne le coup
La chasse est ouverte, la poursuite est effrénée
Mais je cours si difficilement avec tout ce que j’ai

Il me conduit dans un passage souterrain
Bien que ce soit étroit, il vole toujours très vite
Là ou le tunnel s’arrête
Je repère l’éprouvette, alors qu’elle tombe
Je suis en haut d’un talus trop incliné pour le grimper
J’arrive juste à temps pour la voir tomber à l’eau
Pour la voir flotter au loin…

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

(Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Alors qu’il marche le long du précipice
Il ressentit quelque chose d’un passé lointain
Une fenêtre dans le talus au dessus de sa tête
Révéla sa maison au milieu des rues

Les sons du métro, sons de complaintes
Les senteurs d’acides sur sa bombe de peinture
Alors qu’elle exprime sa colère dans une bande rouge sang
Détruite le lendemain par une main inconnue
-Mon Chez moi

Est-ce la sortie de cette scène sans fin?
Ou juste l’entrée d’un nouveau rêve ?
Et les lumières s’éteignent sur Broadway

Mais, alors que la lumière du ciel l’incite à partir
Il entend un hurlement venant de loin en dessous
Dans les eaux en furie, il reconnaît la forme
de son frère John qui crie à l’aide

Le passage s’estompe, mais demeure grand ouvert
Mais John se noie, je dois prendre une décision
Entre la liberté que j’avais dans la course de fous
Ou rester à jamais dans cet endroit maudit
Hé John !

Il se dirige vers la rivière et le passage a disparu
de retour à là d’où il venait
Et les lumières s’éteignent sur Broadway

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Dévalant la pente
Il n’y a plus beaucoup d’espoir
Je commence à tenter de chevaucher l’éboulis
Mais les pierres roulent partout autour de moi
Si je veux John vivant
Il faut que je mette ma peur de coté -et que je pique une tête
Pendant que j’ai encore la volonté de survivre

Evel Kenievel, je n’ai rien à t’envier
C’est parti !

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Descendant les eaux
John dérive hors de portée
C’est juste à ce moment crucial
Que tu trouves comment combattre
Dans le froid, ressent le froid
tout autour
et la course de l’eau déchainée
M’entoure avec son vacarme

Me frayant un passage pour t’atteindre
Je ne peux pas passer de l’autre côté
Quand tu fais la course dans les rapides
Il n’y a qu’une solution, c’est de se laisser porter
emporté, emporté
Par les courants
je suis aspiré vers le fond de la rivière
ma flamme s’éteint peu à peu

Prenant prise sur un rocher sûr
J’attends que John passe à portée
Je le tiens, je le tiens et nous sortons rapidement des rapides
Et quand l’eau se calme
Le noir et le profond
n’ont personne personne personne personne
personne à garder
Tiens bon John, on s’en est finalement sorti
Quelque chose a changé, ce n’est pas ton visage,
C’est le mien ! c’est le mien !

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Quand c’est froid, ça vient lentement
Quand c’est chaud, regarde ça grandir
-tout autour de moi
C’est ici, c’est maintenant

Juste un petit morceau peut te stimuler ou t’amortir
Comme le souper, c’est cuisiné dans ta ville
C’est du poulet, c’est des oeufs
C’est entre tes jambes
Ca marche sur la lune
Quittant ton cocon

C’est le puzzle. C’est la brume pourpre
Ca ne reste jamais en place, mais ça ne fait pas que passer
C’est dans les bars de drague, dans la distance du visage
C’est entre les cages, toujours dans l’espace
C’est ici, c’est maintenant

Toute pierre est faite pour rouler
Si tu as assez de ça pour payer le tribut
Ca n’appartient ni aux mots ni au but
même pas à ton trou favori

C’est l’espoir pour l’imbécile
Qui chevauche un cheval sans sabots
C’est secoué, pas remué
Cocktails sur les toits

Quand tu le manges en entier, tu vois tout vivre
C’est l’esprit interne, avec assez de courage pour survivre
Si tu pense que c’est prétentieux, tu t’es fait rouler
Regarde le miroir fiston, avant de choisir, décide
C’est ici, c’est maintenant

C’est réel, c’est Rael

Car c’est seulement coups et je-sais-tout, mais j’aime ça…

Infos générales

Michael Rutherford: Basse et Guitare 12 Cordes
Phil Collins: Percussion, Ambiance et Chant.
Steve Hackett: Guitares.
Tony Banks: Claviers.
Peter Gabriel: Chant et Flûte.
Avec des variations et des expérimentations avec des sonorités étrangères

Enossification : Eno courtesy of Island Records.
Enregistré à Glossplant, Pays de Galles avec le Island Mobile Studio et mixé au Island Studios d’Août à Octobre 1974

Production : John Burns and Genesis.
Ingénieur du son : David Hutchins.

Sorti en Novembre 1974

Singles:
Novembre 74 – Counting out time/Riding the scree (UK)
Décembre 74 – Counting out time/The lamb lies down on Broadway (USA)
Avril 75 – Carpet crawlers/The Evil Jam (live)

Seb

3/5

Considéré par les fans comme l’aboutissement de la musique de Genesis, le disque le plus mature et le plus définitif. Personnellement, je trouve que ce disque manque d’homogénéité et qu’on n’y retrouve pas les ambiances créées dans les trois précédents albums studio qui constituent pour moi une véritable trilogie à tous points de vue (musicalement bien sûr, mais aussi graphiquement et temporellement). Il n’en demeure pas moins des morceaux excellents et anthologiques : Firth of Fifth, Dancing With The Moonlit Knight ou Cinema Show, pour ce qui est du classique, I Know What I Like pour le premier succès commercial. Phil Collins chante pour la deuxième fois (après For Absent Friends) sur More Fool Me, une petite chanson géniale de Mike Rutherford avec uniquement un accompagnement à la 12 cordes : très dépouillé par rapport à ce que Genesis à l’habitude de faire…

Tracklist

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

“Can you tell me where my country lies?”
said the unifaun to his true love’s eyes.
“It lies with me!” cried the Queen of Maybe
– for her merchandise, he traded in his prize.

“Paper late!” cried a voice in the crowd.
“Old man dies!” The note he left was signed ‘Old Father Thames’
– it seems he’s drowned;
selling england by the pound.

Citizens of Hope & Glory,
Time goes by – it’s “the time of your life”.
Easy now, sit you down.
Chewing through your Wimpey dreams,
they eat without a sound;
digesting england by the pound.

Young man says “you are what you eat” – eat well.
Old man says “you are what you wear” – wear well.
You know what you are, you don’t give a damn;
bursting your belt that is your homemade sham.

The Captain leads his dance right on through the night
– join the dance…
Follow on! Till the Grail sun sets in the mould.
Follow on! Till the gold is cold.
Dancing out with the moonlit knight,
Knights of the Green Shield stamp and shout.

There’s a fat old lady outside the saloon;
laying out the credit cards she plays Fortune.
The deck is uneven right from the start;
and all of their hands are playing apart.

The Captain leads his dance right on through the night
– join the dance…
Follow on! A Round Table-talking down we go.
You’re the show!
Off we go with – You play the hobbyhorse,
I’ll play the fool.
We’ll tease the bull
ringing round & loud, loud & round.

Follow on! With a twist of the world we go.
Follow on! Till the gold is cold.
Dancing out with the moonlit knight,
Knights of the Green Shield stamp and shout.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

It’s one o’clock and time for lunch,
When the sun beats down and I lie on the bench
I can always hear them talk.

There’s always been Ethel:
“Jacob, wake up! You’ve got to tidy your room now.”
And then Mister Lewis:
“Isn’t it time that he was out on his own?”
Over the garden wall, two little lovebirds – cuckoo to you!
Keep them mowing blades sharp…

I know what I like, and I like what I know;
getting better in your wardrobe, stepping one beyond your show.

Sunday night, Mr Farmer called, said:
“Listen son, you’re wasting your time; there’s a future for you
in the fire escape trade. Come up to town!”
But I remebered a voice from the past;
“Gambling only pays when you’re winning”
– I had to thank old Miss Mort for schooling a failure.
Keep them mowing blades sharp…

I know what I like, and I like what I know;
getting better in your wardrobe, stepping one beyond your show.

When the sun beats down and I lie on the bench,
I can always hear them talk.
Me, I’m just a lawnmower – you can tell me by the way I walk.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

The path is clear
Though no eyes can see
The course laid down long before.
And so with gods and men
The sheep remain inside their pen,
Though many times they’ve seen the way to leave.

He rides majestic
Past homes of men
Who care not or gaze with joy,
To see reflected there
The trees, the sky, the lily fair,
The scene of death is lying just below.

The mountain cuts off the town from view,
Like a cancer growth is removed by skill.
Let it be revealed.
A waterfall, his madrigal.
An inland sea, his symphony.

Undinal songs
Urge the sailors on
Till lured by sirens’ cry.

Now as the river dissolves in sea,
So Neptune has claimed another soul.
And so with gods and men
The sheep remain inside their pen,
Until the Shepherd leads his flock away.

The sands of time were eroded by
The river of constant change.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Here am I
Who while away the mornings
Since you’ve gone
Too long have I lay alone
Not knowing which way to turn.

And there you are
Quite sure that you were right
Knowing full well
That I’d be the first one
To go down.

And you’d be the one who was laughing
Except when things weren’t going your way
And then the lady would say that she’d had enough
Wandering around on her own.

The day you left
Well I think you knew you’d not be back
Well at least it would seem that way
Because you never said goodbye.
But when it comes round to you and me
I’m sure it will work out alright.

And you’d be the one who was laughing
And giving me something I don’t need
And you know, I’d always hold you and keep you warm
Oh! more fool me.

Ah, but when it comes
Round to you and me
I ask myself
Do I really believe
In your love.

Yes, I’m sure it will work out alright.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)
Taken from a news story concerning two rival gangs fighting over East-End Protection rights.


Along the Forest Road, there’s hundreds of cars – luxury cars.
Each has got its load of convertible bars, cutlery cars – superscars!
For today is the day when they sort it out, sort it out,
‘cos they disagree on a gangland boundary.
They disagree on a gangland boundary.

There’s Willy Wright and his boys –
one helluva noise, that’s Billy’s boys!
With fully-fashioned mugs, that’s Little John’s thugs,
the Barking Slugs – supersmugs!
For today is the day when they sort it out, sort it out,
yes these Christian soldiers fight to protect the poor.
East end heroes got to score in…

the Battle of Epping Forest,
yes it’s the Battle of Epping Forest,
right outside your door.
You ain’t seen nothing like it.
No, you ain’t seen nothing like it,
not since the Civil War.

Coming over the hill are the boys of Bill,
and Johnny’s lads stand very still.
With the thumpire’s shout, they all start to clout
– there’s no guns in this gentleman’s bout.
Georgie moves in on the outside left
with a chain flying round his head;
and Harold Demure, from Art Literature,
nips up the nearest tree.
(Here come the cavalry!)

Amidst the battle roar,
accountants keep the score: 10-4.
They’ve never been alone, after getting a radiophone.
The bluebells are ringing for Sweetmeal Sam, real ham,
handing out bread and jam just like any picnic.

It’s 5-4 on William Wright; he made his pile on Derby night.
When Billy was a kid, walking the streets,
the other kids hid – so they did!
And now, after working hard in security trade, he’s got it made.
The shops that need aid are those that haven’t paid.

“I do my double-show quick!” said Mick the Prick, fresh out the nick.
“I sell cheap holiday. The minute they leave,
then a visit I pay – and does it pay!”
And his friend, Liquid Len by name,
of Wine, Women and Wandsworth fame,
said “I’m breaking the legs of the bastard that got me framed!”

They called me the Reverend when I entered the Church unstained;
my employers have changed but the name has remained.
It all began when I went on a tour,
hoping to find some furniture.
I followed a sign – it said “Beautiful Chest”.
It led to a lady who showed me her best.
She was taken by surprise when I quickly closed my eyes.
So she rang the bell, and quick as hell
Bob the Nob came out on his job
to see what the trouble was.
“Louise, is the Reverend hard to please?”
“You’re telling me!”
“Perhaps, sir, if it’s not too late.
we could interest you in our old-fashioned Staffordshire plate?”
“Oh no, not me, I’m a man of repute.”
But the Devil caught hold of my soul and a voice called out “Shoot!”

To save my steeple, I visited people;
for this I’d gone when I met Little John.
His name came, I understood,
when the judge said “You’re a robbing hood.”
He told me of his strange foundation,
conceived on sight of the Woodstock nation;
he’d had to hide his reputation.
When poor, ’twas salvation from door to door.
But now, with a pin-up guru every week,
it’s Love, Peace & Truth Incorporated for all who seek.

He employed me as a karma-ma-mechanic, with overall charms.
His hands were then fit to receive, receive alms.
That’s why we’re in

the Battle of Epping Forest,
yes it’s the Battle of Epping Forest,
right outside your door.
We guard your souls for peanuts,
and we guard your shops and houses
for just a little more.

In with a left hook is the Bethnal Green Butcher,
but he’s countered on the right by Mick’s chain-gang fight,
and Liquid Len, with his smashed bottle men,
is lobbing Bob the Nob across the gob.
With his kisser in a mess, Bob seems under stress,
but Jones the Jug hits Len right in the mug;
and Harold Demure, who’s still not quite sure,
fires acorns from out of his sling.
(Here come the cavalry!)

Up, up above the crowd,
inside their Silver Cloud, done proud,
the bold and brazen brass, seen darkly through the glass.
The butler’s got jam on his Rolls; Roy doles out the lot,
with tea from a silver pot just like any picnic.

Along the Forest Road, it’s the end of the day
and the Clouds roll away.
Each has got its load – they’ll come out for the count
at the break-in of day.
When the limos return for their final review, it’s all thru’
– all they can see is the morning goo.
“There’s no-one left alive – must be draw.”
So the Blackcap Barons toss a coin to settle the score.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford) (Instrumental)

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

Home from work our Juliet
Clears her morning meal.
She dabs her skin with pretty smells
Concealing to appeal.
I will make my bed,
She said, but turned to go.
Can she be late for her cinema show?

Romeo locks his basement flat,
And scurries up the stair.
With head held high and floral tie,
A weekend millionaire.
I will make my bed
With her tonight, he cries.
Can he fail armed with his chocolate surprise?

Take a little trip back with father Tiresias,
Listen to the old one speak of all he has lived through.
I have crossed between the poles, for me there’s no mystery.
Once a man, like the sea I raged,
Once a woman, like the earth I gave.
But there is in fact more earth than sea.

Take a little trip back with father Tiresias,
Listen to the old one speak of all he has lived through.
I have crossed between the poles, for me there’s no mystery.
Once a man, like the sea I raged,
Once a woman, like the earth I gave.
But there is in fact more earth than sea.

(Banks/Collins/Gabriel/Hackett/Rutherford)

“I don’t belong here”, said old Tessa out loud.
“Easy, love, there’s the Safe Way Home.”
– thankful for her Fine Fair discount, Tess Co-operates

Still alone in o-hell-o
– see the deadly nightshade grow

ENGLISH RIBS OF BEEF CUT DOWN TO 47p LB
PEEK FREANS FAMILY ASSORTED FROM 17 1/2 to 12
FAIRY LIQUID GIANT – SLASHED FROM 20p TO 17 1/2
TABLE JELLYS AT 4p EACH
ANCHOR BUTTER DOWN TO 11p FOR A 1/2
BIRDS EYE DAIRY CREAM SPONGE ON OFFER THIS WEEK.

It’s Scrambled Eggs.

Infos générales

Steve Hackett: Guitares Électriques et Nylon.
Peter Gabriel: Chant, Flûte, Percussions, Haut bois.
Tony Banks: Claviers, Guitare 12 Cordes.
Phil Collins: Batterie, Percussions, Chant
Mike Rutherford: Basse, Guitare 12 Cordes, Sitar Électrique.

Enregistré au Island Studios, Basing Street, Londres, Août 1973
Produit par John Burns et Genesis.

Sorti en Novembre 1973

Singles :
Mars 74 – I know what I like – Twilight alehouse

Seb

3/5

Disque Live, reprenant Watcher of the Skies, Get’em Out By Friday, The Return of the Giant Hogweed, The Musical Box et The Knife. Décrié par certains comme n’ayant qu’une valeur de témoignage, il n’en reste pas moins que ce disque rend vraiment justice aux morceaux et rend compte de toute la puissance scénique de Genesis. Genesis ne s’est cependant jamais trop reconnu dans ce disque : ils ont en fait été forcé à contre cœur par la maison de disque de le sortir. Le seul reproche objectif que je lui fasse est l’absence d’un deuxième disque contenant Supper’s Ready (là aussi, la légende veut qu’à l’origine de la conception de Genesis Live, ce deuxième disque ait existé, uniquement pour les tout premiers pressages, le groupe estimant par la suite aberrant d’avoir Supper’s Ready sur deux disques successifs

Tracklist

1 : Watcher Of The Skies (live)


2 : Get ‘Em Out By Friday (live)


3 : The Return Of The Giant Hogweed (live)


4 : The Musical Box (live)

(Genesis)

Tell me my life is about to begin,
Tell me that I’m a hero,
Promise me all of you violent dreams,
I guarantee all you will need them
Now, in this ugly world,
get ready to fight for your freedom
Now, when I give the word,
get ready to destroy all this evil
Now –

Stand up and fight, for you know we are right
We will strike at the lies
That have spread like disease through our minds.
Soon we’ll have won and we’ll treasure this worth
With our winnings and kindness
To all who our love now deserve
Some of you are going to die –
Martyrs, of course, to the freedom I will provide.

I’ll give you the names of those you must kill
Then have all burned and quickly
Cover them up in Trafalgar Square
Hurry to see, you’ll see them dead
In this ugly world,
ready to fight for your freedom
Now, when I give a word
hang ’em on high, let the blood flow
Now –

Stand up and fight, for you know we are right
We must strike at the lies
That have spread like disease through our minds
Soon we’ll have won and we’ll treasure this worth
With our winnings and kindness
To all who our love now deserve
Some of you are going to die –
Martyrs of course, to the freedom I will provide

We are only wanting freedom…

— WE HAVE WON —

Some of you are going to die,
Martyrs, of course, to the freedom I will provide

Infos générales

Co-productuit par John Burns et Genesis

Enregistré au The De Montfort Hall, Leicester et The Free Trade Hall, Manchester, Février 1973

Album mixé aux Island Studios, Basing St, London WII

Sorti en Juillet 1973